Imágenes de páginas
PDF
EPUB

grandes variations dans les effets de l'attraction. Ainsi les quantités qu'on peut négliger dans l'actraction éloignée, modifient considérablement les loix de l'attraction prochaine : d'ailleurs , la grande adion de notre globe influe continuellement fur ces loix, & les dérange dans tous les cas. La même force peut donc , suivant les circonstances, produire des effets très - différens. Comme nous manquons de moyens pour reconnoître dans chaque cas particulier, la figure & la position des 'moléculeś, il ne nous reste plus qu'à déterminer

par des expériences exactes & nombreuses, les rapports que les différens corps ont entre eux à l'égard de l'attraction.

[ocr errors]

L'attraction prochaine s'étendant à peine audelà du contact , il est clair qu'en général , son intensité dans un même

corps,

croît dans la même proporcion que le contact augmente. C'est par cette raison qu'il se présentera dans la suite de ces Observacions, plusieurs exemples qui prouvent qu'un corps attire plus fortement dans l'état liquide, que dans l'écar solide , & beaucoup plus forcement encore , lorsqu'il est réduit en vapeurs. Voyez en particulier ce qui est dit de l'acide marin, relativement au phlogistique (S. XLVII), & de la matière de la chaleur (S. XLVIII).

[ocr errors]
[ocr errors]

Dans cet ouvrage, je tâcherai de déterminer l'ordre des attractions suivant leurs forces respectives ; mais une mesure plus exacte, de chacune en particulier , qui puisse s'exprimer par des nombres , est encore à desirer : elle jetteroit cependant un grand jour sur toute cette doctrine (1).

On peut dikinguer plusieurs espèces d'attractions prochaines ; je ne ferai mentione

que

des principales. Lorsque des substances homogènes tendent à se réunir , il n'en résulte qu'une augmentation de masse, fans que la nature de la substance ait éprouvé le inoindre changement : cer effet s'appelle attraction d'aggregation. Mais fi des substances hétérogènes, mêlées ensemble, & abandonnées à elles - mêmes , forment entre elles de nouvelles combinaisons, le changement

( 1 ) M. de Morveau est , je crois, le premier qui ait déterminé & exprimé par des nombres l'adhésion du mercure avec quelques métaux. M. Achard donna ensuite une grande table, dans laquelle les forces d'adhésion de plusieurs corps sont tirés du calcul & de l'expérience. Enfin M. Kirwan a commencé depuis peu

à mesurer les attractions d'une manière ingénieuse , par la diminution de volume qui a lieu après la combinaison ; car il pense que la raison & la quantité de cette contraction dépendent de l'intensité de l'ata traction.

A

qui leur arrive , a plus de rapport

à leur qualice qu'à leur quantité, c'est ce que nous nommons attraction de composition. Si son action se borne à réunir-simplement deux ou plusieurs substances, c'est l'attraction de disolution, ou de fufion; selon qu'elle est faite par la voie humide, ou par la voie sèche. Enfin l'attraction de composition se divise en attraction élective simple , & en attraction double. La première a lieu , lorfque de trois substances fimples, qui s'attirent mutuellement, deux se combinent à l'exclusion de la troi. sième ; & la dernière , lorsque deux composés, formés seulement de deux principes prochains , viennent à changer réciproquement leurs prirrcipes à l'instant qu'ils sont mêlés ensemble. C'est principalement ces deux dernières espèces que nous examinerons dans la suite de cet Ouvrage.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

Soit A une substance que d'autres substances hétérogènes a, b, c, &c. attirent : supposong d'ailleurs , que A combiné avec c jusqu'au point de saturation, ce que nous désignerons toujours par la réunion de A & de c=Ac, tende à s'anio à b qu'on lui ajoute , en se sépacant de c; on dir

alors que A artire plus fortement b que c, ou que

b a une attraction élective plus forte que c. Supposons enfin que Ab soit décomposé par l'addition de a , que b soit rejetté, & que a prenne sa place , il s'ensuivra que la force attractive de a l'emporte sur celle de b , & que

la série b, c, &c. fera exactement dans l'ordre de l'efficacité des forces attractives de ces trois substances. Plusieurs donnent le nom d'affinité à ce que nous avons nommé attraction. J'employerai indifféremment ces deux termes par la suite, quoique le premier,"comme plus métaphorique, paroille moins propre dans un Ouvrage de Physique.

[ocr errors]

En 1718, Geoffroy imagina de faire voir au premier coup d'æil, la série des attractions électives , en disposant les signes chymiques dans un tableau , suivant un certain ordre. Mais cette admirable invention est louée par quelques-uns, & blâmée par d'autres : les premiers prétendent que les affinités suivent des loix conftantes , les derniers assurent qu'elles font vagues, & ne dépendent que des seules circonstances.

Or puisque toutes les opérations de la Chymie consistent dans l'analyse ou la synthèse, & que l'une & l'autre dépendent de l'attraction, il s'enfuit qu'il est de la dernière importance de terminer cette dispute. Ne rejettons donc pas toute cette doctrine , pour une ou deux irrégularités, peut-être mal entendues; examinons au contraire la question avec tout le soin & l'attention poslibles : & quand même nous trouverions enfin que les attractions dépendent uniquement des circonstances, ne concluons pas pour cela , qu'il eft inutile de connoître les différentes condicions qui les favorisent , les empêchent ou les troublent. Cette connoissance seroit encore d'une utilité très-étendue : l'on ne voit en effet aucun phénomène dans la nature , qui ne soit tellement lié avec certaines conditions, que lorsqu'elles viennent à manquer, le phénomène n'a pas lieu, ou varie suivant les circonstances. Il est imporsant pour la Science , que les changemens & les combinaisons des causes, soient connus dans chaque opération, aulli exactement qu'il est posfible & j'espère que dans le courant de cet Ouvrage , l'utilité d'une recherche exacte sur lęs attractions, sera clairement démontrée par plusieurs exemples.

Supposons au contraire, que les attractions fuivent des loix constantes , quand une fois nous aurons déterminé ces loix par l'expérience, ne feront-elles

pas la clef qui nous ouvrira le sanc

« AnteriorContinuar »