Imágenes de páginas
PDF
EPUB

234

val de Philippe III; en 1616, legrand duc les envoya parterre en Espagne, à une distance de plus de deux cents mille. Ils font aux environs de Ma drid, dans une maifon royale appelée del campos le cheval reffemble beaucoup à celui de Henri IV. I acheva auffi une grande ftatue de la reine Jeanne d'Autriche, époufe du grand duc. Elle devoit être élevée fur une colonne dans la place de Saint-Marc; mais cette colonne ayant été caffée, on ne put exécuter ce projet, on fir quelques changemens à la tête de cette ftatue, & on lui fit repréfenter la Richeffe. Elle fat mife au bout de la grande allée du jardin de Boboli, qui appartenoit aux Pitti.

Le même artifte, mort en 1640, a fait la fameufe figure équeftre de Philippe IV qu'on voit dans le parc de Buen retiro. Elle a cela de particulier, que le cheval eft représenté allant au ga. top; fes jambes de derrière portent toute la machine. On dit que Galilée donna le moyen au Sculpteur de mettre en équilibre une maffe auffi énorme far de foibles points d'appui.

Voici la liste des ouvrages faits en bronze là'après les modèles de Bologna, fans compter les crucifix, les figures d'hommes & de femmes, -& de plusieurs animaux, le grouppe de l'Enlè

vement d'une Sabine, Hercule affommant Nef fus, le Centaure qui enlève Déjanire, le Cheval tué par le lion, le Taureau tué par le tigre, la Femme qui dort fous la garde d'un fatyre, Mercure qui vole, le petit Cheval fe foutenant fur deux pieds, un autre Cheval qui marche, le Payfan portant une lanterne, la Femme au bain, les quatre fujets des travaux d'Hercule, & le Lion qui marche.

On connoît dans le château neuf de Meudon une belle statue en bronze d'Efculape, faite par Bologna.

Près de Sainte-Marie majeure un grouppé d'un feul bloc de marbre, & d'une exécution hardie, qui repréfente le combat d'Hercule & d'un Centaure.

Dans le jardin de la ville Médicis à Rome, une fontaine ornée des figures de Mercure, de Mars & de Saturne, qui mange fes enfans.

La chapelle des Médicis, dans l'église de faint Laurent à Florence, offre les figures en bronze de fix pieds, de Ferdinand I & de Côme II.

A la chapelle dite l'Annonciata, on voit d'ex, cellens petits bas-reliefs en bronze de Bologna.

La place du vieux palais eft décorée d'une fontaine où font plufieurs ftatues de bronze, dont

les attitudes font ingénieufes, mais maniérées. Dans un carrefour de Florence on voit Ajax mourant, porté par un foldat, très-beau mor

ceau.

Dans la chapelle Maffimi, à la Trinité-duMant, on voyoit fur un tombeau de marbre une femme couchée, & accompagnée de deux petits enfans. C'étoit le portrait d'une courtisanne de Rome qui l'avoit fait faire : les pères Minimes l'ont ôtée de leur églife.

A Milan, Bologna a travaillé avec Annibal Fontana aux Sculptures du portail de SainteMarie contre Sancelfo : ce font des cariatides, des bas-reliefs, & des feftons de bronze d'un travail admirable,

La fontaine de la place Mattei eft du deffin de notre ftatuaire. Quatre jeunes gens affis fur les enroulemens d'une groffe coquille font chacun paffer une tortue du bout de leurs doigts, dans un guéridon élevé au- deffus de leurs têtes.

On connoît à Florence un S. Luc de bronze dans l'églife de S. Michel.

Dans le jardin du palais Pitti, un Neptune en marbre; huit figures de demi-nature très belles & très-finies fe confervent dans le palais.

[ocr errors]

La fontaine qui fe voit dans la grande place à Bologne, fe diftingue parmi les ouvrages du Bologna. Un Neptune en bronze, debout, a le pied fur un dauphin, tient d'une main fon trident, & étend l'autre dans l'attitude où Virgile' a fi bien peint fa fierté. Des enfans affis aux angles du piédestal, fur lequel pofe cette belle figure, tiennent des dauphins qui jettent de l'eau. Aux angles du foubaffement font quatre figures gracieuses de Natades affifes fur des dauphins ; elles jettent de l'eau par leurs mamelles, qu'elles preffent de leurs mains. Les faces de ce piédestal préfentent des coquilles dont l'eau se répand dans un grand baffin élevé fur trois marches au-deffus du niveau de la place. Les parties de détail de ce morceau font belles ; mais en confidérant la quantité d'ornemens dont il eft chargé, on trouve l'ensemble trop refferré dans un petit espace.

SIMON GUILLAIN (1).

Le

E père de cet artiste, affez bon Sculpteur; avoit fixé fon féjour à Paris, où il étoit connu

(1) Mém. partic

art,

fous le nom du père Cambrai, lieu de sa naisfance, Doué d'heureufes difpofitions pour fon Simon naquit à Paris en 1581. L'exemple & les confeils d'un père, dont la réputation étoit fondée fur un mérite réel, décidèrent fes progrès dans le deffin, la Sculpture & l'architecture. Ils furent fi rapides, qu'il fe trouva de bonne heure en état de faire utilement le voyage de Rome. On fe perfuade quelquefois qu'il ne faut que des difpofitions naturelles pour profiter des beautés que préfente l'Italie. Ces difpofitions font infuffifantes, fi les connoissances n'ont pas acquis dans la tête un certain degré de maturité, fi les yeux ne font pas affez exercés pour difcerner le mérite & la convenance des objets de l'étude, & pour en apercevoir les beautés comme les défauts. Un jeune artiste est ébloui d'abord par le nombre prodigieux d'exemples anciens & modernes que Rome lui préfente; un penchant fecret tarde peu à le déterminer à la manière & au goût dont la nature a mis le germe dans fon efprit,

La vivacité naturelle de Guillain, jointe aux tonnoiflancès dont il s'étoit muni avant fon départ, favorifa beaucoup la perfection de fes talens à Rome. Tout ce qu'on fait de fon séjour

« AnteriorContinuar »