Imágenes de páginas
PDF
EPUB

☆办办安安安安安安办安安你交中安然

CHAPITRE III.

les

JESUS-CHRIST crucifié eft notre confolation dans fouffrances, & une preffante exhortation à nous foumettre avec patience à celles que l'attachement à nos devoirs. nous attire, ou que la divine Providence nous envoye.

S. I. JESUS-CHRIST en fouffrant pour nous, a voulu nous montrer avec quelle bonté il s'intereffe à ce que nous endurons pour lui, & combien l'expérience qu'il a faite de nos douleurs le rend tendre & compatisfant.

"C

'EST une fuite néceffaire de ce que FSUS-CHRIST Crucifié eft notre exemple & notre modéle, qu'il foit auffi notre confolation dans les fouffrances, & une preffante ex

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

hortation à nous foumettre avec pa- CHAP. III
tience à celles que l'attachement à
nos devoirs nous attire, ou que la.
divine Providence nous envoye. Car
en le voyant cloué fur le bois, &
raffafié d'opprobres, non pour fon in--
terêt, mais pour le nôtre, qui ofe
roit fe plaindre d'avoir quelque part
à fon calice, & qui ne fent pas di-
minuer fes propres peines en confi--
derant celles qu'il fouffre, & avec
quelle charité il les fouffre, fur tout
quand on fçait avec quelle bonté il
s'intereffe à ce que nous endurons
pour lui demeurer fidéles, & com--
bien l'expérience qu'il a faite de nos
douleurs le rend tendre & compatif-
fant.

2.

23

Nous n'avons pas, dit faint Hebr. 4. 134 Paul, un Pontife qui ne foit pas « capable de compatir à nos infirmi- « tés & à nos foibleffes : Qui non poffit compati infirmitatibus noftris. Car: il a été tenté comme nous par toutes fortes d'épreuves à l'exclufion du péché tentatum per omnia, pro fimilitu dine abfque peccata. Il a voulu nous: devenir femblable en tout, excepté dans ce qui étoit incompatible avec

د.

>

CHAP. III. fa fainteté. Il a voulu tout éprouver
& fçavoir par lui-même tout ce qui
exerceroit notre patience, afin d'en
être inftruit immédiatement, & avant
que nos larmes & nos gémiffemens le
lui appriffent, afin que nous ne puf-
fions douter qu'il n'eût une pleine
connoiffance de nos maux,
& que
nous priffions une entiere confiance
en fa bonté, qui l'avoit porté à des-
cendre plus bas même que notre mi-
fere, pour nous perfuader qu'il y étoit
fenfible, & qu'il en étoit attendri.
3. Comme fils de l'homme il
devoit être exemt de douleur, puif-
qu'elle n'eft dûë qu'au péché : mais
comme Fils de Dieu, il en devoit être
Heb. s. 8. encore infiniment plus éloigné.
Et
néanmoins, tout Fils de Dieu qu'il
& ap*
étoit, il a voulu fouffrir
prendre à obéir par fes fouffrances.
Et quidem, cum effet Filius Dei, didicit
ex eis que paffus eft obedientiam. Paroles
étonnantes, & qui méritent bien
d'être approfondies. C'étoit au Fils
de Dieu à commander : il s'eft ab--
baiffé jufqu'à obéir. Il pouvoit n'o-
béir à fon Pere que dans des choses.
dignes de fon état, ou glorieufes, ou›
faciles.

> ""

"

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

faciles il a voulu lui obéir jufqu'à la CHAP. I. mort de la croix. Et pourquoi l'a-t-il voulu Son motif eft encore plus admirable que fon obéiffance. C'a été afin d'apprendre par lui-même ce qu'il en coutoit aux fens & à la nature pour obéir; pour fe mettre à la place de fes ferviteurs, à qui une femblable obéiffance feroit prefcrite; pour juger du prix de leur foumiffion; pour examiner jufqu'où penetrent les pointes d'une douleur, quand elle eft vive & continuelle; pour fçavoir jufqu'où des hommes foibles peuvent être tentés, & combien le fecours dont ils ont befoin doit être promt, & fuperieur aux fentimens naturels; enfin pour leur commander avec bonté, pour mesurer la tentation fur les forces qu'il leur prépare, & pour les en faire fortir avec fuccès & avec avantage. Et quidem cum effet Filius Dei, didicit ex iis, qua paffus est, obedientiam.

BEST SE

[blocks in formation]

CHAP. III.

S. II.

La confolation dans les fouffran-
ces eft plus grande de penfer
que celui qui a fouffert pour
nous, eft Dieu. En quel fens
on peut dire que Dieu a fouf-
fert.

[ocr errors]

I. S'IL avoit été poffible que JESUS-CHRIST fût le Sauveur des hommes fans être Dieu, la confolation de ceux qui fouffrent feroit beaucoup moindre, & elle feroit fur eux beaucoup moins d'impreffion, parce que l'extrême diftance de Dieu jufqu'à eux, & l'immuable félicité dont il jouit, affoibliroient extrêmement Pidée de fa compaffion par rapport eux. Ils le regarderoient avec raifon comme l'unique ou la principale caufe du vif fentiment qui les pénetreroit. Car il n'y a que fa main qui puiffe enfoncer la pointe de la douleur dans l'intime de l'ame: lui feul peut la tourmenter, & la rendre malheureufe ; & lui feul peut l'humilier, & la brifer fous fes coups

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »