Imágenes de páginas
PDF
EPUB

sans explication , ou avec des explications

peu heureuses : J'aime mieux me borner à un certain nombre de nouvelles explications, dont les Sçavans ont été le plus frappéz , & qui ont été plus universellement applaudies. J'aurois bien voulu y mettre un ordre méthodique pour en rendre l'u-fage plus facile ; je ne sçai fi l'on sera content de celui que j'ai suivi. Je le soumets avec une entiére déférence au jugement des Sçavans.

NOUVELLES DECOUVERTES.

SECTION

PREMIER E.

Pour l'explication de certaines

Lettres Initiales , qui jusqu'à nos jours étoient demeurées inconnuëson

M K I A. ME

ces

$. I. Personne n'avoit expliqué ce que vouloit dire, sur une Médaille du Roi de Cappadoce Ariarathes' lettres MKIA. On apprend que c'est une. Medaille frappée à Césarće: Honziéme année de ce Roi. Ainsi il

faut Málata Kumnadoxías. An. XI.car Césarée portoit encore son ancien nom. De-là même on a découvert que le monograme d'une Médaille de Mia thridate Eupator. MS. est MAZAKA.

REMARQUE.

5. I. Les deux Médailles dont il est queftion dans cet article, ont été décrites & expliquées par le P. Hardonin ( 1), dont le P. Jobert adopte ici le sentiment. Je ne crois pas que la Médaille d'Ariarathe ait jamais été gravée ; mais pour celle de Mithridate, on la trouvera dans l'histoire des Rois du Pont ( 2 ) de M. Vaillant, & dans le grand Ouvrage de M. Spanheim ( 3 ). Il s'agit à présent d'examiner si les lettres MK, ou le Monogramme M«, signifient certainement Mazaca , dans l'une & dans l'autre de ces Médailles. Il est sans doute très vrai-semble que les Monnoyes d’Ariarathe ont été frappées à Mazaca capitale de son Royaume: il pourroit même se faire qu'on y en eût frappé au coin de Mithridate Eupator , qui s'empara plus d'une fois de la Cappadoce comme on peut le voir dans l'abrégé de Tite-Live ( 4.), dans Appien (s), & dans Justin (6). Mais d'un autre côté le Mono

(1) Hard. Numm. Pop. Opp. Sel. p. 41. 42.
(2) Vaill. Hift. Reg. Pont. T. II. p. 181.
(3) Spanhem de Praft. Num. T. 1. p.

4830
(4) Épit. Liv. I. LXXVI.
1) Appian. Mithridatic.
(6) Jufin. l. XXXVIII. 6a 1. 2. 30

[ocr errors]

gramme M3, se rencontre aussi dans le champ d'une Médaille de Mithridate Evergére, pére de Mithridate Eupator (1), quoique ce Prince n'ait jamais été maître de la Cappadoce , & qu'il n'ait par conséquent jamais eu droit de faire battre Monnoye à Mazaca. L'explication proposée par le P. Hardouin , n'eft donc pas sans difficulté, puisque le Monogramme qu'il a rendu par le mot de Mazaca, ne se trouve pas moins sur les Médailles d'un Roi qui n'a jamais été maître de cette Ville, que sur celles de son successeur , qui l'a comptée pendant quelque tems , au nombre de les conquetes, (1) Vuill.ub. fupr. p. 61.

F. C.

$. II. On avoit ignoré la signification de ces lettres F.C. sur une Mé daille de deux Trium virs Antoine & Octavius César. On les a expliquées naturellement par rapport au Vaisseau qui y est grave, & à la marque

de la Sicile , qui s'y rencontre, M. Oppius Capito Proprætore Præfetus Classis Frumento convehendo. On sçait que Rome tiroit de la Sicile une trèsgrande quantité de bled qu'on en avoit grand befoin dans ces temslà , & qu'il falloit avoir une flotte pour escorter les bâtimens de charge, afin qu'ils ne fussent point enle

[ocr errors][ocr errors]

véz par

les ennemis. Voilà deux Iniciales parfaitement expliquées.

R E MAR QU E.

S. II. Quoiqu'en dise le P. Jobert il n'est pas certain que les deux lettres Initiales F. C. ayent été bien expliquées jusqu'à présent. Nous connoiffons plusieurs Médailles d'argent de Marc Antoine , au révers desquelles on lit L. BIBV, M. F. PRAEF. CL. F. C. L. ATRATINVS AVG. PRAEF. CL. F. C. & M. OPPIVS CAPITO. PROPR. PRAEF. CL. F. C. Le Type qui est le mêmesur ces différentes Médailles , représente un Navire , & elles paroissent toutes avoit été frappées en Sicile : mais pour nous convaincre qu'on a parfaitement découvert le sens de la Légende, il faudroit prouver (Te qu'il y avoit une Flotte uniquement destinée à faire la traite des grains de Sicile, 2o. qu’on tiroit des bleds de cette Ie , pour fournir à la subsistance d'Aléxandrie Antoine rédoit , lorsque ces Médailles ont été frappées : 3o. Qu'on donnoit le titre de. Propréteur au Commandant de cette Flotte qni ne devoit être composée que de Vailseaux Marchands ; 4o, Il faudroit enfin juftifier par quelque expression semblable, tirée des bons Auteurs , qu'on disoit en Latin Prefeétus claffis frumento convebendo', pour dé figner le commandant d'une Flotte destinée au transport des grains. Jusqu'à présent j'ai cherché inutilement des exemples, qui auforisent cette façon de parler ; elle me pa poltroit cependant plus Latine que celle-ci,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

qu'un sçavant Antiquaire a voulu lui subftituer il y a quelques années , PRA EFe&tus CLafis Fæderatarum Copiarum. En effet quoiqu'on dise en Latin Navales copie conime Terrestres copia; on n'a jamais dit Clasis compiarum, non plus qu'exercitus copiarum. Ces fortes d'interprétations ne méritent donc pas le nom de découvertes , puisque rien ne peut dispenser un Szavant qui explique ua: Monument Antique, de le faire parler correctement. Je ne donnerois pas même ce: nom à l'explication de Messieurs Vaillant, Morel, & Havercamp, qui lisent PRAEFeetus Claffis Fieri Curavit ; car ou ils entendent par là que

Bibulus , Atratinus & Oppius ont fait faire le: Vaisseau' représenté sur la Médaille, ou ils croyent que ces trois Lieutenans d'Antoine ont fait frapper la Monnoye sur laquelle leur nom est gravé. On: oppose au premier sentiment une Médaille d'argent des familles Cecilia & Eppia, ou l'on lit EPPIVS LEG. F. C. des deux côtés de la figure d'Hercule sans qu'il paroisse que ces deux derniéres lettres ayent aucun. rapport au Type ; on ajoute qu'il n'est pas aisé de croire que la Flotte d'Antoine eûrreçu tant d'échecs , qu'il ait fallu que trois Commandans ayent pris soin de la rétablir successivement. Si c'est à la Médaille même qu'on applique les deux lettres F. C. alors il faut chercher un autre mot que fieri , qui n'est pas convenable au sujet. Si on lisoit Feriendum Curavit , en sous-entendant Nummum , l'expression seroit plus Latine, & pourroit s'entendre également des Commandans de la Flotte d'Antoine , & d'Eppiuss

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »