Imágenes de páginas
PDF
EPUB

quelle comparaison entre ces deux portraits de la vie du Juste & de celle de l'impie ! Si la Religion est un Roman, c'est un Roman plein de char

mes.

Mais graces à la souveraine Sagesse, ses veritez font non-seulement aimables & consolantes, elles sont encore évidentes & démonstratives. Il y a deux manie. res de les prouver. L'une par les raisonnemens secs & abstraits dont la subtilité ém chappe à la plớpart des hom

Ces Démonstrations peuvent convaincre l'esprit par leur évidence, mais la

mes.

volonté n’elt point guerie ni ébranlée.

Il y a une autre forte de preuves qui ramenent l'homme sans cesse à son propre cæur, qui lui font goûter la verité en même tems qu'elles la lui montrent , qui allient ensemble les pures lumieres & les grands sentimens. Tel est le caractere des Ecrits qu'on donne ici au public. C'est un Prelat qui a cherché à rendre les hommes Chrétiens, en les rendant philosophes. C'est aussi ce qu'il falloit pour ceux à qui il écrivoit. LE GRAND PRINCE qui a

donné occasion à une partie de ces Lettres, ayoit dans la superiorité de ses lumieres & de son genie de quoi rendre inutiles tous les secours étrangers sur les Demonstrations purement métaphysiques. Elles ne pouvoient échapper à la pénétration de son esprit. Il falloir des preuves capables d'interesser un grand Cour, des preuves d'autant plus convaincantes qu'elles sont simples, naïves , sensibles ; des preuves enfin dont on ne peut effacer l'evi. dence en la combattant , & que l'on fuppose même dans le secret de son cæur , lorf- .

que

que l'esprit fait ses efforts pour en douter. C'est ce qu'on trouvera dans cet Ous vrage.

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »