Jugemens des savans sur les principaux ouvrages des auteurs, Volúmenes4-6

Portada
Aux depens de la compagnie, 1725

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 195 - Connaissez-le , mon roi , c'est le comble du soin Que de vous obliger ont eu les destinées. Tous vous savent louer, mais non également : Les ouvrages communs vivent quelques années; . Ce que Malherbe écrit dure éternellement
Página 195 - Apollon à portes ouvertes Laisse indifféremment cueillir Les belles feuilles toujours vertes Qui gardent les noms de vieillir. Mais l'art d'en faire des couronnes N'est pas su de toutes personnes; Et trois ou quatre seulement, Au nombre desquels on me range, Peuvent donner une louange Qui demeure éternellement.
Página 192 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et réduisit la muse aux règles du devoir. Par ce sage écrivain la langue réparée N'offrit plus rien de rude à l'oreille épurée.
Página 60 - C'a été du moins le lentiment de Mr. de Sainte Marthe (i), qui ajoute qu'il avoit le génie très-heureux , & qu'il a rendu un fervice fignalé à la France, lorfqu'il a entrepris d'en purifier la Langue, de la débrouiller, de la rendre traitable & intelligible , & de lui donner de l'ordre & de la méthode. Voila fans doute en quoi confifte le principal mérite de Marot qui joignit au malheur d'embraflèr la nouvelle Réforme des Proteftans , celui d'infeâer la Cour de France par les ordures...
Página 371 - De bonne heure a pourvu d'utiles ennemis, Je dois plus à leur haine, il faut que je l'avoue, Qu'au faible et vain talent dont la France me loue.
Página 254 - Rome florissante, sous prétexte qu'il égale les premiers d'entre les anciens poètes latins qu'elle a produits, et que ses écrits semblenj nous porter à le confondre avec eux.
Página 371 - Tous les jours en marchant m'empêche de broncher. Je songe, à chaque trait que ma plume hasarde , Que d'un œil dangereux leur troupe me regarde. Je sais sur leurs avis corriger mes erreurs , Et je mets à profit leurs malignes fureurs. Sitôt que sur un vice ils pensent me confondre...
Página 290 - L'un peut tracer en vers une amoureuse flamme ; L'autre d'un trait plaisant aiguiser l'épigramme : Malherbe d'un héros peut vanter les exploits ; Racan, chanter Philis, les bergers et les bois : Mais souvent un esprit qui se flatte et qui s'aime Méconnaît son génie et s'ignore soi-même...
Página 304 - Molière : car les anciens poètes comiques n'ont que des valets pour les plaisants de leur théâtre; et les plaisants du théâtre de Molière sont les marquis et les gens de qualité. Les autres n'ont joué dans la comédie que la vie bourgeoise et commune, et Molière a joué tout Paris et la cour.
Página 334 - ... eft tout au plus approuvé dans un temps éclairé. On fera peu de remarques grammaticales fur la Sophonisbe de Corneille , et on tâchera de démêler les véritables caufes qui excluent cette pièce du théâtre.

Información bibliográfica