Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

je fuppofe avoir exifté : & les malheurs de toute efpece fondants fur ce misérable pour avoir voulu fuivre les inclinations libertines, font le fonds de mes paraboles ordinaires. Quand ils font un peu plus avancés, je prends les traits les plus frappants, les plus intéreffans de l'hiftoire des grands perfonnages qui ont paru depuis le commencement du monde : & je fais de ces entretiens un abrégé de l'hiftoire universelle. Je hafarde ici celle de la mort d'Adam dont j'ai trouvé le fonds dans une brochure Italienne, & qui fut la premiere que je racontai à l'Eleve, dont j'ai déja parlé plus d'une fois.

1

Adam lui dis-je, parvenu, à travers les douleurs & les maladies, à une extrême vieilleffe, étoit fur le point de mourir. Le malheureux vieillard traînant avec effort fes membres confumés de fatigue, arrive en fremiffant dans la cabane, où il vouloit expirer.

Un des fes enfans, appellé Seth, l'apperçoit dans ce trifte état il court pour

A

Tembraffer; &, Parrofant de fes larmes : Mon pere, ô mon cher pere, lui dit-il, vos membres tremblants font glacés de froid? Vos yeux font immobiles! Tout votre corps fremit entre mes bras! Vous pleurez, ô mon pere, & ne me dites rien! Mon cher fils, lui dit Adam, en levant un en levant un peu fa tête qui repofoit fur une pierre, la mort que j'ai meritée en désobéissant à mon Auteur, la mort, comme un torrent de feu, s'eft répandue dans mon fang. Ma deftruction approche, les friffons brifent mes os, la trifteffe me ferre le cœur ; plût-à-Dieu qu'un froid éternel l'eut glacé, avant qu'il foupirât pour le fruit fatal: j'ai cru entendre l'Ange de la mort me crier d'une voix plus forte que le Tonnerre: HOMME DÉSO BÉISSANT, QUE LE PÉCHÉ A SOUMIS A MON EMPIRE, AVANT QUE LE SOLEIL AIT FRANCHI CETTE MONTAGNE, TU MOURRAS DE LA MORT ! O mon fils! Soutiens ton malheureux pere.... Je mourrai de la mort !.. Ce n'eft pas tout mes enfans mourront

après moi; la plupart d'entr'eux feront méchans. Les crimes, & les miferes qui marchent à leur fuite, vont inonder toute la terre! Je vois d'avance le remords dévorant & le défefpoir furieux, déchirer ceux qui ne fe laifferont pas conduire par la fageffe. O! le meilleur de mes enfans! va confoler tes freres & tes fœurs, empêche-les de venir ici; dans l'état où je fuis, je crains de les voir: dis-leur que je veux faire un facrifice, & qu'ils ne viennent que lorfque le Soleil aura franchi la

1

montagne,

Lorfque Seth fut forti, le miférable vieillard raffembla toutes fes forces pour faire cette priere; Montagnes inacceffibles, dont le fommet femble approcher le trône de mon DIEU, dites-lui que je fuis confondu à la feule idée de mon orgueilleufe défobéiffance, Mer courroucée, dont les flots impétueux respectent le grain de fable que DIEU leur a donné pour borne, dites-lui que je m'anéantis à la vue de touts les êtres inanimés qui favent obéir à fes ordres, Nuages féconds, qui répandez l'abondance fur

la terre, ou la défolation dans les campagnes, felon la volonté de celui qui vous fufpendit, dites-lui qu'il ne perde pas la plus belle portion de fes ouvrages. Anges du Très-haut, qui brillez de fa gloire, diteslui que je l'adore. Et toi, Ange de la mort, Miniftre redoutable de fes juftes vengeances, dis-lui que je l'aime & le crains, & puis viens m'immoler... O! Seth! O! mòn fils! reviens confoler ton pere. Seth arrive à ces mots ; & Adam, le preffant fur fon fein, & lui ferrant la main : Mon cher fils, lui dit-il tout effrayé, où eft le Soleil....? eft-il loin de la montagne fatale....? Voistu l'Ange de la mort...? N'eft-il pas à côté de moi?.....

"

Adam exprimoit ainfi fes dernieres frayeurs & fes mortelles allarmes, lorfque fes autres enfans, que Seth n'avoit pas rencontrés, entrerent dans fa cabane. Le vieillard infortuné verfe des larmes fur eux; &, levant avec effort fur la tête fes deux mains tremblantes: Mes enfans, s'écriet-il, je vous bénis, vous, & les en fans

[ocr errors]

de vos enfans. Que DIEU vous donne fa bénédiction. Si la fageffe conduit vos pas; fi le bonheur de vos femblables fait vos délices & l'objet de vos foins; fi l'adoration du DIEU qui vous aime eft le principe de toutes vos actions, il vous bénira,. & vous rendra heureux. A ces mots Adam mourut & fes enfans, fondants en larmes, protefterent d'aimer toujours leur DIEU.

2

Après l'hiftoire d'Adam, fe préfente celle de la mort d'Abel, qui a été le sujet d'une épopée. Celle d'Enoch enlevé du monde qui n'étoit pas digne de pofféder. un auffi grand homme. Enfuite celles de. Noë, des Patriarches, & enfin celles des Grands-Hommes qui ont paru dans tous les fiecles. Voulez-vous ces hiftoires préparées avec goût? Choififfez dans nos bons. tragiques les traits les plus frappants de la vie de ces fameux perfonnages; compofez de ces magnifiques fragmens, des hiftoires à la portée, & conformes au goût des. enfans que vous élevez prenez l'Ecriture

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »