Imágenes de páginas
PDF
EPUB

fa mère, le renard noir, le chamois & l'édredon ne pouvoient éviter fes coups; fon intrépidité naturelle me faifoit frémir, & je l'ai vue souvent prefque fufpendue fur des roches faillantes, pour enlever du nid de jeunes oiseaux qu'elle fe plaifoit à m'apporter. Un vent de l'ourfe ayant pouffé, pendant la dernière nuit, de vaftes glaçons fur le rivage le plus près de notre demeure, deux ours blancs, à moitié morts de faim, font defcendus, & fe font jetés fur nos troupeaux; ma fille a volé la première à leur défense: je l'ai fuivie de près, en criant à l'ours, cri refpecté par tous les infulaires & qui leur fait prendre les armes pour fe prêter des fecours mutuels : l'un des deux, frappé par le javelot de ina fille & le mien, eft tombé fe roulant fur le fable; en fe débattant, il a brifé le fût de nos armes, & nous nous trouvions expofés, fans défenfe, à la fureur du fecond ours attiré par le rugiffement affreux que pouffoit fon compagnon en expirant. C'est dans ce moment, veuve de Sigurd Ring! que ton brave fils eft accouru; & fe mettant devant nous, nous l'avons vu attendre,

"

combattre, & percer l'animal furieux prêt à nous dévorer. Malgré le coup d'eftoc qui le perçoit de part en part, l'ours a confervé quelque refte de force, & s'eft élancé fur ton fils nous les vons vus tomber l'un & l'autre & fe débattre; mais bientôt l'ours eft resté fans vie, percé d'un coup de poignard que ton fils a plongé dans fon flanc. Telle eft l'aventure qui me joint à toi; tels font les malheurs par lefquels le fort femble avoir voulu nous éprouver pour nous unir à jamais.

L'ame élevée de Rigda avoit souvent été vivement émue en écoutant Hydeltand, & celle du jeune Lodbrog l'étoit encore plus en regardant la belle Yvarde; c'étoit le nom de la malheureufe & charmante fille du vieillard. Lorfqu'ils eurent pris quelque repos, & qu'une bière aromatique eut réparé les forces épuifées des vainqueurs des ours blancs, Rigda conta fon hiftoire au malheureux Hydeltand. Ce fut par elle qu'il apprit la mort du criminel Harald, qui, plufieurs années auparavant, avoit perdu la vie dans une bataille contre les Suédois: elle lui rapporta même les dernières paroles

de

de ce roi coupable, que les Scaldes avoient confacrées à la postérité, pour l'effrayer par les remords qui déchirent le cœur des grands criminels près d'expirer.

Nous nous fommes battus à coups d'épée, mais je touche à mon dernier moment; déja je fens un ferpent qui me ronge le cœur : Hella brife ma tête avec fes dents d'airain. Ah! barbare Odin! les portes de ton Vaxalla fe ferment pour moi; les Valkiries m'en repouffent. Ah! je ferai donc privé du feftin des braves! Ah! je ne boirai donc point de la bière forte dans le crâne de mes ennemis! Mais le fer de mon fils fera bientôt rougi par le fang: il tient de fa mère un cœur fier & vaillant; fa colère l'enflammera, je ferai vengé par Hella, qui n'arrachera d'une ame forte que le dernier fourire que je fais en expirant.

Nous avons déja dit que l'ame de la veuve Sigurd-Ring étoit auffi ferme qu'élevée cette reine altière ne s'étoit renfermée dans la caverne d'Islande que pour élever fon fils, éprouver fon courage, & faire paffer dans fon fein le defir de venger Sigurd, & de reTome IV. D

C

9

monter fur le trône de fes pères. Approche, mon fils, lui dit-elle, je te trouve digne de porter l'anneau de ton père; reprends le nom de Regner que tu reçus en naiffant, & que celui de Lodbrog ne foit plus qu'un furnom que tu dois faire retentir dans toute l'Europe. Le jeune Regner, interdit, hors de lui-même fe jette à fes genoux ; elle le ferre dans fes bras, & Rigda fixant fes regards enflammés fur lui: Fils de Sigurd-Ring, lui dit-elle, baise encore une fois & reçois pour toujours cet anneau qui fut porté par deux héros; regarde-le fans ceffe, & que ton ame s'élève à remplir les grands devoirs qu'il t'impofe. Hydeltand ajouta-t-elle, le fang du coupable Harald s'eft épuré dans le fein de ta vertueufe mère; je te reconnois pour être de celui de nos rois, & je compte fur tes confeils & fur ton courage, pour aider ton neveu Regner à fubjuguer fes ennemis. Ah! grande reine, s'écria la jeune Yvarde, puifque tu reconnois mon père, réconnois donc de même ta nièce qui fe rendra digne de toi; je fais lever la hache & lancer le javelot; je fais également combattre, aimer &

C

mourir. En prononçant ces derniers mots, elle attacha fes beaux yeux fur ceux de Regner. Jeune Yvarde, lui répondit Rigda, je t'admire; je te deftine un nom plus doux, & je vois l'ame & le feu de Friga briller dans tes yeux. Oui, j'attefte le grand Tad (i) & les Dieux fubalternes d'Asgard, que tu feras l'épouse de Regner Lodbrog. Mais ce n'eft point dans une île prefque déferte & dans une caverne fauvage, que les enfans d'Odin doivent allumer le flambeau nuptial; c'eft fur le trône fanglant & renversé de leurs ennemis. A ces mots, prenant la maiņ de Regner & d'Yvarde, elle leur dit en les uniffant Voilà ta fœur, voilà ton frère; jouiffez dans toute fa pureté du fentiment que ce nom doit conserver dans vos ames; combattez, triomphez

:

(1) Le grand Tad étoit connu par les Celtes pour être le créateur de l'univers, & le fouverain des dieux. Tac te dans fes recherches fur les mœurs des Germains, le définit, felon l'idée que les Celtes en avoient, R gnator omnium Deus, cætera fubjccta atque parentia. Ils lui donnoient encore douze autres noms, dont chacun exprime l'un de fes attributs.

« AnteriorContinuar »