Imágenes de páginas
PDF
EPUB

C A. Vi.

& ce qu'il sera dans tous les siecles : Jesus

Christies heri, do hodie : ipfe doo in sacula. Sa Hebr. 13. 8. résurrection & son état glorieux n'ont rien

changé dans sa miséricorde ni dans sa bonté pour nous: ou s'il s'est fait en lui quelque changement à notre égard, c'est en ce qu'il est devenu , ce semble, plus indulgent plus doux, plus ouvert, &, si on ose le diic, plus aimable par rapport à nous. Ses Apôtres l'avoient lâchement abandonné. Le premier d'entr'eux l'avoit renoncé trois fois devant plusieurs témoins à la seule pa. rolc d'une esclave. Aucun d'eux, excepté faint Jean, n'étoit revenu de la premiere terreur, & n'avoit osé être spectateur de fes souffrances. Et néanmoins le premier foin de J. C. est de les consoler. II charge les pieuses femmes qui étoient venues à son sépulcre, & en particulier Marie-Magdeleine, de leur porter la nouvelle de la résurrection, en les appellant ses freres vade ad fratres meos : terme dont il ne s'é. toit point servi pendant la vie mortelle, 8 qu'il se hâte de leur donner avant le renouvellement de leur foi,avant leur pénitence, avant qu'ils l'aient mérité par leur humilité par leur amour.

3. Il se montre à Pierre le jour même qu'il est ressuscité, & avant que de se maniKfter aux autres Apôtres: comme s'il étoit pressé d'essuier ses larmes , & comme s'il avoit de l'impatience de l'assurer qu'elles avoicnt effacé son péché. Il n'y a rien de plus admirable que la maniere, dont ille lui fit -réparer après la pêche miraculeuse arrivée en Galilée. Car au lieu de lui remettre deVant les

yeux les trois renoncemens, & d'en exiger une humiliante confession, il se con

[ocr errors]

tenta de lui demander trois fois s'il l'aimoit CHAP. VI. & de couvrir la faute, dont la crainte avoit été la cause , par une charité dont l'esprit de grace & de liberté étoit le principe. Il en usa de même pour le guérir de la présomption, & pour la lui faire expier. Car il se contenta de la lui

marquer

indirectement, en lui demandant s'il l'aimait plus que les autres disciples ne l'aimoient : diligis me plus his ? le faisant souvenir avec une bonté pleinc d'attention à le ménager, qu'il s'étoit préféré à eux en l'affurant que quand tous les autres l'abandonneroient, il lui demeureroit fidéle. Et ce qui met le comblc à l'indulgence à & la douceur de J. C. c'est qu'il ne paroît vouloir s'assurer de l'amour & de l'humilité de saint Pierre, que pour lui confier ses agneaux, les lui recommandant à chaque nouvelle protestation: amas me ? pasce agnos meos : & ne lui disant jamais, que c'est pour réparer les trois renoncemens qu'il exige de lui trois protestations de son amour.

4. Quiconque a lu avec attention toutes les circonstances de l'entretien de J. C. avec ses deux disciples qui alloient à Emmaus, doit avouer qu'il n'y a rien dans toute la vie de JESUS-CHRIST qui soit si touchant, ni si capable de persuader & de faifaire sentir combien l'amour de J ES U SChrist est tendre, ouvert, sincere , fainilier même, & combien il prend plaisir à exciter & à rassurer le nôtre. Qu'on examine comment il se met du voiage : comment il entre dans la conversation, après être entré dans les dispositions de ceux qu'il vouloit instruire : comment il ajoute des reproches de lenteur & d'incrédulité à ses

[ocr errors]
[ocr errors]

CHAP. VI. discours persuasifs , rien n'étant plus capa

ble de consoler des personnes foibles & découragées, que de leur dire que leur bonheur est firéel , qu'il y a une espece de folie à le regarder comme douteux: comment il entre secrettement dans leur cæur,en mê. me tems qu'il leur explique les Prophétes : comment il se fait prier pour demeurer avec eux ,

afin de rendre la présence plus aimable par la crainte d'en être privés : com. ment il met un voile sur leurs yeux aussi long-tems qu'il est nécessaire qu'il paroisse leur égal, & que l'entretien soit semblable à ceux des amis: & comment enfin il disparoît après avoir dissipé ce voile qui avoit caché la dignité pendant qu'il étoit appliqué à témoigner son amour. Qu'on examine tout cela, comme de fi grandes cho. ses doivent être examinées, & l'on conviendra que JESUS-CHRIST ne pouvoit rien faire après la résurrection qui fût plus capable d'établir notre confiance en lui, & de nous rendre certains de son amour.

ş. Pourquoi demande-t-il à Marie-Magdeleine quel est le sujet de ses larmes ? & pourquoi les rend-il plus abondantes par cette question, finon parce qu'elles sont un témoignage de l'amour de Magdeleine , auquel il prend plaisir , & parce qu'il aime luiinême, puisqu'il desire d'être aimé ? Pourquoi se cache-t-il à elle dans le tems même qu'il se montre , sinon pour augmenter son desir, pour se faire chercher avec plus d'ardeur , &

la consoler d'une maniere plus sensible, en ajoutant la surprise à la manifestation : Qui peut exprimer ce que produisit dans le coeur de Magdeleine le ton de voix auquel elle reconnue son maître,

pour

[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

de ces paro

breu pour

& son ancienne bonté? Doata-t-elle un mo- CHAP. VI.
ment qu'il n'eût pour elle , & par consé-
quent pour ses autres disciples , les mêmes
sentimens qu'elle lui avoit connus avant la
mort ? & lorsqu'elle voulut se jetter à ses
pieds dans la pensée qu'il alloit lui être cn-
levé, & qu'elle ne pourroit plus ni le voir
ni l'entendre, combien fut-elle consolée en
* apprennant de lui-même

* C'eft le
que
son retour

sens litteral vers son Pere étoit différé, & qu'elle auroit long-tems le bonheur de le voir dans les, nondum la Galilée, où il l'avoir délivrée de la pero afiendi, &c. session de sept démons, & où il la chargeoit mi'es selon le de dire à ses Apôtres de s'assembler. langage hé.

6. L'histoire de la pêche iniraculeuse ar- nondum af rivée dans ce pais , est encore pleine de cir- cendo. constances pareilles. JESUS-CHRIST paroît le matin sur le rivage de la mer, après le travail inutile de ses Apôtres durant la nuit. Et pour être plus en état de se familiariser avec eux,

& d'être pris par eux pour leur égal , non-seulement il se cache par un miracle passager qui empéche qu'il ne soit connu, mais il ajoute à ce voile extérieur celui d'un langage familier & populaire. cc Enfans, leur dit-il, n'avez-vous rien à ce manger ? Pueri, numquid pulmentarium habetis ? Qui se seroit attendu , dans une telle gloirc & dans un état fi élené au-dessus de nous, que J. C. seroit capable d'une fi aimable bonté? Mais plus nous avions besoin d'être rassurés contre le préjugé, que desormais nous lui serions moins chers; ou qu'il seroit pour nous moins accessible plus il affecte de descendre jusqu'à nous, & de jetter un voile

sur fa majesté , pour nous persuader qu'il est toujours le même à now tre égard. il n'attend pas que ses Apôtreg

[ocr errors]

CHAP. VI. tirent le filet à bord, qu'ils allument du

feu , qu'ils y mettent une partie de leur péche, qu'ils aillent chercher du pain. Luimême leur prépare tout cela : & pour comble de bonté, il les ferr lui-même, leur dirtribue le pain & les poissons qu'il avoit préparés, & leur prouve d'une maniere qu'il est plus aisé de sentir que d'exprimer, qu'il est tel après la résurrection qu'ils l'ont connu avant sa mort, & qu'il est encore parmi eux plûtôt comme serviteur, que comme maître.

7. Mais rien ne prouve plus efficacement, que son nouvel état n'a rien changé dans la charité, & , fi je l'ofe dire, dans son humilité, que le miracle qu'il a fait pour conserver ses plaies dans son état immortel & impaslīble, & pour les conserver,non par le seul vestige, ou par une cicatrice apparente, mais par les ouvertures profondes faites par les cloux & par la lance, capables de recevoir le doigt & la main, & d'être réel. lement fondées. Ce prodige , que l'amour seul a pu inventer, & dont le desir d'exci. ter notre confiance a inspiré le dessein à l'amour, n'a été connu par aucun Prophéte,

le moins n'a été prédit par aucun d'eux. Nous en devons la certitude & la claire connoissance à l'incrédulité de saint Thomas, ou plûtôt à la charité du pasteur pour une brebis indocile. Mais combien cette charité est-elle admirable ? C'est après avoir guéri l'incrédulité, qu'elle exhorte à n'y pas retomber. Les paroles de saint Thomas ont été entendues : on le lui fait connoîtrc indirectement, en lui demandant qu'il mette son doigt dans les ouvertures des mains , & fa main dans celle du côté.

ou pour

« AnteriorContinuar »