Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ce, la Concorde, la Justice , la Misericorde, la Pieté, la Pudeur, la Prudence, la Sagesse , l'Honneur, la Verité,,la Paix, la Liberté, & plusieurs autres,

On ne s'attend pas que je donne une notion plus étendue de ces Divinités subalternes ; leurs noms désignent assez leurs emplois, & il suffit de les avoir nommées, pour être au fait des Poëtes & des Mythologues qui en parlent. Je remarquequerai seulement, 1°. Que presque toutes ces Divinités étoient de l'inyention des Romains, comme leurs noms le font assez. connoître; & l'on voit par-là combien ces Maîtres du monde, qui avoient adopté presque tous les Dieux des Peuples qu'ils avoient vaincus, en ayoient encore introduit d'inconnus à ces mêmes Peuples : 2°. Que, la plupart de ces Divinités, étoient de l'invention des Peintres & des Sculpteurs : 3o. Qu'il y en avoit qui étoient particuliers à quelques familles, & même quelquefois à de simples particuliers. 4°. Que toutes ces vertus divinisées n'étoient que des fymboles , qui les représentoient ou fur des Medailles , où l'on en trouve un grand, nombre, ou sur d'autres Monumens. & dans les Inscriptions... 5°. Que leur culte n'étoit ni aussi celebre ni ausli érendu que. celui des grands.. Dieux ; que cependant il y en avoit un grand nombre qui avoient des. Autels & des Chapelles , &. qu’on invoquoit en certains temps; comme, avant la récolte aux vendanges, lorsqu'on cueilloit les fruits , dans les maladies des hommes ou des bestiaux , &c.

Outre ces Dieux, dont le nombre est déja immense , il y. en avoit de particuliers à chaque Nation ; d'autres qui étoient affectés à certaines Villes : & cela particulierement chez les Grecs & chez les Romains ;. soit qu'on, crût qu'ils étoient, nés dans ces Villes , ou qu'ils leur accordassent une protection particuliere. En un mot, presque toute la terre avoit été par agée entre plusieurs Divinités, & à l'exception des grands Dieux, qui étoient reconnus partout , quoiqu'honorés plus particulierenient en certains lieux, les autres n'étoient adorés. que chez quelques Peuples.,. & dans de certaines, contrées., Ceft de-là que ces Dieux étoient nommés Topiques, ou Po-. pulaires, & qu'ils ont tiré la plâpart de leurs noms , comme an le verra dans leur Histoire, des différents lieux où ils étoient honorés.

Ainsi Jupiter l'étoit spécialement dans l'Isle de Crete , où Ion croyoit qu'il avoit été nourri, à Dicte , au mont. Ida , au mont Olympe, au Pirée, dans l'Epire, à Dodone. Junong. à Argos, à Mycenes, à Phalisque, à Samos , à Carthage. Ce-rès, en Sicile, & à Eléufis. Vesta ou Cybele, dans toute la Phrygie, sur-tout à Berecynthe, & à Peslinunte. Minerve, à Alalcomene, à Athenes, & à Argos. Apollon, à Chrysa , Ville de Phrygie, à Delphes, à Cylla , å Claros, une des Cyclades, à Cynthe, montagne de Delos, à Grynée, à Lefbos, à Milet , á Patare, à Phaselis, montague de Lycie, à, Smynthe, à Rhodes, à Tenedos', à Cyrrha, chez, les Hypperboréens, & ailleurs. Diane à Ephese, à Delos, à Mycen nes , à Brauron dans l’Attique, à Magnesie, sur le mont Méar nale, à Segeste, &c. Venus à Amathonte en Chypre, à Cya. there, à Gnide, à Paphos , à Idalie, sur le mont Eryx dans la Sicile, sur l’Ida dans la Phrygie. Mars , à Rome, chez les Getes , & d'autres peuples du Nord, comme les Scythes &. les Thraces. Vulcain, dans les. INes Eoliennes, à Lemnos, auprès du mont Etna;. & plus anciennement en Egypte , dont: suivant les meilleurs Auteurs, il étoit la premiere Divinité., Mercure , sur l'Helicon, sur les monts. Cylleniens, à Nonacrie, & generalement dans toute l'Arcadie. Neptune, dans ; l'Isthme. de. Corinthe, au Tenare , & sur toutes les Mers.. Nerée, sur les côtes des Mers, & par les gens de marine, Saturne, dans plusieurs lieux d'Italie. Pluton, dans tous les sa-crifices qu’on offroit aux morts. Bacchus, à Thebes , à Nysa, à Naxos, &c. Esculape , à Epidaure, à Rome & ailleurs. Pan.. sur le Ménale en Arcadie, &c. La Fortune à Antium, Eole, dans les Illes qui portoient fon nom. Tels étoient les lieux : principaux de la Grece, de l'Asie mineure , & de l'Italie ,: où l'on honoroit les Dieux d'un culte particulier...

Enfin, pour comble d'absurdité, on adora les animaux & lesi reptiles; & ce n'étoient pas seulement les particuliers qui leur, affroient de l'encens & des facrifices, mais les Villes entie-; res où leur culte fut établi: : ainsi Memphis &. Heliopolisi adoroient le bæuf; Saïs & Thebes, les brebis; Cynopolis , les chiens; Mendès, les chevres & les boucs. ( 2.) Les Assyriens, (a) On expliquera dans le Liv. 4. ce qu'on doit penser du culte rendu aux animaux.

A a iij

les colombes. Dans quelques Villes on adoroit les singes ; dans d'autres les crocodiles & les lezars, les corbeaux, les cigognes , l'aigle, le lion; & ces Villes portoient même souvent le nom des animaux qui étoient l'objet de leur culte, comme Cynopolis, Leontopolis, Mendès , &c. Les poissons devinrent aussi l'objet d'un culte fuperftitieux, non-seulement parmi les Syriens , qui n'ofoient pas même en manger; mais aussi dans plusieurs Villes d'Egypte, de Lydie, & dans d'autres pays. Les uns plaçoient sur leurs Autels des anguilles, d'autres des tortues, & d'autres des brochets. (a)

- On n'en demeura pas là : les insectes, les serpens furent aussi adorés en Egypte & dans plusieurs autres pays. Epidaure & Rome avoient élevé des Temples à la coleuvre, qu'ils croyoient représenter Esculape. Il n'y eut pas jusqu'aux moindres insectes qui ne devinrent l'objet de cette folle fuperftition. Les Thessaliens honoroient les fourmis , doni ils croyoient tirer leur origine:les Acarnaniens, les moûches; & fi les habitans d'Accaron ne les adoroient pas , ils offroient du moins de l'encens au Génie qui les chassoit , & Beelzebur étoit leur grande Divinité. Enfin, les pierres elles - mêmes furent l'objet d'un culte public; comme celle que Saturne avoit avalée au lieu de Jupiter, & celle qui représentoit parmi les Phrygiens la mere des Dieux; & le Dieu Terme, qui étoit une espece de berne ou de rocher.

Que si nous voulons parler maintenant des Heros ou des demi-Dieux, quel prodigieux nombre n'en trouverons-nous pas leurs Temples étoientrepandus dans toute la terre, & leur culte, quoique moins solemnel que celui des Dieux, faisoit une partie considerable de la Religion payenne. Enée, surnomme Jupiter-Indigete, avoit une Chapelle érigée en son honneur sur les bords du fleuve Numicus ; Janus, Faunus, Pi.

Evandre , Fatua ou Carmenta, Acca - Laurentia , ou Flore, Matuta, Portumnus, Mania , Anna Perrenna, Vertumne, Romulus, & plusieurs autres, étoient honorés dans le pays

?

Latin. Hercule (6), Thesée, Caftor & Pollux, Hele(a) Consultez sur tout cela Vossius, de Idol. qui en traite fort au long.

b) Il n'y pas de Dieu Indigete dont le culte fut plus repandu que celui d'Hercule. La Grece , 1 Italie, la Gaule, l'Espagne, l'Afrique, la Libye, l'Egypte, & La Phenicie , lui ayoleat élevé des l'emples & des Autels.

ous >

ne, Agamemnon, & la plûpart des Heros de la Toison d'or ou du liege de Troye , eurent des Temples & des Autels dans la plûpart des Villes de la Grece. La Laconie honoroit Hyacinthe, & Timomarchus qui combattit pour les Lacedemoniens contre le Peuple d'Amycles, sans parler d'Agamentnon, de Menelas , de Paris & de Déiphobe. Les Messeniens offroient de l'encens & des sacrifices à Polycaon, à sa femme Messene, à leur fils Triopas, & au celebre Machaon fils d'Esculape. Les Arcadiens accorderent les honneurs divins à Calisto, à son fils Arcas , à Aristée qui avoit quitté l'Isle de Cos où il étoit né, pour venir en Arcadie apprendre à ce peuple l'art d'élever les abeilles. Le peuple d'Argos honoroit Persée , Lyncée, Hypermnestre, Io, Apis. Les Acarnaniens reveroient Amphiloque, & consultoient ses Oracles. Le peuple d'Athenes avoit rempli cette celebre Ville des Temples de Cecrops, de ses filles, Agraule, Herse & Pandrose; de Celeus & de Triptoleme fon fils, d'Erechreus & de ses filles. On y trouvoit aussi les Temples d'Egée , de Thesée, de Dedale , de Perdix fon neveu , d'Androgée , d'Alcmene, d'Eaque, d'Iolais, ce fameux compagnon des travaux d'Hercule, de Codrus, & d'une infinité d'autres. A Delphes on voyoit celui de Neoproleme; à Megare , celui d'Alcathoüs; chez les Oropiens celui d'Amphiaraus ; Thebes éroit celebre, non-seulement par le culte de Bacchus , de Semelé, de Cadmus, d'Hermione, mais aussi de toute cette illustre famille: ainsi Ino & Melicerte y eurent leurs Temples & leurs Autels , aussi bien qu'Hercule, Iolaüs & Amphiaraüs. Dans l’Elide les femmes sacrifioient une fois par an á Hippo

à damie, fille de Pelops. Telesphore étoit honoré à Pergame, Damia ou Lamia l'étoit à Epidaure , Nemesis à Rhamnus , Sanctus, ou Sangus chez les Sabins, Adramus & Palicus en Sicile, Coronis à Sicyone , Théagene chez les Thaliens Borée en Thrace, Pater-Curis chez les Volsques, Tellenus à Aquilée , Tanaïs en Armenie , Ferentina à Ferentum, Tagès en Etrurie , aujourd'hui la Toscane; Feronia , dans plufieurs lieux d'Italie, Marica à Minturne, les Graces, à Orchomene, les Muses, dans la Piérie & à Lesbos , & Amphiloque à Oropos. La Thessalie sacrifioir à Pelée, à Chi

[ocr errors]

ron, à Achille. L'Isle de Tenedos à Tenès, celle de Chios à Aristée & à Drimachus, celle de Samos à Lysandre, celle de Naxe à Ariadne, les Eginetes à Eaque , ceux de Salamine au fameux Ajax, fils de Telamon, l'Ife de Crete , à Europe, à Idomenée, à Molon, & à Minos. On voyoit en Afrique les Temples de plulieurs Rois. Les Maures honoroient Juba ; ceux de Cyrene , Battus ; les Carthaginois, Didon, Amilcar , &c. Les Thraces , Orphée , & leur Législateur Zamolxis.

On ne finiroit pas si l'on vouloit parcourir tous les autres lieux celebres

par

le culte de quelque Divinité particuliere , puisque toute la terre étoit remplie de Temples & d'Autels , élevés non-seulement aux grands Dieux, mais aussi aux Indigetes, (a) & que chaque Peuple & chaque Ville , generalement parlant, avoit mis au rang des Dieux ou des Heros , ses Fondateurs & les Conquerans. Si l'on croit avoir besoin de preuves , pour tout ce que je viens dire dans ce dernier arti

cle, on n'a qu'à lire Pausanias , qui parle des Temples consacrés à tous ces Heros , Strabon, & parmi les modernes,

Meursius dans son excellent Traité des Fêtes de la Grece ; le (1) Liv. 2. premier Livre de Vossius, & Rosin. (1)

Enfin, li l'on joint à tant de Dieux, les Génies & les Junons qui étoient comme les anges gardiens de chaque homme & de chaque femme, on n'aura pas de peine à croire ce que dit Pline, que le nombre des Dieux excedoit celui des hommes (b), ni ce que rapporte Varron, qui fait monter ce nombre à trente mille.

Je ne prétends pas dire qu'il n'y ait eu de tout temps dans presque tous les

pays du monde, quelqu'un qui ait rejetté dans le fond du cœur ces Divinités ridicules , du moins pour

la plậpart. Je sçais que Dieu se conserva quelques serviteurs parmi les Nations les plus Idolâtres; que Salem eut son Melchisedech, les Iduméens leur Job, les Chaldéens leur Abraham; mais à cela près, on doit croire que toute la terre étoit couverte des tenebres de l'Idolâtrie; qu'il n'y eut que le peuple

(a) Consultez pour tous ces Indigetes & leur culte, Pausanias , & Strabon , & parmiles modernes Meursius, Græcia Feriata, & Vossius, de Idol. Liv. I.

(b) Major cælitum populus etiam quam hominum intelligi potest, cum finguli quioque ex femetipsis toridem Deos faciant , Junones , Geniosque adaptan.to fibi. Pline ,

[ocr errors]
[ocr errors]
« AnteriorContinuar »