Imágenes de páginas
PDF
EPUB

AU LECTEUR.

EV X qui liront cette comes die , y verront une image de

ces Gentils-hommes de Cama pagne , qui souvent se picquent plus de ľ Antiquité de leur Nobleffe , que d'avoir de la raison. On y verra auff des Caracteres qui leur sont tout à fait opposez, & qu'on peut dire raisonnais bles. Ie ne tascheray point icy, à pres venir le Lecteur, en faveur de cette Piece ; j'advoüeray seulement que je ne la croy pas indigne des autres que j'ay faites : je m'en rapporte à qui la lira , & fuis

son tres-humble serviteur,

De HAUTE-ROCHE.

و

[ocr errors]

Econfen's

que

M. AM A ULRY, Marchand Libraire à Lyon, falfe iinprimer ma Comedie des Nobles de Province, de telle maniere qu'il voudra.

De HAUTE-ROCHE.
A Paris ce 9. Februrier 1678,

ACTERS

Mr. de VALCREUX.
Mr, de FATENCOUR.
Mr. de FONDNID.
Mr. D'ISL-MARETS, Amant d'Angelique.
Madame de FATENCOUR.
ANGELIQUE , Fille de M.De Fatencour.
FLORINE, Suivante d’Angelique.
ARPALIS, Cousine d'Angelique.
FABRICE, Valer de M. d'Il-Marers.
LOISONNIERE, Coulin de M.de Fatencour
LATOUR,

Exempt.
CRISPIN,Fils du Fermier de M.de Fatencour.
GRAND JOBE)
GRATIAN

Paysans. NICOLAS

[ocr errors]

ROBIN

Mr. CHIROS,

Chirurgien.

La Scene est dans le Vivarest,partie à la Campro

gne, partie dans la maison de M.de Fatencour, de dans celle de Mr, de Valcrest.

ACTE

5

ACTE I.

SCENE PREMIERE. FATENCOUR, VALCREU X

FAT ENCOUR.
On Monsieur de Valcreux il ne sera point dic

Que ma maison le cede à celle de Fondnid, · Vous m'accusez en vain d'avoir l'humeur boüilláte, Madame de Fondnid eft unc impertinente; le voudrois bien sçavoir qui luy donne l'orgueil Quand ma femme survient de garder le fautueil : Le vouloir emporter sur ma femme.

VALCREUX

Eh de grace... FATENCOUR.

Si l'Ancienneté fait le prix d'une race,
l'en ay.... Vous le sçavez si c'est depuis un jour,
Que l'histoire fair bruit du nom de Fate cout.

VALCREUX.
Ic ne.congeste point ce qui se peut connoistro

eftre,

Vous estes Gentil-homme autant qu'on le peut-
D'accord, pretendez vous que la bonne maison
Donne droit de feriner l'oreille à la raison :
Moderez votre bile & vous rendez craitable.

FATENCOUR.
T'écoute la raison quand elle est raisonnable,
Et c'est parler raison que

de vous foûtenir Que sur le pas devant je me dois maintenir. Ma Noblesse...

VALCREUX.
On le sçait elle est fort ancienne.

FAT ENCOUR. -
I'en veux dresser la carre afin qu'on s'en souvienne.
En l'an-mil quarre cens nonante & deux , -j'en ay
De bons titres, s'il faut prouver que je dis vray,
Gaspard de Fatencour feul dés lors de la sorte,
Eut l'honneur d'épouser Claire de Branchemorte,
Heritiere fameuse , & qui tres-noblement
Portoit en champ de gueuleonze chevaux d'argent.
Belles armes.

VALCREUX,
Sans doute.
FATENCOUR.

Et ce fut en memoire,
De l'un de ses ayeux , qui tout couvert de gloire,
Sur onze Turcs, montant chacun un cheval blanc,
'Avant que d'expirer yangea son propre fang,
Quand d'une belle ardeur fuivant la noble atteinte,
Godefroy de Boüillon conguit la terre Sainte.

VALCREUX, Je croy qu'il eft ainfi.

FAT ENCOUR.

Cc Gaspard mit au jour,
Messire Valaatin Blaise de Fatencour,
De ce Valantin Blaise , & d'une Bestcauille,

Nasquit

Nalquit un Olivier: ccluy là fut fertils,
Çar d'une cochonzac, il laissa huit enfans 3-
Sçavoir Richard, Thibaut René....

VALCREUX.

C'est perdre temps,
Déja plus d'une fois vous m'avez fait la grace,
De m'éclaircir à fond sur roure votre race,
J'en sçay les descendans.

FATENCOUR.

C'est pour vous témoigner
Que le sang dont je sors n'est pas à dedaigner,
Et que des Facencours la Noblesse authentique ,
Ett un peu plus que Noble, & c'est ce qui me pique
Qu'une femme, ..

VALCREU X.
Elle a terç on ne peut le nier.

FATENCOUR.
Richard qui fut l'aisné des huit fils d'Olivier,
De Barbe d'Arpenroc eut Quentin....
VALCREUX.

Je vous pric
Encor un coup laillons leur Genealogie,
Et puisque je vous trouve en ce lieu

fans témoins,
De mon zele pour vous souffrez les derniers soinsa
Si vous fortez d'un sang confiderable, illustre,
La maison des Fondfaids ne máque point de lustre,
Et vouloir de hauteur la contraindre à ceder,
C'est à quoy de plus prés vous devez regarder.

FAT ENCOUR.
Par mes armes, on voit de grandes alliances,
Qui de nous aux Fendfaids,

font voir des differeces: D'ailleurs

par des tombeaux comme par le blason Je puis encor prouver l'éclar de ma maison, S'il ne tient qu'à fournir des contrats , de grands

[ocr errors]

titres :

« AnteriorContinuar »