Imágenes de páginas
PDF
EPUB

CHAP, I,

ment

fion, il est impossible, paroît trop forte 3
ceux qui n'en comprennent pas assez le sens,
& ils croient qu'il faut l'adoucir , en ré-
duisant à une grand cdifficulté ce que l'Apô-
tre appelle impoffible. Mais le terme, tout ri-
goureux qu'il est, ne doit point être changé;
& ils ne contient qu'une doctrine non seule-

drès-éxacte, mais qui appartient à la
FoiCatholique, qui ne connoît qu'un Batême
& qu'une régénération spirituelle , & qui a
toujours regardé comme un crime la réïte-
Iation du vérirable Batême, donné & re-
çu dans l'Eglise , quoiqu'elle ait toujours:
exhorté à la pénitence ceux qui l'avoient
fouillé par leurs crimes ,

leurs crimes , & qu'elle ait toujours été persuadée qu'elle avoit reça de J. C. le pouvoir de les remettre. Il cft donc impossible de revenir à l'innocence par un nouveau Barême. Er l'on répondroit, comme Saint Paul, à ceux qui demanderoient de naître de nouveau & d'être renouvele lés par une pénitence semblable à celle qui prépare au Barême ; on leur répondroit que ce qu'ils demandent est in postible ; & personne ne pourroit accuser cette réponfe, ni de dureté, ni d'exagérarion , sans tomber dans l'erreur, & sans avancer ce dogme nouveau, que la réïtération du Batême n'est pas impossible, mais seulement très-difficile.

2. C'est pour prouver qu'elle est réellement impossible , que Saint Paul ajoute qu'il faudroit

cela que J. C. fût crucifié de nouveau dans ceux qui recevroient un second Batême, parce qu'il a déja été crucifié dans eux , lorsqu'ils ont été batisés dans sa mort, & qu'ils ont reçu un Sacrement qui est en même tems la représenta

pour

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Rom. 6. go

cion de la mort sur la Croix, & de fa sépul. CHAD. La sure , & l'application de ses Mysteres. Comme J. C. ne peut pas mourir une seconde fois, & qu'il est résuscité pour ne plus inou. rir ; Christus refurgens ex mortuis.jam non moritur, mors illi ultra non dominabitur : il est impossible de réïtérer le Batême qui est le mystere de son unique mort , & de de son unique résurrection. Car il faudrois pour renouveller les pécheurs par cette voie , que J. C. fût de nouveau crucifié dans eux, & que toutes les ignominies de: fa. Croix fussent renouvellées : imposibile eft Ros , qui femel funt illuminati .... ego proLaple funt, rurfus renovari ad pænitentiam, Turfum crucifigentes fibimetipfis Filium Dei, do oftentui habentes:

3. Il est visible que Saint Paul joint ces: deux choses. :: rurfum renovari , & rurfism fibimetipfis crucifigentes Filium Dei : qu'il.nie: que le renouvellement soit poflible, parce

qu'un second crucifiment du Fils de Dieu est: impossible ; & qu'il regarde comme une: Luite nécessaire d'une nouvelle naissance, ou d'un renouvellement semblable à celui: du. Batême, que J. C. soit de nouveau crucifié dans la personne renouvellée. On s'é. carte. donc. manifestement de son sens, en: rapportant au pécheur , & à son péché, ce: qui est dit du Batême, par lequel il est impoffible qu'il soit renouvelle.

4. Il peut être vrai dans un autre: sensies quė:les pécheurs qui combent dans le crime: après lc Batême, crucifient autant qu'il est en eux, une seconde fois J, C., & qu'ils: l'exposent à l'ignominie. Mais l'Apôtre ar içi: une autre vûe bien plus simple, & bien plus éxacte ; & fon.exprefsion , rursum cru,

BY

[ocr errors]

CHAP.I.

cifigentes fibimetipsis Filium Dei , à qui l'on fait violence , & que l'on affoiblit , en traduisant, sibimetipis, AUTANT QU'IL EST EN EUX, signifie clairement qu'il faudroit pour

être renouvelle par un second Batême, que le pécheur plongé une seconde fois dans les eaux , renouvellât dans luimême , & pour lui, le crucifiment de J. C. & tous les opprobres qui en furent une circonstance néceflaire pour notre justfication, & pour notre falur.

S.VII. On ne peut recevoir la vie, ou la re.

couvrer après l'avoir perdue, que par la
croix de Jesus - CHRIST. Ce que c'est
qu'étre attache à la croix, ou par le Bae
téme, ou par la Pénitence.
1. Il est donc désormais indubitable

que tous ceux qui ont reçu le Batême, ont été. crucifiés avec J. C. que tous ceux qui en ont conservé l'innocence &'la justice, doivent comprendre quelle est leur gloire d'e. tre fiétroitement unis à J. C. qu'il est crucifié dans eux, & qu'ils le sont dans lui ; & que ceux qui ont deshonoré par leurs crimes, la naissance nouvelle qu'ils avoient reçûe dans le Batême, ne pouvant en espérer une seconde , doivent câcher de rentrer dans les privileges de la premiere , en retraçant dans eux la Croix de J. C. & en faisant revivre par la pénitence la conformité que le Batême avoit mise entr'eux & le se. cond Adam, qui ne peut plus mourir, après être résuscité, inais qui peut toujours resusciter le fruit de fa mort dans les pécheurs pénitens, en les clouant de nouyeau à la croix, dont ils s'étoient déta

[ocr errors]

ou

chés. Ainsi quiconque est vivant, ou par ChAP. I. le Batême, ou par la pénitence, doit dire comme saint Paul, Christo confixus fum cruci. Il n'y a point d'autre lieu où l'on puisse recevoir la vie, la recouvrer, que la croix de J. C. il faut ou ne la pas quitter, ou y revenir. Il ne faut point espérer de crucifier de nouveau J. C. par un second Batême ; mais il ne faut point espérer non plus qu'on puisse abolir l'engageinent d'être crucifié avec J. C. contracté dans l'unique Batême de l'Eglise. Le sccau ineffaçable du Baréine rend cet engagement éternel ; & quand on n'a pas eu le premier bonheur, qui est celui d'y être fidéle, il faut tout emploier pour avoir le second , en reparant son infidélité par la pénitence.

2. On suppose que tous ceux qui liront. 'ces réfléxions sont cloués à la croix de J. C. ou par le Batême, ou par la pénitence, & quoiqu'on aimât mieux les écouter que de leur parler, on ne peut s'empêcher de leur demander s'ils connoislent bien leur gloire, & s'ils sçavent de quel prix est l'honneur d'être crucifié avec J. C.? S'ils étudient ses dispositions, & s'ils tâchent d'y entrer ! S'ils imitent son obéissance , fa patience, son filence, fon sacrifice intérieur & secret , sa charité & son humilité ? Si c'est de lui & de la croix qu'ils se glorifient, & non de leurs mérites ? S'ils sont comme lui déterminés à expirer sur facroix, sans se laisser vaincre ni par la douleur, ni par l'ignominie, ni par les reproches d’impuisiance & de foiblesse ? S'ils comprennent que c'est de lui seul

que

vient leur patience & leur force ; que c'est avec justice, & pour leurs péchés qu'ils souffrent, ce qu'il

a

& pour.

CHAP..I..

souffert
par amous , & que c'est pour est

,
n'être

pas

éternellement malheu. reux ; qu'il sont associés aux souffrances du Fils de Dieu , & du Roi de gloire, à qui tout le bonheur étoit dît ? Il me semble qu'ils répondent tous que ce sont là leurs fentimens, & qu'ils sont tous persuadés des vérités dont je leur parle. Et je n'ajoute auffi, en les congratulant , que ce feuf

mot de JESUS-CHRIST à fes Apôtres : Si Van, 13. 17. hæc fcitis , beati eritis, fi feceritis ea. Vous

serez heureux de mettre en pratique.ce que yous sçavez déja.

« AnteriorContinuar »