Imágenes de páginas
PDF
EPUB

qui poignardèrent leurs enfans à leurs yeux, & qui, fe jetant avec fureur au milieu des Romains, ne voulurent pas furvivre à la défaite de leurs époux. Cette deftruction entière de l'armée des Cimbres, laissa leur pays fans défense. Les vieillards & les enfans étoient les feuls qui n'euffent pas marché dans cette expédition; & la confternation fe répandit dans ces provinces du nord, qui reftèrent plufieurs années hors d'état de prendre les armes. Ce fut environ quarante ans après la destruction des Cimbres, que les armées Romaines pénétrèrent jufque dans la Scythie, en poursuivant Mithridate. Ce prince, l'un des plus grands hommes qui foient nés pour étonner la terre & pour fubjuguer les efprits, forma l'entreprise la plus digne d'un génie fupérieur & propre à

commander aux autres hommes.

Entre l'embouchure du Tanaïs, qui porte fes eaux dans les Palus Méotides & la mer Cafpienne il exiftoit plufieurs peuples belliqueux & jaloux de leur liberté : les Chroniques Iflandoifes, au rapport de M. Mallet (1), nomment deux peuples principaux qui fe réunirent fous les ordres d'un Scythe, chef de la religion régnante dans le cœur de l'Afie. Les Afes, habitans de riches pays au pied du mont Taurus, étoient voifins d'autres Afiatiques connus déja fous le nom de Turcs: tous les deux fuivoient le même culte, & ce culte s'éloignoit peu de celui

(1) Je ne peux trop exhorter les lecteurs à recourir à l'Introduction à l'Hiftoire du Nord par M. Mallet; cet ouvrage doit être regardé comme un des plus inftructifs & des meilleurs du dix-huitième siècle.

des patriarches (1). Les Afes s'honoroient du titre d'enfans du Dieu qu'ils adoroient fous le nom d'Odin leur principale ville étoit Afgard, (2) c'est-à-dire, la ville du Dieu fuprême. Sigge étoit le grand-prêtre du culte fimple que ces peuples lui rendoient: douze Drottars, choifis parmi les gens les plus éclairés & dans les familles les plus illuftres, offroient avec lui les voeux de la nation au

(1) Il eft à remarquer que toutes les religions qui fe font étendues, font forties de l'Afie; que toutes ont eu la même fimplicité dans leur origine; que toutes ont eu pour base la religion revélée aux Patriarches; que Fo-Hy, Hermès, Confucius, Moyfe, Zoroaftre, Odin, Mahomet, ont adoré un Dieu créateur, immuable, éternel; & que, quoique l'intérêtperfonnel des Législateurs ait varié, défiguré, furchargé le culte fimple du Dieu fuprême, ils l'ont toujours adoré comme le principe créateur & moteur de tout ce qui existe dans la nature.

(2) On croit que la ville d'Afoph eft la même que celle qui portoit le nom d'Afgard.

[ocr errors]

Dieu fuprême, & rendoient la justice.

Sigge eut le courage d'effayer de dérober fes compatriotes au joug dont les armées victorieufes de Pompée les menaçoit; il leur fit croire qu'il étoit animé par l'efprit de la divinité; il fit plus, il ofa prendre le nom d'Odin. Sa femme Friga, fpirituelle, audacieuse comme lui, fut leur perfuader de même qu'elle étoit infpirée elle devint pour fon époux ce que la nymphe Egérie avoit été pour Numa; & les deux peuples réunis, crurent que la divinité même parloit par leur voix, & jurèrent de les fuivre jusqu'aux extrémités de la terre.

Odin ayant paffé le Tanaïs à la tête des Ases & des Turcs confondus enfemble, & ne formant qu'un même peuple qui croyoit fermement qu'il étoit conduit par

la divinité même, Odin remonta vers le nord; quelquefois il combattit, & fes armes furent toujours victorieuses; plus fouvent encore il parla: fon éloquence & celle de fon épouse égaloient leur courage, & l'un & l'autre avoit prefque également le don de s'exprimer en vers avec facilité.

C'eft de tous les temps que la poéfie eft nommée le langage des dieux; fon harmonie femble être une fuite de celle qu'on admire dans l'univers: ils enchantèrent & perfuadèrent prefque tous les peuples des pays qu'ils traverfèrent; ils s'en firent des fectateurs zélés & foumis. L'armée d'Odin groffiffoit de jour en jour : elle traverfa prefque fans résistance la grande Weftphalie, la Saxe; mais, déja trop nombreufe pour s'établir dans ces vaftes contrées, habitées par des peuples également nombreux & bel

« AnteriorContinuar »