Imágenes de páginas
PDF
EPUB

l'ordre alphabétique , pour qu'il fût plus aisé de les consulter chacun en particulier , selon le besoin ou la curiosité qui naîtroient de l'inspection du détail de la carte. Un ouvrage complet sur la Gaule pouvoit prendre une autre forme, par une description fuivie. Mais, en travaillant séparément des articles détachés, je n'ai point perdu de vue le rapport ou la liaison des positions les unes avec les autres; & ces articles sont traités de manière , qu'en rassemblant ce que donne la carte sur une partie quelconque de ce qu'elle contient, fi l'on consulté de suite les articles concernans cette partie, il en résultera le même effet , ou à peu près, que d'une autre méthode dans cet ouvrage. Je suppose, par exemple, que sur ce qu'on est prévenu que les rives du Rhin étoient défendues par un grand nombre de postes, dont le premier établissement se rapporte à Drusus, pour mettre cette frontière à couvert des entreprises des nations Germaniques, on veuille connoître cette suite de places dans l'ordre du local : il peut suffire pour jouir de cet avantage, de recourir à l'article de chacun des lieux placés successivement dans la carte, depuis Augusta des Rauraci jusqu'à Lugdunum des Batavi. Dans un autre cas, & én s'intéressant à ce qui regarde une province de la Gaule en particulier ; parcourez les cités ou peuples que la carte renferme dans cette proyince ; rangez sous chaque peuple la ville qui y

paroît dominante; passez ensuite aux positions de moindre considération , dont le plus grand nombre étant attaché aux voies romaines, suivez-en la trace en partant des villes principales. Comme il pourroit arriver, qu'à l'ouverture du livre, il se présentât quelque article, dont on eût la curiosité de voir l'objet fixé dans la carte; j'ai songé à un moyen propre à faire trouver facilement des positions réparties dans des espaces assez peu étendus , pour qu'il n'y ait pas beaucoup à chercher en jettant les yeux sur la carte. C'est ce qui m'a fait mettre au-dessus de chaque article le degré de latitude, & celui de longitude , où le sujet dont il est question se trouve renfermé, du moins en partie, si c'est un territoire , ou le cours d'une rivière , plutôt qu'une simple position de lieu.

On peut dire, que ce n'est pas sur la Gaule qu'on est le plus satisfait des Géographes de l'antiquité. Strabon est à la vérité sur ce sujet , comme sur tout autre, celui de tous les anciens auteurs de Géographie dont la lecture a le plus d'agrément, étant moins féche dans une description accompagnée de circonstances historiques. Mais, il n'est pas exempt de fautes , & il copie en divers endroits César sur des points , qui avoient éprouvé du changement depuis la conquête de la Gaule. On connoît la briéveté de Méla : deux chapitres assez resserrés, & écartés l'un de l'autre en deux livres différens , renferment un grand

pays; & il faut pourtant avouer qu'il y a dans le détail quelques articles particuliers qu'on ne doit qu'à lui. La Géographie dans Pline ne présente le plus souvent qu'un catalogue, & Pline ne s'étoit pas proposé d'en traiter autrement : locorum nuda Lib. III, ineunter nomina , selon qu'il s'en explique, & quantâ dabitur brevitate , ponentur. Mais, on ne peut se dispenser de dire , sur ce qui concerne la Gaule en particulier, que Pline y est extrêmement inégal. Abondant par sa nomenclature dans la Narbonoife, on est surpris dans d'autres parties de n'y point voir des lieux de la plus grande considération; comme Augustodunum chez les Ædui, Avaricum chez les Bituriges , Durocortorum chez les Remi , Augusta chez les Treveri ; pour n'en pas citer un plus grand nombre , qui méritoient bien qu'on en fit mention , sans supprimer ailleurs les noms de quelques peuples assez obscurs , & dont plufaeurs n'ont laissé aucune trace de leur existence. Aulli trouveroit-on, qu'une carte de la Gaule dressée pour représenter Pline uniquement, feroit d'une étrange disproportion dans le détail.

Ce qui distingue & fait le mérite particulier de Prolémée sur la Gaule, c'est d'avoir assigné une ville principale , & quelquefois plus d'une , à chaque peuple; fans quoi il faut convenir que les noms propres des capitales nous feroient moins connus, par la raison qu'aux noms primitifs de ces villes , ceux des peuples où elles étoient domi

que

nantes ont succédé depuis Ptolémée. Mais, en considérant le désordre qui se trouve dans les positions données par Ptolémée, Ptolémée , désordre que

la connoislance positive du local actuel nous rend évident; on sent avec déplaisir le risque qu'il y a de ne voir les objets de l'ancienne Géographie

d'une manière imparfaite, si l'on est dépourvu d'une pareille connoissance , & qu'on seroit mal instruit sur la Gaule, si la Gaule n'étoit pas la France.

Quant aux historiens qui fournissent quelque détail sur la Gaule ; après avoir nommé César, qui sur ce sujet est fummus auctorum, selon l'expression de Tacite ; on peut citer Tacite lui-même, Dion-Cassius , Ammien-Marcellin. Les lettres & les poésies d’Ausone, de Sidoine-Apollinaire, la description du rivage de la Méditerranée par Festus - Avienus, quelques inscriptions trouvées sur les lieux, ajoutent quelques articles à ce que donnent les géographes & les historiens. Ce que l'on trouve au surplus dans la Notice des Dignités de l'Empire, que l'on juge avoir été dressée vers la fin du quatrième siècle, paroît d'autant plus intéressant, que l'on voit divers départemens établis pour la sûreté des frontières & du pays maritime, & une énumération des places dans ces départemens. Le partage de la Gaule en dix-sept provinces, le nom des villes qui dans chacune de ces provinces tient la place des anciennes cités ou des peuples , sont renfermés dans une Notice rendue publique par le P. Sirmond, & qui est exempte des altérations ou interpolations, que plusieurs autres pareilles Notices paroissent avoir souffert dans un siècle postérieur à la domination romaine.

ciennes

Mais, ce qui enrichit particulièrement l'ancienne Géographie, ce sont les Itinéraires Romains. Celui qui porte le nom d'Antonin, & la Table qu'on nomme Théodosienne , pénétrent dans toutes les parties de la Gaule. Une route décrite plus en détail qu'aucune autre dans l'Itinéraire de Bourdeaux à Jérusalem , traverse les provinces méridionales jusqu'aux Alpes. Par le grand nombre d'articles que la Notice de la Gaule ne doit qu'à ces Itinéraires, on peut juger combien l'étude de ces monumens est importante, pour remplir l'objet de cette Notice. Dans la recherche des positions que donnent les anciens Itinéraires, les distances qui y sont marquées paroissent souvent d'accord avec un rapport dans la dé. nomination des lieux, ou ayec d'autres notions particulières.

L'usage établi par les Romains dans toutes les provinces de l'Empire , de fixer les distances & de les compter , par des colomnes élevées sur les voies principales & militaires , n'est , je pense, ignoré de personne. Il est également constant, que dans la partie des Gaules

qui fut la première

و

* b

« AnteriorContinuar »