Imágenes de páginas
PDF
EPUB

15 Et souvent de dépit contre moi s'exerçant,

Punir de mes défauts le papier innocent.
Mais toi qui ne crains point, qu’un Rimeur te noircisse,
Que fais-tu cependant seul en ton Bénéfice?

Attends - tu, qu’un Fermier payant, quoiqu'un peu tard, 20 De ton bien pour le moins daigne te faire part?

Vas-tu, grand défenseur des droits de ton Église,
De tes Moines mutins réprimer l'entreprise ?
Crois-inoi, dût Auzanet t'assûrer du succès,

Abbé, n'entreprends point même un juste procès. 25 N'imite point ces Fous, dont la fotte avarice

Va de fes revenus engraisser la Juftice;
Qui toûjours assignans, & toûjours assignés,
Souvent demeurent gueux de vingt procès gagnés.

Soûtenons bien nos droits: Sot est celui qui donne. 30 C'est ainsi devers Caën que tout Normand raisonné.

Ce sont là les leçons, dont un pere Manceau
Instruit son fils novice au sortir du berceau.

FÉpitre VII. vers 89. & l'Art Poëti- AU ZANET, célèbre Avocat au que, Chant II. vers 194

1

Parlement de Paris. Il étoit extrê. IMIT. Ibid. J'entends déja d'ici mement versé dans la connoiffance Liniere furieus &c.) Horace, L. I. du Droit François; & les principaSat. IV. v. 14.

les affaires se regloient ordinaire

: ment par les conseils, ou par son Crispinus minimo me provocat: ac- arbitrage. Il mourut le 17. d'Avril, cipe, si vis, 1693. âgé de 82. ans, ayant été ho

noré par le Roi d'un brevet de ConAccipe jam tabulas , decur nobis feiller d'État, quelques années avant locus, hora,

fa mort.

VERS 30. C'est ainsi devers Caën Cuftodes: videamus uter plus scri- que tout Normand raisonne.) L'Aubere pollit.

ieur auroit pû dire : vers Caën. C'est

ainsi que vers Caën tout bas Normand VERS 23. Důc Auqanet t’ase raisonne; mais il a préferé: Devers Sarer du succès.] BARTHÉLEMI Caën, qui est une espèce de NormaTous

[ocr errors]

Mais pour toi, qui nourri bien en deça de l'Oise,

As sucé la vertu Picarde & Champenoise,
35 Non, non, tu n'iras point, ardent Bénéficier,

Faire enrouer pour toi Corbin ni le Mazier.
Toutefois, fi jamais quelque ardeur bilieuse
Allumoit dans ton caur l'humeur litigieuse,

Consulte-moi d'abord, & pour la réprimer, 40 Retiens bien la leçon que je te vais rimer.

Un jour, dit un Auteur, n'importe en quel chapitre, Deux Voyageurs à jeun rencontrerent une huître.

[ocr errors][ocr errors]

nisme. D'ailleurs, un Normand qui Vierge du Visage benit, sera de Caën même, dira toûjours :

Faites grace au petit Corbiri. Je suis devers Caën, & ne dira pas : Je suis de Caën.

Voyez la Remarque sur le vers 36. VERS 33.

Bien en deça de du quatrieme Chant de l'Art poël'Oise.] Riviere, qui a fa source dans tique. Le MAZIER: voyez le la Picardie, vers les limites du Hai- vers 123. de la Satire l. naur & de la Champagne.

VERS 34. As fuicé la veriu Picarde VERS 41. Un jour, dit un Auteur, & Champenoise.] Cette Vertu eft la &c.] Mr. Despréaux avoit appris franchise.

cette Fable de son pere, auquel il VERS:36. Faire enrouer pour toi l'avoit oui conter dans la jeunesse. Corbin ni Mapier.] Deux Avocats. Elle est tirée d'une ancienne Comécriards, qui se chargeoient souvent die Italienne. Cette même Fable a de mauvaises causes. JACQUES été mise en vers par LA FONTAI“ CORBIN plaida fa premiere cause NE; mais au lieu de la Justice, il a à quatorze ans, & ne plaida pas mis un Juge, sous le nom de Perrin mal pour son âge: MARTINET Dandin, qui avale l'huître: en quoi célèbre Avocat, fic alors cette Épi- notre Auteur disoit que La Fontaine gramme :

a manqué de jufteffe : car ce ne

sont pas les Juges seuls qui caufent Vidimus attonito puerum garrire des frais aux Plaideurs: ce sont tous Senatu,

les Officiers de la Justice. Bis pueri; puerum qui ftupuere CHANG. Vers 45. Devant elle à Senes.

grand bruit.] Dans les premieres

édicions il y avoit : Devoni elle Son Peré étoit auffi Avocat, & fe ausi-tót. mêloit de Poësie. Il offrit un tableau IMIT. Vers 51. Des fottises d'auvotif à Notre-Dame, pour obtenir trui nons vivons au Palais.) Jean à fon fils un heureux succès dans sa Owen, L. I. Epigram. 15. plaidoierie ; & mit ces deux vers au bas du tableau:

Stultitia noftra, Juftiniane, fapis.

VERS

Tous deux la contestoient, lorsque dans leur chemin,

La Justice passa, la balance à la main.
43 Devant elle à grand bruit ils expliquent la chose.

Tous deux avec dépens veulent gagner leur cause.
La Justice, pesant ce droit litigieux,
Demande l'huître, l'ouvre, & l'avale à leurs yeux;

Et par ce bel Arrêt terminant la bataille :
50 Tenez, voilà, dit-elle , à chacun une écaille,

Des fottises d'autrui nous vivons au Palais: Messieurs, l'huître étoit bonne. Adieu. Vivez en paix.

VIRS dernier, Adieu, vie SCAPTIUS, âgé de quatrevez en paix.) Le Peuple Romain vingt - trois ans, remontra, que rendit un semblable jugement sur les terres dont il s'agissoit, écoient une contestation, entre les Ariciens de la dépendance de Corioles, & les Ardéates. Ces deux Peuples Ville qui appartenoit au Peuple étant en guerre pour la poffellion Romain.

Sans examiner autrede certain Pays", en remirent la ment la vérité de cette propodécision au Peuple Romain. La fition, le Peuple s'adjugea ces ter. Cause fe plaida solemnellement des res par droit de bienséance , & vant le peuple ; & quand on fut renvoya les Ardéates & les Arisur le point de recueillir les fuffra: çiens. Tite - Live, Livre 3. a la fint, ges, uis certain homme, nommé l'an 307. de Rome.

[blocks in formation]
[merged small][ocr errors]

ÉPITRE III.

A M. ARNAULD, DOCTEUR DE SORBONE.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

Ou1,

[merged small][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

lois

vi, sans peine, au travers des sophismes de Claude,
ARNAULD, des Novateurs tu découvres la fraude,
Et romps de leurs erreurs les filets captieux.
Mais que sert que ta main leur desfille les yeux,
Si toûjours dans leur ame une pudeur rebelle,
Prêts d'embrasser l'Église, au Prêche les rappelle?
Non, ne crois pas que Claude, habile à se tromper,
Soit insensible aux traits dont tu le fais frapper:
Mais un Démon l'arrête, & quand ta voix l'attire,
Lui dit: Si tu te rends, fais-tu ce qu'on va dire?
Dans son heureux retour lui montre un faux malheur,

[ocr errors][ocr errors]

10

Cette Épitre eft adreflée à Mr. retraite les momens qu'il pouvoit

[ocr errors]

ARNAULD, Docteur de Sorbone, dérober à ses pénibles fonctions. Un célèbre par sa Doctrine, & par ses jour il assembla dans cette maison, Ecrits. Les troubles de l'Eglise Gal. Mr. ARNAULD, 'Mr. NICOLE, licane ayant été pacifiés en 1668.par Mr. DESPRE AUX, & quelques le Pape Clement IX. & par le Roi; autres personnes choisies à qui il Mr. Arnauld eut non seulement la donna à diner. Il arriva entre Mr, liberté de paroître, mais il fut reçu Arnauld & Mr. Despreaux, ce qui par le Nonce du Pape, & par le Roi arrive ordinairement entre deux même avec toutes les marques pof- hommes d'un mérite distingué, & fibles d'eflime. Mr. le Premier Préfi- d'une réputation éclatante , lors dent de Lamoignon fut un de ceux qu'ils se voient pour la premiere qui lui témoignerent le plus d'em- fois : Ils furent d'abord liés d'une pressement. Ce Magistrat avoit un étroite amitié; cette amitié, dontils appartement dans la maison que les firent gloire pendant leur vie, a Chanoines Réguliers de Sainte Ge- duré jusqu'à leur mort, nonobstant neviève ont à Auteuil

, où il alloit une séparation de plusieurs années. quelquefois se délasser des fatigues Le sujet de cette Epitre est la mau. de la Magistrature , & donner à la vaise Honse. PLUTÁRQUE a fait

1

Lui peint de Charenton l'hérétique douleur;
Et balançant Dieu même en son ame flottante,

Fait mourir dans son cœur la vérité naissante. 15 Des superbes Mortels le plus affreux lien,

N'en doutons point, ARNAULD, c'est la honte du bien,
Des plus nobles vertus cette adroite ennemie
Peint l'honneur à nos yeux des traits de l'infamie,

Asservit nos esprits fous un joug rigoureux,
20 Et nous rend l'un de l'autre esclaves malheureux,

Par elle la vertu devient lâche & timide,
Vois-tu ce Libertin en public intrépide,
Qui prêche contre un Dieu que dans son ame il croit?

Il iroit embrasser la vérité qu'il voit;
35 Mais de ses faux amis il craint la raillerie,
Et ne brave ainsi Dieu que par poltronnerie.

C'est là de tous nos maux le fatal fondement, Des jugemens d'autrui nous tremblons follement;

Rij un Traité sur le même sujet; mais

VERS 16. C'est la honte du notre Auteur ne l'a point imité, bien.) Ce demi-vers exprime le fuElle fut composée en 1673. après jet de cette Epitre, l'Épître IV.au Roi. Ainsi elle est IMIT, Ibid. Chest la honie la cinquieme selon l'ordre du temps. du bien.) Horace, L. I. Ep. XVI.

VERS I. Au travers des V. 24. Sophismes de Claude, &c.) Mr. Å R

Stultorum incurata pudor malus NAULD étoit alors occupé à écrire

ulcera celat. contre Mr. CLAUDE, Ministre de Charenton : sur la foi de l'Église VERS 27. C'est ld de tous nos touchant l'Eucharistie.

maux le faral fondement.) Homere, VERS 12. Lui peine de Charen. Iliade Liv. XXIV. v. 44. & 45. dit, zon.) Village à deux lieues au defa que la honte est un des plus grands fus de Paris, où les Réformés maux & un des plus grands biens. avoient un Temple pour l'exercice En effet, elle est un grand mal aux de leur Religion, avant la révoca- hommes lors qu'elle les empêche tion de l'Edit de Nantes. Mr. d'oser faire le bien; & elle est un Claude écois Ministre de cette grand bien lors qu'elle les empêche Eglife.

de faire le mal.

« AnteriorContinuar »