Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

mënësiral, ou mëcanic ; Artis MËZALA. v. l. Una mëzala z fan : celui qui exerce une pro- un soll, ou sol. feffion mécanique. Les artisans MEZEIS mëzéissës ; V. l. sont supérieurs aux journaliers (idem, ipse.) Ën aqël mëzéis & inférieursaux artistes ; comme loc; (in eodem loco:) Vëlais ceux-ci le sont aux gens à tà- vos mëzeis ; (videre vos metiplent.

Jos), & pour le féminin, MÊSTRO, ou mëstréro; La zaissela parđôula ; ( eodem maîtrelle du logis.

vcrbo.) MËSTÛRA.v.l. Piece. Nëgus, MEZEL. Voy. Ladrë. o lunts hom no mëla la mësiura MEZEUS, mies, miel; Mieux dël dra nôou ë la vëftimënta V. l. Megeus disën d'autanc viel ; personne ne met une piece mieux. On dit, cette marchande drap neuf sur un vieil habic. dise vaut davantage ; & non,

MESTURËT, ou toundúdo ; vaut mieux. Ce meuble m'a Pecit pain de maïs. On le cuit coûté plus que cela ; & non d'abord à l'eau bouillante & en- mieux que cela : faute ordinaire suite au four enveloppé d'une en Vivarais feuille de chou.

MEZOULO ; La moëlle. La METËDOR. v. l. Qui doit être mëzoûlo d'âcu rastel ; la moëlle envoyé ; (mittendus.) = Met- épiniere , la moëlle allongée. table.

MEZURA. y. I. Los ons d'aMËTÊOUS, mëteouso ; Même. questa mesura ; ces sortes de 1-ë mandé pa; més i-ané ël gens; ( hujuscemodi homines.) mëteous ; il n'y envoya pas ; il MËZŪRO (bono) ; Le comy alla lui-même.

ble , en parlant des grains. Le METĖSSA , mëtensa, o marchand m'a donné cela pour ziechs ; v. I. Même. Per aqesta le comble. mëtënsa via ; par ce même MIÂLIO ; Une maille : petite moyen).

monnoie de billon au-deffous du METIS, o mëdis; mëtissa, o denier. dissa; même , adv. qui se MIANS ; Soupirs, plaintes. = joint , de même que ceux des Miwayaeries. deux précédens articles ,

MIÂOU : Terme inventé pour les noms fubftantifs ou les exprimer le cri, ou le nujaulepronoms personnels. Aromëtis; ment du chat: mieux imité dans tout à l'heure , ou à l'heure la bouche d'un Languedocien, même. en lat. hora-metipfa. Së que par un Parisien qui diroit mëtis ; soi-même. Ël, mëtis ; mió. lui-même. Voy, Aro-mémo. Lorsqu'ou présente à quelqu'un

MEU, ou mêou; v. 1. Mon , une chose qu'on n'a pas envie pour le masculin. Meva ; na de lui donner; on lui dit, pour le féminin. La volonta dël voudrias ? & l'on ajoute tout de mêou pâirë; la volonté de mon fuire en retirant la main , miaou; pere. senhals del mêou apofto- ce qui revient à, vous le vou. lat ; (figna apoftolatus mei:) La driez ? zeite ; ou bien , je vous meva cosiensia ; ( conscientia en souhaite. mea.) Efcriouffi ab meva ma ; MICHAN; Un charbon qui (manu mea scripsi.)

vient au visage. = Un ulcere MEÛLA. V. 1. Moëlle ; (me- cancéreux : choses que la superrdulla.)

tition empêche ceriains paysans MEZADO ; Le gage , le loyer, de nommer par leurs nomas. le salaire d'un mois. Paga à MICHANTÎZO ; Méchancemëzados ; payer à tant par mois. té. = Un inéchant. Ce dernier Payer les mois d'une nourrice, &c. terme n'est quelquefois qu'un

reproche

avec

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

feproche d'amitié. Vous êtes un prinne une somme, on dit, par méchant, dit-on à un ami ; il y ex. cela vaut plus d'une pistole a un liccle qu'on ne vous a vu.

& dans aucun cas cela yaut MICHO ( pan ); Pain de mieux, braise : gros pain pelant envi.

MIÉLADO ; La miélée , ou Ion vingt-cinq livres. Er au la miellure. en lat. mallugo ; contraire, une miche en fr. eft transpiration ou plutôt , trann un pain d'environ une ou deux sudation des feuilles de certains livres.

arbres, ou arbustes, qui se ma. MICHO , est ausli un petit nifette par des guttules d'une pain qu'on donne à un herger substance douce & visqueuse. pour son goûcer ; le goûter d'un Les abeilles cueillent ce fac berger , du lac, mica.

mielleux , en particulier sur le MICLA - SOUNËTO ; Une châraigner & plus rarement sur sainte ni-touche.

le mûrier. La récolre qu'elles y MICO ; La mie du pain, au font est plus abondante que celle aguré, un Pouêto èn mico; un qu'elles trouvent à faire fur les excelleor Poëte.

fleurs. Ce luc transpire des feuil, MICOS ( ën ); Excellemment. les dans la premiere séve du mois MICOUKÊTO ; Une mijau- forte chaleur : il elt purgatif, & la

de Mai & le lendemain d'une rée : terme de mépris, se dit feuille de mûrier qui en a queld'une feinme, ou d'une fille dont les manieres sont affe&ées & ques restes, que la pluie n'a pas ridicules.

lavé, est un poison mortel pour

les vers à foie. MIÉ, miệi, ou miech; Demi. = Milieu. Un mié-moullu; un lieme source pour augmenter leur

Les abeilles puisent à une troi, demi-bourgeois demi - manant. Mié-drac ; un lurin. à mié. cions de certains insectes. Voy.

récolte ; c'est celle des dejeccami ; à mi-chemin. Flafcou dëmié ; bouteille demi-pleine.

Pëzoulino.

MIÉ-MOUSSU; Une forte de Manjho pa soun mié-Sadoul ; il

Monsieur, demi-bourgeois demi, Re mange pas à demi lon soûl. Coupa al mié; couper par le mi. MIERO. Sala conmo la miéro; lieu. Ën miech ; au milieu. MIÉ; Un muid. Un mié, ole miéra; huile de cade.

Calé comme la mer. en clpgl. un mioch d'acãou ; un muid de

MIÉS, ou miei; v. l. Le pro-, chaux.

nom mon. Mies.fer ; MonMIÊJ HO; Chopine, ou demi. lieur. C'elt en retranchant l'i de pot de vin. Voy. Fouliëio. =à cet ancien pronom, mies , qu'on miėjho ; à moitié, à la moitié. fit le mes, de mes-fer, ou mese Baila un mas à miềjho ; donner sier, mes-fire ; le même que, une ferme , ou affermer à moitié. mon fier, ou mon-Gre; dont on Passer un bail à moitié de fruits; a fait ensuite, Mon- Geur. On & non, à moitié-fruits. A miê- disoir aufli mes. Diex ;, mon jho gnué; à mi-nuit; & non, à la Dieu. Voy. l'art. Sêiner. minuit.

C'eit par une semblable altéra MIEL , miệi , miệou, se rend tion, ou un changement de lece, par, mieux ; lorsqu'il s'agit de tre, qu’on fit de ce même propréférence : & par plus , ou da- nom, mies , le

mos

des termes vantagęlorsque miel a rapport mos-fen , mos-sëgne , mos.fenà la valeur de quelque chose. Ou hor; les mêmes que le lar. meuse, dimë miel; je l'aime mieux, ou senior ; on fr. Mon-senieur je le préfere. Aco vdou miel; cela ou Mon-Seigneur. Voy. Mo Jen.. Yaut davantage ; & G l'on ex- MIÉ-SOULIS, ou cristët ; Tome II.

L

manant.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Un cntrc-sol : logement bas l'an mille , &c. & la mille rege
pratiqué dans la hauteur d'une centieme partie ; & non la
piece d'appartement , dont l'en- millieme, &c.
ire. Col occupe toute la partie su- MILO-FLOUS ; L'Obiet:
périeure. L'entre-fol n'a pas de arbuste qui produit des fleurs
comniunication, comme la sou, blanches, stériles, disposées en
pente avec la piece dans laquelle boule, qu'on appelle , des paios
il a été pris ; il prend jour de mollers , ou boules de neige :
dehors s. & la porte donne dans elles n'ont d'autre mérite

que

de la montéc commune du logis. parer un jardin pendant lepe å Mie-Soulié signifie proprement, huit jours de l'année. demi étaye. Voy. Soulić. Voy. MIMARÉLOS ; Sarmens de Tristër.

vigne enterrés à demi, pour les MIÉTOU ; Le Milan : oiseau renir trais, jusqu'au temps próa de proie.

pre à les planter, ou pour en MIFA ; Renifler. Përqë mifos. faire des avantins. pourquoi renifles-tu ? Voy. Nifla, ! MIMARÊLOS; Éblouissement.

MÎFLO, ou moucárelo ; ÚDe FQ mimarêlos ; éblouir , donnet chiquenaude.

la berlue. MIGOU'; Du crottin de bre- MI-MI, terme de nourrice ; bis , ou de bergerie. Fiente de le grand papa , ou graod-pere. volaille. Voy. Poulinas.

MINË , ou minounë; Un mi. MIJHÉ () ; De nioitié. net, un minon : petit chat , On dit , nous faisons de moi- petice chatre, un charon. = tié ; nous partageons la dépense minë; manger plus de paio que & le profit. Un tel est de moitié de viande : regle de diete qu'on avec inoi pour une ferme, pour prescrit aux enfans, pour leur le jeu, Farën mijhe ; je vous faire un, bon rempérament. donnerai la moitié de mon lit, MINËTO; Homme de petite de mon diner, &c. L'azë & de balle mine, visage ou air mijhé fughé toujhour mãou ëm. chafouin. = ás tou minēros ; basta; il n'y a pas d'âne plus il est tout miel & cour fucre. mal bâté que celui du commun. MINGANÈLOS, ou môios ; Mijhé est

pour, miéjhé. Simagrées, minaudcries , petites MIL. Voy. Mël,

mines : certaines façons de faire MILÂNIO; Un million , ou afteátées pour plaire, petites fa. plutôt , une milliaffe ; c'elt-d- çons qui fentent l'enfant gâgé. dire', un nombre prodigieux & Les filles deviennent minaudie. indéterminé de choses quelcon- res , dès qu'elles cherchent à ques.

plaire. Les minauderies sont des MILIAS, ou mistras į Pain de graces artificielles qui suppléene millet , ou de máis ,

foiblement à celles que la nature four , appelé dans quelques Pro- a' refusées ou que le temps vinces , laganiste. Il elt pesant commence à ravir. Souvent une & indigeste. Gaoutas milias; femme pour se rendre plus aimajoues porelées.

ble, n'en devient que plus ridi MILIÂSSO; Tige, ou baton cule. cn b. br. mingam; limade maïs. Il ressemble à la canne grées. de suere , sa moëlle eft même un MINGO , minga ; Aucun peu fucrée.

MILIÂOUCO. V. Meliâouco. MINOUNA; Chater. = Mi.

MILIÉRÎNO. n. pr. Champ nounado ; charée. de miller.

MIO; La gouvernante , MÎLO ; Mil, mille. On écrit, la bonne d'un enfant. l'an mil lept cept, &c. ; & non, - Mio ; amic Qu mairre Is

dit

[ocr errors]

cuit au

aucune.

[ocr errors]

ou

tlou ,

[ocr errors]

sa aimée de quelqu'un.

MIRALIÉ ; Miroirier , MIÔ, ou mioch , ou mié ; marchand de miroirs. Un muid , & en v. fr. un mui. MIRALIE ; Petic miroir, mi. n. pr. Led de muid est muet.

roir de poche.

L'écusson , ou Le muid, mesure de vin , con- la platine d'un trou de serrure. tient à Montpellier dix-huit se- On dit aufi, un verrou & un tiers , ou douze palieres , & le bouton de porte à platine, fetier trente-deux pots.

MIRGALIA ; Diapré, émaillé MIÔLO ; Une mule , qu'il de diverses couleurs. ne faut pas prononcer comme ,

MIRGO, mürgo, ou mirghêmeule de moulin. Miouléco ; to. Voy. Furë. perite mule, femelle du bardor. MIRO; Visée. Prënë miro;

MIỘOU, ou miol; Un mulet, viser à un but. = Imiter , suivre L'âne & la jument produiseni un modele, prendre exemple sur les grands mulets : le cheval & quelqu'un. l'ânesse , les petits. Les mulets & MIROCOUTOUN ; Le Brules cheyaux enciers ont les na- gnon : espece de Pavie dont la seaux très-ouverts; ils sont fer, peau est liffe comme celle des més, ou abarcus dans les hon: pommes. Il a d'ailleurs le noyau gres. Il y a de même dans les lillonné comme le pavie, & ni hongres de l'espece humaine, l'un ni l'autre ne le quittent pas. des caracteres qui les fonc aisé. Mais la peau du pavie est cotonment reconnoître.

ncase comme celle de la pêche. MIOU

siou. Voyez les especes de Brugnons son, le Miounë.

Brugnon violec & le jaune. pr. MIOUGRÂNO ; Une grenade. pavi, en espgl. melocoion.

MIOUGRAGNÉ ; Le Gréna- MIROUNDEL; Un jeune da. dier. Le calice de la fleur ap- moiseаų. pelé , Balauste , est une drogue MIROUNDÊLO ; Enseigne , absorbante & crès - astringente affiche. = Montre. A bouta aco qu'on préfere à la noix de galle, për miroundêlo ; il a mis cela pour ceindre les soies en noir pour la inontre. Fa miroyndelo; corrompu du lat. malogranarum. fạire parade. Voy. Lëgo-lego.

MIOUNË, ou mibos, tiounë, MISCAROLO; Petite alouette. siounë ; Le mien , le cien , le MISSAOU ; Un millel ; & fien. Mien, tien, fien, ne fe non, messel. disent jamais sans l'article. Le MISSARO ; Une marmotte : mien & le cien, sont les causes forte de gros rac des Alpes , qui des procès. Es lou miou , ou lou dort pendant tout l'hiver. miounë ; c'est le mien. Ës lou MISSOU ou ëndiuėl"; Un lîou , ou lou tlounë; c'est le tien. faucisson

un cervelat sco's miounë , ou miou; c'est à andouille fumée ; & non, faumoi. Aco's ciou ; c'est à toi ; & cissoc. non , c'est mien, c'est rien. On MISSOU ou méifou ; La ne souffre que dans le st. de pra. moillon. C'elt le même que le n. tique de dire, ces fruits sont pr. Millon. mịens. On disoit en v. fr. un mien MISTË; Propre , bien mis. parent.

MISTQUFLET ; Poupin, déMIRA ; Viser, regarder. licat , mignoo.

MIRABEL ; Beauregard. Voy. MISTRALË. v. 1. & n. pr. Bélvëzë.

Ancien officier de Justice pour MIRABILIAT; Émerveillé. recevoir les cens.

MIRALIA (së); Sc nirer, MISTRÂOU, ou majhistrãou; se regarder dans un miroir; Le maeitral, ou vent de nordfe mire dans cette vailfelle.

[ocr errors]

une

[ocr errors]
[ocr errors]

nord-ouent.

[ocr errors]

ز

ou

res

MISTRAS. Voy. Toundido. hæuf. Le cimier contient plus : MITA; Une moitié. On dit, fieurs tranches de différentes que augmenté de moitié , faire bouil. lités ; savoir , la piece ronde }ir jusqu'à diminution de moitié; la semelle , ou be-d'âouco , le & non, de la moitié.

tendre, ou d'in-de-cuiéiso. C'est MITO, ou moûno. Grouman avec cette derniere qu'on fait les coum'uno mito ; friand comme petits-pâtés. Le derriere du cimier une chatte.

depuis les tanches jusqu'à la MISERIA. v. l. Pitié. Miseria queue , est ce qu'on appelle , la ac sobrë lui ; il fut touché de culorte. pitié pour lui. Prës lën miseria; MÔLO; Une meule de couil eut pitié de lui.

telier , de gagne-petit , de mou. MÔDO; Moyen. I-a ti módo lin , &c. Une mule est, ou unc dësta-z-à fiãou ? se taira-c'on ? pantoufle , ou une bête de fomme. 1-2 modo për tou ; il y a raison On tire les meules des meulieà tout, ou un jufte milieu ,

qui sont les carrieres des on tempérament à prendre. meules.

MÔI, ou môio, (për): Juron Nous avons deux especes prinqui vient originairement du lat. cipales de meules de moulins à per maiam , ou par maia; mere farine ; savoir, les quencines qui de Mercure. Ce terme n'est au- font un aggrégar de gravier, ou jourd'hui que comme une parti menu caillourage , la plupart cule explétive. Për môi , tanpis calcaires , & les meules françoipër ël; dame! tappis pour lui. les qu'on tire de Bourgogne : Mộíos. Voy. Minganêlosa celles-ci sont d'une pierre homo.

MÔIRË; Mouvoir , remuer. gene naturellement raboteuse , & MOLAR. v. 1. & n. pr. Meule qui imite en quelques endroits de moulin.

l'agathe : elle en a par-tout la MOLAS věstimëntas ; Habics dureté. Ces dernieres servem magnifiques

. En molas veftimën. ordinairement au-delà de cent ras; vêru molleinent.

en travaillant toute l'an. MOLISSOU, moulissou, di. née : on ne les emploie que pour minutif de moulin ; petit mou les moulins blancs, ou ceux qui nc lin. Moulinas , qui paroît en moudent que le beau bled : les être l'augmentatif, ne le dit autres servent pour les moulins cependant que des ruines d'un bruns. moulin ; comme castelas, de MÔLO ; Relâche , rabais. 1.2 celles d'un vieux Château : & môlo ; la presse n'y est plus pour pár tant la terminaison , as mar- louer à haut prix les journaliers. que ici un péjoratif.

On le dit au temps de la mois. MOLHER , molier ;

v. l. fon & de la vendange. I-a mólo, Épouse , femme. Voy. Moulié. en parlant du prix des denrées ;

MOLLË ou monlë; Un le prix du bled a baissé, a rabaismoule. Cela ne se jete pas en ré ; ce qui arrive par la concutmoule ; & non ;

au moule.

rence des marchands & par l'aQuoiqu'on dise , cette figure est bondance de la marchandise. faite au moule.

MỘLOS; Anciennes coiffures MOLLER. v. I. Femme, épou. portées par nos aïeules sur une Te. Dizia Jhont ad Ero, no lets charpente de fil de fer : elles à tu aver la moller de to frâirë; avoient une saillie en avant d'enJean disoit à Hérode , il ne vous viron un pied, en guise d'avantest pas permis d'avoir la femme toit. Cette saillie est aujourd'hui de votre frere.

en arriere chez nos Dames & fe MOLO, terme de boucherie ; dirigera probablement dans peu le cimier : partic de la cuisse du d'ux auire côté, selon que le

ans ,

« AnteriorContinuar »