Imágenes de páginas
PDF
EPUB

qu'il eut fervi d'ornement à fon triomphe, il fut executé publiquement. (a)

Après que les Romains eurent ceffé de tuer & de piller, (b) Tite les occupa à démolir le Temple jufqu'aux fondemens. Ainfi l'on vit le parfait accompliffement de ce que Jesus-Chrift avoit dit, qu'il ne refteroit pas pierre fur pierre de tout ce fuperbe édifice. (c) Il donna les mêmes ordres pour le refte de la ville, ne réservant que les trois tours d'Hippicos, de Phazaël & de Mariamne, pour faire connoître à la pofterité quelle avoit été la force de cette place. Il conferva aufli la muraille de la partie occidentale, afin qu'elle fervit de camp à la dixième légion, qu'il y laissa. Pour le refte du contour de la ville, il le fit abattre & applanir, de maniere qu'à peine paroiffoit-il qu'il y eût jamais eu de ville en cet endroit. La tradition des Juifs (d) veut même que l'on ait paffe folemnellement la charruë fur la ville, ou au moins fur le Temple: ce qui étoit la marque de la plus entiere défolation; les Loix Romaines défendant d'élever le moindre bâtiment fur les lieux, où l'on avoit fait cette céremonie.

Mais on ne convient point de ce fait; & l'on a des preuves & des autoritez qui font croire qu'il en subsista une partie jufqu'au tems d'Adrien. (e) Tite ayant vifité differentes villes

(a) Chap. 18. p. 79.
(a) De Bello, l. 7. c. I.
(c) Matt. XXIV. 2.
(d) Scalig. Ifagog. l. 3. p. 311,
Tome IV.

in Eufeb. Chronic. p. 2112.

(e) Voyez M. de Tillemont,

I ruine des Juifs, article 65. p. 570.

ss f

AN DU M. 4073. de J.

C.73. de l'E re vulg. 79. Tite fait dém-

lir le Temple jufqu'aux fonde

mens.

propre

AN DU M.

d'Orient, en attendant que la faison fût 4074. de J. Pour répaffer à Rome, paffa par Jérufalem, pour C. 74 de l'E. aller à Alexandrie, où il devoit s'embarquer. Il re vulg. 71. trouva fes foldats encore occupez à foüiller les trous, les caves & les ruines des bâtimens, où ils trouverent encore plufieurs des factieux, & beaucoup de richesses que les Juifs y avoient cachées. (4) Il ne put retenir fes larmes, en voyant l'état déplorable où cette ville, autrefois fi fuperbe, étoit réduite, & il fit des imprécations contre les auteurs de la révolte, qui l'avoient forcé à ufer envers elle d'une fi grande féverité.

Il alla de Jérufalem à Aléxandrie, & de-là à Rome. Il y entra quelques jours après en triomphe avec Vefpafien fon pere. Entre les riches dépoüilles qui parurent dans cette cérémonie, (b) les plus remarquables étoient celles qui avoient été prifes dans le Temple de Jérufalem; la table d'or, qui péfoit plufieurs talens, le chandelier à sept branches, qui étoit fi bien travaillé. La Loi des Juifs, qui étoit un grand rouleau de parchemin richement enveloppé, étoit la derniere, comme la plus précieuse & la plus refpectable de toutes ces dépouilles. Ce Livre de la Loi fut gardé dans le palais (c) avec les tentures de pourpre, qui

avoient fervi au Lieu faint. Les autres ornemens

CH. XXXIII.

Triomphe de Vefpafien & de faite des Juifs.

Tite pour la dé

du Temple furent mis dans le Temple de la Paix, que Vefpafien fit bâtir. On voit encore à Rome, des restes de bas-reliefs, où le triomphe de Ves

[blocks in formation]

pasien & de Tite eft representé, fa) & où l'on remarque entre autre choses, la figure du chandelier d'or, & quelques autres ornemens du Temple.

re vulg. 71.

Hérodion & Ma

Il y avoit encore trois châteaux dans la Judée Baffus prend tenus par les Juifs; Hérodion & Maffada, au-deçà quéronte. du Jourdain, & pas loin de Jérusalem ; & Maquéronte, au-delà de ce fleuve. Lucilius Baffus qui fut envoyé de Rome en Judée en qualité de Lieutenant, fe rendit bien-tôt maître d'Hérodion. (b) affembla enfuite tout ce qu'il y avoit de troupes dans la Province, pour attaquer Maquéronte qui étoit une très forte place. Mais un nommé Éléazar, homme fort brave, & qui avoit grand nombre de parens confiderables dans le château, ayant été pris, les affiégez pour lui conserver la vie, & empêcher qu'on ne le crucifiât, rendirent la place, & eurent la liberté de se retirer où ils jugeroient à propos. Ils allerent fe joindre à d'autres Juifs révoltez, qui étoient dans la forêt de Jardes. Les Romains les attaquerent, & après un rude combat, les défirent tous, avec Judas leur Chef, qui s'étoit sauvé de Jérusalem par un aqueduc.

AN DU M. de J.

4074.

C.74. de l'E

rend maître de

Maquéronte.

Baffus étant mort quelque tems après, (c). il Fulvius Silva fe eut pour fucceffeur Fulvius Silva, (d) qui entreprit le fiége de Massada. Eléazar fils de Jaïre, & petit-fils du célébre Judas le Galiléen, y commandoit les Affaffins. Silva commença par envi

(a) Baron. an. 73.
|
(d) De Bello, l. 7.C. 30. 31.
(b) De Bello, l. 7. c. 20. 25. 26. 32. 33. 34. 35.
(c) An de l'Ere vulg. 72.
132. 33. 34. 35.

AN DU M.

de J.

ronner le château d'une muraille de circonvallation, afin perfonne ne pût s'échapper. Il fit enfuite C.75 de l'E élever une terraffe de deux cens coudées de haut, re vulg. 72. & par-deffus une platte-forme de pierre, haute & large de cinquante coudées, pour placer fur tout cela une tour, qui avoit encore foixante pieds. Le bélier fit bréche à la muraille. Mais il fe trouva par derriere une terraffe contre laquelle le bélier ne faifoit rien. Les Romains mirent le feu aux poutres qui foûtenoient la terraffe, & le vent qui leur étoit contraire, fe tourna tout d'un coup contre les Juifs. Eléazar même reconnut en cela le doigt de Dieu : mais fon endurciffement le porta à une réfolution de defefpoir. Il commença avec fes gens à tuer les femmes & les enfans : puis ils choifirent dix d'entr'eux, qui tuerent tous les autres; le dernier après avoir tué les neufs autres, mit le feu au monceau où ils avoient raffemblé tout ce qu'ils avoient de plus précieux, & fe tua enfin lui-même. Il périt en cette occasion neuf cens foixante perfonnes. Il ne refta que deux femmes & cinq enfans cachez dans une cave qui rapporterent aux Romains comme la chofe s'étoit paffée.

Quelque tems auparavant (a) Vefpafien avoit envoyé ordre à Baffus, & à Libérius Maximus, Intendant de la Judée, (b) de vendre toutes les terres, qui par la mort, ou la captivité des proprietaires, lui devoient appartenir. Il jugea à propos d'ufer de fon droit, & de s'en approprier le

(a) An de l'Ere vulg. 71. I (b) De Bello, l. 7. c. 28.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

re vulg. 72.

produit, au lieu de rétablir les villes de la Pro-
vince. Il donna feulement le bourg d'Emmaüs à AN DU M.
à huit cens foldats vétérans, pour y demeurer, C.75. de l'Ě.
de J.
& y établir une efpece de colonie. Depuis ce
tems, cette ville porta le nom de Nicopolis. L'Em-
pereur ordonna auffi, qu'à l'avenir tous les Juifs
de l'Empire payeroient au Capitole les deux dra-
gmes, ou le demi ficle qu'ils avoient jusques-là
accoûtumé de payer au Temple de Jérufalem. (a)

:

Plufieurs des Affaffins s'étant retirez en Egypte, (b) furent affez bien reçûs à Alexandrie par les autres Juifs. Ils y porterent l'esprit de révolte, qu'ils avoient pris dans la Judée, & tâcherent de l'infpirer à leurs freres mais les plus avisez & les plus considerables de la nation, in-. ftruits par l'exemple du malheur qui venoit d'arriver à Jérufalem, ne voulurent pas entrer dans leur complot ; & dans une affemblée de tous les autres Juifs de la ville, il fut réfolu de livrer aux Romains ces féditieux. L'avis fut agréé, & fix cens des Affaffins furent auffi-tôt arrêtez. Plufieurs qui s'étoient enfuis jufqu'à Thèbes d'Egypte, furent poursuivis, & ramenez. Ils aimerent mieux, même les enfans, fouffrir toutes fortes de tourmens, que d'appeller Céfar leur Seigneur. Ce qui fait juger qu'ils étoient Difciples de Judas le Galiléen, qui ne vouloit pas que l'on reconnût d'autre Maître fur la terre, que le Dieu d'Ifraël. Ainfi la vengeance de Dieu qui pourfuivoit partout ces miserables, leur fit trouver jusques dans

( a ), Dio, lib. 66. p. 748.b. c. (b) De Bello, l. 7. c. 37.

« AnteriorContinuar »