Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Vers qu'il fit pour Madame de Mar- approuver les Statuts de la Réforme tel, & qui font une initation d un pu les Papes Paul V,& Grégoire V, beau morceau de l'Ariofe.

en 1621; & m. à Sainte Marie aux LAINEZ, (Jacques ) cél. Géné- Bois , le 18 O&. 1631, où il s'étoit ral des Jésuites , étoit Espagnol. 11 retiré avec ses Religieux, à cause fut un des premiers Disciples de S. d'une maladie contagieuse , qui Ignace, & lui fuccéda dans la place cauloit de gr. ravages à Pont-se de Géneral, en 15,8. li parut avec Moulion. Ona de lui: 1. Outre les éclar au Concile de Trente , & au Statuts de la Réforme, le Caréchif Colloque de Poisly, & le fie estimer me des Novices , 2 vol. in tol. 'a par fa prudence , par son savoir & l'Optique des Réguliers fu la Régle par fa piété. Il refúra le Chapeau de de Saini Auguftin. in-4. &c. Cardinal; m. à Rome le 19 Jany, LAIS, tameure Courtilane de 1565, à s3 ans, laissant quelques l'Antiquité, étoit d'Hyccara, Ville ouvr. sur la Providence , sur l'U/a de Sicile. Sa Patrie aïani éte ravagée ge du calice , sur le fard & la parure par Nicias , Général des Athéniens, des femmes , &c. en latin. Le Pere elle fut transportée dans la Grece, Théophile Rainaud lui attribue aulli & sciablit à Corinthe , l'une des les Déclarations sur les constitutions Villes du monde la plus licencieuse. des Jésuites. D'autres précendent La beauté de Laïs ht cant de bruit que les Conftitutions elles mêmes dans toute la Grece, que les Prinfont de Lainez, & ils se fondent ces, les Grands, les Orarcucs, & sur ce qu'il y a trop de pénétration, même les Philosophes les plus fade force d'esprit, & de tine polici touches eurent pour elle de la para que, pour qu'elles puissent être de Gion. On dit que le cél. Demosthene S. Ignace.

alla exprès secrectement à Corinthe LAIRESSE, OU LARESSE ( Gerard) pour patrer une nuit avec elle; mais Peintre & Graveur , né à Liege en que Laïs lui aïane demandé 10000 1640, inventoit facilement & ex, dragmes , c. à d. caviron 4000 liv. celloit dans les gr. compositions. de notre monnoie, il s'en retourna, On a de lui beauc. d'Estampes gra. en disant : Je n'achette pas si cher un vées à l'eau - forte. Erant devenu repentir. Diogene. le Cyoique cut aveugle, il donna des préceptes sur pour Laïs un attachement finguijer , la Peinture , qui ont éié imprimés. & malgré la misere & la mal-proIl m. a Amfterdam en 1711, laissant preté, cile répondit à sa pallion. Le trois fiis , dont deux étoient ses Ele. Philosophe Aristipre dépeosa avec Ves dans la Peinture. Lairesse avoit elle une grande partie de son bien. ausli deux freres, qui étoient bons On prétendoit néanmoins qu'il n'en Peintres. Ernest qui excelloir sur-étoit pas aimé ; & comme on l'en tout à peindre des insectes , & Jac. sailloit : Je ne pense pas , dit-il, que ques qui excelloit à représenter des le vin & les poissons m'aiment, Fleurs. On a de ce dernier un ouvr. cependant je m'en nourris avec beauc. en Aamand, sur la Peinture praci. de plaisir. Quelqu'un lui aïant reque.

proché ce commerce indigne d'un LAIRUELS , ( Servais ) Docteur Pholofophe : Je pofféde Lais, té de Sorb. & Réformateur de l'Ordre pondit-il, mais elle ne me posséde de Prémontré , naquit à Sogny, en pas : voulane marquer par-là qu'il Hainaut , en 1960. Etant devenu n'étoit nullement esclave de fa pafVicaire Général de son Ordre , il lion. De quelques charmes que Lais gouverna seul l'Abbaïe de Sainte- fût pouvue , elle ne put jamais antiMarie aux Bois sous Preny. Après rer chez elle le Philosophe Xcnola mort du P. Daniel Picart , qui en crate ; clle alla même chez lui étoit Abbé, il la transféra à Pont- mais il ne lui fut pas possible de

-Mouflon, dans le deflein de faci- vaincre la continence du Phillophe. lier les Etudes à ses Religieux. Il fit Laïs euc une telle pallion pour Euba

[ocr errors][ocr errors]

tes de Cyrene, qu'elle lui fit promet pendant trois ans des Conférences tre qu'il l'épouseroit ; mais après lur l'Ecriture-Sainte, a S. Magloire. avoir renporté le prix aux Jeux Sa santé aranc été alterée, on l'enOlimpiques, il éluda cette promes- voïa à Aix où elle se récablit. Il se. Entin Laïs étant allée en Thef. y continua les Conférences avec un salie, pour y chercher un jeune hom- tel fuccès , qu’on fut obligé de drefme qu'elle aimoit ; les femmes de ser des échafauts dans l'Eglise. Mais ce pais conçurent contr'elle cant de cette continuité de travail acheva jalousie,qu'el'es l'assommerent dans de l'épuiser. Il m. à Aix d'une plea. un Temple de Venus , vers 340 rélie le 28 Mars 1677 à 45 ans. On ans avant J. C. Cependant tous les a de lui : 1. l'Oraison funebre du Auteurs ne conviennent pas qu'elle Chancelier Seguier, 1672 , in 4. soit morte de cette maniere. Il y 2. Celle du Maréchal de Choiseul , en a qui disent qu'un noyau d'olive 1677 , in-4°. 3. Des Conférences l'étrangla. Ausone a fait une Epi- entre le P. Mascaron, le P. Bordes, gramme fort jolie sur le miroir de & M. Fromaget, Official de Paris, cette Courtisane, il l'a traduite d'u. sur le Concile de Trente , imprimées ne Epigramme de Platon, qui est à Lyon. 4. D:s Conférences sur l'Edans Panthologie. Il raconte aussi criture-Seinte en 4 vol. in fol. qui fort joliment en Vers ce qui arriva font demeurées mil. aussi bieu que au fameux Sculpteur Miron,lequei, sa Méthode pour étudier , qui a été quoique vieux , le présenta chez approuvée par une Assemblée de Laïs , mais en aïant été mal acucilli, l'Oratoire. Ses Oraisons funebres & croïant que ses cheveux blancs nous font juger qu'il auroit été un en troient cause, il les teignit en des plus gr. Orateurs de son fiecle, brun, & se présenta de nouveau. lila foibleile de la sanzé ne l'eûc emSor que vous êtes, lui dit Laïs , vous pêché de se livrer à la prédication. venez me demander une chose que j'ai LALANDE, ( Jacques de ) habile refusée à votre pere.

Conseiller & Profcíleur en Droit à LAIUS, tils de Labdacus, Roi de Orléans , naquit en cette Ville le z Thebes , épouía Jocaste , & cn eut Décembre 1622. Il remplit avec Edipe , qui le tua , selon la prédic- distinâion les Charges les plus imsion de l'Oracle. Voyez @dipe. portantes de la Ville d'Orléans , &

LAISNĖ, LAISNAS, ou LINES, fe fit universelleinent estimer par ( Vincent ) né à Lucques lc is Fiv. la science & par son intégrité. Il 1631, fut appellé par un de ses on- m. Doyen de l'Université d'Or. cles à Marseille, où après avoir fait léans, le s Février 1793 , à 81 ans. ses Humanités chez les PP. de l'o On a de lui plusieurs ouvrages. Les ratoire, il entra dans leur Congré- priccipaux sont : 1. Commentaire gation. Il y professa les Humanités, sur la Coutume d'Orléans , in-fol. & la Rhétorique, & fit à Avignon eftimé & rare. 2. Traité d'u ban & des Conférences publiques sur l'E. de l'arriere ban, in-4o. &c. cricure-Sainte, qui lui acquirent une

LALANDE, ( Michel - Richard gr. réputation. M. Mascaron aïant dc ) cél. Musicien, naquic à Paris Eté nommé à l'Evêché de Tulles en le is Décemb. 1687. Il fut d'abord 1671, le demanda au Pere Scnaut Enfant.de-Chaur au Chapitre de S.

gouvernement Germain l'Auxerrois , & enseigoa de fon Diocèse , & lc Pere Laisné, ensuite la Musique avec réputation. qui étoit alors à Paris , y confonuit. Il s'attacha aulli a l'Orgue & au Il fit, avant son départ pour Tul. Clavecin , & y réussit. Il deving les , l'Oraison funebre du Chancelier Sur-Intendant de la Mufique du Roi, Seguier, dont Mad. de Sévigné fait & se fir estimer des Rois Louis XIV un gr éloge dans ses Lettres. Le P. & Louis XV. Ilm. le 8 Janv. 1726, Laisué revint à Paris , après avoir à 68 ans. On a de lui des Morets été peu de temas e Tulles, & fic in-fol. qui sont estimés, on trouve

fa

[ocr errors]

pour l'aider dans

sa vie à la tête du premier Yolume. originaire de Bordeaux. Il n'euc

LALANNE , ( Noel de la ) fa- point d'autre occupation que l'étude
meux Do&cur de Sorbonne , du des Belles-Lettres & de la Poélie , &
Collège de Navarre, & Abbé de nous n'avons cependant de lui que
Notre-Dame de Valcroissant, étoit trois petites pieces en vers français
de Paris , d'une famille noble. Il sur Marie Galtelle des Roches la
fut un des plus zélés Défenseurs de femme, qui étoit très belle. Ces
la Do&rine de Jansenius sur la Gra. trois petites Pieces , qui sont très ef.

ce & sur la Prédestination , & alla tirées se trouvent dans le Tom. IV.

à Rome pour la défendre. Il m. d du Recueil des plus belles pieces des

Paris le 23 Février 1673 , à ss ans. Poires françois, par Madamo selle

On a de lui un très grand nombre d'Aunoi , pag. 74. Edir. de Holl.

d'ouvrages : les plus connus sont , ! Menage a faut pour ce l'oère, qui

le Livre intitulé , De inicio pia croit son ami , l'Epicaphe suivante :

yoluntaris. 2. Celui de la Grace

vi&orieuse, sous le nom de Beaulieu. Conjugis crepræ trifti qui tristior

La plus ample édition est de 1666. Orpheo

3. Un vol. intitulé , Conformité de Flebilibus cecinie funera acerba

Jansinius avec les Thomistes , sur le modis.

sujet des cing Propos. 4. Réfut. de la Proh dolor ! ille tener tenerorunt

Relation du P. Ferrier Jéf. s. Vin- sriptor amorum

dicia Sandi Thoma circa grariam Condirur hoc tumulo marmoro

sufficientem, contre le Pere Nicolai Lalaniu.

Cordelier , avec MM. Arnauld &

Nicole. 6. Eclatrcissement du fait & LALLEMANT , (Louis ) habile

due sens de Janfenint en 4 part. sous Jésuite , natıf de Châlons-lur Mar.

le nom de Denis Raymond, avec ne, enseigna dans son Ordie la

Claude Girard. 7. Deux Lettres au Philosophie, les Machimatiques

P. Amelot sur son Traité des Sour- la Théologie Morale & la Scholar.

criptions. 8. Défense de l'Ordon- tique. Il fut enfure Reacur

nance des Vicaires Généraux de Bourges , où il m le s Avril 16354

Paris du 8 Juin 1661, pour la l. On a un Recueil de sés Maximes',

goature du Formulaire contre le P. que le Pere Champion a ajouté à la

Annar. 9. Difficultés proposées à Vie , imprimée à Paris en 1694 ,

MM. les Dodeurs de Paris sur la in-12. Il ne faut pas le conf. avec

réception qu'ils ont faire du Formu un autre P. Lallemant , aulli Jésuite,

laire le 2 Mai 1661. 10. Plusieurs au- m. depuis quelq. années. On a de ce

tres Ecrits sur les matieres qui agi- dern. une Paraphrase en vers frang.

toient alors l'Eglise , contre les ve- & une autre en proje , sur les Pjeans.

tes Adam & Annat, & contre al- mes , qui eft eltimée , & plur. au-

phonse le Moine, Chamillard , &c. tres ouvr. dont les principaux sont

MM. Arnauld, Nicole , &c. ont eu 1. Le véritable esprit des dif.iples

part à plusieurs de ces Ecrits. 11. de S. Augustin , 4 voi. in.12. 2.

Discours prononcé en 1853 devant Leurre d'un Abbé à un Evêque , &c.
le Pape Innocent X à Rome. Il le 3. Des Réflexions morales avec des
trouve dans le Journal de S. Amour. Notes sur le Nouveau Testament
On croit outre cela que M. de Lac dans le dessein de faire tomber cela
lanne a travaillé aux dix Mémoires les du P. Quesnel. Il est beaucoup
faits en 1666, en faveur des Evê- parlé de ce dernier Jésuite dans les
ques qui ne vouloient poipc rece. Lettres de l'Abbé de Margon, dans
yoicle Formulaire.

les Anecdores de la Constitution,
LALANNE , ( Pierte ) Poère fran. & dans le Journal de M. d'Orsake

çois du 17€ liecle , écoic natif de ne. Il fut l'un des plus zelés défen.

Paris, & fils d'un Garde-Rôle du seurs de la Bulle Unigenius.

Conseil Privé, d'une bonne famille LALLEMANT, ou plurât LALT

Tome II,

B

[ocr errors]

MANT, (Pierre) Bachelier de Sor. Traires de Controverse pour les nomi bonne, & cél. Chanoine Régulier veaux réunis, in 12. 3. Extraits de Sainte Genevieve, étoit narif de des SS. Peres de l'Eglise , sur dife Reims. Il fit ses études à Paris , s'y ferens sujets de morale en 4 parrendit habile dans les Belles.Lettres ties. 4. Abregé de la vie de Catheri& dans la Théologie , fur plusieurs mc-Antoinette de Gondi , Supéricufois Recteur de l'Universite, & se re générale du Calvaire, morte en distingua par ses Sermons. Dans la 1716. 5. Abregé de la Vie du Carsuite, voulant se dévouer d'une dinal lc Camus , Evêque de Grenomaniere plus particuliere à la ver- ble , qu'il avoit connu aïane demeu. tu , il se fit Chanoine Régulier de ré dans son Diocèse. 6. On lui ate Sainte Genevieve à l'âge de 33 ans. tribue encore, l'Histoire & abregé Il devint Chanc. de l'Université en des Ouvrages larins italiens & 1662, fut chargé par le Conseil du françois , pour & contre la Comédie Roi, & par le Parl. de regler plus. & P'Opera , in-12, ouyr. curieux : affaires des Ecclésiastiques & des Ré- & les pensées sur les Spectacles , imguliers, en quoi il fic paroître beau- prim. à Orléans. coup de vertu de capacité & de LALOUETTE, (Jean François ) prudence, & m. a l'Abbaïe de Sain. Musicien François, fue Disciple de te Genevieve, où il exerçoit la Char- Lully, & travailla même à quelquesge de Prieur, le 18 Fév. 1673, à se uns de ses Opéras. Il s'adonna ensuians. On a de lui crois Livres de Pié.

te à la Musique d'Eglise , & devine ré, intitulés : le Testament Spirituel; Maître de Musique de S. Germain la Mort des Juftes ; & les saints De l'Auxerrois , puis de Notre-Dame. firs de la Mort. Ils sont estimés

. Il il m. en 1728, á 75 ans. On a de est encore Auteur de l'Abregé de la lui plus. Moters à gr. Chưurs , qui Vie de Sainte Genevieve, in-8°. ,& ont eu beaucoup de succès. de l'Eloge funebre de Pompone de LAMARE, ou LAMARRE. Voyez Bellievre , in-4°

Mari. LALLOUETTE ( Ambroise ) LAMBECIUS, ( Pierre ) l'un des habile Bachelier de Sorbonne éroit plus fav. Hommes du sje liecle , de Paris, & Chapelain de Notre- naquit à Hambourg en 1628. il Dame. Il pric poflellion d'un Cano- érudia daris les Pais Etrangers aux nicat de Sainte Opportune en 1721, frais de Luc Holstenius , son oncle, mais il n'en fut jamais paisible Por- & fic tant de progrès dans les Scienseur. Il fic des Millions dans les Pro- ces, qu'à l'âge de 19 ans il publia yinces pour la réunion des Protes- des Remarques sur Aulugele , qui tans & s'appliqua avec succès à la furent extrêmement applaudies. Il direâion des ames & à la Prédica. fut Professeur en Histoire à Ham. tion. Il m. le 9 Mai 1724, à 71 bourg le 13 Janv. 1852, & Redeur ans. Il avoit été pendant quelque du Collége de cette ville , le 12 tems de la Congrégation de l'Ora- Janv. 1660. Il quitra dans la suite toire. On a de lui , 1. Un Discours sa femme, qui étoit vieille & qu'il sur la présence réelle de J. C. dans avoit épousée pour son bien, & fa TEucharistie, avec un Traité de la patric où il esfuïoit bien des dégouis Communion sous une espece , impr. dans sa place , & alla à Rome, où ensemble en un vol. in 12.2. L'Hif il embralla publiquement la Relig. toire des Traductions françoises de Cathol. Il devint ensuite Bibliorhel'Ecriture-Sainte.... avec les chan. quaire, Conseiller & Historiographe gemens que les Protestans y ont de l'Empereur , & m. à Vienne en fairs en différens tems , in-12. Ce Autriche en 1680, à se ans. On a petit ouvr. est estimé. Il contient de lui plur. ouvr. estimés. Les prindes recherches curieuses & utiles. cipaux sont : 1. Luckbracionin Il est imprimé avec les deux pré. Gellianarum prodromus. 2. Origisédons fous le titre nouveau de nes Hamburgenfes ; Livre fayant *

curieux. 3. Animadversiones ad roso jusqu'à 1077 ; c'eft une excel. Codini Origines Constantinopolita- lenre Histoire d'Allemagne, d'une nes , où il étale la plus vaste érudi- juste étendue. Ce monument prétion. 4. Un Caralogue curieux & cieux fur imprimé à Bâle en 1669 fav. des Manuscr. de la Biblioth. in fol. , avec celui de Conrad de de l'Emper. , 8 vol. in-fol. en latin. Liechtenaw, & dans le prem. Vol. .s. Des Harangues , &c.

des Ecrivains d'Allemagne , de PirLAMBERT, (S.) cél. Evêq. de torius. Un Moine d'Erfurt en a donMastriche , naquit en cette Ville, né une continuation ' jusqu'à l'an vers 640, d'une des plus illuftres 1472 , qui eft allez bonne , mais ir. familles du Païs de Liege. Il succéda réguliere. Cette continuation le ds. Thcodard , Evêq. de Mastriche, trouve aussi dans le recueil de Piren 668 , & s'acquitra de tous les corius. · devoirs d'un bon Pasteur, après la LAMBERT, (François ) habile mort de Childeric II , qui l'aimoit Cordelier , né à Avignon en 1487 & qui se servoit de les avis. Le cruel est l'un des premiers en France qui Ebroin l'aïant fait déposer , il se aient quitté ion Couv. pour embrarretira dans le Monastere de Stavelo, ser la Relig. Luthér. Il se retira i où il vécut pendant sept ans , dans Wittemberg , fe fit aimer & estimet l'Observance exacte de la vie Mo- de Luther, & fut l'un des princinastique. Après la mort d'Ebroin, paux Théologiens que le LandgraS. Lambert fur rétabli sur fon siége. ve de Hesse emploia pour introdui. Il travailla avec zele au salut des re le Luthéranisme dans ses Etats. -ames, convertit un grand nombre Il prêcha en disciple de Luther en d'Infideles dans son Diocèse , & fut Suisse & en Allemagne , fe maria a -cué à Liege, qui n'étoit alors qu'un Wittemberg , & devint prem. ProVillage, le 17. sept. vers l'an 708, fesseur de Théologie à Narpurg en par Dodon, homine puislant , qui 1927, & m. de peste en 1530. OR le vengea sur lui d'un meurtre como a de lui : 1. Deux petits Écrits mis par deux neveux du S. Evêq. l'un pour justifier son apostasie, & S. Hubert fut lon Successeur. Il ne l'autre pour décrier l'Ordre qu'il faut pas le confondre avec S. Lam venoir de quitter. Le prem. a'été bert, Abbé de Fontenelle , puis Ar: réimprimé avec plus. de ses Lettres chevêque de Lyon , qui avoit écé & de les queftions Théologiques Disciple de s. Ouen , & qui mour, dans les Amanitates Litteraria de vers 688, ni avec S. Lambert , Ev. Selborn. 2. Des Commentaires sur de Vence , en 1114.

S. Luc, sur le Mariage , sur le LAMBERT, Empereur , ou Roi Cantique des Cantiques , sur les d'Italie , étoit fils de Guy, Duc de petits Prophètes, & sur l'ApocaSpolere , auquel il succéda en 894. Lypse. 3. Un Traité de la vocation Deux ans après, il s'accommoda i l'Eglife. 4. Un Traité de plusieurs avec Berenger , son Compétiteur', discullions Théol. fous le titre de & fut tué à la chasse par Huguos, Farrago omnium fere rerum TheoloCome de Milan , en 898.

gicarum , & d'autres ouyr. Il a été LAMBERT DE SCHAWEMBOURG, allez long tems déguisé sous le nom ou selon d'autres d'Aschaffembourg, de Jean de Serres, Joannes Serranus. cél. Rcligieux Bénédi&in du se li., LAMBERT Begue, Prêtre de se fit Religieux dans l'Abbaïc de Liege & Instituteur des Béguines des d'Hirchfelden en jos 8 , & entreprit Pais Bas , au 12e liccle. le voiage de Jérusalem. A ron re- LAMBERT, (Anne Therese de cour , il composa upe Chronique ou Marguenar de Courcelles, Marqui. Histoire depuis le commencem. du fe de ) Dame cél. par son esprit & Monde jusqu'en 1077. Cette Chro- par les ouvr. étoit fille unique d'I. nique n'est qu'un abregé d'Histoire tienne Marguenat , Seigneur de julqu'à l'an ioso ; mais depuis l'ass Courcelles, & Maître des compren.

« AnteriorContinuar »