Imágenes de páginas
PDF
EPUB

J. BAS- teur, fans parler des petites no tes qui éclairciffent les endroits qui en ont befoin.

NAGE.

24. Préface contenant des réflexions fur la durée de la perfecution & fur l'état préfent des Réformez en France. Elle précede une nouvelle édition du Livre de M. Claude intitulé: Les plaintes des Proteftans cruellement opprimez dans le Royaume de France, faite à Cologne 1713. in 12. Elle eft plus longue que le

Livre même.

22. Antiquitez Judaïques, ow Remarques critiques fur la Republides Hebreux. Amfterdam 1713. que in 8% 2 tomes. C'est une espece de Supplement à Cuneus.

23. Reflexions definterreffées fur la Conftitution du Pape Clement XI. qui condamne le nouveau Teftament du P. Quefnel. Amfterdam 1714.

in 8°.

24. L'unité, la vifibilité, l'antorité de l'Eglife & la verité renverfée par la Conftitution Unigenitus, B par la maniere dont elle eft reçue. Amfterdam 1715. in 8o.

25. L'état prefent de l'Eglife

Gallicane, contenant divers Cas de. J. BAS Confcience fur fes divifions, avec NAGE. un examen critique des erreurs & de la conduite de Clement XI. Amfterdam 1719. in 12.

26. Inftructions Paftorales aux Ré formez de France fur l'obéiffance duë au Souverain. 1720. in 12. M. le Duc d'Orleans, Regent du Royaume craignant que les nouveaux Convertis du Dauphiné, du Poitou & du Languedoc ne fe laiffaffent entraîner à quelque foulevement par les Emiffaires du Cardinal Alberoni, fit prier M. Baf nage en 1719. par M. le Comte de Morville, alors Ambaffadeur en Hollande, d'écrire à ceux dont on vouloit corrompre la fidelité, & de les affermir par fes exhortations dans l'obéiffance qu'ils devoient au Roi. Il le fit, & leur addreffà une Inftruction Paftorale, qui fut réimprimée à Paris par ordre de laCour, & diftribuée dans les Provinces fufpectes. Elle eut tour l'effet qu'on s'en étoit promis. Mais comme M. Bafnage s'efforçoit dans la même Lettre de prouver aux nouveaux

NAGE.

J. BAS- Convertis l'excellence de la Reli gion P. R. M. de Catelan, Évêque de Valence fe crut obligé d'y faire une réponse, qué M. Bafnage tâcha de tefuter par une feconde Inftruction Paftorale, qui fut fuivie de deux autres,

27. Annales des Provinces-Unies depuis les Negotiations pour la Paix de Munster avec la Description hiftorique de leur Gouvernement.Tomel. La Haye fol. 1719. Ce volume qui commence en 1646. finit à la conclufion de la Paix de Breda en 1667. Tome II. 1726. Ce volume va jufqu'à la Paix de Nimegue en 1678. M.Bafnage a continué l'Ouvrage jufqu'en 1684. & a laiffé un plan pour le conduire jufqu'en.

1720.

28. Nouveaux Sermons. 1726. in 89.

29. Differtation hiftorique fur les Duels les Ordres de Chevalerie. Amfterdam 1720. in 8°. Cet Ouvrage eft curieux.

30. Il a fourni auffi beaucoup d'extraits à M. Bafnage de Bauval fon frere, pour inferer dans fon

Hiftoire des Ouvrages des Sçavans. J. BasIl avoit promis une Hiftoire des NAGE. Herefies, qui auroit été un Ouvrage curieux; mais d'autres occupations l'ont empêché d'y travailler, & il l'a laifiée imparfaite. V. fon Eloge à la tête du fecond volume de fes Annales des Provinces Unies.

John

JEAN AUBREY

EAN Aubrey (en Latin, Al

JEAN bericus) nâquit dans un lieu de AUBREY,

JE

la Province dewilt en Angleterre, nommé, Eafton-Piers, au mois de Novembre 1626. Il fit fes premie. res études à Malmesbury, fous Robert Latimer, & eut alors pour compagnon le fameux Hobbes avec lequel il lia une étroite amitié.

Ayant été immatriculé dans le College de la Trinité à Oxford en 1642. il Y fit connoiffance avec Antoine Wood,qu'il aida beaucoup dans la compofition de fon Ouvrage, intitulé: Athena Oxonien

BREY.

J. Au- fes Comme on travailloit alors at Monafticon Anglicanum, il fit la dépenfe du Plan de l'Abbaye d'Ofney, qui fut après détruite & ruinée pendant la guerre civile. Ce Plan a été inferé dans le tome II. à la page 136. mais il eft à remarquer qu'il manque dans un grand nombre d'exemplaires.

En 1645. Aubrey prit le parti de la Jurifprudence, par le moyen de laquelle il prétendoit s'avancer; mais la mort de fon Pere arrivée la même année, lui laiffa une fucceffion fi litigieufe, qu'il fut obligé d'interrompre fes études pour saffurer fon Patrimoine Ce Patrimoine étoit épars en tant de Provinces, qu'il eut continuellement de nouveaux voyages à faire. Ce qu'il y eut de chagrinant pour lui, c'eft qu'il perdit morceau à morceau toute la fucceffion.

paternelle par les chicanes qu'on lui fit; & fa fortune fut enfin reduite à fi peu de chofe, qu'il fut trop heureux de trouver un afyle dans la maifon d'une Dame, qui fe fit un honneur de ne point abandonnet

« AnteriorContinuar »