Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors]

CHAPITRE VII.

L'espérance par elle-même eft agréable à Dieu, & obtient tout de lui.

§. I.

Promeses magnifiques attachées
Spécialement à l'Espérance.

[ocr errors]

E Seigneur n'aime point qu'on fe fie à la force du cheval, il ne fe plait point que l'homme s'affure fur la force des jambes (a); non, le Seigneur n'aime point & ne regarde point favorablement ces ames qui s'appuient fur leur puiffance, fur leur adreffe, ni fur celle d'aucune créature; c'est au

(4) Non in fortitudine equi voluntatem habebit: nec in tibiis viri beneplacitum eris ei. Pf. 146. 11.

contraire le moyen de fe rendre CH. VII) indigne de fes regards, & de son §. I. fecours. Mais le Seigneur met fon` plaifir en ceux qui le craignent, 5 en ceux qui efperent en fa miféricorde (b); non- feulement il les regarde favorablement; mais il met en eux fa complaifance & fes délices. Qui pourroit être affez cruel & affez injufte pour refufer ce plaifir à fon Dieu, en refufant d'efpérer en fa miféricorde, & pour fe refufer à foi-même la plus douce & la plus folide fatisfaction qu'il foit poffible de goûter fur la terre?

II. Rien de plus confolant dans toute l'Ecriture que les promeffes fi magnifiques que Dieu a voulu attacher fpécialement à l'efpéranParce qu'il a efpéré en moi (c) je le délivrerai; je le protegerai, parce qu'il a connu mon nom. Il criera vers moi je l'exaucerai, je ferai avec

ce 2

(2) Beneplacitum eft Domino fuper timentes eum, & in eis qui fperant füper mi fericordia ejus. Ibid. 12.

(c) Quoniam in me fperavit, liberabo eum: protegam eum, quoniam cognovit nomen meum. Clamavit ad me, & ego exaudiam eum: cum ipfo fum in tribulatione,eripiam cum, & glorificabo eum. Pf. 90, 14, 15

4. I.

Serm. 9. in Pf. 90.

ข. 6.

CH. VII. lui dans fon affliction, je le fauverai, 5 je le comblerai de gloire. Mais pour quelle raison, Dieu promet-il qu'il nous délivrera, qu'il nous fauvera & nous glorifiera? Quare? quibus meritis? dit Saint Bernard; parce que nous aurons espéré en lui ; Parce qu'il a espéré en moi, nous dit-il lui même, je délivrerai, je le fauverai, je le comblerai de gloire. Ce ne fera donc pas parce que nous aurons pratiqué les pénitences les plus aufteres, parce que nous aurons fait de grandes aumônes, effuyé pour la Religion les plus grands travaux, les plus grandes fouffrances. Ces actions font à la vérité d'un grand prix devant Dieu; mais elles ne font pas au pouvoir de tous. Mais ce fera parce que nous aurons espéré en lui. Parce qu'il a espéré en moi, je le délivreraz.

O, que cette raifon eft douce & confolante, dit Saint Bernard, & qu'elle eft en même-tems forte in Pfal. & efficace! Dulcis caufa, attamen efficax, attamen irrefragabilis. Car y Serm. 9. a-t-il quelqu'un qui ne puiffe efpérer? Après cela, fi faute d'efpérer;

90.

7.6.

nous

§. I.

n. 5.

nous nous perdons pour l'éternité, CH. VII. ne le méritons - nous pas bien ? Etoit-il donc fi pénible d'efpérer en la bonté d'un Dieu, qui, felon Saint Bernard, réduit tout le mérite de l'homme, à mettre en lui toute fon efperance; Hoc totum ho- Bern. minis meritum, fi totam fpem fuam po- ferm. 15. nat in eo qui totum hominem falvum in Pf. 90. facit. Qu'un autre, dit encore ce Pere, s'appuie fur d'autres mérites; fur ce qu'il aura porté le poids du jour, de la chaleur, fur ce qu'il aura beaucoup jeûné & qu'il aura mené une vie diftinguée de celle du refte des hommes. Pour moi, mon bien & mon mérite, c'eft de mettre mon espérance en la bonté de mon Dieu. C'est l'unique caufe pour laquelle il accomplirà en moi toutes fes promeffes,& la feule raifon pour laquelle j'attends tout de fa miféricorde (d).

III. Cette promeffe fi confolante,

(d) Tu es, Domine, fpes mea: hæc una mihi omnium promiffionum caufa; hæc tota ratio meæ expectationis. Prætendat alter meritum, fuftinere fe jactet pondus diei & æftus; jejurare bis in fabbato, poftremo non effe ficut cæteros hominum glorietur. Mihi autem adhærere Domino bonum eft,

M

[ocr errors]

CH VIL. quand elle ne fe trouveroit marquée que dans un feul endroit de

S. I.

[ocr errors]

l'Ecriture, devroit faire, fur notre cœur une impreffion ineffaçable. Car comme Dieu ne change point de pensées, ni de fentimens, fa parole auffi eft incapable de changement. Mais il a voulu renouveller cette même promeffe en différens endroits, pour nous obliger à y faire plus d'attention. Le Seigneur les affiftera, & il les délivrera ; il les arrachera d'entre les mains des pécheurs, & il les fauvera (e). Et pour cela, le Seigneur ne nous demande que d'efpérer en lui: Il les délivrera

il les fauvera, parce qu'ils ont efpéré en lui. Vous m'avez conduit vous-même vous avez été pour moi comme une forte tour contre les attaques de l'ennemi, parce que vous êtes devenu mon efpérance (f). Confervez-moi, Seigneur, 1

ponere in Domino meo fpem meam. Bern. in Pfal. 90. ferm. 9.

(e) Et adjuvabit cos Dominus, & liberabit eos, & eruet cos à peccatoribus, & falvabit, eos, quia fperaverunt in eo. Pf. 36. 42. (f) Deduxifti me, quia factus es fpes turris fortitudinis à facie inimici, P.

mea,

« AnteriorContinuar »