Imágenes de páginas
PDF
EPUB

vertu attachoit à sa suite, & que les Tribuns appelloient les fatellites du tyran, » C'est par son ordre, disoient-ils, en adressant la ce parole au peuple , que vos E-c diles ont été maltraitez. Il ne co cherchoit par ces premiers coups s qu'à engager la querelle ; & fice nous n'avions pas eu plus de mo-ce deration que lui , peut-être qu'une Guerre ciyile auroit armé a vos citoyens les uns contre less autres. Après s'être épuisés en in-co yeđives pour rendre Coriolan plus odieux à la multitude , ils ajoûterent que s'il y avoit quelque

Patricien qui voulût entreprendre fa défense , il pouvoit monter dans : la Tribune & parler au peuple.

Minucius premier Consul se pré- D. H. 1.7. senta , & après s'être plaint en général, & avec beaucoup de modération, de ceux qui failiffoient le moindre prétexte pour exciter de nouveaux troubles dans la République , il remontra au peuple, que bien loin qu'on pût accuser le Sénat & les Patriciens d'avoir procuré la famine , tout le monde sçavoit que ce malheur n'étoit ar

rivé que par la désertion du peuple.& par la faute de ceux qui avoient negligé l'année précedente de cultiver & de feiner leurs terres. Qu'il ne lui seroit pas plus difficile de détruire les autres calomnies dont on les entretenoit dans des harangues séditieuses , comme si le Senat eût formé le projet d'abolir le Tribunat, & de faire perir tout le peuple par la famine. Que pour faire tomber tout d'un coup des discours si faux

& si injurieux, il leur declaroid D, H, I, 6,

que

le Sénat confirmoit de nouveau la dignité Tribunitienne avec tous les droits qui y avoient été attachez sur le Mont Sacré : qu'à l'égard de la distribution des grains , il laissoit le peuple maître & arbitre d'y mettre lui-même tel prix qu'il jugeroit à propos.

Le Consul après un préambule fi

propre à adoucir les esprits, & à fe concilier la bien veillance du peuple, ajoûta , comme par un doux reproche , qu'il ne pouvoit s'empêcher de les blâmer de la précipitation avec laquelle ils se laissoient entraîner aux premiers

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

bruits que répandoient quelques mutins. Qu'il étoit bien surprenant qu'ils voulussent faire un crime au Sénat des differens avis qui se proposoient, avant même qu'il elle rien statué. » Souvenez-vous, leur dit-il, que pendant votre retraites sur le Mont Sacré , vos vaux, « vos requêtes & vos prieres se bor-cs noient à obtenir l'abolition des dettes. A peine vous eut-on ac- « cordé une si grande grace, que « vous vous fites comme un nou-" veau droit de la facilité du Sénat, pour demander la création de ce deux Magistrats de votre Corps, ce donttoute l'autorité, devotre pro-« pre aveu, devoit être renfermée à ce empêcher qu'un Plébeïen ne pût être opprimé par un Patricien : « nouvelle grace qui nous attira « vos remercimens, & qui parut » remplir tous vos souhaits. On nece vous vic point dans ces temps fâ- co cheux, lors même que la sedition « étoit la plus échauffée, demanders qu'on diminuất l'autorité du Sé-co nat, ou qu'on changeât la forme ce de notre gouvernement. De quelco droit donc vos Tribuns précen

» dent-ils aujourd'hui porter leurs » vûes & leur censure sur ce qui se

passe dans nos Conseils ? Quand » s'est-on avisé de faire un crime » à un Senateur pour avoir dit li» brement fon avis dans le Sénat; » Quelles Loix peuvent vous au» toriser à poursuivre avec tant » d'animofité fon éxil ou sa mort ? » Mais je suppose que par un ren5) versement inoüi de tout ordre s le Corps entier du Sénat fût jus» ticiable de vos Tribuns. Suppo» sons encore, si on le veut, qu'il » soit échapé à Coriolan quelque » chose de trop dur en disant son » avis, n'est-il pas de votre équité » d'oublier quelques paroles vai» nes & qui se sont perdues en l'air, sj en faveur de ses services réels » dont vous avez vous-même resi cuëilli tout le fruit ? Conservez ; w la vie à un excellent citoyen, » conservez à la patrie un grand » Capitaine ; & fi vous ne le vou» lez pas absoudre comme inno» cent, donnez-le du moins comme » criminel à tout le Sénat qui vous » en prie par ma bouche. Ce sera slà le lien qui en nous réunissant,

[ocr errors]

ment.

servira au Sénat comme d'un « nouveau motif pour l'engager à « ss vous continuer ses bienfaits. Au a lieu que si vous perliftiez à vou- “ loir perdre ce Senateur , peut-" être que l'opposition que vous y« trouveriez de la part des Patri-" ciens, produiroit des maux qui « vous feroient repentir d'avoir a poussé trop loin votre ressenti

Ce discours fit impression sur la multitude , & tourna les esprits du côté de la paix & de l'union. Sicinius en fut consterné: mais diffimulant ses mauvais desseins, il donna de grandes louanges à Minutius & à tous les Senateurs, d'avoir bien voulu s'abaisser jusqu'à rendre compte au peuple de leur conduite, & de n'avoir pas même dédaigné d'interposer leurs prieres & leurs offices en faveur de Coriolan. Se tournant ensuite vers ce Senateur:» Et vous excellent as citoyen, lui dir-il d'un ton iro-ce nique, ne foûtiendrez-vous pas c aujourd'hui devant le peuple ces có avis si utiles à la République, ques vous avez proposez li hardiments

« AnteriorContinuar »