Imágenes de páginas
PDF
EPUB

DE LA TERR E.

LA Terre, que les anciens Philosophes

9

avoient tantôt appla tie, comme une table, & tantôt arrondie comme un boule, a bien changé de figure, depuis que les Phyficiens fe font avifés d'être obfervateurs. La projection de fon ombre fur la Lune nous a appris que c'eft une espece de globe, les ofcillations du pendule nous ont démontré que ce Sphéroïde eft applati aux poles & renflé vers l'Equateur. La Géométrie nous a fait connoître fon éloignement du Soleil; & les différentes obfervations aftronomiques nous ont appris à fuivre fon

la maifon de M. Gari, ancien Capitoul. Quiconque \fouhaitera l'éprouver en particulier, eft fûr d'exciter fon émulation, & de fixer fa reconnoiffance. On le trouvera tous les jours chez fon Inftituteur, rue des Couteliers, depuis 9 heures du matin juf qu'à 11, & depuis 3 heures du foir jufqu'à 5,

triple mouvement autour de cet aftre. Le premier objet que la furface de ce Spheroïde, de neuf mille lieues de circonfé

7

rence offre à notre étude, ce font les Plantes; elle ont toutes à-peu-près la même organisation, depuis l'herbe rampante jufqu'aux cedres du Liban. La différence de leurs vertus, qui fait une science immense, vient de la différente configuration de leurs parties internes, & des différens fucs qu'elles alambiquent.

[ocr errors]

Les Animaux, qui rampent fur cette furface, qui fe jouent dans les eaux, ou qui planent dans les Cieux, & les Minéraux renfermés dans fes entrailles, feront l'objet de l'étude de l'Hiftoire naturelle. Tout le refte de la Matiere eft l'objet de la phyfique. Comme il ne nous eft pas donné de connoître fa nature, nous nous bornerons à l'étude de fes qualités. On peut les reduire à fix principales, qui font l'Étendue, la Divifibilité, la Porofité, la Pefanteur l'Impénétrabilité, & la Mobilité, 22 el protiushing .en.albertoped."z

1

[ocr errors]

HHHIIIIIIII

THESE S.

ÉTENDUE ET DIVISIBILITÉ
DE LA MATIERE..

1o. To TOUTE matiere a les trois dimenfions, Longueur, Largeur & Profondeur. 26. L'expérience prouve qu'elle eft extrêmement divisible; la raifon & la géométrie démontrent qu'elle eft divifibie à l'infini. 3°. Tout corps fenfible a des pores; & fans cette qualité, toute la matiere eut été inFlexible & infecable. 4°. Non-feulement ir tous les corps font foumis à la force de

la péfanteur, qui les preffe vers le centre de la terre, en accélerant à chaque inftant leur vîteffe dans la proportion des nom

bres impairs, 1, 3, 5, 7, &c.; mais

}

ils ont tous exactement la même pefanteur. 5. Rigoureusement parlant, tous les corps

font

[ocr errors][merged small]

font impénétrables. 6°. La matiere étant impénétrable, & le mouvement néceffaire, puisque rien ne se fait fans mouvement, l'Auteur de la nature a dû établir des loix felon lefquelles les corps agiroient les uns fur les autres & ces loix, auffi fimples, que fécondes en phénoménes dignes de l'admiration de tout être penfant, nous ont fourni le modele de toutes les Machines.

On n'ignore pas ce que c'eft que le mouvement, la Quantité peut aisément se méfurer dans quelque corps que ce foit.

Les changemens continuels qu'éprouve le mouvement, peuvent se réduire à sept ou huit modes. 1°. Il s'affoiblit. 2°. Se compofe, 3°. Se décompose, 4°. Se refrace, 5o. Se réfléchit, 6o. S'Accèlere, 7°. Se communique & s'éteint. Tout ceci se prouve par l'expérience, ou fe démontre géométriquement.

b

MÉCHANIQUE.

Es obfervations qu'on a faites fur l'affoibliffement du mouvement par le frottement des furfaces, font nées les Limes les Scies, les Rapes, les Meules, & tous les poliffoirs. La compofition du mouve. ment a donné naiffance au Plan-incliné. Regles générales qu'obfervent les corps qui montent fur ces plans. La décompofition a fait inventer le Coin, la Vis, la Hache les Couteaux, & tous les inftrumens tranchants. A l'accélération du mouvement dans la chute des corps on peut rapporter l'invention 'des Marteaux, des Maffues, &c; les loix du choc ont fait naître les Leviers de toute efpece. Regles générales felon lefquelles les corps agiffent fur les leviers proprement dits; & fur ceux qui le font im proprement, comme la Balance, la Romaine, &c. L'élafticité a donné naillance à tous les refforts,

« AnteriorContinuar »