Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Les uns à qui Clio revele,

Les faits obfcurs & reculés

Nous tracent l'image fidele
De tous les fiecles écoulés.
Des Etats la fombre origine,
Les progrés, l'éclat, la ruine,
Repaffent encor fous nos yeux;
Et prefens à tout, nous y,
Contemporains de tous les hommes,
Et citoyens de tous les lieux.

sommes

Les autres du fecours des fables, Apuyant leurs inftructions,

Ont orné les faits mémorables

D'ingénieufes fictions.

Notre âge retrouve un Homere,

Dans ce poëme falutaire,

Par la Vertu même inventé;

Les Nimphes de la double cime,
Ne l'affranchirent de la rime,

Qu'en faveur de la verité.

Des deux Souverains de la Scene

L'afpect a frappé mes efprits;
C'eft fur leurs pas que Melpomene

Conduit fes plus chers favoris:

L'un plus pur,

l'autre plus fublime,

Tous deux partagent notre eftime, Par un mérite différent ;

Tour à tour, ils nous font entendre le cœur a de plus tendre

Ce

que

Ce que l'efprit a de plus grand.

ရာ

D'ur Art encor plus difficile, Mais du peuple moins respecté, Souvent plus d'une main habile Nous a fait fentir la beauté. Peintres de l'humaine folie, C'est vous qui prétez à Thalie Le mafque qui couvre fon front: C'est vous dont l'heureux artifice, En nous expofant notre vice, Fait nos plaisirs de notre affront.

Un nouveau Spectacle m'appelle, Qui dans l'Italie inventé,

Ici, doit fervir de modele,

A ceux dont il fut imité.
J'y voi quelle gloire merite
Cet Auteur dont le ftile invite
La Mufique à s'y marier:

Ses vers font riches, mais fans faste
Et la matiere n'en eft vafte
Que par l'art de la varier.

[ocr errors]

Mais écoutons; ce Berger joue Les plus amoureuses chansons; Du fameux Pasteur de Mantouë

Il imite les tendres fons.

Un autre à des chanfons fi belles
En oppose de plus nouvelles,
Entre eux j'aime à me partager;
Et Pan l'inventeur de la flûte,
Arbitre de cette difpute,

N'ofe lui-même les juger.

Å iiij

Au gré de ce nouvel Esope,
Les animaux prennent la voix ;
Sous leurs difcours il envelope
Des leçons même pour les Rois.
Une douceur fimple, élégante,
En riant, par tout y préfente
La nature & la verité.

De quelle grace il les anime!
Oui, peur - eftre que le fublime
Cede à cette naïveté.

[ocr errors]

Ici, du Cenfeur du Parnaffe, Je ne crains point d'eftre repris : Au poids dont fe fervoit Horace, Il fçait pefer tous les écrits. Il connoit, critique équitable, Quel eft l'ornement convenable Que chaque auteur doit employer; Ettoi même, Fils de Latone,

Dans les preceptes qu'il nous donne, Tu ne trouvas rien à rayer.

Par lui, la Mufe fatirique

En nos jours parût fans défaut;

Par d'autres le Panégirique

Ne s'eft élevé moins haut.
pas

Art pénible, prodige étrange!
Ils nous plûrent par la loüange,
Source ordinaire de l'ennui :
La Satire eût bien moins de peine
A charmer la malice humaine,
Avide des affronts d'autrui.

Quel agrément, quelle harmonie, Dans ces écrits ingénieux,

Où l'Hiperbole & l'Ironie
Difputent à qui plaira mieux !
Ces difcours privés qu'on s'adreffe,
Tribut d'estime & de tendreffe,
Y brillent des plus heureux traits;
Par une feconde prefence

C'eft ainfi qu'en trompant l'abfence,
On en fufpendoit les regrets..

« AnteriorContinuar »