Imágenes de páginas
PDF
EPUB

9. Va

fa volonté lui ravir fon Dieu CH, XÍ qui eft le feul bien en qui elle a établi fa joie & fon bonheur. Que les hommes faffent tout ce qu'ils voudront pour me rendre malheureux, il y aura toujours, dit Saint Auguftin, une certaine partie de moi, où ils ne pourront atteindre; & c'eft-là où habite mon Dieu mon trésor, ma joie & mon bonheur.

[ocr errors]

2

V. Une ame qui cherche fa joie, fa paix & fon bonheur dans les biens qu'elle peut trouver en ce monde, n'eft pas pour cèla exempte des miferes, & des maux qui font communs à tous les hommes. Tous les maux qui lui arrivent font pour elle des maux réels, des maux purs & fans mélange d'aucun bien ni pour cette vie, ni pour l'autre elle n'en tire aucun avantage ni du côté des hommes, qui en prennent fouvent occafion de l'abandonner ou de la méprifer; ni du côté de Dieu, devant qui tous fes maux, loin de mériter quelque récompenfe, ne. méritent que des punitions. Ne voyant donc que des maux de E e iij

CH. XI tout côté, n'y appercevant aucun S.V. bien préfent ou à venir qui la puiffe confoler & foutenir, que peutelle faire que de s'abandonner à l'impatience, au chagrin, au dépit & fouvent au défefpoir? Mais c'eft principalement dans les maux de la vie préfente que l'efperance Ch. 10. chrétienne fait trouver les plus $5. grands biens, comme on l'a montré ailleurs. Les maux ne font pour elle que des maux apparens, & font des biens véritables. Elle y trouve beaucoup plus d'avanrages que dans tout ce que le monde appelle des biens. Après cela doit on s'étonner que les Apôtres nous difent des premiers Chrétiens (u): Que leur joie redoubloit d'autant plus, qu'ils étoient éprouvés par de plus grandes afflictions.

VI. Il eft donc vrai que l'efpérance chrétienne rend les vrais Chrétiens véritablement heureux, & les établit dans une joie & une paix qu'on peut appeller un paradis anticipé; auffi l'Ecriture les appelle-t-elle par tout heureux.

(n) In multo experimento tribulationis abundantia gaudii ipforum fuit, 2, Cor, Sa'a

S. V.

Celui qui efpere au Seigneur eft beu- CH. Xd reux (x). Lorfque dans peu la colere du Seigneur s'allumera comme un feu, beureux tous ceux qui efperent en lui (y). Heureux eft l'homme qui a mis fon efpérance au nom du Seigneur

[ocr errors]

qui n'a point arrêté fa vûe fur les ganites les folies pleines d'illufion telles que font toutes les espérances du monde (x)! Heureux eft Phomme qui attend de vous fon secours. Seigneur des armées, heureux eft l'homme qui efpere en vous (a). Heureux celui dont l'efperance eft au Seigneur fon Dieu qui a fait le Ciel

la terre, la mer toutes les chofes qu'ils contiennent (b)!

(x) Qui fperat in Domino beatus eft. Prov. 20. 16.

(y) Cum exarferit in brevi ira ejus, beati Omnes qui confidunt in eo Pf. 2. 13. (Beatus vir cujus eft nomen Domini fpes ejus, & non refpexit in vanirates & infanias falfas. Pf. 39. 6.

(a) Beatus vir cujus eft auxilium abs

te.... Domine virtutum qui fperat in te. Pf. 83. 6,

[ocr errors]

beatus homo

13.

[ocr errors]

(Beatus, cujus Deus Jacob adjutor ejus, fpes ejus in Domino Deo ipfius, qui fecit cœlum & terram mare & omnia que in eis funt, Pf. 145+ 4•

[ocr errors]

CH. XI 4. VI.

§. VI.

En quel fens l'Ecriture déclare heureux ceux qui ont mis toute leur efpérance en Dieu, & comment cela s'accorde avec ce qu'elle dit des miferes de cette vie. 1. C É que l'on a dit dans le §. z. pourroit fuffire pour fatisfaire à la quellion qu'on vient de propofer; on a cependant crû que ce que l'on va dire ici aura fon utilité. La félicité parfaite n'est pas pour cette vie ; ce n'eft que dans le Ciel que la béatitude fera pleine & parfaite. La faim, la foif, la douleur la mort & toutes les autres miferes du corps ou de l'ame, qui partagent ici-bas l'efprit & le cœur & qui l'empêchent de réunir toutes fes penfées & fes affections en Dieu, n'approcheront point de cette demeure célefte. Plus alors d'ignorance de fes devoirs, plus d'anxiétés d'irréfólutions, d'incertitude qui tourmentent ici étrangement une ame qui aime Dieu, & qui defire

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

. VI.

connoître & acomplir toutes fes CH. XI
volontés. Le Soleil de juftice luira
pleinement dans cet heureux fé-
jour, & diffipera pour jamais
toutes les ténébres: on y verra la
vérité dans la vérité même ; on
y verra tout ce qui eft vrai, tout
ce qui eft jufte, tout ce qui eft
faint, & on le verra clairement
& fans voile on le verra dans la
fource même de toute vérité, de
toute juftice, & de toute fainte-
té. Plus alors de péché, plus de
tentations. La concupifcence, qui
en eft la fource fera anéantie:

:

une charité très-lumineuse & très
ardente embrafera le cœur, & le
rendra pour jamais incapable de
tout péché, & incapable même
d'avoir jamais aucune mauvaise
penfée. Alors notre joie fera plei❤
ne & parfaite; parce qu'il ne
nous refiera plus rien à defirer,
parce que nous ferons entrés dans
la joie même du Seigneur, & dans
la poffeffion de tous les biens avec
une entiere affurance de les pof-
féder éternellement. O Seigneur
qui êtes la vérité, la beauté, la
justice & la bonté fouveraine,

« AnteriorContinuar »