Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours: Koch-Lal

Portada
Hoefer (M., Jean Chrétien Ferdinand)
Firmin Didot Frères, Éditeurs, Imprimeurs-Libraries de l'Institut de France, Rue Jacob, 56, 1859
1 Comentario
Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica

Dentro del libro

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

Las opiniones no están verificadas, pero Google revisa que no haya contenido falso y lo quita si lo identifica
Crítica de los usuarios - Marcar como inapropiado

kotzebue : sa bio

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 429 - ... l'un ne se forme et ne s'exerce que dans les choses qui sont utiles, l'autre y joint les pernicieuses : là se montrent ingénument la grossièreté et la franchise, ici ,se cache une sève maligne et corrompue sous l'écorce de la...
Página 769 - C'est un ouvrage de Molière : Cet écrivain par sa manière Charme à présent toute la Cour. De la façon que son nom court, II doit être par delà Rome : J'en suis ravi, car c'est mon homme. Te souvient-il bien qu'autrefois Nous avons conclu d'une voix Qu'il allait ramener en France Le bon goût et l'air de Térence...
Página 423 - On me l'a dépeint , dit l'abbé d'Olivet , comme un philosophe qui « ne songeait qu'à vivre tranquille avec des amis et des livres ; faisant « un bon choix des uns et des autres; ne cherchant ni ne fuyant le « plaisir; toujours disposé à une joie modeste, et ingénieux à la faire « naître ; poli dans ses manières , et sage dans ses discours ; craignant « toute sorte d'ambition, même celle de montrer de l'esprit3.
Página 781 - Mon imitation n'est point un esclavage, Je ne prends que l'idée, et les tours et les lois, Que nos Maîtres suivaient eux-mêmes autrefois. Si d'ailleurs quelque endroit, plein chez eux d'excellence, Peut entrer dans mes vers sans nulle violence, Je l'y transporte et veux qu'il n'ait rien d'affecté, Tâchant de rendre mien cet air d'antiquité.
Página 429 - Quand l'on parcourt sans la prévention de son pays toutes les formes de gouvernement , l'on ne sait à laquelle se tenir ; il ya dans toutes le moins bon et le moins mauvais. Ce qu'il ya de plus raisonnable et de plus sûr, c'est d'estimer celle où l'on est né la meilleure de toutes , et de s'y soumettre.
Página 765 - Je pris certain auteur autrefois pour mon maître : II pensa me gâter. A la fin, grâce aux dieux, Horace par bonheur me dessilla les yeux. L'auteur avoit du bon, du meilleur, et la France Estimoit dans ses vers le tour et la cadence.
Página 549 - ... et à la situation de nos contemporains. Dieu nous avait préparé à cette tâche en permettant que nous vécussions d'assez longues années dans l'oubli de son amour, emporté sur ces mêmes voies qu'il nous destinait à reprendre un jour dans un sens opposé. En sorte qu'il ne nous a fallu, pour parler comme nous l'avons fait, qu'un peu de mémoire et d'oreille, et que nous tenir, dans le lointain de nous-même, en unisson avec un siècle dont nous avions tout aimé.
Página 425 - N'ont-ils pas observé que de seize chapitres qui le composent, il y en a quinze qui s'attachant à découvrir le faux et le ridicule qui se rencontrent dans les objets des passions et des attachements humains, ne tendent qu'à ruiner tous les obstacles qui affoiblissent d'abord, et qui éteignent ensuite dans tous les hommes la connoissance de Dieu; qu'ainsi ils ne sont que des préparations au seizième et dernier chapitre, où l'athéisme est attaqué...
Página 781 - Quelques imitateurs, sot bétail, je l'avoue, Suivent en vrais moutons le pasteur de Mantoue. J'en use d'autre sorte ; et , me laissant guider, Souvent à marcher seul j'ose me hasarder. On me verra toujours pratiquer cet usage. Mon imitation n'est point un esclavage : Je ne prends que l'idée, et les tours, et les lois Que nos maîtres suivaient eux-mêmes autrefois. Si d'ailleurs quelque endroit, plein chez eux d'excellence, Peut entrer dans mes vers sans nulle violence, Je l'y transporte, et veux...
Página 521 - Rien n'étant si difficile que de faire rire les honnêtes gens, on se réduisit enfin à donner des comédies romanesques qui étaient moins la peinture fidèle des ridicules, que des essais de tragédies bourgeoises : ce fut une espèce bâtarde qui, n'étant ni comique ni tragique, manifestait l'impuissance de faire des tragédies et des comédies.

Información bibliográfica