Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Et dans l'eau de ces puits sans relâche tirée,
De ce sable étancher la soif démesurée.

ANTOINE, de nous deux tu crois donc, je le voi,
Que le plus occupé dans ce Jardin, c'est toi.
45 O! que tu changerois d'avis & de langage !

Si deux jours seulement libre du Jardinage,
Tout à coup devenu Poëte & bel Esprit,
Tu t'allois engager à polir un Écrit,

Qui dit, sans s'avilir, les plus petites choses,
50 Fît, des plus fecs Chardons, des Oeillets & des Roses:

Et süt même au discours de la Rufticité
Donner de l'élégance & de la dignité;
Un Ouvrage, en un mot, qui, juste en tous ses termes,

Sût plaire à Daguesseau, fût satisfaire Termes; 55 Sût, dis-je, contenter, en paroissant au jour,

Ce qu'ont d'Esprits plus fins & la Ville & la Cour.
Bientôt de ce travail revenu sec & pâle,
Et le teinit plus jauni que de vingt ans de hâle :

Tu dirois, reprenant ta pelle & ton rateau,
60 J'aime mieux mettre encor cent arpens au niveau,

Que d'aller follement, égaré dans les nues,

[ocr errors]
[ocr errors]

J'ai été en voyage , lui dit - il, avec Si deux jours seulement chargé de des Docteurs de Sorbone , & même

mon Ouvrage avec des Religieux, mais je n'ai jamais ouï dire de fi belles choses. En

Il te falloit songer, &c. vérité, vous parlez cent fois mieux

CHANG. Vers 51. Et sút même qu’un Prédicarcur.

au discours, &c.) Au lieu de ce vers CHANG. Vers 46. Si deux jours voit d'abord fait que ceux-ci :

& des cinq suivans, l'Auteur n'aseulement libre du Jardinage, &c.) Il y avoit dans la premiere compoli

Ex qui púc consenter, en parois

ant tion:

au jour,

Me lasser à chercher des visions cornues,
Et pour lier des mots si mal s’entr'accordans,

Prendre dans ce Jardin la Lune avec les dents. 65 Approche donc, & viens; qu’un Paresseux t'apprenne,

ANTOINE, ce que c'est que fatigue, & que peine.
L'Homme ici- bas toûjours inquiet, & gêné,
Eft, dans le repos même, au travail condamné.

La fatigue l'y fuit. C'est en vain qu'aux Poëtes 70 Les neuf trompeuses Sœurs, dans leurs douces retraites

Promettent du repos fous leurs ombrages frais: -
Dans ces tranquilles Bois pour eux plantés exprès,
La Cadence aufli - tôt, la Rime, la Célure;

La riche Expression, la nombreuse. Mesure,
75 Sorcieres, dont l'amour fait d'abord les charmer,

De fatigues sans fin viennent les consumer.
Sans cesse poursuivant ces fugitives Fées,
On voit sous les Lauriers haleter les Orphées,

Leur Esprit toutefois se plaît dans son tourment, 80 Et se fait de fa peine un noble amusement.

Mais je ne trouve point de fatigue fi rude,
Que l'ennuyeux loisir d'un Mortel sans étude,

[ocr errors]

Daguesseau dans la Ville, & Termes Ibid. Sût satisfaire Termes.] ROà la Cour. GER. DE PARDA ILLAN DE

GONDRIN, Marquis de TER Mais dans la fuite il ajoûra les MES; il mourut au mois de Mars, quatre précédens, & changea ces 1704 deux derniers.

VERS 77.

Ces fugitives VERS 54. Sút plaire à Dagues- Fées.] Les Mules. seau, &c.) HENR1-FRANÇOis IMIT. Vers 82. Que l'ennuyeux DAGUÉSSEAU, alors Avocat loisir d'un Mortel sans étude.] Otium Général; & aujourd'hui (en 1717.) fine litteris, mors eft, & hominis vivi Chancelier de France,

Sepultura. Seneca, Ep. LXXXII.

[ocr errors]
[ocr errors]

Qui jamais ne sortant de sa stupidité,

Soûtient dans les langueurs de son oisiveté,
85 D'une lâche Indolence esclave volontaire,

Le pénible fardeau de n'avoir rien à faire.
Vainement offusqué de ses pensers épais,
Loin du trouble & du bruit il croit trouver la paix.

Dans le calme odieux de sa sombre paresse,
go Tous les honteux Plaisirs, Enfans de la Mollesse,

Usurpant sur son Ame un absolu pouvoir,
De monstrueux desirs le viennent émouvoir,
Irritent de ses sens la fureur endormie,

Et le font le jouet de leur triste infamie.
95 Puis sur leurs pas soudain arrivent les Remords:

Et bientôt avec eux tous les Fléaux du corps,
La Pierre, la Colique, & les Gouttes cruelles,
Guenaud, Rainffant, Brayer, presqu'auffi tristes qu'elles,

Chez l'indigne Mortel courent tous s'assembler,
100 De travaux douloureux le viennent accabler;
Sur le duvet d'un Lit, théâtre de ses gênes,

Lui
VERS 90. Tous les honteux Plai. La Goutte aux doigts roues, la
firs, Enfans de la Mollele.). On ne

Pierre, la Gravelle,
Tauroit parler avec plus de circon-
fpection, ni plus de fageffe.

D'ignorans Medecins encor plus fa-
IMIT. Vers 91. Usurpant sur son

cheux qu'elle.
Ame un absolu pouvoir.) Perse, Sa.- VERS 98. Guenaud, Rainfant,
tire cinquieme, vers 129. Brayer, &c.] Trois fameux Méde-

cins de Paris ; mais ils étoient morts
$i intus, & in jecore ægro plufieurs années avant la composi-
Nascantur Domini.

tion de cette Épître.

IMIT. Vers 10t. Sur le duvet CHANG. Vers 97. La Pierre, la d'un Lit, théâtre de ses gênes.) PleauColique, & les Gouttes cruelles, &c.) me XL. V. 3. Super lecun doloris Premiere composition :

ejus.

VERS

[ocr errors]

Lui font scier des Rocs, lui font fendre des Chênes,
Et le mettent au point d'envier ton emploi.

Reconnois donc, Antoine, & conclus avec moi, 105 Que la Pauvreté mâle, active & vigilante,

Eft parmi les travaux moins laffe, & plus -contente,
Que la Richesse oisive au sein des Voluptés.

Je te vais sur cela prouver deux vérités. L'une, que le travail aux Hommes nécessaire, 110 Fait leur félicité, plutôt que leur misere ;

Et l'autre, qu'il n'est point de coupable en repos.
C'est ce qu'il faut ici montrer en peu de mots.
Suis-moi donc. Mais je vois, sur ce début de prône,

Que ta bouche déja s'ouvre large d'une aine, 115 Et que les yeux fermés tu baisses le menton. .

Ma foi, le plus sûr est de finir ce sermon.
Ausfi - bien j'apperçois ces Melons qui t'attendent,
Et ces Fleurs qui là-bas entre elles se demandent,

S'il est fête au Village ? & pour quel Saint nouveau 120 On les laisse aujourd'hui fi long-temps manquer d'eau.

VERS 102. Lui font fcier des n'est point de coupable en repos.) Rocs, lui font fendre des Chênes.] Premiere maniere avant l'impres. L'Auteur ayant récité fa Pièce à Mr. fion : Dagueffeau, Avocat Général, qui l'étoit allé voir à Auteuil, ce Magi

Qu'en Dieu seul on trouve Atrat condamna ce vers : il trouvoit la Métaphore, qu'il contient, trop hardie & trop violente. Mr. Des- VERS 114. Que ta bouche déja preaux lui répondit, que, si ce vers s'ouvre large d'une aune, &c.) L'Au. n'étoit pas bon, il falloit brûler teur faifoic remarquer cette peintoute la Pièce.

ture naïve d'un Homme qui s'en CHANG. Vers 111. de

Qu'il dort.

Son repos.

[merged small][ocr errors]

PITRE XII.

SUR
L' AMOUR DE

DE DIEU,
A MR. L'ABBÉ RENAUDOT.

D.

OCTE Abbé, tu dis vrai, l'Homme au crime attaché, Envain, fans aimer Dieu, croit sortir du péché. Toutefois, n'en déplaise aux transports frénétiques

Du.fougueux Moine auteur des troubles Germaniques, 3 Des tourmens de l'Enfer la salutaire Peur

N'est pas toûjours l'effet d'une noire våpeur,
Qui de remords fans fruit agitant le Coupable,
Aux yeux de Dieu le rende encor plus haïssable.
Cette utile frayeur, propre à nous pénétrer,

Voici à quelle occafion cette l'Apologie de la Satire X: contre les Épître a été faite. L'Auteur lui- Femmes, quelques-uns de les Amis même s'en explique dans une trouverent mauvais, que ce grave Lettre qu'il m'écrivit au mois de Docteur, agé de S4. ans, eût entreNovembre, 1709. „Long - temps pris la défense d'un Ouvrage, où il savant la composition de cette n'étoit question; difoient-ils, que „Pièce, j'étois fameux par les fré- de Femmes, de Vers, & de Ro„quentes disputes que j'avois foûte- mans. Ils regardoient la Poësie ,,nues en plusieurs endroits, pour la comme un amusement frivole, qui défense du vrai Amour de Dieu, n'avoit pas dû arrêter un moment ,,contre beaucoup de mauvais ce profond Génie. Mr. Despreaux „Théologiens. De sorte que me composa l'Épître sur l'Amour de

trouvant de loisir un Carême, je ne' Dieu, pour montrer à ces Censeurs ,,crus pas pouvoir mieux employer faussement délicats, que la Poëtie, ,,ce loisir, qu'à exprimer par écrit dont ils avoient fi mauvaise opi

les bonnes pensées que j'avois là- nion, peut traiter les sujets les plus „dessus.“

C'étoit le Carême de relevés. l'année 1695.

S. Mr. Bayle nous apprend, que Mr. BAYLE, dans son Diction- ,,ces particularités lui avoient été naire, à l'article Antoine A R* ,communiquées par Mr. Marais, NAULD, rapporte un fait, que l'on „Avocat au Parlement de Paris, a ouï réciter à Mr. Despreaux. 11 „homme de beaucoup d'esprit & dit, que Mr. Arnauld ayafit fait „d'érudition, fort connu de Mr.

« AnteriorContinuar »