Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAP. VI.

CHRIST même est le Médiateur , qui a fait
fa caufe de la leur, qui ne s'est pas conten-
cé d'être leur Pontife, inais qui est aussi
devenu leur victime ; & qui a consenti à
mourir pour expier leurs péchés, non de
cette sorte d'expiation que les facrifices de
la loi peuvent procurer , & qui ne va point
jusqu'à la conscience, mais de cette expia-
tion qui change le pécheur en innocent
& le coupable en enfant de Dieu : Qui fe-
roit affez hardi pour contester le prix d'un
tel facrifice, & d'une telle victime? Qui
oferoit en présence de JESUS - CHRIST
faire revivre des crimes qu'il a ensevelis ?
Qui pourroit dégrader l'agneau sans tache,
qui ôte les péchés du inonde, & le réduire
à la condition des hosties qui s'offrent tou-
jours dans le temple, mais qui laissent
subfifter des iniquités dont on fe fouvient
toujours, & dont on n'est jamais déchar-
gés

6. Si JESUS-CHRIST étoit seulement mort , & non ressuscité, on pourroit craindre que son sacrifice n'eût pas été accepté, & qu'il nous eût laissé dans la difgrace de Dieu

en succombant pour nous à la justice. Mais fà résurrection est une preuve que fa mort a .tout obtenu : c'est-à-dire, que nous avons tous été compris dans la mort, & que pous fommes tous, en lui des hommes nouveaux par sa résurrection : que nos anciens péchés sont demeurés en fevelis dans le tombeau ; qu'ils nous sont devenus étrangers ; que

l'ancienne condannation ne nons Rom. 8. 1. regarde plus. Nihil nunc damnationis eft

iis qui funt in Chrifto Jesu.

7. Mais JISUS-CHRIST n'est pas fcue

lui & pour

[ocr errors]

leinent ressuscité : il est assis dans le Ciel CHAD. VI. à la droite de Dieu , ou il parle & fait inItance pour nous. Il est entré dans tous les droits dûs au Fils de Dicu. Sa puissance dans le Ciel & dans la terre est sans bornes. Il peut sauver, absoudre, justifier qui il veut. Il ne doit compte à personne des ses graces & de ses miséricordes. Il peut & il fait tout ce que fait son Pere. Aucun n'a droit d'appeller à son Pere de ses jugemens. Il est aflis à sa drojte. Il a le inême trône que lui. Il a le même tribunal ; & nous ne slevons pas craindre que le Pere diminue , fufpende ou révoque ce que le Fils a ordonné

par une autorité qui est la même que celle du Pere.

8. Mais si notre foi & notre espérance ont encore besoin d'être afferinics, confia dérons quel usage fait JESUS-CHRIST de l'auguste place qu'il occupe. à la droite dc son Pere. Il y continue le ministere & la fonction de Médiateur & de Pontife. Il y est même comme victime, puisqu'il y est avec ses plaies, & avec tous les fignes de fon immolation. Il y est vivant, & néanmoins comme un agneau égorgé, & dont le fang coule même sur l'autel : Vidi agnum Apoc.5. 6. staniem, tanquam occisum. Il y est plein des mêmes sentimens qu'il avoit pour nous sur la croix. Il continue d'y offrir des pricres que sa charité fçait allier avec la lowveraine puissance. Et il nous apprend par son Apôtre , qu'il exerce pour nous une sacrificature aussi réelle que celle du Calvaire, quoiqu'elle soit accompagnée de l'immortalité, & d'une gloire infinie. Qui est Rom. 8.34. Ad dexteram Dei, qui etiam interpellat pro nobis,

[merged small][ocr errors]

25.

CY AP. VI. 9. Nous aurions pû croire que depuis

qu'il est entré dans la gloire , il est moins
touché de nos miseres, & moins plein de
compassion pour nous; que le mystere de
Ca croix est passé; que són facerdoce s'est
terminé avec sa vie , & avec l'oblation qu'il
en a faite une fois ; qu'il ne nous est plus
permis de le regarder dans le séjour de fa
gloire comme notre intercesseur, & com-
me notre avocat ; ou qu'au moins nous ne
pouvons que nous souvenir de ce qu'il a
fait pour nous sur la terre ,

sans espérer
qu'il le continue dans le ciel. Mais ce que
nous venons d'entendre, écarte absolument
ces pensées ; & rien n'est plus précis , que

ce que saint Paul ajoute dans l'Epître aux Heb. 7. 24. Hébreux. » JESUS-CHRIST, dit-il, de

»» meure éternellement, & il possede un sa-
» cerdoce qui est éternel. C'est pourquoi
» il peut toujours sauver ceux qui s'appro-

chent de Dieu par son entremise, étant
9 toujours vivant

pour

intercéder pour 10. Le sacerdoce de JESUS CHRIST eft,

éternel, & il faut par conséquent que Heb. 8. 3. son sacrifice le soit ausi. » Car tout Ponti

» fe, dit le méine Apôtre , est établi pour
» offrir à Dieu des dons & des victiines.
» C'est pourquoi il est nécessaire que JE-
5 SUS - CHRIST ait aussi quelque chose

qu'il offre à Dieu ». Mais quelle oblation
nouvelle

peut

être nécessaire après celle Heb, 10.10. qui a été faite sur le Calvaire ? Sanctificati

jumus per oblationem corporis Jesu-Christi
semel. Elle a suffi pour rendre parfaits
pour toujours ceux qu'il a fanctifiés : Una
enim oblatione confummavit in æternum fan.
dificatos. Cette oblation est unique, &

[ocr errors]

» nous.

[ocr errors]

ellene

peut

être réïterée, selon la doctrine CHAP. VI. de faint Paul : jam 'non relinquitur pro peccatis hoftia. Il faut donc que dans le ciel 16. v. 26, même JESUS-CHRIST offre continuellement à son Pere ce qu'il a souffert pour nous sur la croix, & que ce sacrifice unique soit éternel, comme son sacerdoce est éternel : c'est-à-dire, qu'il soit toujours offert , toujours accepté; & qu'il soit toujours aufli présent au Pere, & aulli réel du côté du Fils par les dispositions, que lorsqu'il a été accompli sur le Calvaire : & qu'il nous donne dans tous les tems le inệine acces auprès de JESUS-CHRIST & de son Pere , que lorsque tout fut consommé sur l'autel de la croix, & que JESUS-CHRIST en baissant la tête expira. Et c'est pour cela , conclud saint Paul, que JESUS-CHRIST peut toujours sauver ceux qui s'approchent de Dieu par son entremise, parce que ni son sacrifice, ni son sacerdoce, ne sont point limités au tems, & qu'ils ne peuvent être interrompus. Sempiternum habet facer- Heb.7. 24. dotium : unde salvare in perpetuum poteft 25. accedentes per semetipsum ad Deum: semper vivens ad interpellandum pro nobis.

f. 11. En nous donnant son Fils , Dieu nous

4 tout donné. C'eft fur ce don qu'eft fondée la firme assurance des' élús. Pour douter de fon effet, il faudroit douter de la route. puissance du Pere dos de la divinité du Fils.

1. COMMENT après un tel don que

Dieu nous a fait de son fils, don qui subsite

ru:

ce que

CHAP. VI. toujours , don éternel & irrévocable, don

qui est toujours actuel, & qui a dans tous les instans la même efficace & la même ver

comment , dis-je, après un tel don pourrions-nous craindre que Dieu n'eût inis quelques bornes, ou quelques réserves à no, tre égard dans ses autres dons : En livrant son Fils pour nous,

il nous a tour donné. Tous les trésors sont dans son Fils , & toutes les richesses sont dans la croix de ce Fils. Il n'y a rien que nous ne puissions espérer. Il n'y a rien qui ne nous soit permis. Les graces les plus puissantes, les secours les plus efficaces, la victoire des plus terribles & des plus longues épreuves, la persévérance au milieu de les démons & les hommes peuvent emploier de plus séduisant ou de plus cruel, le triomphe de la charité sur l'enfer & sur le siecle conjurés contre elle , font partie du don que le Pere nous a fait

en livrant pour nous son Fils à la mort ? Rom. 8. 32. Quomodo non etiam cum illo omnia nobis

donavit ?

2. Et c'est en effet sur ce principe que saint Ib. v.38.39. „ Paul ajoute aussi-tôt , qu'il est certain que

ni la mort, ni la vie , ni les anges , ni les » principautés, ni les puissances, ni les cho» ses présentes, ni les futures, ni la hau» teur, ni la profondeur, ni toute autre créa» ture, ne nous pourra séparer de l'amour

de Dieu en J. C. notre Seigneur a-dire , que ni le desir de la vie, ni la crainre de la mort , ni lcs démons pleins d'envie, ni les plus puissans d'entre-eux , soutenus par les princes du siecle , ni les persécutions préfentes , ni les furures , ni la violence la plus déclarée, ni l'artifice le plus secretement con

37

נכ

[ocr errors]

». C'esta

duit,

« AnteriorContinuar »