Imágenes de páginas
PDF
EPUB

firent felon l'ancienne coutume du Nord. Deux cercueils de granite reçurent leurs corps couverts de leurs ar mes; & leurs fujets, accumulant des gafons & des quartiers de roches, élevèrent des monticules (1) fur les deux tombeaux. La veuve de Sigurd & le prince Rigding firent reconnoître fans peine le jeune Regner Lodbrog pour fouverain de la province. Sa mère, qui l'avoir nourri, s'enferma dans un château avec un très-petit nombre de domeftiques, pour l'élever jufqu'au temps où elle fe proposoit de l'aller faire reconnoître pour fouverain en Suède & en Danemarck. Rigding partit pour aller prendre la régence de ces deux

(1) Il étoit en ufage dans le Nord d'élever ces monticules fur les tombeaux des princes & des guerriers. La Weftphalie, la Suède, la Danemarck, la Saxe & plufieurs provinces de France, font pleines de ces monumens qui fubfiftent encore. J'ai vu les débris d'une de ces tombes, qu'on avoit ouverte près de Saint-Quentin, & dans laquelle on avoit trouvé quelques os des fquelettes d'un homme & d'un cheval, les reftes d'une hache - d'armes, une courte & large épée, un bouclier & un gros anneau d'or,

royaumes. Mais dans ce même temps la Suède & le Danemarck éprouvoient une grande révolution.

A peine les Scandinaves eurent-ils appris la funefte perte qu'ils venoient de faire de Sigurd, qu'ils s'affemblèrent tumultufement; & les Suédois & les Danois réuniffant tous les vaiffeaux qu'ils purent fe procurer, s'embarquèrent pour fondre fur l'Angleterre, plus nombreux encore que les Cimbres lorsqu'ils ́avoient été défaits par Marius. Cette flotte immenfe fut à peine débouchée de la Baltique, qu'un vent du nord foufflant avec violence pendant près de deux mois, les empêcha non-feulement d'aborder en Angleterre, mais de prendre terre fur les côtes de la Gaule. Le même vent les porta fur les côtes de l'Ibérie. Les peuples de la Gothie, dont les provifions étoient épuifées, defcendirent fur les côtes de ce royaume dont ils firent la conquête; & c'eft ainfi que commença le règne des Goths dans les belles provinces qui compofent l'Espagne. Les Jutlandois & les Fioniens furent portés jufqu'à la hauteur du détroit, qu'un nouveau vent les força de traverfer; c'eft alors que, res

nonçant au projet de foumettre l'An gleterre, & défespérant de pouvoir tetourner dans leur patrie, il abordèrent dans la Ligurie, d'où, s'étendant en Italie, ils y fondèrent le royaume des Lombards, auquel leurs armes victorieufes joignit bientôt l'Exarchat de Ra

venne.

"

"

Deux defcendans de Baldeg & de Segded, fils d'Odin, dont l'un régnoit dans la Saxe occidentale connue depuis fous le nom de Weftphalie & l'autre dans la Saxe orientale qui en conferve encore le nom, apprenant la grande émigration de la Suède & du Danemarck entrèrent à main armée dans ces deux royaumes, dénués de combattans. Rigding voulut vainement s'oppofer à leurs efforts; les Norvégiens qui l'avoient fuivi, étoient en trop petit nombre pour réfifter. Ils furent taillés en pièces ; & Rigding percé de coups. & prifonnier, reprocha vainement, en expirant, à ces deux princes l'injuftice qu'ils avoient de dépouiller le jeune Regner Lodbrog de fes états. Ce fut un nouveau coup pour Rigda, lorfqu'elle apprit la mort de fon frère & l'invafion des Saxons. Les Norvé

I

giens

giens affoiblis par la longue guerre qu'ils avoient foutenue contre Sigurd Ring & n'ayant point de chef, furent aifément foumis par les détachemens que les princes Saxons envoyèrent dans leur pays pour le mettre à contribution, & fur-tout pour s'emparer du jeune Regner & de fa mère.

La courageufe Rigda eût prévenu les malheurs qui la menaçoient par une prompte mort, fi fon fils ne l'en eût empêchée: elle le regarda comme un dépôt facré que Sigurd avoit remis à fes foins; & l'efpérance ne s'éteignant jamais dans les ames courageufes, elle raffembla promptement quelques familles de Norvégiens dont elle connoiffoit la fidélité: Voilà votre légitime roi, leur dit-elle, en leur préfentant fon fils; jurez de mourir pour lui, & de ne le faire connoître que lorfqu'il pourra porter fon nom avec gloire. Elle fubftitua celui de Lodbrog au titre de Regner que devoit porter l'héritier de trois royaumes; & chargeant une vingtaine de barques de vivres, de tentes, d'inftrumens d'agriculture, & de ce qu'elle avoit de plus précieux, cette petite colonie traverfa le canal de Tome IV. C

mer qui fépare la Norvège de l'Iflande.

Cette île, fouvent entourée d'une brume épaiffe, eft la plus grande qui foit dans l'Océan boréal, après celle de la Grande-Bretagne. Quatre chaînes de montagnes qui la traverfent, y forment quatre provinces féparées par des pics & des précipices; le milieu de l'île eft occupé prefque en entier par un volcan qu'Héfiode eût préféré à l'Ætna pour en faire la prifon d'Encelade, fi cet Auteur de la mythologie Grecque l'eût connu. La côte de cette partie étant la plus abordable & la moins habitée, ce fut celle où la petite colonie

Norvégienne defcendit. Un peuple

ifolé, peu nombreux & qui n'a rien à perdre, craint rarement fon femblable; & cette contrée ne s'étoit peuplée jufqu'à ce temps, que par quelques familles Norvégiennes que les vents avoient jetées fur cette île dans le temps de la grande pêche des phocas & de la baleine. Les Iflandois exerçoient l'hofpitalité vis-à-vis ceux qui paroiffoient vouloir devenir leurs compatriotes: ils leur firent connoître eux-mêmes quelques terrains propres à la culture, &

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »