Imágenes de páginas
PDF
EPUB

aride, comme l'efprit de notre Evangile, après un bonheur & un repos que nous ne faurions trouver. A peine détrompés par la poffeffion d'un objet, du bonheur qui fembloit nous y attendre, un nouveau defir nous jette dans la même illufion; & paffant fans ceffe de l'efpérance du bonheur au dégoût, &. du dégoût à l'efpérance, tour ce qui nous fait fentir notre méprise, devient lui-même l'attrait qui la per- . pétuë.

Il femble d'abord que cette erreur ne devroit être à craindre que pour le peuple. La baffeffe de fa fortune laiffant toujours un espace immense audeffus de lui, il feroit moins étonnant qu'il fe figurât une félicité imaginaire dans les fituations élevées, où il ne peut atteindre ; & qu'il crût, car tel eft l'homme, que tout ce qu'il ne peut avoir, c'eft cela même qui eft le bonheur qu'il cherche.

Mais l'éclat du rang, des titres, & de la naiffance, diffipe bien-tôt cette vaine illufion. On a beau monter, & être porté fur les aîles de la fortune au-deffus de tous les autres, la félicité fe trouve toujours placée plus haut que nous-mêmes plus on s'éleve plus elle femble s'éloigner de nous, Les

>

[ocr errors]

chagrins & les noirs foucis montent, & * vont s'affeoir même avec le Souverain fur le Trône: le diadême, qui orne le front augufte des Rois, n'eft souvent armé que de pointes & d'épines qui le déchirent; & les Grands, loin d'être les plus heureux, ne font que les triftes témoins qu'on ne peut l'être fans la vertu fur la terre.

Il est vrai même que l'élévation nous rend plus malheureux, fi elle ne nous rend pas plus fidéles à Dieu. Les paffions y font plus violentes ; l'ennui plus à charge; la bizarrerie plus inévita ble; c'est-à-dire, le vuide de tout ce qui n'eft pas Dieu, plus fenfible & plus affreux.

REFLEX. Es paffions plus violentes. Oui, SIRE, les paffions font tous nos malheurs ; & tout ce qui les flatte & les irrite augmente nos peines. Un Grand voluptueux eft plus malheureux & plus à plaindre que le dernier & le plus vil d'entre le peuple: tout lui aide à asfouvir fon injufte paffion, & tout ce qui l'affouvit la réveille fes defirs croiffent avec fes crimes; plus il fe livre à fes penchants, plus il en devient le jouet & l'efclave: fa prospérité rallume fans ceffe le feu honteux qui

le dévore, & le fait renaître de fes propres cendres: les fens devenus fes maires, deviennent fes tyrans: il fe raffafie de plaifirs, & fa fatiété fait elle-même fon fupplice ; & les plaifirs enfantent eux-mêmes

[ocr errors]

dit l'Ef. prit de Dieu, le ver qui le ronge & qui le dévore: Et dulcedo illius vermis. Job. z Ainfi fes inquiétudes naiffent de fon 21. abondance: fes defirs toujours fatiffaits, ne lui laiffant plus rien à defirer, le laiffent triftement avec luimême l'excès de fes plaisirs en augmente de jour en jour le vuide ; & plus il en goûte, plus ils deviennent triftes & amers.

:

Son rang même, fes bienféances fes devoirs, tout empoisonne fa paffion criminelle. Son rang; plus il est élevé, plus il en coûte pour la dérober aux regards & à la cenfure publique : fes bienféances; plus il en eft jaloux, plus les allarmes qu'une indifcrétion ne trahiffe fes précautions & fes mefures font cruelles: fes devoirs; parce qu'il les faut toujours prendre fur fes plaifirs.

Non, SIRE, le Trône où vous êtes affis, a autour de lui encore plus de remparts qui le défendent contre la volupté, que d'attraits qui l'y enga

gent: fi tout dreffe des piéges à lá jeuneffe des Rois, tout leur tend les mains auffi pour leur aider à les éviter. Donnez-vous à vos peuples à qui vous. vous devez; le poifon de la volupté ne trouvera guéres de moment pour infecter votre cœur : elle n'habite & ne se plaît qu'avec l'oifiveté & l'indolence. Que les foins de la royauté en deviennent pour vous les plus chers plaifirs: ce n'eft pas regner de ne vivre que pour foi-même. Les Rois ne font que les conducteurs des peuples : ils ont à la vérité ce nom & ce droit par la naiffance; mais ils ne le méritent que par les foins & l'application. Auffi les regnes oififs forment un vuide obfcur dans nos annales; elles n'ont pas daigné même compter les années de la vie des Rois fainéants; il femble que n'ayant pas regné eux-mêmes, ils n'ont pas vêcu: c'eft un chaos qu'on a de la peine à éclaircir encore aujourdhui ; loin de décorer nos hiftoires, ils ne font que les obfcurcir & les embarras fer; & ils font plus connus par les grands hommes qui ont vêcu fous leur regne, que par eux-mêmes.

Je ne parle pas ici de toutes les autres paffions, qui plus violentes dans l'élévation, font fur le cœur des Grands des

[ocr errors]
[ocr errors]

des plaies plus douloureufes & plus profondes. L'ambition y eft plus déméfurée. Hélas! le citoyen obfcur vit content dans la médiocrité de fa deftinée: héritier de la fortune de fes peres, il fe borne à leur nom & à leur état; il regarde fans envie, ce qu'il ne pourroit fouhaiter fans extravagance; tous fes defirs font renfermés dans ce qu'il pofféde; & s'il forme quelquefois des projets d'élévation, ce font de ces chimères agréables qui amufent le loifir d'un efprit oifeux, mais non pas des inquiétudes qui le dévorent.

Au Grand, rien ne fuffit, parce qu'il peut prétendre à tout: fes defirs croif fent avec fa fortune; tout ce qui eft plus élevé que lui, le fait paroître petit à fes yeux ; il eft moins flatté de laiffer tant d'hommes derriére lui, que rongé d'en avoir encore qui le précédent; il ne croit rien avoir, s'il n'a tout, fon ame est toujours aride & altérée; & il ne jouit de rien, fi ce - n'eft de fes malheurs & de fes inquiétudes.

Ce n'eft pas tout. De l'ambition naiffent les jaloufies dévorantes ; & cette paffion fi baffe & fi lâche, est pourtant le vice & le malheur des Grands. Jaloux de la réputation d'au Petit Carême.

K

« AnteriorContinuar »