Imágenes de páginas
PDF
EPUB

tour

sémoigner la peine lorsqu'il est d'un supérieur , & même d'un enfermé ou qu'il a perdu son égal. maître. en b. br. gudal.

Il arrive rarement qu'il faille 1- É; Formule par où com- commencer le discours en franmençoient , il n'y a pas bien des fois par, moi ; ce n'est que dans années, les cris publics dans le discours familier, de la conles villes mêmes, avant que le versation, ou lorsqu'on le dic luxe y euc introduit des trom- par exclamation, comme : moi, pertes. Le crieur disoit par ex. je souffrirois cette injure ! Dans 2-é, à dous soous lou cariáirou autre occasion, c'est une daou bon vi; i-é, aco di mouffie faute de suivre le tour languetãou , &c.

docien, & de dire par ex. moi, Ceci-é est un reste de l'ancien, je ne sais pas; moi, j'étois préoyez corrompu , qui s'est con- sent, &c. au lieu de, je ne servé depuis Guillaume le Con- sais, j'étois présent, &c. Que quérant dans les cris publics de fabë icou, d cãou parlë iĉou ; Londres, qui commencent par, que sais-je , à qui parlé-je ; & oyez.

non, que sai-je moi, ni à qui On sait que cet ancien Duc de parlai-je moi, ni même à qui Normandie ayant conquis l'An- parle-je ? gleterre, obligea ses nouveaux Il faut dire de même , m'exsujets à se servir du françois primé je bien ? dussé-je mourir, qu'on parloit dans ses États de marché-je bien, &c. & changer de-çà la mer : usage qui sublista en é fermé l'e muet qui termine jusqu'à Édouard iil, qui défen- la premiere personne d'un verbe dit d'employer cetre langue dans suivi du pronom, je. les Tribunaux & dans les actes IÉR. On dit hier au soir; & publics.

non, hier à soir, ni hier-roir. TË ; Lui. dighêri; je lui Expressions familieres aux Avidis.

gnonois , prises de l'italien, ieri TËNOLS; Genoux; v. I. Apro- Jera. Tér la, ou pallat iér ; priet á lehsus ús hom plëgats avant hier ; & non los iënols dënan lui, disens , Šën- hier. hor, miseria aias ' mi' é del IỆRI,, ou éli ; le lis. meu fil ; quar lunaios ës, é sofrë

IGL ÂOU. Iglâouisa. Voy. mal; foven ca ën foc é ëspėjsa. Ëliâoy, ëlloussa. mën, ën aiga.

IMÂJHË. On n'appelle image JËOU , & en v. l. ëou, ou que des estampes de peu de vajhëou ; moi, ou je.

leur qui représentent les Saints, En languedocien comme en ou quelque mystere de la relia latin, on met la premiere per- gion, ( qui sont les unes & les sonne avant la seconde , & l'on autres les livres des pauvres gens dit très-honnêtement, iëou é non lecerés) & les enluminures vous ; comme en lat. ego & iu; grossieres qui parent les bouti. & l'on ne doit pas trouver à re- ques des artisans. Un imajhë dire à l'un plus qu'à l'autre. Les vėlin; une image de vêlin : apGrammairiens donnent pour rai- puyez sur l'e, & ne prononcez son de cette préséance ( pr. preso point, plin. Séance), que la premiere per

Les desseins, ou deffins sonne étant la plus noble , doit ( comme on l'écrit depuis peu) palser devant ; mais cette no. imprimés sur papier comme les bleife grammaticale n'étant point précédens, mais fairs avec soin reconnue dans la langue fran- par une main habile, font

apa çoise, ce seroit une impolitesse pelés, estampes. On les grave au de dire moi & vous, vis-à-vis burin, à l'eau-forte,

avan.z

en ma

niere noire, en façon de crayon,

Or disoit en v. fr. aérmer, ou &c. Les bachures ne paroissent aésmer pour, avë imë. Aétme pas dans la maniere noire , qu'on rent , dic Ville-Hardouin , qu'il prendroit pour un lavis à l'encre y avoit quatre cens Chevaliers. de la Chine. Les estampes au On disoit ausli, aésmer , pour crayon semblent faites à la san. estimer, ou mettre un prix. ea guine.

anglois , to aim ; viser. Image est « féminin, & dire IMOUROUS, ou amourous ; par ex. un bel image, ell un humide, moite. = Doux, sou. solécisme qu'on ne pardonneroit ple, moelleux. = - Doûgo imou. point dans nos Colleges , si on rouzo ; douve qui suinte. le faisoit dans une langue inorte, IMOURETAT ; Moiteur. qu'il elt plus pardonnable de "IMPÊISSER. v. 1. Chasser. mal parler que le françois. Quas Deu impéiss la cara dëls

Les imagers & les marchands nostrës pâiros ; (quos Deus' exd'estampes attacheor sur un cor- pulit à facie patrum noftrorum.) don tendu, avec des fichoirs , IN , contraction de , lui en, ou petits bâtons retendus, les leur en , ou de, y en. Dounas images qu'ils étalent dans les rues. in ; donnez-lui en. S'in troubas ;

IMAIES. v. I. Idoles. Laiza. Si vous en trouvez. mions las ima:ës ; fouillures INCAN ; Vente de meubles de des idoles.

l'enchere , ou absolument, vente ÍMË ; signifie en général le & inventaire ; & non, encan, bon sens, discerneinent, la & encore moins, incan. pensée , & paroît être l'abrégé Un encan est un cri public qui du lat, animus. On le rend dif- fe fait par un sergent pour ven. féremment en françois , selon les dre des meubles à l'enchere. Le circonstances.

crieur dit par ex. à fix francs A bel îmë ; à vue de pays, à teile chore; & l'on dit , vene la bonne venue ; & non, à boule à l'encan , mettre des effets à vire , qui signifie étourdiment, l'encan, les vendre à l'encan. N'ai pa jhës d'imë d'aco ; je Mais lorsqu'on dit , an far un n'ai point d'idée de cela. âi îmë incan librës, il faut traduire . : .. je pense que. • je con- par, ou a fait une vente de jedture que. ... Aves imë? y livres, en (ous entendant à l'enpensez-vous? Aqël garfou' n'a pa chere. Vãou d un incan ; je vais jhës d'imë ; ce garçon n'a pas à une vente à un inventaire , d'esprit, n'a pas de tête. Na ou bien à une vente faire à l'enpa d'imë d'aco; il n'est pas inf. can ; & non, à un encan, truit sur cela, il n'a pas d'idées Un inventaire se prend ici nettes là-dessus.

pour la vente des meubles con. Fa qicon d'imë; faire un ou- tenus dans l'inventaire ; c'estvrage d'idée, ou sans modele, à-dire , l'état nu le dénombretravailler de rêre. Ou âi fat á ment des meubles. Un tel court {; je l'ai fait par instinct. tous les inventaires. Aviêi imë vëndrias ; j'avois INCANTA ; Vendre aux en. un secret pressentiment que vous cheres, mettre aux encheres ; & viendriez. Croumpa à bel imë ; non, encanter, ni incanter. de acheter de la viande à la main la b. lar. incantare; crier hauty & sans peler , acheter à l'eli. proclamer. mation. Mën a douna fans imë; INCA, incara, inkera. v. 1. il m'en a donné rans mesure , &c.

Le peuple Lyonnois dit dans ce INCASTELLAR. V. I. Forriger lens , acheter à l'eline, tu n'a une place. poini d'erine , &c.

INCOBOLAR. v. l. cmpêcher.

encore.

j'ai

Incobolat; empêché, arrêté. non, j'ai entré. D'où vient n'êres

INLITÉRA ; Non lettré, sans vous pas entré & non, u'avezlettres, sans écudes , qui n'a vous pas entré? Je suis rentré point de lettres. On dit auili , de bonne heure ; & non, ignare & non lettré ; & jamais, reprré de, &c. illiteré, ni illetré, gasconisme INTRAN ; Hardi , assuré, dé.. très-ordinaire que le permecent libéré, qui se présente sans in. des Littérateurs de réputation, troducteur, qui s'insinue , qui mais gascons. Cet homme n'a s'impatronise dans une maison. point de lettres ; il a cependant Le terme entrant seroit trèsbeaucoup d'esprit.

impropre dans ce sens. INOUCEN; Un pigeon à la INTRAN. v. l. A l'iniran cuiller , plus usité, qu'un inno; d'Ogôirë ; au commencement ceat : pigeonneau tiré d'un bou. d'octobre. Vëni irtran-fourcan; lin de pigeonnier, ou de colon- entrer tout de go. It. fam. bier.

INVANNAR , ou infolar; v. l.. Les colombiers sont des bâti. couvrir de charpente un édifice. mens à pied. Les pigeonniers font ?, INVËNSIOU ; Calomnie. Fa des volets construits sur le haut d'invënsîous ; calomnier. des maisoos. Les premiers sont 10, ou ios; v. l. joug. Lo un droit seigneurial. Il n'en est mêous ios ës suâous , ël mêou fái pas de même des pigeonniers, ës lêous ; mon joug eft doux & que qui que ce soit peut avoir. mon fardeau léger. Sots-io ;

INQIO, ënquis, ou d'ingios; (subjugalis. ) v. l. jusqu'à ce que.

TOCH, ou iué ; huit. INSABATA. v. I. Chaussé. IOL; Eil: d'où est formé le INSOLAR. y. l. Voy. Invan- o. pr. Boun-iol, & par corrup

tion, Bougrol, ou Bougnôou ; INTESTA. On meurt inteftat, bon cil

. Voy. Ivél. & non, ab intefta:. Cetre der- C'est par une composition pa. niere expression ne convient qu'à reille qu'on a formé dans un au. celui qui étant héritier présomp- tre dialecte le n. pr. Bounei, ou tif de quelqu'un mort sans tester, plutôr , Bou-n-el qui signifie, de en hérite , ou en est l'héritier même bon qil, ou l'n elt une ab inteftat.

lestre euphonique pour éviter le INTRA , ou dintra ; entrer. hiatus de deux voyelles, défaut Ce verbe est fouvent actif en qui ne se rencontre pas dans le languedocien, & toujours neurre n. pr. Grisel, ou Gris-el ; cil en fr. Podë pa intra moun din gris. moun soulié ; je ne saurois merire Tôoy; Euf. D'iốous ën tripo; le pied dans mon soulier, ou des aufs à la tripe. Un pla mon pied ne sauroit y entrer. d'iôou farcis ; des aufs à la farce. Intras aqël ëfan; faires entrer lôous ënerë dous plas ; des eufs cet enfant. Intras a qëlo bouto ; au miroir. D'iốous fallas, ou serrez ou rapportez ce conneau, illallas ; des aufs poches. D'iôous ou remetrez-le à la place. On ër cớco ; des cufs moilets, des dir, ce chapeau ne peut entrer æufs à la coque , qu'on mange dans ma tête , quoique ce soit avec des mouilletres. Fa l'iốou ; plutôt la tête qui entre dans le pondre l'æuf. voudrie fa chapeau. Intras mâi vostè capel; créirë las caros pougnou enfoncez davantage votre cha: d’ióous ; il voudroit me faire peau.

accroire que les vessies sont des Ce verbe demande dans ses lanternes ; c'est-à-dire, m'en temps composés le verbe auxie donner à garder. Lous iónus de liaire, être. Je suis entré, & l'acãou ;. les biscuits de la chaux;

nar.

c'est-à-dire, les pierres qui n'ont orange. Fruit de l'oranger , dont pas été calcinées. Un iôou la feuille a un calon : ce qui le gal; l'æuf nain ou le petit distingue du limonier. On écrit auf : c'est le dernier qu'nne orange ,

fruit de l'oranger , poule pond dans la saison , & comme Orange ; ville de France. qui n'a point de jaune.

IRANSIR. y. I. Se mettre en M. de la Peironie a prouvé que colere. ces prétendus æufs de coq, de IRAT. y. I. Triste. Ës irat; la groffeur d'un cuf de pigeon, il est triste . étoient de vrais cufs de poule IRÉJHE ; Laid à faire peur, dont les organes étoient viciés. affreux. Figüro irêjho ; figure

JOUS, ou ióous ; v. l. Jeudi. grotesque , mine , regard fa. Védam als ieuffieus non aufon rouche. aparër en publighë lo ious, nit IRÉJHË ; Capricieux, diffe. mercrës , nil vënrës, nil fabrës cile. = Irėjhë; hérérique. fains. Cost. d'Al.

IROS. v. l. Colere ; ( iraIRAGNADO, ęsalirágno , ou cundus. ) Eftirágno ; toile d'araignée. On IROUNDOU; Le petit d'une dit au figuré, lëva las iragna. hirondelle ; & non , arondar , dos ; fecouer les puces à un en- qui vieillir. fant;, c'est-à-dire, le fouetter. ISPROUS; Âpre, aigre. Voy.

IRÄGNAS; Le trou où se re- Visprë. cire l'araignée.

ISSAGA ; Mouiller , tremper. IRÂGNO; Araignée ; & non, ISSALLA , iffanla , ou falla aragnée: infecte connu. Il a huit d'iớoux ; Pocher des eufs, les yeux sur le dos, & de forces frire à la poêle. pinces creuses , qui lui servenc ISSAMA ; Jeter, ou efsaimer. à saisir sa proie & à la sucer à On le dit des jeunes abeilles qui travers ces mêmes pinces. Telles fortent d'une ruche avec une font entr’autres, l'araignée des reine à leur tête, Indes, dont le volume égale établir ailleurs une nouvelle cocelui d'une grosse noix, & qui lonic. Aqël brus a iffama; cette fait la guerre au colibri. L'arai- ruche a jeté. gnée maçonne de Montpellier, ISSAN ; Un ellaim , ou peuqui fabrique avec un art

' admi- plade de jeunes mouches à miel rable une porte à charniere pour qui quittent la ruche où elles boucher son crou. L'Araignée de font nées & qui ne peut plus les Calabre appelée, tarentule , à la contenir. Le départ est annoncé morsure de laquelle on attribue par un grand bourdonnement ; des effets dont il faut rabattre il se fait vers les neuf à dix les trois quarts.

heures du matin , pas un rayon L'araignée enfin de nos champs, de soleil bien chaud. Une ruche qui porte avec elle un paquet de bien entretenue ellaime foie jaune, dans lequel ses eufs jette souvent deux fois l'année , font renfermés : soie d'une & quelquefois trois. grande beauté & que feu M. le ISSAR ; Un elfart : champ Président Bon projetoit de mul- nouvellement elfarté ou défrisiplier, en élevant l'insecte qui ché ou dont on a arraché le la produit. A câmbos d'ira- bois & les épines, pour y semer gnâdon; il est haut enjambé. du bled : c'est ce qu'on appelle IRÂGNO; La Vive'; poisson aufli une novale. Fa un illar;

elfarter , ou défricher un champ, TRẬGO, ou virágo. V. Jhiuel. un bois. Un efsart porte fans

TRÂNJHË ; Une orange, une engrais trois années de suite. belle orange ; & non , un bel De li le n. pr. des Elarts. en

pour aller

ou

de mer.

b. lat. Exfartum, ou Sartum, ISSO ; Pousse, tire : cri des

ISSARBA , ou eifarba ; Émon- manæuvriers qui poussent au der un arbre.

qui traînent un grand fardeau, ISSARTA, ou ifferta; Greffer, pour s'animer & agir à la enter un arbre sauvageon avec fois , du v. l. & du b. br. isa; des rameaux de franc. On grette pousser ; & en termes de marine les muriers à l'ail poulsant, à hitler , ou élever, ta premiere séve ; & certains

ISSORBA. v. 1. Aveugler ; arbres fruitiers, à l'æil dormant. fupplice du X. & du XI. fiecle. on greffe en Aûte , à l'écusson, alcun hom al qual la Cort d'Aen couronne, en approche , en left aia tout mëmbrë , (nuvilé ) fence, &c. en espgl. enxertar. o isorbat., d'aissi ënant non ëstia

ISSARTA un dëbas ; Empié- ën la villa d'Aleft. Coft. d'Al. ter, ou rempiérer un bas, une ISSOUPËT; Petit boslu. paire de bas.

ISSOURDA. Voy. Assourda. ISSARTA un råoumas : C'est ISSOUT ou ëscout. Voy. ajouter un nouveau rhuine à un Ëscoutados. autre dorit on cst à peine guéri. ISSUGAR. V. I. Sécher. A iffarta foun rãoumas ; il a ISTA ; Être séant , convenir. rattrapé un nouveau rhuine , il Aqëlo côifo vous isto ; certe s'est enrhumé de nouveau, ou coiffe vous fied bien. Aco fur nouveaux fraix. Aco's un l’isto pa ; cela ne lui va pas , rãoumas illaria ; c'est un nou- il ne fait pas telle chose avec veau, ou un second rhume à la grace : on le dit de celui qui fuire d'un autre.

force son calent contre le préISSER , ou issar; Une ente cepte du célebre fabuliste. une greffe. On prend le terme ente pour le morceau, ou pour Ne forçons point notre taleot , la virole d'écorce de franc qui Nous ne ferons rien avec grace ; porte un æil, & pour le sujet Jamais un lourdaud quoiqu'il qui a poussé de cet æil, on dit dans le premier sens. Il faut Ne sauroit passer pour galant. que l'ente foit intimement appliquée lur le sujet ; & dans le ISTA , ou ësta ; Tarder. Isara second. Voilà une ence bien pa; il ne tardera pas. = Ifa; vigoureuse.

rester , demeurer. On écrit une greffe, comme

ISTIGÂNSO ; Sollicitation , un greffe : lieu où se gardent les insinuacion , persuasion. =Vue, Registres d'une Cour de Justice. intention. Din l'istigánfo ; dans

ISSËRMËN. Voy. Gavel. la vue de....

ISSETS. v. I. Excepté. Isets ISTRÔPI ( Sënt); St. Eutrope. lës Apostols ; à l'exception des IUẾI, uểi , bei, abểi, ouôi, Apôtres ; (præter Apostolos.) aouêi , iôi. en v. fr. hui, âou

ISSID. v. 1. issue, fin. All jhour d’iuêi ; aujourd'hui ; & iflid Mag; vers la fin de Mai. non, au jour d'aujourd'hui. Iuéi

ISSIR. v. 1. Sortir , s'en aller, fâi iué jhour; il y a aujourd'hui parcic. Dël cor éiso li mal coffi- huit jours , ou c'est aujourd'hui rers , avouteris , laironicis. isi le huitieme jour ; & non u puits orar; il sortit pour prier jourd'hui fait huic jours. Pasac sur une montagne. Aco éis iuêi ; aujourd'hui passé. D'iuêi la boca laifa l'ome ; ce qui ën fôro ; dorénavant ; & non, fort de la bouche rouille Phom. d'hors en avant , ni d'aujour

Issies ës se sën ; il a d'hui en hors : l'un & l'autre perdu l'espris.

purs garconismes. Lon coumo tout

false,

aus

[ocr errors]

me.

« AnteriorContinuar »