Imágenes de páginas
PDF
EPUB

1

& penetra même jusqu'à la Chine, où les Astronomes don-
nerent aux vingt-huit Constellations, qui dans leur fyftême
renferment toutes les étoiles , le nom d'autant de leurs He-
IOS , qu'ils affùrent avoir été changés en Afres. Il n'y eut que
les Egyptiens qui donnerent aux Constellations des noms
d'animaux, & c'est ce qui fut cause du culte que ce Peuple
leur rendit dans la suite (a).

Tel est le progrès de l'Idolâtrie , qui fut portée enfin aux
excès que je vais décrire.

On n'adora d'abord, comme on l'a dit, que les Aftres, le Soleil & la Lune; ensuite on regarda la nature elle-même, ou le monde, comme une Divinité. Les Affyriens l'adorerent fous le nom de Belus ; les Pheniciens, fous celui de Moloch ; les Egyptiens , sous celui d'Hammon ; les Arcadiens, fous celui de Pan ; les Romains, fous celui de Jupiter : & comme si le monde avoit été trop grand pour être gouverné par une seule Divinité, on en alligna chaque partie à un Dieu particulier , afin qu'il eût plus de loisir & moins de peine à la gouverner ; ou pour mieux dire , on voulut adorer la nature en détail, & on fit présider une Divinité à chacune de ses parties. On adora la terre, sous le nom de Rhea , de Tellus, d'Ops , de Cybele, de Proferpine, de Maïa, de Flore , de Faune, de Palès, & de Vertumne : le

sous ceux de Vulcain & de Vesta : l'eau de la mer & des fleuves , sous ceux de l'Ocean, de Neptune, de Nerée, des Nereïdes , des Nymphes & des Naïades ; l'air & les vents, sous ceux de Jupiter & d'Eole ; le Soleil , sous ceux d'Apollon, de Titan , d'Osiris, &c. La Lune, fous ceux de Diane, d'Iris, &c. Bacchus fut le Dieu du vin ; Cerès, la Déesse du bled ; chaque fleuve & chaque fontaine eut fa Divinité tutelaire ; l'Enfer, son Pluton ; la mer , Neptune & Tethys ; les bois & les montagnes, leurs Nymphes & leurs Satyres.

Les Colonies de l'Egypte & de la Phenicie qui vinrent s'établir dans la Grece, y porterent leur culte religieux, & ce culte se repandit peu-à-peu dans les differentes Provinces qui la composoient. C'étoit même une des plus grandes

(a) Voyez ce qui est dit sur ce sujet dans le Livre quatriéme.

feu,

[ocr errors][ocr errors]

ز

marques de considération qu'une ville

ville pût donner à ses voifins , d'adopter leur culte religieux & leurs ceremonies; car chacune avoit des Prêtres & d'autres Ministres qui regloient les choses divines, ajoutoient & retranchoient au culte primitif. De tout cela il se faisoit un mêlange confus , qui rendoit la Religion des Grecs, de toutes les Religions la plus monstrueuse & la plus superstitieuse. Lisez les Voyages de Pausanias , vous trouvez à chaque pas des Temples, des Autels , des Statues des Dieux de different metail , de differentes formes , & avec des noms particuliers, que, ou le lieu, ou quelque prétendu prodige, ou quelque væu public, leur avoient fait donner.

On assigna aulli des Divinités aux affections & aux parfions : Venus & Priape présiderent à la generation; Morphée au sommeil ; Hebé & Horta à la jeunesse ; Juturne chez les Latins , & Hygieia chez les Grecs , furent les Déesses de la santé ; & Jaso, de la maladie (a). On établit une Bellone pour la guerre , une Pomone pour les Jardins, des Furies pour les enfers. Toutes ces Divinités eurent des Temples, des Autels & des Sacrifices ; & comme les pafsions ne s'oublient jamais, il n'y eut point de crime qui n'eût un Dieu Patron. Les adulteres reconnurent Jupiter ; les Dames galantes , Venus ; les femmes jalouses, Junon; & les filoux, Mercure & la Déesse Laverne. Ce n'est

pas tout : il y avoit des Parques pour regler toutes les actions de la vie. Au mariage présidoient Junon, Hymenée, Thalaf

fius , Lucine , Jugatinus , Domiducus , & plusieurs autres, (2) S. Aug. dont les emplois infames font rougir les honnêtes gens (1).

Les femmes grosses ou en couche, invoquoient la bonne Déesse , Junon, Lucine, Hecate , Sofpita, Mena , Nixii Dei, Intercidona , Mater Matuta , Deverra, Egeria , Fluonia, Pere tunda, Prorsa, Poftverta, Rumilia, Divinités dont les noms, ainsi que ceux des autres Dieux qui présidoient à toutes les actions de la vie,

désignoient les emplois. Pour les enfans , on invoquoit la Déesse Nascio, ou "Natio, Opis, Rumina ,

De Civ. Dei.

(a) On ne fera que nommer présentement tous ces Dieux, ils feront dans le second Tome partie de l'Histoire des Divinités Romaines.

Porina,

[ocr errors]

Potina , Cunina, Levana, Paventia, Carnea, Edula , Osilago, Statilinus, Vagitanus, Fabulinus, Juventa, Nondina, Orbóna ; & cette derniere Déesse étoit pour les orphelins, ou pour consoler les peres & les meres de la perte de leurs enfans. Lorsqu'on posoit l'enfant à terre, on le recommandoit aux Dieux Plumnus & Picumnus : de peur même que le Dieu Sylvain ne lui nuisît , il y avoit trois autres Dieux qui veilloient aux portes, Intercido , Pilumnus, & Deverra. Car il est bon de sçavoir qu'à la naissance d'un enfant, on frappoit à la porte avec une hache, ou avec un maillet , & ensuite on balayoit le vesti bule, & on croyoit que Sylvain voyant ces trois marques, n'osoit entreprendre de nuire aux enfans, qu'il jugeoit par-là être sous la protection de ces trois Divinités. Statilinus présidoit à l'éducation de ces mêmes enfans ; Fabulinus, leur apprenoit à parler ; Paventia en éloignoit les objets de crainte & de frayeur; Nondina présidoit aux noms qu'on leur donnoit; Cunina avoit soin du berceau ; enfin Rumia conservoit le lait à leurs meres. Les Dieux Epidotes présidoient à la croissance des enfans, comme leur nom le prouve. (a) :

avoit tant de Dieux pour veiller à la naissance & à la conservation des enfans, il n'y en avoit pas

moins pour

les fruits & les moissons. Saint Augustin, qui dans ses Livres de la Cité de Dieu nous a conservé les noms de plusieurs Dieux, qu'on chercheroit vainement ailleurs, en compte seize qui veilloient aux semailles & aux moissons. Une Scie pour les bleds nouvellement semes: Segetia, quand ils commençoient à pousser; Tutilina, pour les conserver dans le grenier; Proserpine , quand ils germoient; Patekina, quand ils étoient prêts de pousser l'épi; Nodotus , quand ils commençoient à nouer, Parilena, Flora , Hostilina , Lacturtia , Matuta , Rumina & Robigus , & plusieurs autres , à qui on offroit des sacrifices dans les différentes faisons de l'année. On avoit encore Venus Libitina , pour présider à la mort; Plutus & Ops , pour les richelles; Janus, Forculus, Cardea & Limentina, pour avoir soin des portes ; Clufius & Patuleius étoient les Dieux qu'on invoquoit en les ouvrant ou en les fermant; (6) Laterculus &

(a) ésidco, fuper addo, augeo , j'augmente.
(6) Forculus , quasi à Foribus; Cardea, à Cardinibus; Limentina, à limine. Tous
Tome 1.

Аа

S'il y

les Penates, pour les foyers ; Jupiter Erceus pour les mu(1) ipxos railles (1); les Déesses Flore , Pomone, & les Dieux Ver. Soprem. tumne & Priape veilloient à la conservation des vergers, des

fleurs, & des fruits, comme Deverrona, à la recolte. Le Dieu Terme prenoit soin des champs & des bornes. On avoit aussi une Hippone pour les chevaux , Bubone pour les boufs, Mellone pour les abeilles. Murcea étoit la Déesse de la

parese; Offilago, étoit invoquée lorsqu'il s'agiffoit de remettre les entorses & les ruptures des os. Agenoria , l'étoit pour donner du courage. Hebé présidoit à la jeunesse , Senuius à la vieillesse; Momus à la raillerie, à la joye; Vetula , aux plaisirs, Volupta ,à la pauvreté Penia. Les grands parleurs invoquoient Aius Locatius: Harpocrate & Sigalion étoient les Dieux du filence. Pellonia étoit établie pour éloigner les ennuis; Populonia, pour détourner toutes sortes de ravages. On avoit divinisé la vie sous le nom de Vitulus , & la Fiévre avoit aussi fes Autels. On avoit un Dieu de l'ordure, nommé Stercutius,

d'autres besoins, Crepitus ; une Déesse pour les Cloa

un pour

ques, Cloacina.

A la Justice prélidoient Aftrée, Themis & Dicé. A la fabrique des monnoyes de cuivre, Æs, Æsculanus, & Æres; à toutes sortes d'especes , Juno-Moneta, ou simplement Moneta. Aristée & Mellonia étoient les Dieux des moûches à miel ; Salacia , la Déesse des tempêtes ; Eole le Dieu des vents. Vallonia & Epunda avoient loin des choses exposées à l'air. Myagrus , Muyodes & Achor , étoient les Dieux des moûches. Pavor , Timor , Pallor, étoient ceux que la crainte, l'effroi, & la pâleur qui les accompagne, avoient fait inventer. L'imprudence elle-même avoit la divinité tutelaire , qu'on nommoit Coalemus: Carius rendoit fpirituel, & Comus le Dieu des festins, gai & content. Enfin, il n'y avoit rien d'effentiel à la vie & aux plaisirs, qui n'eût une Divinité favorable. Les Romains en avoient deux pour l'amour ; l'une pour les amours mutuels, l'autre pour venger les amours méprisées, (a) les autres Dieux avoient des noms conformes à leurs emplois, tant chez les Grecs. que chez les Romains.

Voyez saint Auguftin, de Civitate Dei, 1. 4. 5. & 6. Lactance, après Pausanias, Pline, &c.

(a) Ovide l'appelle un amour d'oubli; Lerheus amor. I. 2. de Remed. amoris.

& cette passion étoit la Divinité la plus ancienne & la plus universellement adorée, Ce même Peuple avoit aussi deux Temples de la Pudeur, un dédié à la pudicité des Nobles & l'autre à celle du peuple: enfin, on en voyoit partout d'élevés à la Paix, à la Victoire, à la Pauvreté, à la Foi, à la Clemence, à la Pieté, à la Justice, à la Liberté, à la Concorde, à la Fortune, à la Discorde, à l'Ambition. On

appréhendoit le mal, on souhaitoit le bien, on vouloit fuivre les penchans fans remords ; & voilà l'origine de toutes ces Divinités naturelles & metaphoriques , dont les noms répondent aux emplois , & qu'on regardoit comme autant de Génies répandus dans le monde, qu'on croyoit en regler les mouvemens , & qu’on tâcha de se rendre favorables par les vaux & les sacrifices , parce qu'on les croyoit malfaifants. Les Poëtes invoquoient Apollon, Minerve , & les Muses; les Orateurs, Suada & Pitho ; les Medecins , Esculape, Meditrina , Confus , Hygieia & Telesphore ; les Valets & les Servantes, les Dieux nommés Anculi & Anculæ ; les Bergers, le Dieu Pan; les Bouviers, la Déesse Bubona ; les Cavaliers, Caftor & Hippona.

Comme chaque profession avoit ses Dieux, chaque action de la vie avoit ausfi les fiens : ainfi préfidoient aux différentes actions, Volumnus, Volupia , Libentia, Horfa , Horfilia, Stimula , Strenua, Stata , Adeona , Ageronia , Agonis , Abeona , Fefforia, Fugia, Pellonia , Catius, Fidius , ou Sanctus-Fidius , Sanctus, ou Dius, Murcia, Nonia, Numerica , Vacuna, Vertumnus, Victus, Vestitus , Vibilia. (a) On avoit inventé aussi des Dieux pour chaque partie du corps; le Soleil présidoit au cæur , Jupiter à la tête & au foye , Mars aux entrailles , Minerve aux yeux & aux doigts, Junon aux sourcils, Pluton au dos, Venus aux reins, Saturne à la rate, Mercure à la langue, Tethys aux pieds, la Lune à l'estomach, le Génie & la Pudeur au front, la Memoire aux oreilles, la bonne Foi à la main droite, la Misericorde aux genoux. On avoit,

comme nous l'avons dit ci-devant, divinisé chaque Verta; la Clemen

(a) On ne cite point d'Auteurs pour tout ceci : il n'y a qu'à lire les Histoires Grecques & Romaines , fur - tour Pausanias , Strabon ,'Tite - Live , &c. & Saiar. Augustin.

« AnteriorContinuar »