Imágenes de páginas
PDF
EPUB

de les fleurs jaunes dont on Lo mes jhénoier; le mois de confit les boutons dans du vi- Janvier. naigre. C'est de ce gener d'Espa- On disoit aufli en v. fr. de gne appelé en latin genistajuncea, quelqu'un qui étoit à genoux ; qu'on tire de ses jets ou menus il est ginolié , ou jinolié. [cions, non branchus & rouis, JHINOULIOUER, terme de une filalle dont on fait du fil & boucherie ; le gîte , ou le bas une bonne coile quoique grof. de la cuisse du bæuf; il confiere.

tient le bas-gîre, la levée & le JHINÉS-GRUAS, ou sabagol ; gîte à l'os, ou morceau de la Le grand gener à balais ou noix. genet-citise qui a deux fortes JHINOULIOUS ( ) ; À de feuilles', les unes simples, genoux, en posture de suppliant. les autres en tréfle. Il s'éleve JHINOUS (Sën) ; St. Genou, fort haut & fert comme le ou St. Genus, le même que suivant à faire des balais. St. Gendulfe , Évêque de Cahors.

JHINES REBOUL ; Genet à Jhinous est le masculin de Jhitouffes balles, blanchâtres & noûzo. n. pr. arrondies. Un seul peut faire un JHINOÚSCLO , ou jhusclo ; balais, au moyen d'un manche Le thyrimale : plante laiteuse qu'il faut y ajouter.

dont la seve blanche est un peu JHINESTIÊIRO' ; Champ caustique. Cette espece de lait couvert de genets. Jhinestié; n. coule abondamment sur le champ pr. masculin de jhinëstiếiro. Thi- des deux bouts d'une tige counestou, autre n. pr. qui en est pée ; ce qui prouveroit que dans un diminucif.

cette plante, la seve va de haut JHINGHÊLO, jhor, ou flâoue en bas, comme de bas en haur. jhë ; Rejeton d'un beau jet , Ce lair du thytiinale mêlé dans baguette à battre les liabits, ba- l'eau d'un étang ou d'une riguerte de cavalier.

On dit , viere, y engourdit le poisson au commander à baguette ; & non, point qu'il devient immobile à en baguette, ni à la baguette. Heur d'eau & que le pêcheur

JHINGLA ; Sangler des coups infidele n'a qu'à prendre, ou à de baguette. Jhingla las cambos ; voler. donner des jarrerieres , ou des JHINTËT ; Par mesure, petit coups de fouer aux jambes. à perit. Fa jhintët; ménager.

JHINGOULIN, Voy. Jhan- JHIOL, ou jhol. Voy. Jhuel. goulino.

JHIPA , ou ënjhipa ; Plaquec JHINIÊBRË ; Le petit gene- du plâtre , ou quelqu'autre mavrier à baies noires, avec quoi tiere pâteure. Voy. Enjhipa. on fait l'extrait du genievre. JHIPARIÉ ; Le plâcrage ; &

JHINOULIA, ou ajhinoulia ; non, la plâtrerie, les ouvrages Couder & coucher un sarment en plâtre. J'ai donné à faire le au fond d'une tranchée, en plâtrage de ma maison à cant plantant une vigne.

JHINOULIA. n. pr. d'une pe- JHIPÂSSËS ; cice ville qu'on écrit vulgaire- débris d'un ouvrage en plâtre ment en fr. Genolhac, au lieu démoli ; on le dit des gros de Genoillac tel qu'on le débris ; ils ne sont qu'en plâtre prononce ; dérivé du lat. Juni- à Paris, où l'on ne bâtic pas liacum dans lequel le nom autrement, à la réserve des fonromain Junius , entre pour quel-dations qui sont en mortier. Oa

peut comprendre ici sous le JHINOULIÉ, Jhënouié, ou nom de plâcras, les gros débris o enoié ; v. l. & n. pr. Janvier, en morcier,

la canne:

Plâtras ,

ou

que chore.

[ocr errors]
[ocr errors]

Tous les termes françois, ou enfin la culotte ; telle à peu près presque tous , sont relatifs aux qu'on la porte aujourd'hui. usages de Paris , ou des envi- Les chausses retroussées des rons ; ces termes sont la loi Chevaliers de l'Ordre du Saintgénérale dont il faut se rappro- Esprit en habic de cérémonie , cher le plus qu'il est pollible imirées dans celles des daureurs dans nos Provinces ; sans trop de corde , & qui ne vont l'une bleffer cependant dos usages, & l'autre qu'à mi-cuisse, forlorsqu'ils sont différens de ceux ment une époque dans l'histoire de Paris.

de cet habillement. JHIPIÉ ; Plâtrier : celui qui JHIRA DOÛIRO , ou ëscrafcuit le plâtre, celui qui l'em- sadoûiro; Un friquet ; ustensile ploie , ceux qui le charient. La de cuigne pour retourner la friprofesion des plâtriers est ici ture dans la poêle , du latin , très-distincte de celle des maçons. girare.

JHIPIÈIROS, ou jhiszeiros ; JHÎRBO ; Le gazon ; motte Les plâtricres ; & non les de gazon. La plante graminée plâtreries : carriere d'où l'on qui le produit résiste aux plus tire le gypfe, & le four où on le fortes gelées & aux plus longues cuit. Lorsque le plâtre cuit au- sécherelles. Sa durée égale cello delà de vingt-quatre heures des arbres, peuc-être même des ce n'est presque que de la terre, plus grands. qui fait une prise lente & fort JHIR BOU en v. fr. girbon ; mauvaise.

diminutif de jhîrbo ; petite motte JHÎPO, ou jhipou ; Un pour- de gazon. point. au figuré ; l'estomac. JHIRBOULÈTO, ou jherilio; Coudouli déjà vieux disoit : La chanterelle : petit champi

gnon d'un jaune d'ochre , bon douzë mënufié růsto, à manger ; il vient vers la fin për fair' un jhipou fusto. d'automne. Son chapiteau gou.

dronné & tortillé le refléchic JHÎPO ; Le jupon des homo irréguliérement en haut : il est mes en usage en France depuis légérement ridé dans la partie le XII. siecle jusqu'au fiecle der- inférieure , & ces rides ou fillons nier : il pendoit de la ceinture qui caractérisent un genre à

pait aux genoux. C'est encore & le distinguent de tous les jourd'hui dans quelques villes autres champignons , parrent , d'Italie , telles que Florence & comme d'un centre du pédicuBologne , l'habic de cérémonie le, lequel se confond avec le des gens de robe , Avocats chapiteau. Médecins, &c. & l'habic ordi- JHIROFLË ; Le girofle ; & naire d'une confrairie de mar- non, gérofle. Le clou de girofle chands & d'artisans de Florence est le calice de la fleur d'un

baqgëtoni qui ont arbre qui croît aux Moluques. retenu ce qui étoit l'habit com- JHIROUFLÂDO ; L'oeillet : mun à tous les états.

fleur connue qui sent le girofle, Ce jupon ,

d'abord simple & dont les Fleuristes multichez nous, & ensuite divisé en plient les variétés, de semence deux pour chacune des cuisses, & de marcorte. Les marcottes parvint au moyen des change- en particulier agrandissent le mens que la mode y apporta, à disque & les pérales, d'année en former les bragonnieres, ou le année, des aillers qui naissent très-large haur-de-chausses qui doubles. La girofiée est une Subtilte encore parmi les paysans plante d'un genre tout différent. ale la Limagne d'Auvergne , & JHIROUFLIÉ;Un pied d'ailler.

JHIROULIO;

au

appelé ,

eux

ou

[ocr errors]

JHIROOLIO ; Carotte fau- JHOL. Voy. Véirou. vage , ou faux-checvi que les JHOMAN ; Jaipais. Jardiniers de Paris appellent JHONJHIRA ; Gelé, glacé. chéroui : plante pocagere diffé- JHỘOU ; Ancien nom de sente du chervi. en lat. fifarumo cinquirme jour de la semaige

JHISCLA ; Glapir ; pousser appelé dans la suite, di-jhôou ; des cris aigus. C'elt l'aboiement jeudi : c'est le même que le particulier aux jeunes chiens , celtique , jhu , ou jkou , qui qui se jouent entre eux. Ës fol lignifoit le souverain des Dicur jhisclo; il folâcre comme un de l'antiquité payenne , auquel jeune chica; ou il est fou comine les Romains & les Gaulois avanç un braque.

joignirent le surnom de JHISCĻA. v.I. Joter ; lancer. Pacer, ou Piter, ce qui pro: C'est de la que dérive le composé duisit seulement au nominatif , rëjhisclë.

Thou , ou Jhu-pater, le même que JHISCLA, ou jhisclasa; San- Jupiter, qui fait au génitif, jovis, gler quelqu'un à coups de gaule, & à l'ablatif , jove, sans l'adle frotter, le houspiller.

dicipa , pater. JHISCLĄS, ou jhifclan ; Notre jhôou, & le jou , gaule, housline, ou jei de Houx. ju, françois & latin entrenc

JHISCLĖT ; Le loquet d'une dans la composition de bien des porte.

2. pr. : tels roar, outre. Die JHISCLËTA, ou cadãoula ; jhoqu, Fan.jhooy , Moun.jhoox , Fermer au loquer.

Castel jhôou Barba- jhộou JHYSCOUS ; Inconstant ca. Mour-jk04:, &c, pricieux.

Ce dernier ; c'est-d-dice JHITA; Déjeté, tourmeņić. Mown-jhou, oq Mon jou, ez

JHITA ; Rendre gorge. l'ancien nom du Mont Jura, & Jhita. jhitarie për el dou fio é celui qu'on donne aujourd'hui il re meccroit pour lul en quatre dans la langue vulgaire du pays

JHIURËN ou guirën ; v. l. à cette moncagne ; lequel nom, Témoin,

Monr jou, on rendroic en lac. JHO. Fdou fa jho q: dürë i par, Mons jovis. L'Abbaye de il faut faire vie qui dure: Condat ou de St. Claude, bâcia

JHOAN. v. & en y., Cuc cetię montagne & érigée de fr. Johan. On dit dans les mon- nos jours eu évêché, s'appeloir ragacs d'Auvergne , Jhonan & anciennement și. Oyen de Jou. Jhon; & c'est de cerce derniere C'est à cetre même étymologie façon que les Anglois prononçenc que les Auteurs çapportent aulli ce a. pr.

le a. pr. de Joinville , dit pae Les f. pr. Ivon & Ivan, cont corruption de Jouville, ou Jovie les mêmes que Jhouon & Shouan, villa. déguisés dans une langue étran. Ce qui nous fait présumer que gere.

le terme jou , ou jhou, ne difJHÔFRË ; Un sot, un badaud. fece du terme jhook que par no.

JHÔGO ; Synagogue & école ure orthographe (qui en peint des Juifs.

l'ancienne & vraie propontiae JHOGOS. Voy: Farinéto. tion) & que l'un & l'autre fe

JHOL ,, ou jhiol ; . L'ivraie prononçoicat de même ; c'est Voy.Shivel. Ce grain qui échauffe qu'encore aujourd'hui ceux que les poules, cxcite les plus pares, nous avons vu s'appliquer su Ceules à pondre: mais elle leur orthographier notre dijhoux fait , dit-on, déplumer la rêre, s'accordear cous à écrire, & elles co fons un scop grand imprimer, di-jok : occhographe vlage.

pou propre à représenter, même Tome II.

[ocr errors]

1.' Jean ,

1

ou

[ocr errors]
[ocr errors]

Vage.

[ocr errors]
[ocr errors]

à des Languedociens , notre attachant le joug sur la tête. maniere de pronvncer ce terme. Au lieu de tirer par la tête , les Voy. le $. 1. de nos remarques bæufs tirene en

Italic par le fur la confonne jh.

devant des épaules au moyent JHOR, ou jhimblë ; Gaule à d'un collier. faire des claies"; gaule à abattre

JHOUÏ. podë pa jhoui des noix. Gaule à battre la laine dic une mere d'un enfant qu'elle sur une *claie! On fait des cec- a mał élevé ; je ne puis le receaux avec les plus grosses gau- tenir , l'avoir auprès de moi, les des caillis de châtaigner sau. en être la maîtrelle, l'empêcher

de courir & de libertiner. JHORI (Sën); $t. Jhuer's , JHOÛIN'ÔMË ; Garçon, ou St. Jhuéri: & San Jhorjhi. Sto non-marié célibataire. George. :="Jhori; ou Jhorjhi- jhotiin ómë ; il cft garçon ; c'est banë, nigaud."

à-dire , qu'il w'elt pas marié; ; JHORN. v. 1. Jour. De là, ce qui n'a point de rapporç à juurbal, journée.

l'âge, comme en françois, jeune JHOS, ou jhous; v. 1. Bas; homme : car un vieux garçon est deíTous. Lo jhëtée dël pon ën encore un jhollin’ómë. jhos ; il le jeta du pont en bas. JHOUINOS, ou joughỉnos : Aras ën jhos , aras ën fu's';' tan- Caresses, témoignages d'affectôt en bas, tantôt en haut. La tion. Fa jhouînos ; faire fête a jhos ; là-dessous.

quelqu'un. Thouínos ; les jeux , JHOU. Voy. l'art. jhôou , vers les ris ; les ainours. la fin.

JHOUKIAL , jhoukić , jhooJHÔU ou jhout ; Deffous. kiấou. Voy. Thouc.

;frous le rocher. JHOUNCAS; Marte, où touffe JHOUBER jhôouber , &c. de jonc. Voy. Théouver

JHOUNCÂDO Jonchée JHOUBERTÎNO; La ciguë. d'herbes , ou de fleurs répan.

JHOUC, jhoncadou jhiculo, dørs à terre, à l'occasion d'une kiou ; Juchoir de la volaille. fête. JHOUGA; Parier. Dëqë vos

JHOUNCÂDO, ou jhounchas ; jhouga ... que veux-cu parier Une joincée de quelque chole: que ... ou combien

que

deux mains jointes & parier que... ; & non , que ouvertes peuvent contenir entre veux-tu jouer que...

i elles. ' A bêlos jhounchädos ; à JHOUGÂLIOS. Voy. Couă jointées', ou par jointées. mairës.

JHOUNCHIS ; 'Jointif ce qui JHOUGHË ; va hochet ; est bien joint : les planches de jouet d'or ou d'argent qu'on cetre cloisou sont jointives. pend. au cou des enfans,

& Acad. dont la partie principale est un

JHoÙNCHO morceau de crystal, ou de co-, une attelée de labour, une séance Tail que les enfans ferrent de labourage qu.ce que des avec leurs mâchoires '; ce qui báufs peuvent “labourer, pas charme. en partie la douleur ex. dans une matinée. Les la. qu'ils y retsenrent , lorsque les boureurs font deux attelées par dents sont prêtes à percer', &' jour , ou ils årtelent deux fois favorise même la dentition, par jour pour labourer.

JHOUGNE , ou ajhorata; JHOUNCHÛRO ; ' Le joint, Accoupler des bæufs', atreler l'articulation : l'endroit ou deux des chevaux pour le labour','os fe joignent & jouent l'un les arteler à la charrue. On sur l'autre. Il faut trouver le accouple les bæufs eq leur joint de l'aile d'une volaille.

Jhoul ro;

Veux-tu

се

Une arure

[ocr errors]
[ocr errors]

çer.

btas est carré au-dessus du joint. cien, coucliệiro ; d'où l'on a Arriculation est un terme d'arc. formé le mot françois parois,

JHOUNGLẦIRE ; Jongleur, cercliére, dont il faut le servir ou joueur de cornemuse ou de dans le pays, comme de beautcornet: b. l. joculator. en v. fr. coup d'autres de cette espece, G fonfoniaires & menestriers : c'é. l'on veut y être entendu. Ce se. toit dans des villes , telles que roit une affectation déplacée de, Nîmes, la symphonie des pro- ne vouloir employer dans le ceffions & des plus grandes langage familier que des expres. fêtes : celle fur celle qu'on fit à sons françoises , avec ceux à qui, l'entrée du Roi Jean. Duo jo: elles seroient étrangeres. çulatores, porte le Registre des il faut dans le comnierce or• Archives de Nîmes , cum cor- dinaire parler à chacun sa lannanufa & corneto sverunt antè gue , autant qu'il est possible ; proceflionem.

& porter mêine cette accention C'est de jhounglairë que déri- jusqu'à un certain point dans vent peut-être jħangoula, jhan. certains'écrits qui doivent deve-, goulairë, & peut-être aulli jhan-' nir publics par l'impreslion; & gla; tant cette mulique parut cela en joignant au mot françois, être enfin de fort mauvais goût. le mor languedocien qui y ré' JHOUNJHIRA ; Geler , gla- pond, sur-tout lorsque le pre

mier est un rerme d'art peu JHOUNKIÊIRO, & con di. connu du commun des lecteurs. minatif jhounkéirólo; l'un & JHOURJHET; St. George : l'autre n. pr. lieu couvert de un des Saints Grêleurs. Voy. joncs ; une jonchere.

Vacheirous. JHOUNKÎNO ; Le jonc dont

JHOURNÂOU ; Un journal, on fait des cordes, des cabas, qui est un demi-arpent, ou cte &c. & ce jonc n'est autre que qu'un journalier qui travaille à les feuilles d'une plante grami- la mare, ou áissãdo , peut la. née d'Espagne.

bourer en un jour. Vigno JHOUR, & en v. 1. jhorn , dés jhourrãoux'; vigne de dix jhoun ; jour. Un jhour é l'ãoutrë journées de labour. nou ; de deux jours l'un , JHOUS, jhout , dëjhoust; alternativement. A jhour fali; fous, dessous. sur le déclin du jour. Viourë JHOÛVË, ou jhôvë;, jeune. un jhour 'davan l'aoutrë' ; vivre Jhouvë • se dit aussi réciproque; au jour la journée.

ment entre le mari & la femme. JHOURBÉC; Un nigaiid , un Moun jhodvë; mon mari. Ma badaud. Bada lou jhourbec; faire jhoûvë; ma femme, mon épouse: le pied de grue , arrendre long. & cerre jhoûvë porte quelquetemps sur les pieds.

fois ce nom Aarreu: jusqu'à un JHOURGA ; Donner des coups' âge fort avancé, selon l'affection de gaule , sangler un coup de que son mari lui porte , gaule.

qu'elle a pour lui des graces. JHOURGHIÊIRO; Un taillis JHOUVËN ; . La jeunesse à cerceaux : caillis de châtai-? cette partie de l'âge qui est entre gners sauvages dont les gaules l'enfance & l'âge viril ; la jeuservent à faire des cerceaux, des nelse se palle bien vîre. = Jhou. claies à sécher les châtaignes , vën ; jeunesse, ou ceux qui sont des perches pour les espaliers, de l'âge de dix-huit à trente ans. des lates ou escoces pour relier Toute la jeunesse de, telle pala balle fûraille.

rojise tire au sort pour la milice. Ces caillis ; & non, califs, Cap jhouvën ; chef de la font aulli appelés a en languedo- jeune de. Co titre étoit connus

ou

ou

« AnteriorContinuar »