Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Apr. J. C.

du côté de Rei. Dans les années fuivantes Babour perdit ALoufaid. la Perfe qui lui fut enlevée par Dgihan fchah. Dans le tems qu'il fe préparoit à venir reprendre l'Adherbidgiane & l'Eraque tombées depuis peu fous la domination des Turkomans, il apprit que le Sulthan Aboufaïd, après avoir traversé le Gihon, étoit entré dans le Khorafan, où il avoit vaincu fes Généraux. Cette nouvelle lui fit abandonner l'Eraque, il vola vers le Khorafan où Aboufaïd ne jugea pas à propos de l'attendre. Babour le fuivit de près, entra dans le Maouarennahar, & ne voulut point écouter les propofitions qu'Aboufaïd lui fit faire, & entreprit le fiége de Ŝamarcande; enfin après avoir demeuré inutilement pendant quarante jours devant cette place, il confentit à la paix, dont les conditions étoient que le Gihon fépareroit les deux Etats.

Dans la fuite (a) Babour envoya un de fes Généraux qui acheva de foumettre Schah houffaïn, Roi du Sedgeftan. Celui-ci ayant été tué par fes propres domestiques, quelques troubles qui s'étoient élevés dans le Khorafan furent appaifés; & dans le tems que ce Prince paroifsoit n'aL'an 1456. Voir plus d'ennemis à combattre, il fut attaqué (6) d'une violente maladie, dont il échappa. Il alla paffer quelque tems à Thous pour y prendre l'air, & vifita le tombeau de l'Imam Riza, où il fit de riches préfens; il s'abftint pendant tout ce tems-là de boire du vin, & refta des journées entieres dans la mosquée, où il faifoit chanter les louanges de cet Imam par fa Mufique. Cependant cette dévotion ne dura pas longtems, & il reprit (c) bientôt son ancienne maniere de vivre, pour se livrer entiérement aux plaisirs & au vin; ses débauches furent fuivies d'une maladie qui l'emporta en deux jours. Il fut regretté de ses fujets, il laiffa pour fucceffeur fon fils Mirza fchah mohammed. La mort de Babour ne fut pas plutôt connue, qu'Aboufaïd qui cherchoit depuis long-tems l'occafion de s'emparer du Khorafan & de la Perfe, s'avança avec une armée vers la ville d'Herat. Le Gouverneur se renferma dans le château d'Ikhtiareddin, dont il ne voulut pas fortir, malgré les fommations d'Abousaïd ; après (c) L'an 861 de l'Hegire.

L'an 1455.

L'an 1457.

(a) L'an 859 de l'Hegire.
(b) L'an 860 de l'Hegire.

la

la prise de la ville, Aboufaïd affiégea le château, dont il ne put fe rendre maître, il perdit même celui de Niretou, par L'an 1457. Apr. J. C. l'imprudence que l'on eut d'y laiffer paffer la nuit à un incon- Aboufaid. nu qui y introduifit les ennemis.

Cette fâcheufe nouvelle obligea Aboufaïd de retourner dans fes Etats, où fa préfence étoit d'autant plus nécessaire, que les enfans du feu Sulthan Abdollathif vouloient s'en rendre maîtres. Il envoya devant lui un de fes Généraux avec la meilleure partie de fon armée, pour diffiper celle que ces Princes avoient affemblée autour de Balkh. Mais Ahmed & Dgiouki, c'étoit le nom de ces deux Princes, ayant été affez imprudens pour hafarder une bataille avec leurs troupes mal disciplinées, ils furent vaincus ; le premier fut tué dans le combat, & le fecond fe fauva avec peine. Aboufaïd paffa l'hyver dans Balkh, qu'il fut obligé de quitter à caufe des troubles excités par Alaeddoulet & par Mirza ibrahim ses parens, & fur-tout à caufe de l'irruption de Dgihan schah, Prince des Turkomans, dans l'Adherbidgiane & dans le Khorafan. Il abandonna Herat à la difcrétion de l'ennemi; les habitans même en fortirent pour éviter la cruauté des Turkomans. Pendant que Dgihan schah étoit dans les environs de cette ville, Aboufaïd qui avoit raffemblé de nouvelles forces, alla le furprendre auprès du fleuve Morgab. Pir budak envoyé par fon pere Dgihan schah pour obferver les démarches d'Aboufaïd, fut repouffé jufques dans fon camp. Ce mauvais fuccès joint aux nouvelles qui arriverent de l'Adherbidgiane, déterminerent Dgihan schah à quitter ce pays, & à envoyer un de fes Officiers vers Aboufaïd pour traiter de la paix. D'abord le Sulthan de Samarcande exigea que Dgihan schah fe contentât de l'Adherbidgiane, & qu'il lui cédât tout ce qu'il poffédoit dans l'Eraque Perfique & dans le Khorafan; enfin on convint cependant, après plufieurs conteftations, que l'Eraque appartiendroit à Dgihan fchah, & que la ville de Semnan ferviroit de frontiere à fon Empire dans le Khorafan. Alors les Turkomans s'en retournerent dans l'Eraque (a), non fans faire de grands L'an 1458,

(a) L'an 863 de l'Hegire Tom. IV.

M

dégats dans le Khorafan qu'ils quittoient à regret. Aboufaïd Apr. J.C. délivré de ces dangereux ennemis, fit fon entrée dans HeAboufaid. rat, où il rétablit la tranquillité publique qui avoit été trou

L'an 1458.

blée par les incurfions des Turkomans, & renvoya fon armée dans la Tranfoxiane, ne réservant pour fa garde que deux mille chevaux.

,

Ce Prince fut cependant obligé de reprendre bientôt les armes. Alaeddoulet, Mirza Ibrahim & Mirza Sandgiar qui avoient envie d'étendre de plus en plus leurs poffeffions, faifirent le tems qu'il étoit defarmé pour le venir attaquer. Aboufaïd avec fes deux mille hommes marcha contre eux dans le deffein de livrer bataille. Dans le moment qu'elle alloit commencer, un de fes Généraux lui amena de nouvelles troupes. Ce renfort inattendu le mit en état de battre fes ennemis entre Sarkhas & Merou. Mirza Sandgiar fait prisonnier fut mis à mort, les deux autres échapperent; & Abousaïd rentra triomphant dans Hérat, où délivré de toute inquiétude, il ne fongea plus qu'à reprendre le château de Niretou qui lui avoit été enlevé par surprise. Des intelligences qu'il avoit dans la place lui en faciliterent en peu de tems la conquête. Il s'en étoit à peine rendu maître qu'il apprit que Mirza Ibrahim, qui après fa déroute s'étoit fauvé à Damagan, avoit raffemblé des troupes, à la tête defquelles il marchoit vers la ville de Thous qu'il avoit deffein de prendre; mais il fut délivré de cette guerre par L'an 1469, la mort fubite du Mirza. Alors il envoya des troupes (a) du côté du Mazanderan, où régnoit le Sulthan Houssaïn (b), qui venoit de porter le ravage dans les environs de Sebzouar; bientôt après il fuivit fes Généraux, & défit son ennemi dans une grande bataille qui le rendit maître d'Efterabad, capitale des Etats d'Houffaïn. Il en laiffa le gouvernement à fon fils Mahmoud, & fe hâta de revenir à Herat qui étoit affiégée par le Gouverneur de la province du Sedgeftan. Pendant fon abfence les habitans avoient formé un corps d'armée, avec lequel ils avoient chaffé l'ennemi, de forte qu'à fon arrivée Aboufaïd n'eut plus qu'à les

(a) L'an 861 de l'Hegire.

(6) Fils de Manfour, fils de Baikra, fils d'Omar fcheikh, fils de Tamerlan,

récompenfer de leur fidélité; ensuite il marcha contre le rebelle, à qui il ne refta d'autre parti que celui d'implorer L'an 1459. Apr. J. C. fa clémence. Le Sulthan lui pardonna, & le laissa dans Aboufaid. fon Gouvernement.

L'année suivante (a) ce Prince fut obligé de marcher L'an 1460. contre Mirza Mohammed dgiouki (b) qui ravageoit toute la Tranfoxiane. Il fe tranfporta en diligence à Samarcande, & fur la nouvelle de fon arrivée Dgiouki alla fe renfermer dans Schahrokhia, où Aboufaïd fe prépara à l'affiéger, mais il fut obligé d'abandonner cette entreprise pour marcher contre le Sulthan Houffaïn qui avoit armé dans le Mazanderan. Mahmoud qu'Aboufaïd avoit laiffé dans Efterabad, ayant voulu s'oppofer à Houffaïn, avoit été vaincu & contraint de se fauver dans le Khorafan, & Houffaïn étoit rentré dans fa capitale d'Efterabad. Enfuite voulant profiter de ce qu'Aboufaïd étoit occupé dans la Transoxiane, il marcha vers le Khorafan dont il espéroit de fe rendre maître facilement. Les Généraux qu'Aboufaïd avoit envoyés dans cette province, ne fe trouvant point en force pour résister à Houffain, fe renfermerent dans Herat qu'ils fortifierent. Houffaïn en fit le fiége, & la battit pendant vingt jours; mais la valeur des troupes de la garnison & l'arrivée d'Aboufaïd le déterminerent à décamper pour aller lui difputer le paffage de la riviere de Morgab. Aboufaïd qui s'étoit hâté de faire la paix avec Mohammed dgiouki, & qui avoit déja traverfé le Gihon, le furprit dans le tems que fes troupes difperfées faifoient le dégât dans le pays. Houffaïn ne jugea pas à propos de rifquer une bataille, & reprit la route d'Efterabad. Aboufaïd le fuivit, l'obligea d'abandonner cette place dans la crainte d'y être affiégé, & reprit les provinces de Dgiordgian & de Mazanderan.

Pendant ce tems-là Mohammed dgiouki qui avoit fortifié L'an 14623 confidérablement Schahrokhia, avoit recommencé les hoftilités. Aboufaïd partit (c) auffi-tôt d'Herat, où il étoit revenu après l'expédition du Mazanderan, & fe rendit à Samarcande, où il fit tous les préparatifs néceffaires pour un long fiége.

(c) L'an 867 de l'Hegire.

(a) L'an 855 de l'Hegire. (b) Fils d'Abdollathif.

1467.

Enfuite avec une puiffante armée il s'approcha de SchalApr. J. C. rokhia qui foutint pendant un an les attaques les plus vives. Aboufaid. Enfin Mohammed dgiouki se voyant réduit à l'extrémité, demanda à capituler; mais le Sulthan exigea qu'il fe rendît à difcrétion, & l'envoya prifonnier dans le château d'Ikhtiareddin, où il mourut dans la fuite. Après avoir pris poffeffion de Schahrokhia, Abousaïd revint à Herat (a), où il apprit que le Sulthan Houffaïn venoit de faire une nouvelle irruption dans le Khorafan. Il fe contenta d'envoyer ses Généraux dans cette province, ils y furent battus, mais la défertion de plufieurs Officiers de l'armée d'Houffaïn ayant obligé celui-ci de fe retirer dans le Kharizme, Aboufaïd, malgré fes pertes, fe vit délivré de fon ennemi. Il profita de la paix dont il jouiffoit alors pour aller à Merou (b), où il donna des fêtes magnifiques à l'occasion de la circoncifion des Princes fes enfans. Čes réjouiffances durerent cinq mois entiers; il y eut des jeux, des combats, on éleva des arcs de triomphe, on fit des illuminations : il donna des banquets, des concerts, & les Poëtes s'emprefferent de célébrer ces fêtes.

L'an 1465.

L'an 1463.

L'an 1466.

Aboufaïd étoit encore à Merou (c) lorfqu'il apprit la mort de Dgihan schah, Prince des Turkomans du Mouton noir, qui avoit été tué par Haffan begh, autrement Uzun caffan. Haffan aly, fils de Dgihan schah, étant venu lui demander des fecours contre fon ennemi, Aboufaïd faifit cette occafion qui lui annonçoit la conquête de l'Eraque Perfique & de l'Adherbidgiane, & promit de rétablir Haffan aly. Il partit L'an 1467. pour cet effet de Merou (d), après avoir pris les confeils de Nafireddin obeidallah, homme très-verfé dans les affaires, & qui étoit univerfellement eftimé dans le Maouarennahar. Lorsqu'il fut arrivé fur les frontieres de l'Adherbidgiane, il détacha plufieurs corps de troupes qui allerent s'emparer de l'Eraque Perfique & de la province de Fars. Pendant ce tems-lå Hassan begh le faifoit folliciter de consentir à la paix. Aboufaïd recevoit avec diftinction fes Ambassadeurs, & les renvoyoit comblés de préfens; mais il exigeoit

(a) L'an 868 de l'Hegire.
(b) L'an 870 de l'Hegire.

(c) L'an 871 de l'Hegire.

(d) L'an 872 de l'Hegire

« AnteriorContinuar »