Imágenes de páginas
PDF
EPUB

dans cette fuperbe ville, c'eft que fa jeunesse annonça les plus heureufes difpofitions, & que l'étude paroiffoit plus un amufement pour lui qu'un travail. A fon retour il épousa Germaine Cochet, fœur de Cochet, Sculpteur françois, connu par le maufolée élevé à la Chartreufe de Gaillon pour Charles de Bourbon, comte de Soiffons, tué à la bataille de Sedan en 1641 (2),

On jugera de la prodigieufe facilité de Guillain, par la quantité des ouvrages dont je vais parler. Le plus confidérable eft le monument qui fur élevé à la gloire de Louis XIII & de Louis XIV fur le Pont-au-change, achevé en 1647. Placé à l'angle des deux rues qui fe trouvent à la culée de ce pont vers le petit châtelet, il décore un endroit des plus fréquentés

de la ville.

Louis XIV y eft repréfenté à l'âge de dix ans, élevé sur un piédeftal, & la Renommée le couronne de laurier. Comme ce prince étoit monté fur le trône avant que ce monument fût terminé, on pourroit demander pourquoi le Sculpteur, lui

(2) Ce monument a été totalement détruit par le feu qui a réduit en cendres l'églife de la Chartreufe de Gaillon en 1772.

[merged small][ocr errors]

mettant le fceptre à la main, & le revêtant
du manteau royal, lui a confervé les attributs
de dauphin. Ce jeune roi a Louis XIII à
fa droite, & la reine Anne d'Autriche à fa
gauche. Ces deux figures appliquées fur un fond
de marbre noir, font grandes comme nature,
de bronze, & très bien jetées. Un fronton cir-
culaire qui termine ce monument, eft couronné
de deux anges foutenant les armes de France La
compofition du corps d'architecture eft de Guil-
lain,
la manière en eft petite, & elle est trop
chargée d'ornemens, quoique bien exécutés. On
y voit deux ordres furmontés d'un attique; le
premier eft dorique, les pilaftres & les contre-
pilaftrès des côtés font refendus & coupés en
boffages: l'arcade, accompagnée de ces pilaftres,
forme une boutique. Entre cette arcade & l'en-
tablement du premier ordre eft un grand bas-
relief où font repréfentés des efclaves & des tro-
phées à l'antique d'un affez beau cifeau, quoi-
qu'un peu fec. Le fecond ordre eft ionique, fes
pilaftres accompagnent l'arcade furbaiffée qui
reçoit les ftatues de bronze, objet de cette dé-
cotation. Un ordre attique, couronné par un
fronton triangulaire, renferme les chiffres du
roi & des branches de laurier.

1

[ocr errors]

L'établissement de l'Académie remonte à peu près au temps où cet ouvrage fut achevé. Guillain fut un des douze anciens qui contribuèrent à fon inftitution. On lui donna, en 1651, la place de tréforier, conjointement avec Errard, lorfque la jonction fe fit des académiciens & des maîtres, & après la retraite de ces derniers il fut élu recteur en 1657, au lieu de Corneille.

Sa grande affiduité au travail lui procura une fortune confidérable : il avoit acquis plufieurs maisons à Paris, furtout dans le quartier des religieufes du Calvaire. Quant à fon caractère; il étoit plein de probité & d'honneur, la nobleffe de fes procédés ne fut jamais accompagnée de fierté, & beaucoup de politesse relevoit fes actions les plus fimples. Il a souvent donné des preuves de bravoure, La bonne police n'étoit point encore établie dans Paris, puifqu'elle ne le fut que fous Louis XIV. Guillain, très-zélé pour le bon ordre, s'étoit déclaré le défenfeur des perfonnes attaquées la nuit dans les rues, & le vengeur redoutable des délits qui tendoient à troubler le repos public. Il ne marchoit jamais dans les ténèbres, fans porter fous fon habit un fléau compofé dans le tiers de sa longueur, d'une chaîne de fer garnie de

pointes d'acier. Son adreffe, fecondée d'une force merveilleufe, rompoit & faifoit tomber les épées qu'on lui oppofoit. A l'égard des voleurs qui avoient arrêté quelqu'un, il les chargeoit avec fon fléau, & les obligeoit à prendre la fuite. Son courage & fes bonnes intentions le firent élire.capitaine de fon quartier; mais cet emploi, fi afforti à fon goût, ne nuifit point à fes occupations ni à son affiduité aux exercices de l'Académie. Ces procédés qui entraîneroient aujourd'hui avec eux le ridicule & la réputation de férailleur, font aifément excufés par la différence des temps & des circonftances.

Guillain eut pour élèves Anguier & Hutinot, & laissa deux garçons & cinq filles, l'une de ces filles avoit époufé Pierre-Antoine Lemoyne, aïeul de J. B. Lemoyne, mort il y a quelques années. Je parlerai dans la fuite de ce dernier & d'Anguier. La mort de leur maître arriva à la fin de 1658, à l'âge de foixante-dix-fept ans.

Les premières figures qu'il ait faites d'an genre un peu diftingué font celles dont eft décoré le portail de S. Gervais. Il a donné aux deux patrons de cette églife, placés dans les niches du fecond ordre, près de douze pieds de proportion; leurs têtes ont du caractère. Les

Evangéliftes qui occupent le fronton & les angles de ce portail font difficilement aperçus.

Les quatre figures du portail des Feuillans, rue faint Honoré, favoir, la Foi & l'Humilité, l'Espérancé & la Charité, manquent de légèreté.

Le maufolée de Charlotte - Catherine de la Tremoille, veuve de Henri I, prince de Condé, eft placé dans le chœur des moines qui deffervent le couvent des filles de l'Ave-Maria. Sur un tombeau de marbre noir eft une belle figuré à genoux de cette dame, fa tête & fes mains font touchées de chait. Le bon goût des ornemens & des enfans de bronze qui tiennent des flambeaux eft remarquable. Il y a auffi une tête de mort fculptée au milieu d'un cartel de marbre blanc.

Au-deffus de la porte des Juge-Confuls eft ane statue en pierre de Louis XIII, représenté avec des lions foumis à fes pieds, allufion à ses avantages fur l'Espagnė.

Rue Saint-Denis, au-deffus de la porté qui conduit au logement des chanoines du faint Sépulcre, on voit une figure en pierre de JéfusChrift fortant du tombeau, & porté au ciel fur

des nuages.

C.

« AnteriorContinuar »