Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ses promesses consistent en ce qu'il se char- CHAP. IV:
ge lui-inême de l'obéissance de l'homme:
» Voici, dit-il, l'alliance que

je ferai avec
ns la maison d'Israël. » Il ne stipule point
avec l'homme; il n'emploie point de mé-
diateur ni d'interprêre , entre lui & la mai-
son d'Israël, comme dans la premiere allian-
ce : il ne demande point que le peuple s'en-
gage à lui obéir , avant que de lui manife-
iter les volontés. Il ne fait dépendre l'al-
liance dont il a formé le dellein, d'aucune
condition de la part des hommes ; & il est
visible que c'est principalement en cela qu'il
l'oppose à l'ancienne, où l'homme avoit
promis d'être fidéle : Non secundum tefta-

n entum quod feci patribus eorum. L'alliance
est donc purement gratuite, absoluë , 8c
par conséquent éternelle. Mais peut-elle
Iublister , & l'homme n'est pas fidéle ? Non
Cans doute : mais Dieu promet de le rendre
fidele, d'imprimer les loix dans son esprit,
de les graver dans son cour, de dévenir vé.
ritablement son Dieu , en lui donnant son
amour: Dabo leges meas in mentem eorum ,
doo in corde eorum superscribam eas: don ero
eis in Deum, do ipfi erunt mihi in populum.
C'est dans ces promesses que consiste eslen-
riellement la loi nouvelle, qui par consé-
quent ne sçauroit vieillir ; puisque Dieu,
& non l'homme, en est le garant : que fa
grace non les forces humaines, en est le
fondement; & que c'est la puissance de Dieu
qui ne peut souffrir aucune altération, ni
être vaincue par aucun obita le, qui en

4. Surquoi il faut observer deux choa
Les. La premiere: que la loi que Dieu pro-
mer d'écrire & de graver dans le cæur de
l'homme, est certainement la loi naturelle

promet la durée.

[ocr errors]

CHAP. IV.

que Dieu

un

& indispensable, qui consiste principalement
dans son amour, & dans celui du prochain :
& que par conséquent la loi ancienne con-
fiftoit dans les meines préceptes : puisque ce
ne sont pas de nouvelles loix
veuille établir, mais qu'il veut seulement
les enseigner Bc les écrire d'une maniere
nouvelle. Elles avoient été publiées sur le
mont de Sinaï

par

son extérieur & plein d'effroi, & écrites ensuite sur la pierre. Mais dans la nouvelle alliance, elles sont enseignées par une lumiere intéricure, & écrites dans le caur par l'efficace de l'Esprit Saint , & par l'infusion de la charité. La feconde chose qu'il faut observer , eft qu'il eit si essentiel au caractere de la nouvelle alliance, que Dieu imprime fa loi dans l'ef. prit,& qu'il l'écrive dans le cæur; qu'il ordonne à fon Prophêre de dire que lorsque le tems de cette alliance sera venu ,

il ne fcra plus nécessaire que l'homme apprenne à l'homine à connoître le Seigneur : » Parce s» que tous le connoîtront, depuis le plus

petit jusqu'au plus grand. » Il ne veut pas en parlant ainfi, s'engager à instruire les hommes immédiatement , & sans emploier la prédication de ses Ministres : mais il veut opposer l'instruction intérieure de l'ancienne alliance , & celle de la nouvelle ; l'action de l'homme à celle de Dieu; le ministere fans promesses, & par conséquent ftérile de Moïse & de ses fucceffeurs , au ministere efficace & fécond des. Prédicateurs de l'Es vangile, en vertu des promesses dont il fe. ra accompagné. L'homme parloit seul dans l'ancienne alliance ; Dieu agit seul dans la nouvelle : les Ministres de lune. parloient aux oreilles ceux de l'autre parlent au

[ocr errors]

coeur, par l'inspiration secrete de Dieu, qui se CHAP. IV. fert de leur voix pour cacher la fienne, & qui les emploie comme un voile & comme un rideau qui couvre son opération, & qui empêche que le miracle de la persuasion & de la conversion des auditeurs ne soit

trop manifeste.

5. Sans la promesse qui accompagne le ministere évangelique, il n'auroit ni efficace, ni vertu ; il n'auroit que la lettre, & il seroit destitué de l'esprit : & comme c'est l'esprit seul qui donne la vie, & que la lettre ne peut causer que la mort, il

ne pourfoit avoir d'autre effer

que

celui de la lettre. Saint Paul l'avoit bien compris, & il est étonnant qu'après qu'il l'a fi clairement enseigné, il y ait encore quelqu'un qui n'en soit pas assez persuadé.» Nous ne sommes as 2. Cor. 3.0 capables, disoit-il aux Corint ns, de co former de nous-même aucune bonne fée, comme de nous-mêmes : mais c'est co Dieu qui nous en rend capables. Et c'est co lui aufi qui nous a rendus capables d'être co les Ministres de la nouvelle alliance, non co pas de la lettre; mais de l'esprit : car la leto tre tuë, & l'esprit donne la vie » : Non litterá , fed fpiritu: littera enim occidit, spi. ritus autem vivificat. Sans ce privilege qui consiste uniquement dans l'efficace de la promesse, le ministere le plus autorisé par la vocation & par les mirales,

-tcl
que

celui de
Moïse, n'eft qu'un ministere de mort , mi-
niftratio mortis, un ministre de condamna-
tion, ministratio damnationis . non par de Ibid. 7.@y
défaut du ministre qui est trè-sfidele, mais
par l'insuffisance du ministere, qui n'a pour
instrument

quc la lettre incapable de chans

pen-ce

CHAP. IV.

ger les homines, & capable" seulement de les condamner.

6. Ce scroit renverser toute la doctric ne de saint Paul, que de distinguer dans l'ancienne loi deux especes de ministeres ; l'un tel que cet Apôtre l'a décrit, & l'autre tel que celui des prédicateurs de l'Evangile : & de donner à ce dernier l'efficace & la fécondité que le premier n'avoit pas. L'Apôtre n'auroit pû fans injustice, traiter le ministere' de Moïse de ministere de condamnation & de inort, s'il avoit pû sous un autre rapport donner la justice & la vie ; & il n'auroit pas dû reserver au ministere apostolique la gloire d'être un mi. nistere de justice, ministerium justitia , un ministere de l'esprit, miniftratio fpiritus fi Moise & les Prophétes de l'ancienne alliance avoient pû communiquer la justice & l'esprit d'adoption à plusieurs, en leur par. lant des mysteres de la nouvelle loi, qui ne leur érvient pas inconnus. On sçait qu'ils avoient ordre de ne leur en parler qu'en énigmes & en termes figures. Mais quand ils les auroient annoncés aussi clairement que nous les annonçons aujourd'hui au Juifs., leurs auditeurs n'en auroient été ni plus dociles, ni meilleurs : car la leta tre feule ne justifie personne; & la promesfe de l'esprit étoit réservée à l'Evangile. C'est la doctrine constante de l'Apôtre, qu'il n'est point permis d'altérer par une innovation inconnuë à toute l'antiquité, & dont les suites peuvent étre très-danges reuses.

CHAPITRE V:

HEM

CHAP. V:

CHAPITRE V.

Où l'on explique ces paroles de saint

Paul aux Galates : » Pour moi, à Mihi autem
Dieu ne plaise que je me glorifie « nisi in cruce

alsit gloriari, en autre chose, qu'en la Croix « Domini nof.

Jefu Chrifii, de JE s US-CHRIST, par qui «s per quem mile monde est crucifié pour moi, "

hi mundus

crucifixus eft, &

par qui je suis crucifié pour « Catego mundo. le monde.

14

[ocr errors]

1. T

ril. Hyeroj. cathech. 13.

[ocr errors]

S. 1. Le mystere de la c: oix eft par exellence

la gloire de JESUS-CHRIST.
Ous les mysteres de JESUS-CHRIST,

font

* καυχήμα la gloire de l'Eglise : mais le mystere de la de zâv xxv croix, est sa gloire par excellence ; & c'est Xcan; av • par lui qu'elle

triomphe : * Gloriatio Eccle- sevegs. Cy-
Jia Catholica eft omnis Christi attio ; gloria-
tio verò gloriationum est crux. C'est en effet

po 121,
à la croix de JESUS-CHRIST, que nous
devons tout ce que nous sommes , & tout
ce que nous espérons. C'est d'elle que les
Sacreméns tirent leur efficace & leur fain-
teré : c'est à elle que nous devons notre
naiffance fpirituelle, & que nous devrons
un jour notre résurrection & l'héritage
éternel : c'est elle qui a effacé nos péchés:
c'est elle qui nous justifie : c'est d'elle

que
nous tirons notre protection & notre for-
ce : c'est elle qui a triomphé de tous nos
ennemis : c'eit à elle les malédictions
prononcées par la loi contre nous, one.
Partie II.

G'

que

« AnteriorContinuar »