Imágenes de páginas
PDF
EPUB

ESOPE A LA COUR,

COMÉDIE HÉROÏQUE,

PAR BOURSAULT,

Représentée, pour la première fois, le 16 décembre

11701,

Théâtre. com, en vers. 3.

18

PERSONNAGES.

2

CRésus, roi de Lydie.
ÉSOPE, ministre d'État.
TIRRÈNE,

membres du conseil de Crésus, et secret TRASYBULE,

ennemis d'Ésope. Iphis, favori disgracié. ARSINOÉ, princesse , parente et maîtresse de Crésus: Lais, confidente d'Arsinoé. PLEXIPE, fade courtisan. RHODOPE, maîtresse d'Esope. LÉONIDE, esclave de Thrace , mère de Rhodope. IPHICRATE, vieux général d'armée. Cléon, jeune colonel. M. GRIFFET, financier. Atis, capitaine des gardes de Crésus. Licas, domestique d'Esope. Gardes.

[ocr errors]

La scène est à Sardis , ville capitale de Lydie.

UN PETIT GÉNIE.

[ocr errors]

Que direz-vous, messieurs, à moins d'être indulgents,
De voir d'abord paroître un marmot sur la scène ?
Est-il à présumer que je vaille la peine

D'amuser tant d'honnêtes gens ?
Au bonheur d'etre grand j'aurois tort de prétendre ;

C'est un bien qui m'est interdit :
L'auteur pour son génie ayant voulu me prendre,
Se faut-il étonner que je sois si petit ?.
Je laisse aux grands esprits à choisir dans l'histoire

Des évènements de grand poids.
C'est un si vaste champ que le champ de la gloire,
Qu'on y peut arriver par différents endroits.
Les Grecs et les Romains ont épuisé les veilles

Des Racines et des Corneilles :
Molière a critiqué les habits et les moeurs ;
Et je souhaiterois, avec l'aide d'Ésope,

Pouvoir déraciner des cours
Les vices qu'on y développe.
« Quel petit génie est-ce là ? »

Diront ceux qui sont las des fables : « Pour qui nous croit-il prendre, en débitant cela ? » Pour qui ? pour

des
gens

raisonnables;
Pour des gens de bon goût, qui, loin d'être l'appui

Des impertinences d'autrui,
Sont ravis de les voir pour s'empêcher d'en fairc.

Les plus judicieux conseils

:

[ocr errors]

A nous porter au bien servent moins d'ordinaire

Que les fautes de nos pareils.
Ne vous attendez pas à des éclats de rire

Dans ce qu'on va représenter :
L'intention de la satire

Est d'instruire et non de flatter.
Quoique depuis Ésope, il plaise aux destinées
Avoir fait écouler plus de deux mille annees

(Ou la chronologie a tort)

Tous les hommes étant des hommes, Ceux des siècles passés et du temps où nous sommes,

Ont toujours eu quelque rapport.
Si quelqu'un, par hasard , d'un mauvais caractère,
S'y trouve si bien peint qu'il soit presque parlant,

Il ne tient qu'à lui de bien faire,
Il ne sera plus ressemblant.
Je ne vous dis rien de l'ouvrage;

S'il mérite votre suffrage,
Sans vous le demander, il est sûr de l'avoir.
Mon but, en le faisant, fut l'honneur de vous plaire :

C'est le plus digne salaire
Que j'en puisse recevoir,

[ocr errors]

TIN DU PROLOGU L.

« AnteriorContinuar »