Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Que loin des lieux communs & des vieilles fans

deurs Dont

par un encens insipide On donne aux Heros des

vapeurs, Ce soit le Fils d’Adelaide

Qui nous inspire , qui nous guide , Et regac

dans nos chants comme elle sur nos

caurs.

Trésor dont la voûte azurée
A daigné nous faire un présents
Illuftre & précieux Enfant,
Pour qui Lucine interessée
Favorise l'heureux moment
D'une naissance désirée ;
Et par ce grand évenement

Ajoûte un nouvel ornement
A l'éclat d'une race en tous lieux réverée.
Puissent les seurs pour vous filer fi lentement,

Que de la trame mesurée

A tous les mortels en naissant Vorre part soit ici d'éternelle durée.

Trop de grandeurs à cette Cour
A qui vous devez la lumiere ,
Pour n'y pas faire un long séjour ;
Vous y devez regner un jour,
Es vous la verrez toute ensiere

D

Tantôt suivre vos pas dans la noble carriere
Où tous vos grands Ayeux ont brillé tour à tour i
Tantôt trouver en vous la grace singuliere

Et tous les traits du Dieu d'Amour
Dont votre Mere eft heritiere.

Jadis Carrousels & Tournois,
Eestins pompeur, superbe dance ,
Auroient celebré la naissance
D'un Petit-Fils de tant de Rois;
Mais aujourd'hui que la prudence,
Plus necessaire qu'autrefois
Met des bornes à la dépense

Et regle la magnificence :
Eleves d'Apollon, qui suivez d'autres loix,
Au moins

que les accens de vos sçavantes voix
Ne restent pas dans le silence.

Que depuis le climat des Lys
Jusqu'aux profondes Antipodes
L’air & la terre soient remplis
De Chants , & de nouvelles Odes;
Dans le pays des Episodes
Sans équipage , sans habits
On se distingue à juste prix,
Et les neuf Sæurs sont fi commodes
Que la dépense des Ecrits
N'est pas la plus chere des inode
Que l'on pourroit fuivre à Paris,

Du Parnaffe ( qui veut ) s'empare,
A tous venans il est ouvert ,
Et Phoebus n'est plusà couvert ,
De cette invasion barbare ,
Dessous le laurier toûjours vert
Dont son auguste front se pare,

De son nom chaque Auteur se sere ; Mais sur le Mont sacré le sens commun eft rare;

Et par un changement bizare
En fait d'esprit, c'est un defert.

Partout nouvelles Comedies,
Operas pleins de rapsodies,
Etalent leur frivole orgüeil ,
Et chaque jour des Parodies

Sous le titre de Tragedies,
Iatiguent tout Paris d'un miserable deüil,

Et par malheur sont applaudies
Depuis que Despreaux est habitant d'Auteuil j

Et que les Parques ennemies
Au celebre Racine ont ouvert le cercüeil.

Vous , notre nouvelle esperance,
Yous dont les destins sont rendus
Kui souhaits ardens de la France,
Pour les premiers qu'elle a perdes,
Prince ! réformant les abus
Qui lafsent notre patience

A ül

Quand vous aurez en main la suprême puissance,

De ces Poètes prétendus
Pour nous venger de l'insolence ,
Que leur fatras soient défendus ;
Et qu'au péril de la potence,
Releguez dans leur ignorance ;

Leurs Confreres ne riment plus.
HA 694 1993 1994 1993 het k**

A MADEMOISELLE DE LA FORCE.

A Force & l'Art brillent dans ton ouvrage,

Trop heureux qu'imbecile troupeau M'ait assailly , puisque j'ay l'avantage Que chappionne à li haut parantage Protegé m'ait sur le sacré coupeau.

* Point ne craindray malignité, ne ragt i De tous ces gens

à debile cerveau, M'as accordé ton puissant Patronage,

La Force

L

De mots heureux , naturel assemblage; Style naïf, éloquent badinage, Dans tes Ecrits , le joint à tour nouveau , Bref Marot n'eut tant d'elprir en partage, Qu'il en reluit dans ton charmant Rondeau,

La Force.

POUR MADEMOISELLE SCHELTON

le jour de fa fête.
B Elle Infante ! Fier eft l'empire
Que sur les cæurs vous exercez:
Quant à moi, vous m'embaraffez
En m'ordonnant de vous écrire ;
De Bouquets mes Vers sont laffez,
Et quoique pour vous empreslez,
Ils ne pourroient jamais produire
Que quelques lieux communs, glacez,
Qui n'ont garde de vous suffire ;
De dire que vous effacez
Tout ce que l'Univers admire,
Ou jurer , que vous surpassez
Tout ce qu'ici jadis ma lyre

Loüa dans ses accords passez ;
Rour une autre, il est vrai, ce seroit beaucoup

dire :

Mais pour vous, ce n'est pas

assez.

A quoi me sert cette Préface ,
Il faut enfin vous obéir ;
Chantez pour moi, Dieu du Parnasses

Que dans vos Vers Schelton ait place, C'est le plus beau sujet que vous puissiez choisir,

Quoi, vous faites la sourde oreille!

« AnteriorContinuar »