Imágenes de páginas
PDF
EPUB

folu d'abdiquer généreufement la Couronne, & de réduire le gouvernement en pure République fous la régence de deux Magiftrats annuels qui feroient élûs dans une affemblée générale du peuple Rod. ibidem, main. Mais un deffein fi héroïque n'eut point d'effet par l'ambition de Tarquin le Superbe, gendre de Servius, qui dans l'impatience de regner fit affaffiner fon Roi & fon beau-pere. Il prit en même tems An de Ro- poffeffion du Trône fans nulle forme d'élection, & fans confulter ni le Sénat, ni le Peuple, & comme fi cette fuprême Dignité eût été un bien héréditaire, ou une conquête qu'il n'eût dûë qu'à fon courage & à fa valeur.

mc 218.

me 219.

An de Ro- Une action fi inhumaine le fit regarder avec horreur par tous les gens de bien. Tout le monde déteftoit également fon ambition & fa cruauté. Parricide & tyran en même tems, il venoit d'ôter la vie à fon beau-pere, & la liberté à fa Patrie ; & comme il n'étoit monté fur le Trône que par ce double crime, il ne s'y maintint que par de nouvelles violences. Il ne laissa pas

pas de fe conduire d'abord dans fa tyrannie avec beaucoup d'habileté; il s'affura de l'armée qu'il regardoit comme le plus ferme foutien de fa puiffance. Fier & cruel dans Rome, & à l'égard des grands qui pouvoient s'opposer à fes deffeins; mais doux, humain, & même familier à l'armée & avec les Soldats, il les recompenfoit - magnifiquement; plus d'une fois il abandonna des villes ennemies au pllage. 11 fembloit qu'il net fit la guerre que pour les enrichir, foit qu'il en craignît les forces réünies, ou qu'il voulût les attacher. plus étroitement à fa perfonne & à fes intérêts. Il embellit la ville de différens édifices publics; & comme il faifoit travailler aux fondemens d'un temple, on trouva bien avant en terre la tête d'un homme encore en chair, & qui s'étoit confervée fans corruption; ce qui fit donner le nom de Capitole à ce temple. Les Devins & les Augures qui tiroient avantage des moindres événemens, prirent occafion de · publier que Rome feroit un jour с

Tome I.

D.H. 1.4.

44

fa Maîtreffe du Monde, & la Capitale de l'Univers.

Tarquin préfidoit à ces différens travaux ; mais toujours accompagné d'une troupe de gardes qui lui fervoient en même temps de fatellites & d'efpions. Ces efclaves du Tyran répandus dans les différens quartiers de la ville, obfervoient avec foin s'il ne fe formoit point fecretement quelque confpiration contre lui. Le moindre foupçon étoit puni de la mort, ou du moins de l'éxil.Plufieurs Sénateurs des premiers de Rome, périrent par des ordres fecrets fans d'autre crime, que celui d'avoir ofé déplorer le malheur de leur Patrie. Il n'épargna pas même Marcus Junius qui avoit épousé une Tarquinie, fille de Tarquin l'ancien: mais qui lui étoit fufpect à caufe de fes richeffes. Il le fit périr, & fe défit en même temps du fils aîné de cet illuftre Romain dont il redoutois le courage & le reffentiment. Lucius Junius un autre fils de Marcus, eût couru la même fortune, fi pour échaper à la cruauté du tyran, il n'eût feint d'être hébété, & d'avoir

[ocr errors]

9

perdu l'efprit; ce qui lui fit donner
par mépris le nom de Brutus, qu'il Tie. Liv.
rendit depuis fi illuftre comme Dec, 1. 1. 1.
nous le dirons dans la fuite. Les c. 56.
autres Sénateurs incertains de leur Ovid.1. Fa
deftinée, fe tenoient cachez dans ftor.
leurs maifons: le tyran n'en con-
fultoit aucun ; le Sénat n'étoit plus
convoqué; il ne fe tenoir plus au-
cune affemblée du peuple. Un ·
pouvoir defpotique & cruel s'étoit
élevé fur les ruines des loix & de la
liberté. Les différens Ordres de
l'Etat également opprimez atten-
doient tous avec impatience quel-
que changement fans l'ofer efpe-
rer, lorfque l'impudicité de Sex-
tus fils de Tarquin, & la mort vio-
lente de la chafte Lucrece firent
éclater cette haine générale que
tous les Romains avoient contre
le Roi,& même contre la Royauté.

Perfonne n'ignore un événement
fi tragique: nous dirons feulement
pour l'éclairciffement de ce qui
doit fuivre, que cette vertueufe
Romaine ne pouvant fe réfoudre à
furvivre à la violence qu'elle ve-
noit de fouffrir, fit appeller fon
pere, fon mari, fes parens & les

principaux amis de fa maison, aufquels elle en demanda la vengeanće. Elle s'enfonça en même tems un poignard dans le coeur, & tomba morte aux pieds de fon pere & de fon mari. Tous ceux qui fe trouverent préfens à ce funefte fpecacle, jetterent de grands cris: mais pendant qu'ils s'abandonnoient à leur douleur, Lucius Junius plus connu par le nom de Brutus qu'on lui avoit donné à caufe de cet air ftupide qu'il affectoit, laiffant, pour ainfi dire, tomber le mafque, & fe montrant à découvert: » Oui, dit»il, en prenant le poignard dont » Lucrece s'étoit frappée, je jure » de venger hautement l'injure qui » lui a été faite ; & je vous prens à » témoins, Dieux tout- puiffans, » que j'exposerai ma vie, & que je répandrai jufqu'à la derniere "goute de mon fang pour empê» cher qu'aucun de cette Maison, » ni même que qui que ce foit, re"gne jamais dans Rome.

Il fit paffer enfuite ce poignard entre les mains de Collatin, de Lucretius, de Valerius, & de tous les affiftans, dont il exigea le mê

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »