Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

l'Etat s'affoibliffoit à proportion que les particuliers devenoient puissans.

Outre les tributs ordinaires, les Commandans exigeoient tous les jours de nouvelles sommes, ou à titre de presens à leur entrée dans la Province par forme d'emprunt. Souvent même on ne cherchoit plus de prétextes. C'étoit assez pour piller le peuple , & pour établir de nouveaux impôts, que de leur donner de nouveaux noms: Cujus modo rei nomen reperiri po bello civil. terat , hoc fatis eße ad cogendas 1.3, pecunias. Et ce qui étoit encore plus insuportable, c'est que pour avoir de l'argent comptant, on remettoit la levée de ces tributs extraordinaires à des Publicains , qui fous prétexte d'avoir avancé leurs deniers, doubloient les dettes des Provinces , & abforboient Id. ibid. par des usures énormes les re

Cæs. de

venus de l'année suivante.

Toutes ces richesses fondoient à Rome. Des fleuvės d'or, ou pour mieux dire , le plus pur fang des peuples y couloit de toutes les Provinces , & y portoit un luxe affreux, On voyoit s'elever tout-à-coup & comme par enchantement, de superbes Palais dont les murailles, les voutes & les plafonds étoient dorez. Ce n'étoit

pas
assez

que les lits & les tables fussent d'ar. gent, il falloit encore que ce riche métal fue gravé, ou qu'il fût orné de bas-reliefs de la main des plus excellents Ouvriers.

O pater urbis : Unde nefas tantùm latiis pastoribus ! C'est de Seneque que nous apprenons un changement fi surprenant dans les moeurs des Romains , & qui étant lui-mês me riche de sept millions d'or, n'a point eû de honte de nous

Juven. Sat.2.

>

laisser ces excellens discours sur la pauvreté, que tout le monde admire dans les ouvrages. Par quelle regle de Philosophie s'écrioit Suillius , Seneque a-t-il acquis en quatre ans de faveur, plus de sept millions d'or ? Il sui reprochoit que sa principale étude étoit de courir après les testamens, de prendre comme dans un filet ceux qui n'avoient point d'enfans , & de remplir l'Italie & les Provinces de ses usures : Quâ sapientiâ , quibus, Tac. An Philosophorum præceptis , 'intra l. 13. quadriennium regie amicitia, ter millies seftercium paravisset? Rome testamenta dorbos, velut indagine ejus capi, Italiam & Provincias, immenso fænore hauriri.

Tout l'argent de l'Etat étoit entre les mains de quelques Grands, des Publicains, & de certains Affranchis plus riches que leurs Patrons. Personne nignore que ce magnifique

C. 8.

Dion Call. Amphithéâtre qui portoit le
.

nom de Pompée , & qui pour
voit contenir jusqu'à quarante
mille personnes, avoit été bâti

des deniers de Demetrius fon Senec. de Affranchi: Quem non puduit, tranq anim. dit Seneque, locupletiorem effe

Pompeio.

Pallas autre Affranchi, & aussi riche que Seneque, pour avoir refusé une gratification de l'Empereur Claude son Maître, en fut loué solemnellement en plein Senat, & comparé à ces anciens Romains dont nous venons de parler , fi celebres par leur desinteressement. On voulut même conserver la memoire de son refus par une Inscription que la flatterie dicta. On trouve, dit Pline, sur le chemin de Tibur un Monument on lit ces mots : Le Senat a decerné

à Pallas les ornemens de la Pres 8780000 l.ture, de cent cinquante mille

grands sesterces, Mais il mrefusé

A

l'argent, & s'est contenté des homa neurs des distinctions attachées à cette dignité. Et fixum est ære Tac. Ann. publico Senatusconsultum, quo l. 12. libertinus sestertiớm ter millies poffeffor , antiquæ parcimoniæ laudibus cumulabatur.

Quelle moderation pour un Pl.1.7. ep. Affranchi, qui riche de plus de

29.1.8.ep.si sept millions d'or, vouloit bien se contenter des ornemens de la Precure ! Mais quelle honte pour Rome de voir cet Affran- , chi, à peine échappé des chaînes de la servitude, paroître, dit Pline, avec les faisceaux, lui qui autrefois étoit sorti de son Village les pieds nuds & blanchis de la craye dont on marquoit les Esclaves : Unde Pl. I. 35. cretatis pedibus advenißet!

c. penult. Je ferois un Livre au lieu d'une Préface, si j'entrois dans le détail du luxe des Romains, & si j'entreprenois de representer la magnificence de leurs bâ

« AnteriorContinuar »