Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

9

rares,

quéreur : car comme certe curiosité eft toute noble & la passion des honnêres gens; un Acheteur passionné ne considére pas le prix excessif d'une Médaille qu'il trouvera rare belle , bien conservée , & nécessaire pour une de ses suites : cela dépend aussi de l'honnêteté du Vendeur , qui souvent préfére à fon intérêt , la satisfaction d'un galant homme ravi de l'accommoder d'une Médaille qu'il Médailles désire , sans en tirer tout l'avantage qu'il pourroit.

Les Curieux du Moderne pourroient Eloge du fe plaindre , de ce que je n'en ai dit que peu de choses dans la premiére Instruction, ce n'est pas que je n'en estime l'étude autant que je le dois, il est aisé d'en juger par la maniére dont je m'en fuis expliqué. Quoique j'aye dit de la grandeur & de la majesté des Médailles antiques, je rendrai toûjours justice aux Modernes, quand elles le mériteront, ou par la beauté du Type, ou par la rareté des événemens qu'elles marquent plus exprefsément, ou par la singularité du delfein, ou par de certaines devises justes & heureuses que nous avons trouvé l'art d'y faire entrer , soit dans le fém

Moderne,

و

Au Cabinet du Roi.

rieux , soit par une raillerie fine, dome je n'ai remarqué aucun trait sur les

antiques que dans celle de Gallien : Médaille d or Galliena Augufte, Pax ubique, pendant

que par sa lâcheté & son indolence , l’Empire étoit déchiré par les trente Tyrans.

Je ne sçai néanmoins si cette Médaille unique , est capable de fonder une opinion , dont bien des Sçavans ne veulent point convenir. Monsieur l'Abbé de Vallemont n'est pas le seul qui n'entende point raillerie sur les Médailles Romaines : plusieurs autres foutiennent avec lui , que jamais rien de ce caractére n'a paru sur les Médailles Impériales. Tout ce que Monfieur Baudelor nous a fi ingénieusement expliqué, des Médailles qui se frappoient pour les divertissemens des Saturnales , ne donne point d'atteinte à ce sentiment. La difficulté d'accommoder le nom d'une Princesse autour de la tête d'un Empereur, est grande à la vérité : mais on ne peut sortir par une autre voye que par celle de la raillerie. Témoin tout ce qu'on a écrit sur la Médaille dont nous par

lons. 1- Moderne.

L'ordre dans les suites du Moder

Ordre pour

pes,

>

ve eft arbitraire. Après celles des Pa

des Empereurs, & autres Princes d'Allemagne, des Rois de France, dont nous avons parlé , & des autres personnes illustres de ce Royaume , 01place celles d'Espagne , de Portugal, & des Païs-Bas Espagnols.

Suivent les Couronnes du Nord l'Angleterre, la Suéde le Dannemarck, la Pologne , dont les Médailles ne sont la plûpart que de notre siécle. Celles d'Italie tiennent le sixiéme lieu. Les plus anciennes sont celles de Sicile, de Milan, de Florence, que l'on ne trouve que

moulées. Telles sont les Médailles de René & d'Alphonse Rois de Sicile , de François Sforce Duc de Milan, & du grand Cosme de Médicis. Il y en a aussi de Venise, de Gênes , & autres Etats.

Enfin la Hollande par la quantité des Médailles qu'elle a fait frapper , a mérité de faire seule une des sept parties qui composent les Cabinets. Elle commence par la fameuse Médaille qui fut battuë en 1566. où les Chefs des Hérétiques qui excitérent la révolte, firent graver la Besace, à cause du nom de Gueux qu'on leur ayoit donné par mépris , & qu'ils afe fectérent de conserver,

و

[ocr errors]

traitent du

Livres qui

Il y a jusques ici peu de Livres qui
Moderne.

traitent du Moderne, aussi en a-t'on
moins de besoin que pour l'Antique ;
& pour peu de connoissance que l'on
ait de l'Histoire, on les entend aisé-

ment.

2.126.

On peut néanmoins se servir pour

les connoître de Lucius, de Typoibid: tius, de la France Métallique", avec ibid. les précautions dont nous avons par

lé, parce qu'elles sont la plûpart fai-
tes å plaisir ; du P. du Molinet , &
du P. Bonanni, pour les Papes ; &
de Monsieur l'Abbé Bizor pour la Hol-
lande.

Voilà les Instructions qui parois-
sent les plus nécessaires , pour acqué-
rir en peu de tems la connoissance
des Médailles, pour apprendre les
artifices des Commerçans , & pour
être en état de faire un Cabinet. Ce
n'est pas que cette science n'ait assez
d'étenduë , pour fournir encore la
matiére de plusieurs autres belles ob-
servations ; mais j'ai eu seulement le
dessein d'en donner les principes , qui
rebuteroient ceux qui commencent ,
s'ils n'étoient courts & faciles. Le
succès n'en sçauroit être que fort heu-
reux, puisque ne chargeant ni l'efprir

[ocr errors]

ni la mémoire ; s'ils ne peuvent mériter l'estime qu'attirent les grands Ouvrages, au moins ils se feront lire fans ennui & sans dégoût. J'ose même espérer qu'on me sçaura gré d'avoir mis au jour ces prémiers élémens avec quelque ordre & quelque netteté ; & de n'avoir rien avancé, qui ne soit conforme aux sentimens des plus sçavans Maîtres dans l'Antique, & dans le Moderne.

Fin des Instructions.

P. 107.

REMARQUES Sur la douzième Instruction. IS

L faudroit commencer par les Tables 1. 25. I Chronologiques du P. Petau. C'est le Livre connu sous le titre de Dionysii Pea tavii è Soc. Jes. Rationarium Temporum ; il y en a un très-grand nombre d'éditions ; celle de Paris chéz Delaulne 1703. 2. vol. in 12. est une des meilleures. ·

Ibid. 1. 28. Etudier en même-tems le Livre du P. Briet , &c. ] Philippi Brietii Parallela Geographiæ veteris (os novæ cum I abulis. Par. 1648 , 1649. in 4. 3 vol. Comme l'Ou-, vrage du P. Brier n'est pas compler , il est

« AnteriorContinuar »