Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Les Sénateurs Sabins, & tous ceux qui les ayoient suivis, de vinrent insensiblement Romains ; Rome commença à être regardée

comme la plus puissante ville de , l'Italie; on y comptoit avant la

fin du regne de Romulus jusqu'à
quarante-sept mille habitans tous
soldats, cous animez du même ef-
prit, & qui n'avoient pour objet
que de conserver leur liberté, & de
se rendre maîtres de celle de leurs
voisins. Mais cette humeur féro.
ce & entreprenante, les rendoit

moins dociles pour les ordres du C Prince; d'un autre côté l'autorité u souveraine qui ne cherche souS. vent qu'à s'étendre, devint suspeà de & odieuse dans le Fondateur

même de l'Etat.

Romulus vi&torieux de cette par?! tie des Sabins, voulut regner trop

impérieusement sur ses Sujets &

sur un peuple nouveau qui vouloit é

bien lui obeir , mais qui préten-
doit qu'il dépendît lui-même des

Loix dont il étoit convenu dans S l'établissement de l'Etat. Ce Prinr! ce au contraire rappelloit à lui

feul toute l'autorité qu'il eût dû

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

partager avec le Sénat & l’Aflem

• bleedu Peuple. Il fit la guerre à Plin. l. 3. ceux de Comerin, de Fidene, &à

ceux de Veïe, petites villes com prises entre les cinquante - trois peuples, que Pline dit qui habi. toient l'ancien Latium, mais qui étoient si peu considerables qu'à peine avoient-ils un nom dans le

tems même qu'ils subsistoient , & Virgil. A. on en excepte Veïe ville célébre acid. 1. 6. de la Toscane. Romulus vainquit

ces peuples lesuns après les autres, prit leurs villes,dont il ruina quelques unes, s'empara d'une partie du territoire des autres, dont il disposa depuis de fa feule autorité.Le Sénat en fut offensé, & il fouffroit impatiemment que

le

gouvernement se tournât en pure MonarAn. 37. chie. Il se défit d'un Prince qui de Rome. devenoit trop absolu. Romulus

âgé de cinquante-cinq ans, & après trente-sept de regne, disparut, sans qu'on ait pû découvrir de quelle maniere on l'avoit fait périr. Le Sénat qui ne vouloit pas qu'on crût qu'il y eût contribué, lui dressa des autels après sa mort & il fit un Dieu de celui qu'il n'a

voic

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

e a

TO! abi

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

l'omp.

peu

DE LA REP. ROMAINE. Liv. I. 25
voit pû souffrir pour Souverain.

L'autorité royale, par la mort de
Romulus, se trouva confonduë An. 38. de

Rome.
dans celle du Sénat. Les Séna-
teurs convinrent de la partager, &
chacun sous le nom d'entre-Roi
gouvernoit à son tour pendant
cinq jours, & joüissoit de tous les T. Liv.i.
honneurs de la souveraineté. Cet- 1. dec, lo
te nouvelle forme de gouverne-
ment dura un an entier, & le Sénat Plut. in
ne songeoit point à se donner un Numa

nouveau Souverain. Mais le
pie ple qui s'apperçut que cet inter-
di regne ne iervoit qu'à multiplier
1: ses maîtres, demanda hautement

qu'on y mît fin : il fallut que le Sé-
nat relâchât à la fin une autorité
qui lui échappoit. Il fit proposer
au peuple, s'il vouloit qu'on pro-
cedât å l'élection d'un nouveau

Roi, ou qu'on choisît seulement 02.des Magistrats annuels qui gouverde nassent l'Etat. Le peuple par efti

me & par déférence pour le Sénat,
lui remit le choix de ces deux for-
tes de gouvernemens. Plusieurs

Sénateurs qui goûtoient le plaisir
Pa-
i de ne voir dans Rome aucune Ji-
gnité au-dessus de la leur, incli-
Tome 1.

B

TOR ne

Jal!

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

né,

[ocr errors]
[ocr errors]

noient

pour

l'Etar Républicain ; mais les principaux de ce Corps qui aspiroient secretement à la Couronne , firent décider à la pluralité des voix qu'on ne changeroit rien dans la forme du

gouvernement. Il fut résolu qu'on procederoit à l'élection d'un Roi; & le Sénateur qui fit le dernier durant cet interregne , la fonction d'entre-Roi, adressant la parole au peuple en pleine assemblée, lui dit: „ Elisez un Roi, Romains, le » Sénat y consent; & si vous faites » choix d'un Prince digne de suc» céder à Romulus, le Senat le » confirmera dans cette suprême

dignité. On tint pour cette importante éle&tion une assemblée générale du peupleRomain. Nous croyons qu'il ne sera pas inutile de remarquer ici qu'on comprenoit fous ce nom d' Affemblée du peuple, non seulement les Plébeïens, mais encore les Sénateurs, les Chevaliers , & généralement tous les Citoyens Romains qui avoient droit de suffrage, de quelque rang & de quelque condition qu'ilsfulsent. C'étoient comme les Etats

généraux de la nation, & on avoit appellé ces assemblées, assemblées du peuple, parce que les voix s'y comptant par têce, les Plebeiens seuls plus nombreux que les deux autres Ordres de l'Etat décidoient ordinairement de toutes les délibérations , qui dans ces premiers temps n'avoient cependant d'effet qu'autant qu'elles étoient ensuite approuvées par le Sénat:telle étoie alors la forme qui s'observoit dans les élections : celle de successeur de Romulus fut fort contestée.

Le Sénat étoit composé d'anciens Sénateurs & des nouveaux qu'on y avoit aggrégez sous le regne de Tatius, cela forma deux partis. Les anciens demandoient un Romain d'origine; les Sabins qui n'avoient point eu de Roi depuis Tatius, en vouloient un de leur nation. Enfin après beaucoup de contestations, ils demeurerent d'accord que les anciens Sénateurs nommeroient le Roi de Rome, mais qu'ils seroient obligez de le choisir parmi les Sabins. Leur An de Roa choix tomba sur un Sabin de la mc 39. ville de Cures, mais qui demeuroit

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »