Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

ÉPITRE I.

R 01. GE

[ocr errors]

Roi, c'est vainement qu’aljurant la Satire, Pour Toi seul désormais j'avois fait væu d'écrire.

Après le Traité d'Aix-la-Chapelle, S. Le Commentateur donne une

conclu au mois de Mai, 1668. la étrange idée des François. Après France jouiffoit d'une heureuse paix. le

. Traité d'Aix-la-Chapelle, dit-il, Mais la précédente guerre n'ayant la France jouifoit d'une heureuse paix: duré qu'un peu plus d'une année, la mais la précédente guerre n'ayant duré valeur de la Nation n'étoit point qu'un peu plus d'une année, la valeur satisfaite ; & la plupart des Frano de la Nation n'étoit point satisfaite; çois ne respiroient que la guerre. & la plupart des François ne refpiMr. Colbert seul en détournoit le roient que la guerre. Il ne prétend Roi: disant que la Paix eroit l'uni- pas, sans doute, que les François que moyen de faire fleurir les Arts voulufsent la guerre, pour ruiner & & les Sciences, & de maintenir faccager leurs voilins. Ce n'étoit l'abondance dans le Royaume. Cé donc que pour le seul plaisir de

fut

pour seconder les intencions de batailler, & de faire voir leurs ce grand Ministre, que notre Auteur prouesses. Mais n'est-ce pas les recomposa cetre Pièce, dans laquelle présenter comme des Spadaflins, il entreprit de louer le Roi comme plus ridicules mille fois que les Ches un Héros paisible, en faisant voir, valiers errans, qui dans leur folie qu'un Roi n'est ni moins, grand, ni se proposoient au moins de redresmoins glorieux dans la paix, que fer les torts, & de faire regner la

justice? Il ajoute, qu'après la Paix

dans la guerre.

1

Dès que je prends la plume, Apollon éperdu

Seinble me dite; Arrête, infenfé, que fais-tu?
5 Sais-tu dans quels périls aujourd'hui tu t'engages ?

Cette mer où tu, cours estacélèbre en naufrages.
Ce n'est pas qu’aisément, comme un autre, à Ton char,
Je ne pâlle attacher Alexandre 8. César;

& Céfari, Qu’aisément je ne pâffe, en quelque. Ode infipide,

d'Aix-la-Chapelle, Mes Colbert seul CHÀNG. Vers 5. Sais- tu dans
détournoit le Roi de faire la guerre, qucls périls aujourd'hui tu t'engages?]
Mais le motif secret qui avoit obligé Dans toutes les éditions qui ont
les Ministres à faire cette Paix, ne précédé celle de 1701. il y avoit:
leur permettoit pas de recommencer
sitôt la guerre. Ils s'étoient hâtés: vas - Eu t'embarquer ? regagne
de la conclurre, craignant que Mr.

les rivages,
de Turenne, qui commençoit à les
traiter avec beaucoup de hauteur, L'Auteur avoit même mis dans la
ne fe rendît maître des affaires. C'est premiere composition :
ce que le Commentateur ne devoit

Regagnc le rivage pas ignorer. D'ailleurs ,, il a mal expliqué le but de cette Epitre. Il

Cette mer tu cours eft célèbre et dit, que Mr. Despreaux y fait voir, qu'un Roi n'est ni moins grand, ni

naufrage. moins glorieux dans la paix que dans Mais les Amis lui conseillerent de la guerre. Mr. Despreaux va plus mettre au pluriel, célèbre en nauloin. Il y fait la Satire des Conqué- frages, & regagne les rivages. Cepenrans; & foutient, que la véritable dant, comme cette derniere exprefgloire d'un Roi ne consiste pas à fion n'eft pas tout - a - fait juste, ravager la terre, mais à rendre les il l'a corrigée en changcant le vers Sujets heureux, en lès faisant jouir entier. d'une profonde paix. En vain aux Conquérans

8. Voici la Critique que Des Ma.

rets fit de ces deux vers :
L'erreur parmi les Rois donne les prem
miers rangs, &c.

vas tu t'embarquer ? regagne
DU MONTEIL.

les rivages, Cette Épitre fut faite en 1669. &

Cette Mer tu cours eft fameuse ce fut Madame de THIANGE,qui

en naufrages. la présenta au Roi.

„Ces deux vers, dit-il, ont longe IMIT. Vers 3. Dès que je prends »temps occupé ses amis, qui s'estane le plume, Apollon éperdu, &c.] Virgil. „engagés à faire paffer auprès du Eclog. VI. 3.

» Roi cette Épitre pour quelque

„chose de rare , Cum canerem reges & prælia, Cyna „avoit mis d'abord regagne le ri

voyant qu'il thius aurem

vage, comme il estoit plus raisonVellit, & admonuit.

»nable ; & qu'ensuite pour rimer

Іо

T'exalter aux dépens & de Mars & d'Alcide :
Te livrer le Bosphore, & d'un vers incivil
Proposer au Sultan de Te céder le Nil.
Mais pour Te bien louer, une raison sévère

Me dit qu'il faut sortir de la route vulgaire : 15 Qu'après avoir joué tant d'Auteurs différens,

Phébus même auroit peur, s'il entroit sur les rangs :

„il avoit mis, célèbre en naufrage, tion de 1701. qu'il a mis ainfi. Dans ,,ce qui ne valoit rien ; ils juge- toutes les éditions précédentes il srent, qu'il falloit mettre célèbre y avoit : jen naufrages, au pluriel ; & sur „cela ils proposoient de mettre re- Ce n'est pas que ma main, comme » gagne les rivages; ce qui toutefois ne vaut rien: car il suffit à un

un autre, à Ton char, Vaisseau qui eft en danger, de Grand Roi, ne píc lier Alexandre sgagner un port ou un rivage, sans ,,en gagner plusieurs. De forte

& César; squ'ils furent long-temps parta: Ne pús, fans se peiner, dans quelque „gés là-dessus, pour savoir , s'il „mettroit rivage & naufrage, ou

Ode insipide, &c. „rivages & naufrages Il fut ,,conclu pour rivages & naufrages,

VERS. 16. Phébus même auroit „Comme leur femblant plus iup peur, s'il entroit sur les rangs.) Des,,portable ; parce que l'Auteur,

MAR ET s dans la Défense du Poëme pour la grande peine qu'il a dans héroïque, Dial. 4. a affecte de donner ,, les vers, ne pouvoit se réfou- un faux sens à ce vers & au prédre à chercher un autre sens, & cédent.. Il suppose, que l'Auteur a ,,d'autres rimes. Mais voici un

voulu dire, qu'il fait trembler Apol,,étrange malheur : C'est que pen

lon le Dieu des Poëtes. Sur quoi il ,,dant leur contestation ils ne pre- a accusé Mr. Despreaux d'orgueil ,,noient pas garde au discours in- & de présomption. Mais bien loin ,,fense & éperdu d'Apollon , qui qu'il y ait ici de la vanité, on ne „disoit : Ou vas - tu t'embarquer? & peut donner une plus grande marensuite lui disoit : Regagne les ri- que de modestie, que le fair notre vages: car puisqu'il lui difoit: Poëte, en disant, qu'il doit sortir ,,Où vas-tu t'embarquer ? il n'étoit de la route vulgaire pour bien louer „pas embarqué; de sorte qu'il n'é- le Roi ; & que si Apollon lui-même toit pas besoin de lui dire: Regagne entroit sur les rangs pour louer ce les rivages. Et Apollon étoit Prince, il seroit effrayé d'une fi bien fou de lui dire: Cette mer vi grande entreprise. Voilà le véri

puisqu'il lui conseilloit table sens de l'Auteur. „de ne pas s'embarqner ; & par con,,séquent il n'estoit pas encore sur la . Le Commentateur n'a pas „Mér.“ DU MONTEIL. bien pris le sens de notre Poëte. Mr.

Despreaux dit, qu'après avoir tourCHANG. Vers 7. Ce n'est pas né en ridicule tani d'Auteurs qui qu’aisément, &c.) C'est dans l'édi- s'étoient hazardés de louer le Roi; fi

و کtic cctgrرو

« AnteriorContinuar »