Imágenes de páginas
PDF
EPUB

se celebroient trois fois l'année, le 11. de Janvier , le 21. de Mai, & le 13. Decembre. On croit communément que Janus

étoit l'objet de cette Fête; cependant Feftus dit que c'étoit le (1) L. 1.de Dieu Agonius. Varron nous apprend (1)

qu'on y iimoloit un Ling. Lat.

Belier. L'étymologie du nom de cette Fête est contestée. Il y en a qui pensent qu'elle étoit tirée de la Formule que prononçoit le Prêtre avant que de sacrifier , Agon' , ferai-je ? D'autres prétendent que ce nom vient du mont Agon où l'on celebroit cette solemnité ; mais l'opinion la plus suivie, & qui est celle d'Ovide, eft que cette Fête fut ainsi nommée , à cause des Jeux, ou plûtôt des combats qui l'accompagnoient, que les Grecs nomment y av ds.

Les Angeronales, Fête d'Angerona, Déesse du silence, comme Harpocrate en étoit le Dieu parmi les Grecs, se celebroient le 21. Decembre.

L'Armiluftre , Fête du dix-neuviéme jour d'Octobre, avoit cela de particulier, qu'on étoit tout armé au Sacrifice qu'on y offroit. On confond souvent cette folemnité avec celle que celebroienc les Saliens; Prêtres du Dieu Mars , & pendant laquelle ils portoient les Anciles , qui étoient de petits boucliers, dont je parle ailleurs : mais il faut les distinguer, 1o. Parce que cette derniere Fête arrivoit le deux de Mars, 2°. On jouoit de la Aûte à la fête de l'Armilustre , & de la trompette à celles des Anciles.

Les Caprotines, celebrées le neuf Juillet, étoient une Fête de Junon surnommée Caprotine, où il n'y avoit que

des femmes pour Ministres des Sacrifices. Les Servantes, pour qui on la celebroit, couroient pendant cette solemnité, & se battoient à

coups de poing & de fouët. Celle des Carmentales, celebrée le quinze Janvier , étoit pour les Meres de famille. Je parle ailleurs de la Prophetesse Carmenta , mere d'Evandre.

Dans les Charities, dont la fête tomboir au onziéme des Calendes de Mars, les parens s'assembloient , & se faisoient des presens les uns aux autres.

Comme les Caprotines étoient pour les Esclaves du sexe, les Compitales , ou la fête des Carrefours, inftituée par

par le vieux Tarquin, étoit celle des hommes Esclaves , qui seuls pouvoient

y

par Enée,

y asister , & y offrir les sacrifices aux Genies des carrefours,
Y
en l'honneur de qui se faisoit la fête (1).

(1) Denys Les Confuales, dediées au Dieu Consus , étoient célebrées d'Hal. liv.4. dans une Chapelle soûterraine du Cirque, consacrée à cette Divinité. Pendant ce jour-là les chevaux & les mulers ne travailloient point. Cette fête, comme la plupart des autres, avoit des jeux, ainsi que des facrifices & des libations.

Dans les Faunales, celebrées aux Nones de Decembre en l'honneur de Faunus, on immoloit des boucs, & on faisoit des libations de vin : c'étoit au milieu des bois qu'on s'assem bloit pour cela.

Les Ferales, qu'Ovide dit avoir été inftituées étoit une fête des Morts, dans laquelle on portoit aux sepulcres des viandes, pour y célebrer un festin. .

Les Fontinales, ainsi nommées parce que ce jour-là on jettoient dans les fontaines des couronnes , qu’on mettoit sur la tête des enfans, tomboient le 13. d'Octobre. .

Les Fordicales, du mot forda , qui veut dire, une vache pleine, arrivoient le 15. d'Avril, & on immoloit une vache

& avant qu'elle eût mis bas.

Les Fornacales , qui devoient leur inftitution à Numa Pompilius , & qu'on célebroit le 12. avant les Kalendes de Mars , étoient une fête au jour de laquelle on metroit de la farine dans une fournaise, en l'honneur de la Déesse Fornax.

Comme Laverna étoit parmi les Grecs la Divinité des vo-
Leurs , Furina l'étoit chez les Romains , qui avoient institué
une Fête en son honneur, nommée Færinalia, qu'on célebroit,
selon Rosin, le 12. des Kalendes de Juillet. Le Prêtre de
Lette Déesse étoit appellé Flamen Furinalis. Elle avoit aussi
un Bois sacré, dans lequel, au rapport de Plutarque , C. Grac-
chus fut tué.
Les Hilaries, dont le nom marque

affez
que

la fête étoit gaye, se célebroient en l'honneur de Cybele , le 8. avant les Kalendes d'Avril

. On y portoit ses plus beaux habits ; on y changeoit même ceux de la condition, contre ceux d'une autre, & on faisoit conduire devant soi, ce qu'on avoit de plus beau & de plus singulier dans la maison. Les Laurentales, instituées en l'honneur d'Acca LaurenTome I.

0:0

[ocr errors]

. ch. 16.

tia , femme du Berger Fauftulus, & nourrice de Romulus & de Remus, tomboient fur le dixiéme avant les Kalendes de Janvier. Les Pontifes y offroient les sacrifices dans le Velabre près du Tybre.

Les Feries Latines ne se celebroient pas à Rome , mais à Albe, où les villes Latines, au nombre de quarante-sept, avec les Magistrats Romains s'assembloient, pour y sacrifier tous de concert, en l'honneur de Jupiter Lätialis, un Taureau, dont chacun après l'immolation, avoit une partie. On y offroit aussi du lait, du fromage, & d'autres especes de libation, que ceux qui venoient à cette solemnité, y appor

toient. D'abord elle ne duroit que deux jours, puis on y en (1) Sat. liv. ajouta un troisiéme , & enfin un quatrieme. Macrobe (1) ob

serve qu'il n'étoit pas permis de commencer la guerre pendant les jours de cette Ferie, qu'il nomme , après Varron, Latiar.

Les Lemuries étoient établies pour appaiser les Genies mal. faisans , qu'on nommoit Lemuria. On croyoit qu'on pouvoit les chasser des maisons, où ils causoient de l'épouvante pendant la nuit, en leur jettant des féves.

Les Fêtes Romaines avoient toujours quelque motif de leur institution; on y demandoit aux Dieux, ou une bonne récolte, ou quelqu'autre bien. On y appaifoir ceux qu'on croyoit avoir offensés ; on vouloit détourner les maux dont on étoit mena. cé, comme on peut l'avoir jugé par l'histoire de celles dont je viens de parler. Souvent c'étoit pour se ressouvenir d'un bienfait reçu, & telle étoit la Fête nommée les Luceries, mot tiré de Lucus, bois facré. Cette folemnité se célebroit dans un de ces bois , qui étoit entre la Voye Salarie & le Tybre , en mémoire de ce que les Romains poursuivis par les Gaulois, y avoient trouvé une retraite qui les avoit fauvés : ou bien pour conserver la memoire d'un mauvais évenement ; telle étoit la Fête des Populifugies , établies pour renouveller le souvenir du jour auquel le Peuple , & les Gardes mêmes de Romulus, avoient pris la fuite , lorsqu'on apprit la Conspiration des Fidenates & des autres peuples Latins, contre les Romains. Quelquefois feulement pour s’exciter à la joye; telle étoit la Fête des Maiames, ainsi nommée, parce qu'on

la célebroit le premier Mai, jour auquel les principaux de la
ville se rendoient à Ostie, où ils prenoient toutes sortes de
divertissemens. Comme les solemnités où le plaisir domine ,
sont celles qu’on a le plus de peine à abolir, celle-ci dura
long-temps, même sous les Empereurs Chrétiens.
Nous avons vû qu'il y avoir des Fêtes propres

à certains états, comme les Caprotines pour les Servantes, & d'autres pour les Valets; en voici encore du même genre. Les Mar, , chands en avoient une, qu'ils célebroient au mois de Mai , en l'honneur de Mercure, le Dieu du Commerce.

Les Matrales étoient la Fête des Matrones, en l'honneur de la Déesse Matura, à laquelle on offroit des libations rustiques, cuites dansides

pots de terre : ce sont ces libations qu'O. vide (1) nomme Flava liba. Mais comme la grandeur veut se

(1) Fait. soutenir partout, même jusqu'au pied des Aurels, les Dames liv. 6. Romaines qui excluoient toutes les Esclaves de cette Fête, en faisoient venir une seule qu'elles soufflettoient largement. Ces Matrones avoient encore une autre Fête nommée Matrona. lia, qu'elles célebroient en l'honneur du Dieu Mars, le premier du mois qui porte le nom de ce Dieu. Ovide (2) rap- (2) Fast. porte cinq raisons de l'institution de cette Fête. La premiere, en memoire de la paix faite entre les Sabins & les Romains, à laquelle les Sabines, femmes de ces derniers , eurent tant de

part. La seconde, afin que Mars rendît ces Dames Romaines aussi heureuses, que Romulus fon fils. La troisiéme, afin que la fécondité

que

le mois de Mars procure à la terre, leur fût accordée. La quatrieme, parce que c'étoit à pareil jour qu'on avoit dedié au mont Esquilin un Temple à Lucine, la Déesse des accouchemens. La cinquiéme, qui revient à la même , parce que Mars étoit fils de Junon, laquelle préside aux mariages.

Les Pastres & les Bergers avoient auli leur Fête ; c'étoit celle des Palilies , dediée à Palès leur Déesse. Ce jour-là le peuple avoit soin de se purifier avec des parfums , mêlés de fang de cheval , de cendres d’un veau qu'on faisoit brûler au

(3) Les Ver moment qu'on l'avoit tiré du ventre de sa mere (3), & de ti- tales avoient ges de féves. Les Bergers , dès le matin du jour de la Fête , seules le droit

de brûler ce purifioient aussi leurs bercails & leurs troupeaux ,

de

liv. 3•

avec

veau.

[ocr errors]

l'eau & du souphre, & faisoient brûler l'herbe nommée Sabine, dont la fumée se repandoit dans tout le bercail. Après cela , ils facrifioient à la Déesse, du lait , du vin cuit, & du millet ; puis suivoit le festin. Le soir ils faisoient brûler de la paille ou du foin , & fautoient pardessus : Ovide décrit fort au long toute cette solemnité. Ces ceremonies étoient accompagnées d'ingrumens , tels

que

des flûtes., des cymbales & des tambours, qui jouoient toute la journée.

Enfin les jeunes gens & les Ecoliers avoient aussi leur Fe. te, nommée Quinquatries, mot dont on peut voir l'étymologie dans Varron & dans Feftus. Ce jour-là les Ecoliers faifoient des presens à leurs Maîtres : cette Fête tomboit. le.

14. avant les Kalendes d'Avril..

Terminons cette Lifte par quelques autres Fêtes moins ce. lebres, sur lesquelles nous dirons peu de choses. Les Medi

. trinalles , étoient les jours qu'on goûtoit le vin nouveau. Les Romains avoient une Déesse Meditrinale , & c'étoit, en son honneur

que

la Fête étoit inftituée.. Les Opalies, étoient la fête d'Ops, la même que Cybele. Anciennement on la célebroit le même jour que les Saturnales, mais Cesar, dans la reformation du Kalendrier, la remit à un autre temps.

Les Quirinales, étoient la fête de Romulus , surnommé Quirinus. Elle étoit nommée la fête des fous, parce que ce jour-là ceux qui avoient oublié de célebrer les Fornacales, dont nous avons parlé, étoient. obligés pour expier leur faute, de facrifier à Quirinus.

Le Regifuge avoir été inffitué pour conserver le souvenir de

l'expulsion de Tarquin ; & ce jour-là le Roi des Sacrificateurs (1)QQ.Rom. prenoit la fuite dès que le Sacrifice étoit offert. Plutarque (1)

donne une autre origine à cette fête ; mais Ovide (2) & Festus (2) Faft. 2.

sont en cela plus croyables que lui.

Comme la crainte des maux à venir avoit beaucoup de dans le culte religieux des Payens , ils avoient établi des fêtes pour en être preservés : celle qu'on appelloit Robigalia , du Dieu Robigus , qu'on croyoit garantir les bleds de la rouille , étoit de ce nombre. On la célebroit sur la fin d'Avril, &on offroit à cette Divinité une brebis & un chien , avec du. vin & de l'encens.

[ocr errors]

62.

de part

« AnteriorContinuar »