Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

AIEI THPAEK2

ΤΟ ΟΛΛ Α Δ Δ Α Σ Κ Ο Μ Ε Ν Ο Σ

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

D A NS
LA SCIENCE

DES
ME DA I L L E S.

Es belles connoissances dont
on à fornié les Sciences &
Arts, ne se sont pas presene .

tées à l'esprit des hommes
ni tout à la fois, ni routes en un mêm

[ocr errors]
[ocr errors]

و

me- temps, ni toutes à une même

perfonne, ni toutes allez clairement développées , pour se trouver d'abord dans leur derniére perfection. L'étude , le travail, la réflexion , l'expérience des différentes personnes qui se sont appliquées à la connoissance des chofes les ont perfectionnées avec le temps , & ce que l'ail d'un seul n'a pů appercevoir tout d'abord , s'est enfin découvert

par
les
yeux

de plusieurs qui se sont attachéz à le considérer avec une plus constante attention.

Ce n'est point pour flatter notre fiécle , ni pour lui donner une aveugle préference sur les siécles passéz , que je dis qu'on doit avouer que les Sciences & les Arts y sont dans un dégré de perfection , ou l'on n'avoit encore pů les conduire. Je sçai le respect qu'on doit aux grands Génies , qui en ont été les premiers Inventeurs fans avoir de guide, ont tracé les chemins que leurs fucceffeurs n'ont fait qu'applanir , & rendre plus praticables. J'ai peine à souffrir l'odieuse comparaison qu'on fait des Anciens & des Modernes;& j'entre avec plaifir dans le sentiment du sçavant Italien , qui a entrepris de combattre

& qui

[ocr errors]

l'orgueil & la présomption de ceux , qui donnent sans façon à notre fiécle l'avantage sur tous ceux qui l'ont précédé. C'est dans un petit Ouvrage qu'il intitule l’Aujourd'hui détrompé Hoggidi Disinganno.

Mais sans entrer dans une contestation qui ne devroit pas , ce me semble, partager les Sçavans , il me suffit de dire que les Sciences & les Arts, cultivéz dans notre siécle avec plus d'application que dans les précédens, font heureusement arrivées à ce haut point de justesse , où elles n'avoient point encore été conduites.

Je ne veux pour justifier ma penfée , m'arrêter qu'à la Science des Médailles , qui comme toutes les autres a eu fes commencemens & ses progrès durant les deux derniers fiécles, & qui depuis cinquante ans principalement, s'est merveilleusement perfectionnée. Il est aisé par la fimple lecture des Ouvrages qui ont paru fur cette mariére , de faire remarquer coinbien les derniers qui ont écrit , ont d'avantage fur ceux qui les ont précédez , & combien l'on a découvert de mysteres , dont les Auteurs plus anciens n'avoient pas même eu les premiéres idées. F vj

[ocr errors]

Je ne prétens point donner d’at-teinte à la gloire de ceux qui ont entrepris les premiers , d'expliquer les Médailles antiques, qu'ils avoient ou ramassées. eux-mêmes dans leurs Cabinets , ou tâché d'expliquer , pour. la satisfaction de ceux qui en avoient fait des suites. Je veux qu'on leur ait: obligation, même de celles qu'ils n'ont pas assez heureusement expliquées :: pourvû qu'on convienne qu'il n'y a pas de comparaison à faire, entre les

connoissances que nous ont données Hulfius Nonnius, Husius, Strada , Erizzo,

Occo, Hemmelarius , Vico, Paruta & semblables : avec ce que nous ont appris Patin, Mezzabarba , Vaillant, Morel , Spanheim , & ceux qui ont écrit depuis les trente derniéres années, qu'on s'est appliqué non-seulement à faire des Cabinets, plus amples & plus curieux qu'il n'y en avoit jamais eu ; mais encore à en expliquer toutes les: Médailles, avec une érudition & une: exactitude incomparablement plus; grande.

Ce seroit trop embrasser , que d'en vouloir donner la preuve , par un dénombrement général de toutes les Mé: dailles que

les Anciens ont laissées, ou

« AnteriorContinuar »