Imágenes de páginas
PDF
EPUB

G. FAL- Catalogue de fes Ouvrages.

LOPE.

Opera genuina omna tam practica, quàm theorica in tres tomos diftr.buta. Venetiis 1584. fol. It. Venetiis 1606 fol. It. Francofurti 1600. fol. cum Operum appendice. ibidem 1606.

Le premier tome contient,

1. Inftitutiones Anatomica. Cet Ouvrage a paru fous ce titre: de humani corporis Anatome Compen dium. Patavii 1585. in 8°.

2. Obfervationes Anatomica, imprimées feparément à Venise en 1562. in 8°. It. Paris 1562. in 8o. It. Helmftad 1588. in 8°. Cette derniere édition eft augmentée. 3. Obfervationes de venis. 4. De partibus fimilaribus huma ni corporis, imprimé à Nuremberg en 1575. fol.

5. De Medicamentis fimplicibus. imprimé feparément par les foins d'André Marcolini à Venise 1566. in 4°.

[ocr errors]

6. De materia medicinali in Li

brum primum Diofcoridis.

7. De Thermalibus Aquis Libri

VII.

8. D Metallis arque Foffi'ibus G. FAL Libri dio. Ces deux derniers Ou- LORE. vrages on paru pour la premiere

fois par

les foins de Marcolini à Ve

nije en 1564. in 4°•

9. De Medicamentis purgantibus fimplicibus.

10. Epiftola at Mercurialem de Alparagis, imprimé à Venise en 1566. avec le Traité de Medicamentis purgantibus.

Le fecond tome renferme :

1. De ulceribus & eorum fpecie bus: de morbo gallico de ulceribus fingularum parium. Ces Ouvrages avoient deja paru en differens temps.

2. De vulneribus in genere & Specie.

3. Commentarius in Hippocratis Coi Librum de vulneribus capitis, Imprimé en 1571. in 4o. à Venife. 4.De cauteriis. Imprimé à Venife en 1570. in 4°.

Le troifiéme tome contient, 1. D: tumoribus præter naturam. Imprimé à Venife en 1563. in 4°. 2. Expofitio in Librum Galeni de affibus. Imprimé en 1570. à Venise in 4o.

G. FAL

LOPE.

3. De luxatis & fractis offibus. 4. Methodus confultandi.

5. De compofitione Medicamentorum. Imprimé à Venise en 1570. in 4°.

Opufcula.Patavii. 1566.

V. Lindenius renovatus. Caftel lani Vita Medicorum. Teiffier Elodes Sçavans.

ge

JOSEPH SAUVEUR

JOSEPH JOSE

SAUVEUR,

OSEPH Sauveur nâquit à la Fleche le 24. Mars 1653. de Louis Sauveur, Notaire de cette Ville. Il fut abfolument muet jusqu à l'âge de fept ans par ans par le défaut des organes de la voix, qui ne commencerent à fe débarraffer qu'en ce temps-là, mais lentement & par degrés, & qui même n'ont jamais été bien libres.

Ce défaut l'obligea à fe renfermer en lui-même, & à penfer davantage. Dès fon enfance il étoit déja Machinifte: il conftruifoit de petits moulins, & faifoit des fi

phons

[ocr errors]
[ocr errors]

phons avec des chalumeaux de J. SAU paille & des jets d'eau.

On le mit au College des Jefuites; mais il n'étoit guéres propre à y briller; il ne parloit qu'avec peine, & apprenoit par cœur encore plus difficilement. Cela le fit negliger par le premier Regent qu'il eut, & fous lequel il ne profita par confequent pas beaucoup: Il fit beaucoup mieux fous un fecond qui découvrit ce qu'il va

loit.

Les Oraifons de Ciceron & les. Poëfies de Virgile ne le toucherent point; mais le hazard lui ayant fait jetter les yeux fur l'Arithmetique de Pelletier du Mans, il en: fut charmé, & l'apprit feul.

Sa paffion naiffante pour les Scien ces lui en donna une violente pour venir à Paris; car il ne fentoit qua trop tout ce qui lui manquoit à la Fleche. Il avoit un oncle Chanoine & Grand-Chantre de Tournus, & il prit le parti de l'aller trouver pour en obtenir une penfion qui le mît en état de fubfifter Paris. Il fit le voyage en 1670.. Tome IV. EL

VEUR..

YEUR.

J. SAU- & fon oncle qui le deftinoit à l'E glife comme le refte de fa famille fui accorda la penfion qu'il fouhai toit pour étudier en Philofophie & en Théologie à Paris.

Pendant fa Philofophie il apprit en un mois & fans Maître les fix premiers Livres d'Euclide. Cet effai augmenta fon goût pour les Mathematiques, & il leur donna une application que la Philofophiet Scholaftique ne lui paroiffoit pas. meriter. La Théologie des Ecoles ne l'occupa pas non plus longtemps, il l'abandonna pour faire

un cours d'Anatomie & de Botanique:

M. Sauveur connut dans ce temps-là M. Cordemoy, Lecteur de: Monfieur le Dauphin, qui parla de lui à M. Boffuet, alors Evêque de Condom, Précepteur de ce jeune Prince. Ce Prélat voulut le voir; il connut bientôt de quoi il étoit capable, & lui confeilla de renoncer à la Medecine. Une chofe dé termina M. Sauveur à fuivre fon confeil. Son oncle qui vit qu'il ne penfoit plus à l'Erat Ecclefiaftique,

« AnteriorContinuar »