Imágenes de páginas
PDF
EPUB

caur.

се

on

les honnes graces de quelqu'un, dont notre fore dépend. L'ancien se faire des ennemis, li foúi pa proverbe dit , dëj ën ; bona mãou vãougu , on ne ni'y voit marcé trobo à la fin. pas de mauvais cil, on y a des MARCHAN; Acquéreur. Së bontés pour moi.

vén marchan , vëndrai moun oulMÂOU.VIVÊN, mãou vivên- tãou ; s'il se présente un acquéto ; homine ou femme de mau- reur je vendrai ma maison. vaise vie.

MARCI ; Macéré, macérer : MậOUVOULIÉ , ou mãou- faire tremper dans de l'eau. pouliënfo ; Haine , mauvaise vo- MARCO ou marcot; Une lonté pour quelqu'un , malin marcote; & non, un marcor. Dans vouloir. Il y a long-temps qu'il les marcores ordinaires , telles a un malin vouloir contre moi. que celles d'ailler, où l'on fait Acad; malveillance, vieillis. une fente au naud d'une branMÂOUZËNSOS ; Un creve- che la lëve qui defcend se

convertir en chevelu au bout de MAQILIA ; Tripoter. Magi- ce næud coupé: lorsque la terre liajnë; tripotage.

bien humectée qui couvre MAR; La mer. La mar bru!o naud entamé favorise cetre vépa ; la foire n'est pas sur le gération ,

peut révrer les pont : façon de parler prover. marcores quinze jours après. biale pour dire , il n'y a rien MARCO-SIÂOU; Rusé, maqui preise.

tois, lournois. MAR, Voy. Peirou.

MARELA ; Tromper un jeu. MAR. y. I. Mardi.

MARÉLA ; Rayé, bigarré. MARAGDËS. v. I. Émeraude. en b. br. marelle ; peindre de

MARAN, ou Marano ; Nom diverses couleurs. des Maures devenus Chrétiens , MARÉLA ; Vitrer, terme de qui pafferent d'Espagne en Lan. tireur de foie ; c'eft distribuer le guedoc : on les appelloit en Ef- brin de foie sur l'écheveau de la pagne , Mauri , ou Marani : ces roue , de façon qu'il y false des familles qu'on appelloit aufli Re- losanges. culées, furent long-temps sans MARÉLÂJHË; Vitrage bon être admises aux charges publi- ou mauvais d'un écheveau de soie, ques.

ou les losanges que le brin y forMARÂNO, ou arcisous ; Les me en se croisant sur lui-même, mites du fromage : insectes pref- au moyen du va &-vien : lorfque insensibles à la simple vue. que ces losanges sont trop, gran. On les rue avec de l'huile, dont des ou trop larges, le bria on frotte le fromage.

revient souvent au même endroic MARÂNO, eft aussi une espece sur lui même avant que celui sur de pircilie, ou de inaraline qui lequel il s'applique ait eu le temps attaque les brebis.

de Cécher; ce qui est le vicrage MARASSAL ; Couperet : force vicieux qu'on doit éviter à caule de couleau de boucherie. de deux inconvéniens qui en

MARBOÛRO ; Juron qui ré- résultenc. pond à mordienne.

Le premier , que les brins se MARCANDÂIRIA. 1. collant l'un sur l'aurre Trafic.

pent fréquemment au dévidage , MARCANDËJHÂIRË ; Bar- pour les décoller ; l'autre, que guigneur, tarillon. It. fam.

la dévideuse ne trouve qu'avec MARCÉ, v. I. & n. pr. Gra- beaucoup de peine & de perte ce, miséricorde. Discrétion, de temps le bout de foie rompu, en v. fr. merci. Caiar à marcé ; qu'il faut nouer avec celui qu'ell: être à la discrétion de quelqu'un, tient. Tome II.

I

ر

[ocr errors]
[ocr errors]

rom

[ocr errors]

un

[ocr errors]
[ocr errors]

MARÊLO ; La mérelle : jeu MARGÂSSO. Voy. Tarnagas. des écoliers.

MÂRGHË ; 'Un manche de MARÉLO; La margelle d'un coignée , un manche à balais, puiis. V. Pèiral.

&c. Ne dcunarići pa lou marghë MARÈZO ; Une citrouille: d'unëstrilio; je n'en donnerois les feuilles de la plante font pas un clou à soufflet. découpées & tachées de blanc. MÂRGO; Manche d'habit Voy. Bourélio.

de chemise, &c. Ëntré man MARFÈGO ; Une paillasse de mârgo ; dans l'instant, dans un lit. = La toile', ou le lac de la clin d'ail

. = Margo d'ipoucras ; paillatfe.

chausse d'hipocras, ou ablolu

une chauffe. L'a de MARFÉZIBLË. v. l. Flétri. ment Voy. Marfi.

mârgo eft long. Il eft bref dans MARFI, ou marfë ; Flétri ,

1. n. pr. Margô, ou Margot. chiffonné, flétrir , faner , chif

MARGOUL, ou margoulieiro; fonner , bouchonner.

Un tourillon. Voy. Mândrë. = MARGA ; Emmancher

Margoul. Voy. Vérdié. ouril.

MARGOULIA; Tremper dans MARGAL ; Herbe de pré ;

l'eau. De là le fr. inargouillis.

MARGCULIN ; Pauvre & plante granirée

appelée du Nonnat dans quelques Provin. mauvais ouvrier : deux qualités

meilleure & la principa. qui vont souvent ensemble, & le , & celle dont on cueille la dont la premiere est l'effet , l'au.

tre la caure. graine pour ensemencer un pré.

MARGOUN C'est le Rai-gras des Anglois.

au pluriel, MARGAL, et auili la fauffe marzous & manchôs; bouts de ivraie. en lat. Lolium perenne spica manchors, qui ne se dit que des

manches, ou amadis ; & non murita. Margal elt encore une herbe à foin qui croît dans un bras. Margoun eft le même que

estropiés de la inain , ou du champ après qu'on en a coupé le bled.

le n. pr. Margon. MARCAL ; Penchant au plaisic

MARI, ou marri ; Egaré fensuel, ou ce qu'on appelle,

perdu. pari ; s'égarer. C'ef du tempérament.

ce qui arrive aux voyageurs dans MARGALIA , on bracana ; du Velai, lorsqu'il y tombe de

les montagnes du Gevaudan & Bariolé, émaillé de différentes la neige & que des vents contraicouleurs. MARGARÍDO ; La grande tés, ils ne savent quelle route

res l'agiteni; ils sont désorienmarguerite , ou le leucanthemum: tenir & risquent de périr dans plante qui s'éleve à un ou deux la neige ; lorsqu'ils font quelpieds , qui produit , comme la que fois. le plus près du gite : pâquererie , mais en grand, une c'est pour diriger leur chemin feur à Heurons; & dont le dis- qu'on fonne les cloches pendant que est jaune & les pétales blancs.

ces tempêtes, sur-tout à l'entrée MARGARIDËTO ; La pâque- de la nuit ; & c'est ce qu'on aprette, ou la petite marguerite : pelle , founa për lous maris ; plante des prés dont les fleurs sonner pour les égarés. cn ital. fortent immédiatement de terre, smarrito ; perdu, égaré. Voy. sans autre rige que leur pédicule. "Cira & Fournela. On l'appelle pâquerette ; parce MARI; Mauvais. = Méchanr: qu'elle Heuric au temps de Pâques, ce dernier adjectif ne se dit que Elle est recommandée pour les des qualités du cæur, quand on maladies de la tête & pour la l'applique immédiatement aux phrénélic.

personnes : car on ne dit pas un

[ocr errors]

OU

[ocr errors]
[ocr errors]

& puant.

[ocr errors]

= Se

mauvais homme ; mais un mé- MARIN-BLAN; Le vent d'est chant homme. Il y a des pieces sec & chaud , qu'on redoute de vers qui sont à la fois méchan- encore plus pour les vers à soie tes & mauvaises.

que le vent de sud. MARI ;

Mauvais ; c'est-à- MARINA; Avarié. Café maridire, vil, chétif, de peu de va- na ; café avarié, qui feni la maleur, on le dit des choses. Un rine. mari capêou ; un mauvais MARIO-MICOS ; Une fainte vieux chapeau.

ni touche. En françois, mari, ou époux MARJHÂSSO; Vaillant, gés'écrit différemment de marri, néreux. ou fâché & repentant.

Un
per-

MARMALIA ; Brouiller sonnage dit dans Moliere. Je mêler. fuis son mari marri. Ce dernier MARMITOUS; Pitcux ; qui veillic.

est inal du côré de la fortune. MARIBLË; Le Marube : plante MARMOUTOU; Un bélier , dont il y a plusieurs especes. La ou mouton entier. plus connue est le marube noir MARMUL; Murmure ; bruit

confus. MARIDA ; Épouser.

MARMUSAT ; Défait , pâle de marier. Épouser signifie coujours maladie. prendre en mariage. Mais le MAROUKIN; Sorte de railin verbe , marier , lorsqu'il n'est noir de Languedoc , dont l'elpece pas joint avec l'article récipro- sembleroit être venue de Maroc que, signifie donner la bénédic. en Afrique. tion nupciale.

MARSAL, ou Marfãou (Sën); Aina un Curé ne doit pas dire, St. Martial ; Apôtre de Limoges. j'ai épousé une telle , ni je les ai MARSËNS , marsins épousés, en parlant du mari & Sãous ; Les mars , de la femme ; mais je les ai grains qu'on seme au mois de mariés, ou je l'ai mariée. Au Mars : tels que les orges, les contraire un Curé Anglican, ou avoines, les millets. Sus un rafLuthérien,

, peut dire sans équi- toul birat sëmëna lous marsëns. yoque, j'ai marié celle-là &j'ai MARSCIOURË L'ellébore épousé celle-ci.

noir, ou pied de griffon, dont MARIDADO ; Une épousée, la fleur est verdâtre : cette plante une mariée.

fleurit pendant les gelées , lorfMARIDADOU maridadoù- que les autres sont mortes , ou no , ou maritoúfo ; Nubile , en qu'elles paroissent l'être. åge d'être mariée ; & pour ainli On fait avec les racines du dire , mariable.

pied de griffon des Cétons, pour MARIMEN. v. 1. Douleur , les maladies contagieuses des che. affiliation.

vaux. L'espece d'hellébore à fleur MARIN

marinas couleur de rose & à larges feuill'aouta , qu vën ; Le vent de les , est celui qu'Horace recomle vent de sud ; & non mande

pour

la folie. le marin qui est toujours un

MARTELIÊIKO ; L'éclure adjectif en fr. à moins qu'on ne d'un étang , l'épanchoir d'un dile , un marin, ou les marins: canal & d'un biez de moulin, ce qui s'entend des

qu'on bouche au moyen d'une foit officiers marins, soit mate. lors; au lieu que, lou marin est MARTINË; Forge & fondepris substantivement. On dit en rie de fer. Termes de cadastre , d'aou marin; MARTINË, ou mal; Le gros du midi , ou du côcé du midi. marteau d'une fonderie de fec

9

marou menus

[ocr errors]

mari ,

[ocr errors]

mer,

[ocr errors]

de nier

gens

vanne.

[ocr errors]

qu'un courant d'eau fait jouer. le fr. maison. C'est de mas que

MARTO ; La Martre propre- sont formés bien des n. pr. qu'ort ment dite, qui a le dessous de la verra dans leurs articles iespe&ifs. gorge jaune, ou la Martre du MAS, ou mosc; Un sorcier. nord. La Martre doinestique, Másco ; une forciere. Vielio ou la Fouine , dont le dessous Máso; injure que le peuple dic de la gorge est blanc 8c tout le aux femmes, pour leur reproches relte du corps noirâtre. C'est leur laideur & leur vieilletle. cette derniere seule qui fréquente Dids, qui est l'abrégé de Males habitacions & sur tout les demoselle, ett le titre qu'on poulaillers , pour égorger la vo. donne par honnêteté aux femmes laille. L'une & l'aurre cont dif- de la moyenne & de la balle férentes de la Martre Zibeli:ne qui volée , & dont ces dernieres a la gorge cendrée & qui vit en s'honorene. Mas barågno , Moscovie. On dic Marire ; & mas boulofo , &c. non, Marte.

MASCAGNA ; Charcuter, ou MARTOR. v. 1. & Martrou ; découper mal-proprement , ou La fête de Toussains, & plus mal-adroitement la viande à communément, la Touisaint: elle table. portoit chez nous le nom de MASCARA ; Charbonner Martor , ou des Marryrs depuis noircir , barbouiller un mur. Lou que Boniface IV bénit en 607 le peirôou vôou mascara la fartan ; Pancheun de Rome & le consa- la pêle se moque du fourgon. en cra à Dieu sous l'invocation de v. fr. machurer. Mascara vienla Vierge & de tous les Martyrs. droic-il de malcara, ou dëfcara , Grégoire IV lui donna en 837 dic pour mascara ; défigurer ? toute l'étendue qu'elle a au- MAS-CLÂOU. n. pr. Métairic jourd'hui.

clore. MARTOR , ou martrou , étoit MAS-CLÂOU, ou masclou. une époque pour l'échéance des Voy. ảouriglo. rentes, le loyer des maisons, le MASCLARI. n. pr. Métairie louage des domestiques. On di- de Clari. C'est ainli qu'on dit , soit, marcor ën martor , pour mas , ou mabërna, mas nôou une année entiere ; coinme au- ou manôou , mas 'roujhë , ou jourd'hui d'une St. Michel à maroujhë , &c. tout autant de l'autre. Bous pagarai për Mar- n.pr. composés de mas. trou ; je vous payerai à la Tous. MASCLOU

mãou saint. Le proverbe dit, San masclou; La colique. Mikêou à Martrou ica un mës MASCLOUS ; Cirons , crilabouradou.

ou draconcules : petits MAS. v. I. Plus , pourvu que. infe&tes qui s'engendrent sous la Mas ; pourvu que. Bous aimë peau (ou entre cuir & chair ) mas jhoumëtis; je vous aime des enfans nouveaux-nés & qui plus que moi-même. Voy. Mái. les font souffrir. Ils sont rudes

MAS; Une hutte, une bara. au coucher comme une foie de que. = Une métairie, ou habi- porc , qui ne feroir que poindre; tation de métayer. Mas est un & font maigrir les enfans. terme du v. l. déiivé de la b. lat. On les délivre de cette yermine mansus. On ne le disoit d'abord qui leur vient ordinairement aux

d'une petite portion de épaules en y appliquant de champ : on y comprit ensuite l'huile & en frottant à plusieurs l'habitation du propriétaire , & reprises avec le plat de la main , on l'appelloit alors mansus jusqu'à ce qu'on ait détaché ces amasaius; métairie accompagnée insectes & que la peau soit deve e yne irabitation. On tit de mas, nue unie.

[ocr errors]

011

nons

que

[ocr errors]
[ocr errors]

2

ture

MASCOT. Voy. Marassal. On fait des jecées en maçon.

MASKEJHA, ou mafcallëjha; nerie sur le bord des torrens, & Lutiner , aller de nuit dans une on les oppose de biais au courant maison, chercher , fureter , Ira- de l'eau , pour mettre le bord caller pendant la nuit.

des champs à couvert & empêMASNIL. v. l. diminutif de cher que le torrent ne les sape mas. b. lat. masnil , masnilium. & les emporte. en v. fr. mesnil ou ménil ; Les jetées qu'on fait dans la petite portion de champ avec mer pour couvrir les vailleaux une habitation. De là le n. pr. dans un port sont appelées , modu Ménil.

les

pour peu qu'elles soient MASSÂ ; Piler, écraser. = considérables. Alsommer, du grec , maso, MASSÎLIO; Argent monnoyé. pinfo.

MASSIP massipo ; Jeune MASSACRA. Voy. Mascagna. homme , jeune fille. = Maßlipi

MASSACRE ; Un artile-feu gros, lourd, épais. Uno grosso dans un atelier de filage de soie : marsípo ; une grosse malle de emploi de celui qu'on appelle chair; chourou , daus les pressoirs à MÂSSO; La malle d'un conhuile,

nelier, avec quoi il frappe suc MASSAPAN ; Boite à confi- le chassoir , pour challer ou en

boîte aux graines pour les foncer les cerceaux d'une fucailcouvées des vers à soie ; & non, le. = Måso d'ascláirë. Voy. masse-pain ; pâtiserie d'amandes Mal. = Masairë ; dérivé de pilées avec du sucre & pérries mässo. avec de la fleur de farine, dont MASSO-BIOOU. v. 1. & n. pr. on fait de petits pains, ou pas. d'homme : ancien nom des boutilles & des cartes de masle.pain. chers pour la viande de beuf MASSAPARËN, Pisocot, ou

& proprement , tue-bæuf, de Pilogor ; Le Potiron rouge : l'italien, mazzare ; tuer. espece de champignon véné- Ce dernier nom neux, comme le désigne son nom seroit préférable à celui de massequi signifie , tue.parent : il est du beuf

, que nos Notaires emgenre des fiftuleux. Les Italiens ploient communément dans leurs I'appellent cambio.colorë ; parce actes ; s'il étoit cependant perqu'il devient bleu ou violet mis de changer les noms propres lorsque son suc, ou la séve elt en tout ou en partie , sous préexposée à l'air par une cassure, texte de les franciser en les renou Gimplement en y appuyant un dant méconnoissables : ce qui est peu le doigt : ce qui est un phé- contraire aux bonnes regles. nomene assez fingulier.

Cet usage eft d'autant plus exOn assure que ce champignon traordinaire que lorsque dans un celle d'être mal-faisant lorsqu'on ouvrage françois on cite un n. l'a fait bouillir & dégorger en. pr. anglois ou allemand , on ne fuice dans de l'eau fraîche. s'avise pas d'en changer l'ortho

MASSË, ou majë; Une loupe graphe, quelque hérillée qu'elle de fer des petites forges du Rous- foit de consonnes qui n'ont pas fillon.

coucuare de se trouver ensemble MASSÈTO; Maille de tailleur dans des mots françois ; cacore de pierre. Masséro; morceau moins les traduira-c-on dans de liége, ou de bois sur quoi sont cette derniere langue : on écrira, fichées les plumes d'un volant à par ex. le n. pr. Scheuchzer, jouer.

sans y changer une seule lercre. MASSI; Une jetée ; & non, Ec l'on se permet des changeun mallif qui est impropre. mens dans les n. pr. languedo

ou cue-bæuf

« AnteriorContinuar »