Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

j'entends une voiture dans la cour; c'eft peut-être mon maître: .... Que monfieur me permette dé le quitter un moment; je reviendrai bientôt recevoir fes ordres.

Cléante fe trompoit; c'étoit Ariste qui venoit d'arriver, & que Villers n'avoit précédé que de peu de temps. Le chevalier de Villers & Champagne étant reftés feuls, pendant que Cléante alloit recevoir Arifte, le chevalier partit d'un éclat de rire, en difant : « Parbleu, le »bon-homme d'intendant feroit bien »furpris s'il favoit toute la peine que > nous nous fommes donnée pour caffer » la roue de ma chaife. Ma foi, mon»fieur, je ne reviens pas, lui dit Cham>pagne de l'étonnement que vous me » caufez. » Eh quoi! c'eft à la veille d'un mariage qui fait votre fortune & qui doit faire également votre bonheur ! quoi ! c'eft près d'époufer la charmante Clarice, que vous vous embarquez dans une aventure romanefque, qui vous couvrira peut-être d'un ridicule, & qui pourra vous faire perdre tout à-la-fois une époufe charmante, & le plus eftimable des amis? Tiens, mon pauvre Champagne, dit Villers, tu ne raifon

nes que d'après tes petits fentimens vul gaïres; tu ne vois pas en grand comme moi cette aventure, & tu n'es pas amoureux comme je le fuis. Eh, Clarice! monfieur,repartit vivement Champagne, cette jeune veuve de Cléon, riche de -deux cents mille livres de rente, fille du miniftre le plus puiffant à la cour; Clarice belle comme un ange, généralement approuvée, & donnée pour modèle à toutes les femmes nouvellement préfentées! Tais-toi, maudit raifonneur, dit Villers avec impatience: en vérité cela va bien à monfieur Champagne, fidèle compagnon de toutes mes en ayant fouvent même pour fon compte, de venir me fermoner! Tiens, il faut que je te l'avoue, Clarice m'enchantoit quand elle étoit coquette, folle & légère; la fympathie la convenance nous uniffoient alors. Il faut que je fois bien malheureux d'avoir changé le caractère de la plus jolie femme de Paris, & d'avoir fait naître en elle une trifte paffion qui la rend réfervée, férieufe & folitaire, « Ah! je » ne m'attendois pas à ce tour-là de » votre part, dit Champagne : com»ment diantre, d'une étourdie vous

aventures,

avez fait une femme raifonnable? » Oh! vraiment je vous plains bien! Mais quel eft donc ce nouvel objet qui vous tourne la tête ? N'as-tu pas » entendu parler de cette jeune Zélie.... dit Villers? Quoi! cette orpheline, » dit vivement Champagne? quoi! celle » dont on débite tant de fables, que » le marquis de Sainville a fait élever » d'une manière fi extraordinaire ? Eh » bien, dit Villers, je l'ai vue, je lui »ai écrit, je lui ai parlé. Le goût que » tu me connois pour les aventures fin

gulières m'avoit conduit ici; l'amour » m'y retient. » Villers, voyant qu'il avoit befoin de s'excufer d'un fi fol amour, même vis-à-vis de Champagne qui, n'avoit nullement l'air de l'approuver, lui conta l'aventure du tableau qu'il avoit vu chez le peintre, & voulut l'attendrir en peignant tous les charmes de Zélie, & l'impreffion que fon portrait avoit faite fur fon ame; mais, ajouta-. t-il, que cette impreffion eft devenue durable, lorfque je l'ai vue mille fois encore plus charmante que le peintre n'avoit pu la rendre! J'ai vingt fois efcaladé les murs de fa prifon, depuis que nous ne nous fommes vus. Hélas! prêt

F

à paroître fur le haut de la muraille', j'entendois toujours deux voix qui m'annonçoient qu'elle n'étoit pas feule, & je reftois tapi derrière le chapiteau, fans ofer paroître ce n'eft que d'hier que j'ai joui du moment le plus fortuné de ma vie. N'entendant qu'une voix douce qui chantoit, & que mon cœur me difoit être celle de Zélie, je me fuis hafardé, mais avec précaution, àregarder dans le jardin; j'ai cru voir la plus divine des trois Graces. Elle étoit feule; je l'ai doucement appelée par fon nom': quoique furprife, fes beaux yeux fe font élevés, fe font attachés fur moì. J'ai faifi ce moment pour lui dire que je rifquois tout pour la voir, que je rifquerois encore plus pour la tirer de fa captivité. Sa réponse m'a furpris: elle n'étoit ni cruelle, ni tendre. Ses propos ingénus n'exprimoient que fon étonnement; mais elle n'a point blâmé mon entreprife. Un léger bruit s'étant fait entendre en ce moment, j'ai craint d'être furpris je lui ai jeté du haut du mur une lettre que je tenois toute prête; & orfque j'ai vu qu'elle fe baiffoit pour la ramaffer, je je fuis prompte- ment defcendu du mur, & j'ai fait ca

[ocr errors][ocr errors]

?

cher dans les buiffons les machines avec Lefquelles mes payfans m'aident à les efcalader. Jufqu'ici, monfieur, lui dit Champagne, je vois que vous risquez beaucoup, & que vous n'êtes sûr de rien d'ailleurs, quand vous espéreriez de réuffir, que feriez-vous d'une fille fans bien & fans nom, qui vous feroit perdre la main de Clarice? Ah! que tu t'abuses mon cher Champagne ! Vas, fi tu l'avois vue comme moi, fon air noble, tout en elle te convaincroit qu'il faut qu'elle foit d'une naiffance illuftre: non, les mœurs du grave Sainville font trop connues pour qu'on puiffe le foupçonner d'une intrigue fecrette, & d'employer la féduction pour captiver cette jeune perfonne. Un intérêt plus vif encore que celui du plaifir, l'engage lui-même à lui donner une pareille éducation c'est sa fille; oui, mon enfant, Zélie eft sûrement fa propre fille. Il aura voulu cacher fon mariage au public, & fur-tout à fon oncle dont il attend la fucceffion, & dont il connoît le rigorifme.

:

Nous verrons quelques jours patoître Zélie comme un des plus grands partis qui foient en France. Je ne vois

« AnteriorContinuar »