Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Ce récit paffe un peu l'ordinaire mesure; Mais un exemple enfin fi digne de cenfure, Peut-il dans la Satire occuper moins de mots? Chacun fait fon métier; fuivons notre propos. 345 Nouveau Prédicateur aujourd'hui, je l'avoue, Écolier, on plutôt finge de Bourdaloue,

༨༠༨ ༢༩།

Je me plais à remplir mes Sermons de portraits.
· En voilà déja trois, peints d'affez heureux traits,
La Femme fans honneur, la Coquette, & l'Avare.
350 Il faut y joindre encor la revêche Bizarre,
Qui fans ceffe d'un ton par la colere aigri,
Gronde, choque, dément, contredit un Mari.
Il n'eft point de repos ni de paix avec elle.
Son mariage n'eft qu'une longue querelle.
355 Laiffe-t-elle un moment respirer fon Époux?
Ses valets font d'abord l'objet de fon courroux,
Et fur le ton grondeur, lorfqu'elle les harangue,
Il faut voir de quels mots elle enrichit la Langue.
Liij

[blocks in formation]

cules, & des injures populaires ; comme: un grand Frelampier; un Epétier, pour un Homme d'Epée; une grande Bacoule; une Pimbefche, une grande Orbefche; &c. Il faut remarquer, que ces deux derniers noms font les originaux des qualités de la Comteffe des Plaideurs de Racine: Comteffe de Pimbefche, Orentendoit tous ces termes-là vingt befche, & cetera. Notre Poëte, qui fois par jour, les rédifoit à fes Amis. Il en faifoit auffi rire quelquefois Mr. le Premier Président de Lamoignon; & ce grand Magiftrat ne dédaignoit pas de s'en fervir luimême pour fe divertir. Il n'appar

Ma plume ici traçant ces mots par alphabet,
360 Pourroit d'un nouveau Tome augmenter Richelet,
Tu crains peu d'effuyer cette étrange furie :
En trop bon lieu, dis-tu, ton Épouse nourrie,
Jamais de tels difcours ne te rendra martyr.

Mais eut-elle fucé la Raison dans Saint Cyr,
365 Crois-tu que d'une fille humble, honnête, charmante,
L'Hymen n'ait jamais fait de Femme extravagante?
Combien n'a-t-on point vu de Belles aux doux yeux,
Avant le mariage, Anges fi gracieux,

Tout à coup fe changeant en Bourgeoises fauvages,
370 Vrais Démons, apporter l'Enfer dans leurs ménages,
Et découvrant l'orgueil de leurs rudes efprits,
Sous leur fontange altiere affervir leurs Maris?

Et puis, quelque douceur dont brille ton Épouse,

tient pas &c.

à des Bacoules comme vous, jeunes Demoifelles, qui n'ont pas C'étoit le commencement un bien proportionné à leur naifd'une Lettre qu'il écrivoit à Mada- fance. Elles y font inftruites & for me la Comteffe de Broglio, fa Fille. mées jufqu'à l'âge de vingt ans, aux exercices d'une véritable & folide piété. On leur enfeigne auffi tout ce qui peut convenir à leur qualité & à leur fexe; afin qu'en fortant de cette Maifon, ou pour s'établir dans le monde, ou pour embraffer la vie Religieufe, elles portent dans tout le Royaume, des exemples de modeftie & de vertu. Cet établiffement eft du aux foins, & à la piété de Madame de Main

tenon.

VERS 360. Augmenter Richelet.) Le Dictionnaire François de Richelet. PIERRE CESAR RICHELET, Avocat au Parlement de Paris, mourut en 1698. Il étoit Petit-fils de NICOLAS RICHELET, célèbre parmi les Auteurs de fon temps, & qui avoit commenté les Oeuvres de RONSARD.

VERS 364.
Dans Saint
Cyr.] En l'année 1686. le Roi fit
batir à St. Cyr, près de Verfailles,
une magnifique Maifon, à laquelle
il a attaché de très-grands revenus
pour l'entretien, ou pour l'établis
fement de deux cens cinquante

VERS 372. Sous leur Fontange altiere.) Fontange, noeud de ruban que les Dames portent fur le devant de la tête, pour attacher leur coëffure. Ce nom eft venu de Madame la Ducheffe de F ON TANGE, très

Penfes-tu, fi jamais elle devient jaloufe,

375 Que fon ame livrée à fes triftes foupçons,

"

De la Raifon encor écoute les leçons ? Alors, Alcippe, alors tu verras de fes œuvres. Réfous-toi, pauvre Époux, à vivre de couleuvres: A la voir tous les jours, dans fes fougueux accès, 380 A ton gefte, à ton rire intenter un procès: Souvent de ta maifon gardant les avenues, Les cheveux hériffés, t'attendre au coin des rues; Te trouver en des lieux de vingt portes fermés, Et par-tout où tu vas, dans fes yeux enflammés 385 T'offrir, non pas d'Ifis la tranquille Eumenide, Mais la vraie Alecto peinte dans l'Éneïde, Un tifon à la main chez le Roi Latinus,

Soufflant fa rage au fein d'Amate & de Turnus.
Liv

belle perfonne, qui porta la pre- Opéra, remarqua que l'Acteur, qui miere un ruban ainfi noué. faifoit le rôle de la Furie, s'ennuyant d'être long-temps fans rien faire fur le Theatre, bâilloit de temps en temps; qu'à chaque bâillement il faifoit de grands fignes de croix fur fa bouche, comme font dit à ceux avec qui il étoit: Voyez, les bonnes gens. Mr. Despreaux

la Furie, qui fait des fignes de

VERS 374. Si jamais elle devient jaloufe.) Ce portrait de la femme jaloufe, eft ici un caractère général.

A vivre de Cox VERS 378. leuvres.) Avaler des Couleuvres, eft une expreffion proverbiale, qui fignifie, fouffrir bien des chofes fàcheufes que l'on nous dit, ou que Pon nous fait; fans que nous en

ofions témoigner notre déplaifir. Et, Vivre de Couleuvres, c'est être expofé tous les jours à ces fortes de chagrins,

VERS 385. — d'lfis la tranquille Eumenide.) Furie dans l'Opéra d'Ifis, qui demeure prefque toùjours fans action. Mr. Despreaux étant à une représentation de cet

Croix.

ces deux mots eft heureufe en cet Tranquille Eumenide: L'union de endroit; car Eumenides cft un mot grec qui, dans fon fens primitif, fignifie Tranquille: & c'eft par Antiphrafe que l'on y a attaché un fens contraire, en donnant ce nom→ là aux Furies, à caufe de leur cruauté.

VERS 386. Mais la vraie Alecto &c,) Une des Furies. Voyez le Livre VII. de l'Enéïde de Virgile.

Mais quoi? je chauffe ici le cothurne Tragique. 390 Reprenons au plutôt le brodequin Comique, Et d'objets moins affreux fongeons à te parler. Dis-moi donc, laiffant là cette Folle heurler, T'accommodes - tu mieux de ces douces Ménades,

Qui, dans leurs vains chagrins, fans mal toûjours malades, 395 Se font des mois entiers fur un lit effronté

Traiter d'une vifible & parfaite fanté;

Et douze fois par jour, dans leur molle indolence, Aux yeux de leurs Maris tombent en défaillance? Quel fujet, dira l'un, peut donc fi fréquemment 400 Mettre ainfi cette Belle aux bords du monument?

La Parque, raviffant ou fon fils ou fa fille,
A-t-elle moiffonné l'espoir de fa famille ?
Non: il eft queftion de réduire un Mari
A chaffer un Valet dans la maifon chéri,

405 Et qui, parce qu'il plaît, a trop fû lui déplaire;
Ou de rompre un voyage utile & néceffaire;
Mais qui la priveroit huit jours de fes plaisirs,

VERS 393.
De ces douces
Ménades.) Bacchantes: c'étoient des
Femmes qui célébroient les Orgies
de Bacchus, en courant comme des
Furies & des infenfées.

ou qu'elle eût obtenu ce qu'on lui refufoit. Mr. Perrault, qui étoit fon Médecin, la trouvoit effectivement malade. Un jour Mr. Boileau en fit appeller un autre: c'étoit Mr. Rainfant; mais il gâta tout; car quelques façons qu'elle fit pour pa roitre malade, jamais ce Médecin ne put trouver qu'elle le fut.

VERS 394.
Sans mal toûjours
malades.) L'Auteur a encore copié
ce caractère d'après fa Belle-Soeur,
dont on a parlé fur les vers 18. 350.
& 358. Quand fon mari ne vouloit
pas lui donner tout ce qu'elle avoit
envie d'avoir, elle contretaifoit la
malade, & fe mettoit au lit, jus-

VERS. 414. Cette fanté d'Ath

qu'à ce que fa fantaisie fût paffée, lete.) Allufion à l'Aphorifme troi

VERS 412. Courtois & Denyau.) Deux Médecins de la Faculté de

Paris.

Et qui loin d'un Galant, objet de fes defirs....
O! que pour la punir de cette Comédie,

410 Ne lui vois-je une vraie & trifte maladie!

Mais ne nous fâchons point. Peut-être avant deux jours, Courtois & Denyau, mandés à fon fecours, Digne ouvrage de l'Art dont Hippocrate traite, Lui fauront bien ôter cette fanté d'Athlete: 415 Pour confumer l'humeur qui fait fon embonpoint, Lui donner fagement le mal qu'elle n'a point; Et fuyant de Fagon les maximes énormes,

Au tombeau mérité la mettre dans les formes. Dieu veuille avoir fon ame, & nous délivre d'eux. 420 Pour moi, grand ennemi de leur Art hazardeux, Je ne puis cette fois que je ne les excufe.

Mais à quels vains difcours eft-ce que je m'amufe? Il faut fur des fujets plus grands, plus curieux, Attacher de ce pas ton efprit & tes yeux.

425 Qui s'offrira d'abord? Bon, c'est cette Savante, Qu'eftime Roberval, & que Sauveur fréquente.

L v

fieme d'Hippocrate. Les Athletes fe nourriffoient d'une maniere particuliere, pour acquérir beaucoup de force & de vigueur, mais cette même nourriture devenoit enfin nuifible à leur fanté.

VERS 417. Et fuyant de Fagon.)
GUI CRESCENT FAGON
Premier Médecin du Roi, nommé
en 163. dans le temps que notre
Poëte compofa cette Satire.

VERS 426. Qu'eftime Roberval, &que Sauveur fréquente.) Roberval: GILLE PERSONNÉ, Sr. DE

ROBERVAL, Géomètre & Profeffeur Royal en Mathématiques. Il étoit de l'Académie des Sciences, & mourut en 1675. JOSEPH SA UVEUR: autre favant Mathématicien, Profeffeur au College Royal, & de l'Académie Royale des Sciences. Il a eu l'honneur d'enfeigner les Mathématiques auRoi d'Espagne Freres. S. Il mourut le 9. Juillet Philippe V. & aux deux Princes fes 1716. en fa 64. année. Voyez fon Eloge dans l'Hiftoire de l'Académie Royale des Sciences, Ann. 1716. pag. 97. & fuiv. de l'Éd. d'Amft.

« AnteriorContinuar »