Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'an 1425.

Mufulmans allerent à leur rencontre, & après un violent combat les obligerent de fe retirer. Le lendemain le frere Apr. J. C. du Roi de Chypre fe préfenta avec une armée, il n'y eut Boursbai. que la moitié de celle des Mufulmans qui combattit & qui remporta la victoire. L'Emir Dgiourbafch fit enfuite débarquer toute la cavalerie pendant la nuit, & l'envoya porter le ravage dans l'Ifle. Les Musulmans firent tant de pri fonniers, qu'ils furent obligés d'en laiffer plufieurs à terre. Mais les grands préparatifs que le Roi de Chypre, nom mé Jean, faifoit alors, les obligerent de reprendre la route de Damiette.

Le Sulthan ne fut pas moins heureux du côté de la Mecque où tout fut pacifié (a). Il fit défendre dans le même tems une monnoie d'or des Francs (b) qui avoit cours dans fes Etats, & fit battre à la place de nouvelles piéces d'or. Ce Prince fut uniquement occupé de l'expédition de Chypre, pour laquelle il faifoit conftruire un grand nombre de vaiffeaux. Quoique l'Empereur de Conftantinople le fit folliciter par un Ambaffadeur d'abandonner ce projet, il fit venir de Syrie (c) un grand nombre d'Emirs, de Mameluks L'an 1417 & de foldats qui camperent dans le grand Meidan, & fit diftribuer à cette milice des fommes confidérables. Toutes les troupes avoient la plus grande ardeur, & il n'y eut de mécontens alors au Caire que les foldats qui ne purent point partir. Elles fortirent de Boulak (d), & fe rendirent à Alexandrie & à Damiette; elles avoient pour Chef l'Emir Dinal el dgiakmi qui devoit avoir le commandement sur les vaiffeaux, il étoit accompagné de l'Emir Cara mourad khodgia. Le Commandant de terre étoit l'Emir Tangri bardi (e) qui avoit avec lui l'Emir Houssaïn. Quatre vaiffeaux qui coulerent à fond dans la route, penferent faire manquer cette grande expédition. On regardoit cet événement comme un mauvais préfage, & le Sulthan vouloit faire revenir la flotte, mais en partant de Rofette pour aller à Alexandrie,

(4) L'an 829, dans le mois Mouhar

ram.

(b) Cette monnoie s'appelloit Afranni peut-être un franc.

(c) Le 23 de Dgioumadi elakher.
(d) Un vendredi 2 de Redgeb.
(e) Surnommé El mahmoudi el na-
feri.

Apr. J. C.

les Mufulmans ayant rencontré quelques vaiffeaux Francs, L'an 1426. & ayant été fecourus à tems par ceux qui étoient encore à Boursbai. Rofette, il y eut un combat qui dura deux jours & qui fut fort opiniâtre, & après lequel les Francs furent contraints de prendre la fuite. Cet avantage ranima le courage des Mufulmans & principalement du Sulthan.

Toutes ces troupes arriverent enfin au château de Lamfoun, ou Limiffo, une des places de Chypre. Jean, Roide Chypre, qui étoit à Oufcoufia, ou Nicofie, avoit déja fait de grands préparatifs pour aller au-devant des Mufulmans; nrais malgré les fecours qu'il avoit reçus des autres Francs, il ne put empêcher que les Mufulmans ne débarquassent à Limiffo, & ne s'emparaffent de cette place (a). Après l'avoir ruinée entiérement, ils formerent deux divifions; l'une fous la conduite de Tangri bardi & de l'Emir Houssaïn, resta dans l'ifle; l'autre monta fur les vaiffeaux (b) qui étoient commandés par Inal & Cara mourad khodgia. Ces derniers croiferent fur la mer dans la crainte de quelque surprise de la part des Francs. Les premiers s'avancerent vers Mallaha, & dans la perfuafion où ils étoient que le Roi de Chypre ne viendroit point au-devant d'eux, ils marcherent fans tenir leur rang & comme des gens qui voyagent, d'autant plus qu'ils étoient fort incommodés de la chaleur. Mais ils n'étoient pas encore arrivés à Mallaha, qu'ils virent paroître les troupes de Chypre qui enleverent ceux qui s'étoient trop avancés. Les Mufulmans fe rallierent auffi-tôt, fondirent fur les Chrétiens qu'ils obligerent de prendre la fuite. Le Roi de Chypre fut fait prifonnier avec beaucoup de grands Seigneurs du pays.

La prife de Nicofie fut la fuite de cette grande action; les Mufulmans fe répandirent dans tout le pays qu'ils ravagerent. Ils y trouverent une troupe de Turkomans commandée par Aly begh, fils de Carman, qui étoit venu au fecours des Francs, ils en tuerent la plus grande partie. Ils allerent rejoindre la flotte qui étoit arrivée à Mallaha (c),

(a) Un mercredi 26 de Schaban.
(b) Lei de Ramadhan.

(c) Un lundi 2 de Ramadhan. Cette ville eft la même que Lerneca.

Apr. J. C.

où ils refterent quelques jours (a); enfuite ils prirent la route de Nicofie, capitale de l'Ifle. Pendant ce tems-là ils furent L'an 1426. informés qu'il paroiffoit quatorze vaiffeaux Francs bien ar- Boursbai més qui s'avançoient pour attaquer la flotte Mufulmane. Les vaiffeaux Musulmans allerent au-devant des Francs qu'ils mirent en déroute. L'armée de terre fe rendit à Nicofie pillant & faccageant tout ce qu'elle rencontra fur fa route. On pilla le palais du Prince, enfuite on revint à Mallaha, où on fe repofa pendant fept jours (b), après lefquels on reprit la route de l'Egypte, où l'on fit de grandes réjouiffances à l'occafion de cette conquête; les Poëtes la célébrerent par des vers.

Les troupes Musulmanes entrerent en triomphe dans le Caire. On portoit publiquement tout le butin qui avoit été fait fur les Francs, & particuliérement la couronne du Roi de Chypre; tout cela étoit accompagné des prifonniers, parmi lefquels on voyoit ce Prince enchaîné fur un mulet. Il étoit entre Inal & Caramourad khodgia. On traversa ainsi tout le Caire, & on fe rendit au château où on le defcendit. Il parut devant le Sulthan qui étoit au milieu d'un nombreux cortège d'Emirs; il fe profterna plufieurs fois, & resta debout pendant que l'on faifoit paffer devant le Sulthan tout le butin. L'infortuné Roi de Chypre s'évanouit plufieurs fois lorfqu'on le préfenta lui-même au Sulthan. On le conduifit enfuite dans un endroit du château, où il refta. Après l'on eut fait vendre tout le butin, le Sulthan ayant demandé au Roi de Chypre fa rançon, ce Prince lui répondit, Je ne poffede pas une drachme, & ma vie eft entre vos

que

mains.

Quelque tems après le Sulthan le fit venir en fa préfence, & le montra à tous les prifonniers Francs qui firent paroître la plus grande douleur, car plufieurs ne vouloient pas croire encore qu'il fût prifonnier. Enfuite il fit affembler les Confuls (c) des Francs qui étoient dans l'Egypte, & leur

(a) Jufqu'au 5 du même mais. (b)Aboulmahafen donne 200 milles d'étendue a l'ifle de Chypre. Ii dit que le mille eft de quatre mille dheraa ou coudées, que le dheraa eft de 24 doigts,

que le doigt eft de 6 grains d'orge ar-
rangés l'un contre l'autre; qu'une pa-
rafangue fait troisi milles.

(c) L'Auteur Arabe fe fert de ce mot..

Boursbai.

Apr. J. C. fignifia que s'ils ne rachetoient pas ce Prince il alloit le L'an 1426. faire mourir. Cependant il lui fit fournir des habits & des provifions pour chaque jour, lui envoya des domeftiques. & lui permit de voir quelques Francs. Ce Prince demandoit cinq cens mille piéces d'or pour fon rachat, mais il fe relâcha dans la fuite, & fe contenta de deux cens mille que les Confuls s'engagerent de lui payer la moitié fur le champ, & le reste après que le Roi de Chypre feroit de retour dans fon pays. On convint encore que ce Prince payeroit tous les ans vingt mille piéces d'or, & qu'il renverroit la troupe de Vénitiens & de Catalans qu'il avoit dans l'Ifle. C'est à ces conditions que la paix fut conclue, & peu de tems après on remit en liberté le Roi de Chypre (a) qui logea dans le Caire. Il y vit arriver des Ambaffadeurs du Grand-Maître de Rhodes, qui venoient propofer la paix, promettant de ne plus attaquer les Mufulmans, & de vivre en bonne intelligence avec le Sulthan. Les Chevaliers de Rhodes craignoient que ce Prince n'entreprît l'expédition qu'il avoit projettée contre Rhodes. Il y eut dans le même tems quelques troubles à Médine qui furent appaifés.

L'Hiftoire ne fournit plus de grands événemens. Les Auteurs s'arrêtent à faire connoître les dépofitions de quelques Emirs, les voyages du Sulthan, & d'autres détails auffi peu importans. Ils parlent d'un orage violent qui arriva en L'an 1427. Egypte (6), & pendant lequel il tomba une pluie extraordinaire; événement remarquable dans ce pays. Il y eut au Caire une grande fédition entre les Mameluks & les Emirs. L'ar 1428. Les Francs firent quelques courfes (c) vers Alexandrie, où ils furent battus. Dans le même tems le Sulthan envoya une armée en Orient. Carailough s'étoit emparé de Khortobret qu'il avoit fortifiée. Les troupes d'Egypte & de Syrie s'étant réunies, elles allerent faire le fiége de Roha (d), L'an 1429. où Habil (e) s'étoit renfermé. Cette ville tomba bientôt au pouvoir des Egyptiens qui la livrerent au pillage. Quelque tems

(a) L'an 830, dans le mois Mouhar

ram.

(b) L'an 831, le 15 de Mouharram,
(c) Dans le mois Dzoulcaada.

(d) Dans le mois Schoual de l'an 832. (e) Fils de l'Emir Othman, fils de Thour aly..

áprès le château fut pris. Il y eut un maffacre épouvantable; Apr. J. C. malgré les Chefs de l'armée; la milice mit le feu par-tout, L'an 1429. & ruina entiérement Roha. Pendant ce tems-là la pefte ravageoit la Syrie & l'Egypte, & continua l'année suivante. On ordonna des jeûnes & des prieres publiques (a). On rap- L'an 1430 porte qu'elle paffa enfuite dans le pays des Francs.

Dans la fuite (b) le Sulthan envoya une armée en Orient contre Carailough qui avoit brûlé Malathie, mais cette armée ayant appris en route que les Syriens l'avoient chaffé, elle rentra au Caire. Quelque tems après le Roi de Chypre étant mort (c), le Sulthan envoya un des principaux de fa L'an 143 fa Cour avec foixante Mameluks, pour renouveller les traités & pour donner au nouveau Roi de Chypre une robe d'honneur & le titre de Gouverneur du pays pour le Sulthan. Cet Ambaffadeur fe rendit à Mallaha (d), & de-là à Nicofie. L'an 14323 Tous les habitans de cette ville vinrent au-devant de lui. Jean, nouveau Roi de Chypre, le reçut avec beaucoup d'honneur, le logea dans fon palais, & protefta qu'il étoit toujours foumis au Sulthan. Il paya le tribut, & fut inftallé par l'Ambaffadeur en qualité de Gouverneur.

On ne trouve prefque plus de détails intéreffans dans l'Hiftoire d'Egypte. Plufieurs Princes dont j'ai donné la liste dans les Tables du premier Volume, fuccéderent au Sulthan par lequel je termine cette hiftoire. Ils furent très-puiffans, & furent prefque tous déposés. A mefure que nous approchons de notre tems, les Hiftoriens deviennent plus rares, parce que les ouvrages les plus modernes qui font ceux dont nous aurions befoin pour la continuation de l'hif toire des Mameluks, n'ont point été apportés en France. Les détails dans lefquels je fuis entré précédemment, me font négliger ici quelques abrégés affez fecs, & dans lefquels on ne trouve, pour ainfi dire, que l'époque de la mort & de l'installation de ces Princes qui regnerent jufqu'en 1516. Ghouri, un de ces Sulthans Mameluks, ayant donné retraite

(a) Dans le mois Dgioumadi elaoual de l'an 833.

(b) L'an 834, dans le mois Mouhar

ram.

(c) L'an 835.

(d) Dans le mois Mouharram de l'an

836.

« AnteriorContinuar »