Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Les Posidonies, celle de Neptune , surnommé par les Grecs Poseidon. Les Titanies, celles des Titans; les Trophonies , celles de Trophonius. Les Theféides , celles de Thefée; les Diocléides, celles du Heros Dioclès, fans parler d'une infinité d'autres.

Enfin elles prenoient leur dénomination des surnoms des Dieux ; comme les Eleutheries , de Jupiter Eleutherien, ou Liberateur ; les Dyetinnies , de Diane Dy&tinne, & plusieurs

; autres.

Voici deux Fêtes qui demandent un peu plus de détail. La premiere étoit les Daphnephories, qui se celebroient tous les neufs ans. On mettoit un Globe de cuivre sur une branche d'Olivier, duquel pendoient plusieurs autres petits Globes : le premier designoit le Soleil, ou Apollon; le second, un peu plus petit, designoit la Lune; & les autres, les Etoiles. Les couronnes qui environnoient ces Globes, marquoient les jours de l'année. Cette branche ainsi ornée étoit portée en pompe par un jeune homme, qui tenoit aussi en main une branche de laurier, & pour cela étoit nommé Daphnephore. Ce jeune homme, choisi parmi les meilleures familles,

devoit être bien fait, fort & robuste, comme nous l'apprend Pausanias (1). La seconde étoit la Fête de la flagellation, nommée Diamastigote par les Grecs. Tertullien qui en parle, dit qu'à Lacedemone, où cette Fête étoit celebrée , les jeunes enfans de la premiere Noblesse, se tenoient devant l'Autel , où en presence de leurs parens ils étoient fouettés avec tant de cruauté, que quelquefois ils en mouroient , & cela sans se plaindre, ni donner la moindre marque d'impatience : ceux qui étoient les victimes de cette barbarie, étoient couronnés avant que d'être mis en terre. Dans la fuite on se contentoit de fustiger ces jeunes gens, jusqu'au premier sang. Pendant la ceremonie le Prêtre tenoit à la main une Statue de Diane, très-legere ; mais qu'il disoit s'appesantir lorsqu'on se relâchoit durant cette operation.

Les Dionysiaques étoient aussi des Fêtes celebres , non seulement à Athenes, mais aussi dans toute la Grece; leur nom marque assez qu'elles étoient instituées en l'honneur de Bacchus , nommé Dionyfus

. Elles se divisoient en grandes, en i petites, en anciennes & en nouvelles ; & chacune avoit des lingularités qui les distinguoient : dans toutes , regnoient la

(1) In Beot.

[ocr errors]

licence & la debauche. Ce Dieu avoit aussi plusieurs autres Fêtes,.comme, les Triéterides, ainsi nommées parce qu'on les celebroit tous les trois ans ; on les appelloit à Rome les Triennales, pour la même raison.

Le jour de la Dedicace de chaque Temple, étoit celebré par une Fête particuliere , qu'on nommoit les Encenies. Les quatre Saisons de l'année avoient aussi leurs Fêtes, qu'on nommoit Horées, du nom grec des Saisons, •281; & dans chacune de ces Fêtes on faisoit un repas solemnel des fruits de la terre. A chaque nouvelle Lune le faisoient les Fêtes nommées Neomenies. Les Fêtes des morcs, étoient appellées les Nemisées, parce qu'on croyoit que la Déesse Nemesis prenoit foin d'eux. Au mois de Janvier , étoit la Fête des noces, celebrée en l'honneur de Junon Gamelia , qui presidoit aux mariages. C'est de cette Fête que le mois auquel elle se celebroit, a pris le nom de Gamélion.

La Fête des Lampes se celebroit trois fois l'an. La premiere s'appelloit Athenée , la seconde Hepheftiée ou Vulcanie , & la troisiéme Promerhée. La ceremonie consistoit sut-tout à allumer des Lampes pendant la nuit. Celle qu’on celebroit à Pellene en l'honneur de Bacchus, & dans laquelle on allumoit aulli des Lampes, étoit nommée les Lampteries. Les Egyptiens du temps des Ptolemées, avoient une Fête qu’on nommoit la Enophorie , parce que ceux qui devoient assister au festin qu'on faisoit dans le temps de cette Fête, portoient à la main des bouteilles de vin. Les Pelories , celebrées par les Thessaliens , & & instituées par Pelorus , avoient beaucoup de rapport avec les Saturnales : les maîtres y servoient leurs valets à table, comme dans les Chronies celebrées à Athenes en l'honneur de Chronos ou Saturne. Les Sabasies étoient des Fêtes nocturnes en l'honneur de Jupiter Sabasien, ou de Bacchus qui avoit le même surnom ; nous examinerons ce que ce mot signifioit, dans l'histoire des mysteres de Mithras. Les Thargelies, Fête qui donna son nom au mois Thargelion , qui repond à notre mois d'Avril, étoient distinguées des autres par le Sacrifice de deux hommes, ou d'un homme & d'une femme, qu'on avoit soin d'engraisser auparavant. Les Plynteries étoient des jours de Fête de Minerve, qu'on croyoit malheureux, &

و

Fêtes des

pendant lesquels , selon Xenophon, on fermoit les Temples de cette Déesse. Il étoit défendu expressement de travailler à quelqu'ouvrage que ce fût , pendant les jours que devoit durer cette Fête, même en cas de necessité. Il étoit permis alors, par la Loy de Solon, de jurer par les trois noms de Jupiter, propice, expiateur, & défenseur.

Telles étoient les principales Fêres des Grecs : celles dont je n'ai point fait mention, sont reservées pour l'histoire des Dieux ou des Heros, dont je parlerai dans la suite. Aing on trouvera la description des Panathenées & des Pan-Hellenies dans l'Histoire de Minerve ; les Olympies dans la description de ces Jeux ; les Leontiques dans les myfteres de Mithras, dont elles faisoient partie ; les Eléusines , & Thelmophories , dans l'histoire de Cerès ; les fêtes Egyptiennes, à la suite de l'article d'Osiris, &c. Le Calendrier Romain étoit encore plus chargé de Fêtes

Romains, que celui des Grecs (a), puisqu'outre celles qu'ils en avoient empruntées, ils en avoient institué plusieurs inconnues aux autres Peuples : commençons par celles qu'ils avoient prises des Grecs.

Comme ceux-ci celebroient les Chronies en l'honneur de Saturne,

les Romains avoient leurs Saturnales qui furent celebrées

pour la premiere fois , au mois de Decembre , l'an de Rome 15.7. Pendant cette Fête, si nous en croyons Accius,

fi cité par Macrobe, qui a décrit fort au long cette Fête (1), le (1) L. Sat. Senat ne s'assembloit point & les Ecoles publiques étoient c. 7. fermées. Tout le monde prenoit le bonnet nommé Pileus , pour marque de la liberté, & des habits particuliers à cette Fête. On se régaloit; on s'envoyoit des presens; les Maîtres servoient les valets à table, & les traitoient magnifiquement: enfin tout respiroit la liberté, & rappelloit le souvenir du siécle d'or, pendant lequel Saturne avoit regné, & où tout étoit commun. Selon Macrobe que nous venons de citer, cette Fête commençoit anciennement le 14. avant les Kalendes de Janvier ; mais lorsque Cesar eut ajoûté deux jours à ce mois, elle fut reculée au 16.

La Fête nommée Javialia , étoit la même que celle que (a) Voyez pour cet article Ovide, Rosinus ; Beger, & Demípterus.

a

les Grecs appelloient Diafia, & elle se celebroit en l'honneur de Jupiter. Les Megaleses, chez l'un & l'autre Peuple , étoient instituées en l'honneur de Cybele, ou de la grande Mere. Les Romains qui celebroient cette Solemnité au mont Palatin, près du Temple de cette Déesse, y avoient ajoûté deux

jours, nommés Megalesiens. е La Fête Heriga, que les Grecs avoient établie en l'honneur

de Junon, se nommoit à Rome , Junonia, & étoit la même. Les Cereales & les Ambarvales des Romains, étoient aussi les mêmes

que

les Demerries & les Thefmophories des Grecs , & les unes & les autres, des Fêres de Cerès ; comme les Mangelies de ceux-là étoient les Panathenées des Grecs en l'honneur de Minerve; les Mercurialia des Romains , les mêmes que les Hermia des Grecs. Chez l'un & chez l'autre Peuple, les Orgies, les Triéteries , les Nyetilées & les Bacchanales , étoient les Fêtes de Bacchus. Mais parce qu'à l'occasion de ces dernieres Fêtes les Romains firent quelques changemens, il est bon de les indiquer. D'abord ils ne celebroient leurs Bacchanales,

, que trois fois l'année ; ensuite on les solemnisa (1) Quatrié- tous les mois. Voici ce qu'au rapport de Tite-Live (1), Hifme Dec. L. 9. pala Fecenia , Affranchie, declara sur cela au Consul Pof

thumius.

» Dans les premiers temps, lui dit-elle, les Bacchanales » n'étoient celebrées que par des femmes, sans qu'on y ad» mît aucun homme. Il y avoit trois jours de l'année , choi

sis pour initier à ces mysteres , & la ceremonie s'en faisoit de jour. Les Matrones choisissoient entre elles les Prêtresses

qui devoient y presider. Paculla Minia changea tout; initia » ses deux fils, fit faire la ceremonie la nuit, & au-lieu de

trois jours, elle en établit cinq dans chaque mois de l'an» née. Ce mêlange d'hommes & de femmes , donna lieu à

des desordres affreux, & s'il se trouvoit quelqu'un dans la

compagnie qui en marquât de l'horreur, on l’immoloit » comme une victime agreable au Dieu qu’on honoroit, ou » > on le faifoit disparoître

par le moyen de quelque machine » & on publioit qu'il avoit été enlevé dans le ciel.

Pendant cette Fête, c'est toujours le recit de l’Affranchie, e les hommes contrefaisant les insensés , & faisant diyers

[ocr errors]

► de

[ocr errors]

2

D

1.43.1.

» mouvemens de leur corps , prédisent l'avenir , pendant que , les femmes vêtues en Bacchantes, & toutes échevelées, » courent vers le Tybre, des torches allumées à la main,

qu'elles plongent dans le fleuve, où elles ne s'éteignent

point , parce qu'elles sont faites avec du fouphre & de la » chaux ». Le Senat, pour remedier à ce defordre , fit un Decret qui supprima la celebration de ces infames myfteres dans Rome , & dans toute l'Italie ; mais on conserva les Lia berales , autre Fête de Bacchus, surnommé Liber Pater , qu'on solemnisoit le

17

de Mars , parce qu'elles étoient moins licentieuses. On y offroit une liqueur, composée de miel , qu'on jetroit au feu.

Les Lupercales étoient celebrées également en Grece & à Rome, en l'honneur de Pan. Ce fut Evandre, au rapport de Tite-Live (1), de Plutarque (2), & de Justin (3), qui en :) Lir. 1.5.

(2in Rom apporta

les ceremonies d'Arcadie en Italie. Les jeunes gens, 3) Liy. pendant cette Fête , couroient tout nuds, tenant des fouets à la main, frappant indifferemment tous ceux qu'ils rencontroient. Les femmes, même celles de qualité, croyant que ces coups de fouët avoient la vertu de les rendre fecondes, ou de les faire accoucher heureusement quand elles étoient enceintes , s'approchoient pour les recevoir. Valere Maxime (4) prétend que cette Fête ne commença que du temps (4) L. 11.0.2. de Romulus, à la persuasion du Berger Faustulus. Dans la premiere celebration on immola des chévres au Dieu Pan. Les Bergers qui y étoient invités, s'étant échauffé la tête dans le festin, se partagerent en deux bandes, & coururent en folâtrant, revêtus des peaux des victimes qu'on venoit d'immoler. Pour rendre cette Fête plus solemnelle, les Romains avoient établi deux Colleges de Luperces, nommés les Fabiens , & les Quintiliens ; dans la suite on en créa un troisiéme en l'honneur de Cesar , encore yivant.

Les Esculapies des Romains, les Musées, les Anaces, & quelques autres, étoient des Fêtes empruntées des Grecs , que les uns & les autres celebroient en l'honneur d'Esculape, des Dioscures , & des Muses. Parlons maintenant de celles qui étoient d'institution Romaine.

Les Agonales , ou Agonies, instituées par Numa Pompilius,

ܪ

« AnteriorContinuar »